Armoy

commune française du département de la Haute-Savoie

Armoy
Armoy
Grotte réplique
Image illustrative de l’article Armoy
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Thonon-les-Bains
Intercommunalité Thonon Agglomération
Maire
Mandat
Patrick Bernard
2020-2026
Code postal 74200
Code commune 74020
Démographie
Gentilé Armoisiens
Population
municipale
1 398 hab. (2020 en augmentation de 8,46 % par rapport à 2014)
Densité 282 hab./km2
Population
agglomération
80 529 hab. (2020)
Géographie
Coordonnées 46° 20′ 57″ nord, 6° 31′ 14″ est
Altitude Min. 415 m
Max. 674 m
Superficie 4,95 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Thonon-les-Bains
(banlieue)
Aire d'attraction Thonon-les-Bains
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Thonon-les-Bains
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Armoy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Armoy
Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie
Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Armoy
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Armoy
Liens
Site web www.armoy.fr

Armoy est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

GéographieModifier

SituationModifier

LocalisationModifier

 
Territoire d'Armoy et les communes limitrophes.

La commune d'Armoy est situé en Haute-Savoie. Elle est une commune limitrophe de Thonon-les-Bains, sous-préfecture du département, située au nord-est.

  Thonon-les-Bains Marin  
Allinges N Féternes
O    Armoy    E
S
Lyaud

ClimatModifier

Le climat y est de type montagnard du fait de la présence du massif alpin.

Voies de communication et transportsModifier

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Armoy est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Thonon-les-Bains, une agglomération intra-départementale regroupant 13 communes[4] et 80 529 habitants en 2020, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Thonon-les-Bains dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 18 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des solsModifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (59,9 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (56,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (59,9 %), zones urbanisées (24,6 %), prairies (12,8 %), zones agricoles hétérogènes (1,9 %), zones humides intérieures (0,7 %), terres arables (0,1 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

ToponymieModifier

Dans les documents médiévaux, La Table est mentionnée sous les formes suivantes Annone (1275), Armoy (vers 1344), Armury (XIVe siècle)[10]. Selon le site d'Henry Suter, le toponyme peut dériver du nom d'un ancien domaine gallo-romain, peut-être *[villa] Annonia*, soit un domaine ayant appartenu à un certain Annonius[10].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Armoué, selon la graphie de Conflans[11].

HistoireModifier

Une plâtrière a été créée en 1844, utilisant la houille blanche de la Dranse et les carrières à ciel ouvert. Elle est fermée en 1934.

Politique et administrationModifier

Situation administrativeModifier

Armoy appartient au canton de Thonon-les-Bains, qui compte selon le redécoupage cantonal de 2014 12 communes[12]. Avant ce redécoupage, elle appartenait au canton de Thonon-les-Bains-Est, créé en 1995 des suites de la scission de l'ancien canton de Thonon-les-Bains.

Elle forme avec sept autres communes la communauté de communes des collines du Léman (CCCL).

Armoy relève de l'arrondissement de Thonon-les-Bains et de la cinquième circonscription de la Haute-Savoie, dont le député est Marc Francina (UMP) depuis les élections de 2012[13].

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 mars 2001 Michel Hyacinthe    
mars 2001 mars 2008 Daniel Chaussée DVG  
mars 2008 mars 2014 Laurent Rabhi DVG  
mars 2014 mars 2020 Daniel Chaussée DVD Retraité
mars 2020 En cours Patrick Bernard    

Politique environnementaleModifier

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

Ses habitants sont appelés les Armoisien(ne)s[14].

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1872. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[16].

En 2020, la commune comptait 1 398 habitants[Note 3], en augmentation de 8,46 % par rapport à 2014 (Haute-Savoie : +6,65 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
306293304277261267232228242
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
203218192190170223221227425
1982 1990 1999 2006 2008 2013 2018 2020 -
5947759401 0781 1171 2751 2871 398-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

EnseignementModifier

  • Deux écoles : chef-lieu et Lyaud.

Manifestations culturelles et festivitésModifier

  • Festival de théâtre (mars).

SantéModifier

Armoy bénéficie d'un kinésithérapeute

SportsModifier

Tous les ans Armoy propose un catalogue d'activité annuelle à pratiquer dans la salle communale

ÉconomieModifier

L'économie de la commune d'Armoy repose principalement sur sa boulangerie "Chez Deville", famille de pâtissiers situés au centre du village depuis le XVIIIe siècle. Ils sont connus dans la région pour leurs fameuses "Tartes aux pommes d'Armoy"[réf. nécessaire].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Monuments civilsModifier

Deux maisons de maîtres, possessions de la famille notable Dubouloz, situées au chef-lieu et à Lonnaz[19].

La maison à la Tour Carrée, à l'Ermitage, correspond à une ancienne chapelle de l'ancien Ermitage. Elle a été édifiée vers le XVe siècle. À la suite de la période d'occupation par les troupes révolutionnaires françaises, l'édifice devient une ferme, puis un lieu d'habitation[19].

L'ancienne mairie-école date de 1868. Elle est peu à peu remplacée par de nouveaux bâtiments à partir de 1958. La nouvelle mairie ainsi qu'une salle polyvalente communale sont construites en 1984[19].

La commune possède plusieurs fontaines : le bassin situé sur la Place du chef-lieu (1845[19]), le bassin de l’Ermitage, ainsi que ceux de rue des Granges, vers l’Echo des Montagnes, et plus bas.

Monuments religieuxModifier

L'église Saint-Pierre, édifiée dans un style roman en pierre[20]. Fondée très probablement entre le XIe siècle et le XIIe siècle, crypte du XIIIe siècle, restaurée en 1815[21], puis reconstruite à la suite d'un incendie en 1888[19]. À côté de l'église se trouve le presbytère et son jardin. L'ancien cimetière s'y trouvait aussi, mais celui-ci a été réaménagé plus loin en 1882[19].

La commune compte plusieurs oratoires[19] :

  • l'oratoire dédié à saint Joseph, situé à Planaise, construit en 1884 ;
  • l'oratoire dédié à saint Joseph, situé à Lonnaz, construit en 1972 ;
  • l'oratoire dédié à Notre-Dame de La Salette, situé à l’Ermitage, érigée vers la fin du XIXe siècle.

Un ancien oratoire dédié à la Vierge, dit « petite chapelle », située au chef-lieu, a été détruite en 1958 lors de la construction des nouveaux locaux administratifs. À cette occasion, une réplique de la grotte de Lourdes a été réalisée en 1961[19].

On peut également observer plusieurs croix sur la commune (Passieux, Vignette, Lonnaz, Ermitage), érigées en 1867[19].

Patrimoine industrielModifier

Le territoire de la commune est le lieu d'exploitation d'anciennes plâtrières, exploitant le gypse. Celles-ci sont exploitées de 1944 à 1934[19],[22]. Un projet de mise en valeur de ce patrimoine est envisagé à travers le label Géoparc européen[23].

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • CAUE74 et ADT Pays du Léman, Inventaire du patrimoine de la commune d’Armoy : Commune d’Armoy,
  • Henri Baud et Jean-Yves Mariotte, Histoire des communes savoyardes : Le Chablais, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 978-2-7171-0099-0), p. 57-58, « Canton de Thonon », 136-137, « Armoy ».

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Thonon-les-Bains », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Thonon-les-Bains », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. a et b Henry Suter, « Armoy », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté en ).
  11. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie : Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 16
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou
    .
  12. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance, (consulté le ).
  13. « Résultats des élections législatives de 2012 : Haute-Savoie (74) - Cinquième circonscription (résultats officiels) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  14. « Armoy », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté en ), Ressources - Les communes.
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  19. a b c d e f g h i et j CAUE74 2008.
  20. Raymond Oursel, Les chemins du sacré : L'art sacré en Savoie, Montmélian, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 393 p. (ISBN 978-2-84206-350-4, BNF 41413867, lire en ligne), p. 36.
  21. Chablais 1980, p. 137, « L'église ».
  22. Chablais 1980, p. 137, « Les plâtrières d'Armoy ».
  23. Chabl écho, journal du Syndicat intercommunal d'aménagement du Chablais, juin 2011, no 5, pp.4_7