Ouvrir le menu principal

Arcy-Sainte-Restitue

commune française du département de l'Aisne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arcy.

Arcy-Sainte-Restitue
Arcy-Sainte-Restitue
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Soissons
Canton Villers-Cotterêts
Intercommunalité Canton d'Oulchy-le-Château
Maire
Mandat
Daniel Fonte
2014-2020
Code postal 02130
Code commune 02022
Démographie
Gentilé Arcéens - Arcéennes
Population
municipale
403 hab. (2015 en diminution de 5,62 % par rapport à 2010)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 15′ 13″ nord, 3° 27′ 56″ est
Altitude Min. 79 m
Max. 197 m
Superficie 26,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Arcy-Sainte-Restitue

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Arcy-Sainte-Restitue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arcy-Sainte-Restitue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arcy-Sainte-Restitue

Arcy-Sainte-Restitue est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Sommaire

GéographieModifier

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes d’Arcy-Sainte-Restitue
Muret-et-Crouttes Cuiry-Housse Jouaignes
Launoy   Loupeigne
Beugneux Cramaille Saponay

ToponymieModifier

Les mentions les plus anciennes d'Arcy-Sainte-Restitue sont : – Arceius, 1110[1]; - Arciacus, 1125[1]; - Arseius en 1139[2]; - Harceius en 1173[2]; - Arci, 1191[1] (cartulaire de Saint-Jean des-Vignes, B.N.); - Arseius en 1218[2]; - Arceium, 1225[1] (suppl. de D. Grenier, 296). – Territorium domini de Arseyo-Sainte-Restitue[1], 1247 (Cart. de Saint-Médard, f°33, B.N.). – Arcy-sainte-Restitue, - 1306[1] (arch. De l’Emp.L 1002). – Arcy Sainte-Retieule, 1315[1] (suppl. De D. Grenier, 297 f° 196). – Ville d’Arsy, 1383 (arch. dépt.. Transcrits de Vermandois, P. 136). – Arcy Saint-Rethieule, 1399[1] (compte de la seigneurie de Buzancy). – Arcy-Sainte-Restitude, 1562[1] (comptes de la ville de Chauny, f°62, arch. de la ville de Chauny). – Arceium-sainte-Restitute, 1573[1] (pouillé du dioc. de Soissons, f°22). – Arcy-Saincte-Restitude, 1657[1] baill. De Villers-Cotterêts, B 187); - Arcy Sainte Restitute en 1757 (plan de Cassini).

Durant la Révolution, la commune porte le nom d'Arcy[3].

HistoireModifier

Au XIXe siècle, des fouilles dans un tertre sablonneux ont mis au jour un important cimetière antique avec près de 25 000 tombes[2] Une épée d'apparat y a été mis en évidence. Elle a été réanalysée en 1988. Il s'agirait d'un chef mérovingien contemporain de Clovis. Ce serait la traduction archéologique de la progression des armées franques de Tournai à Paris après 486 et l'implantation du nouveau pouvoir mérovingien. Arcy était non loin de Soissons où résidait Syagrius, commandant la dernière armée romaine de Gaule[4].

En 2006, l'ADSL arrive à Arcy-Sainte-Restitue.

Le , Arcy-Sainte-Restitue fut la première ville de l'Aisne à accueillir la brigade pyrotechnique de Reims pour réaliser une performance artistique dans le cadre du Festival Kropalm.

Avant la guerre, le petit hameau de Servenay, avait l'honneur de posséder une petite chapelle, qui se trouvait au centre du village, à quelques mètres de la place. La seule preuve de son existence se trouve enregistrée dans les archives du village.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1874 Gaudion[5]    
1875   Mercier[6]    
mars 2001 mars 2008 Guy Hobreaux DVD  
mars 2008[7] en cours
(au 12 mai 2014)
Daniel Fonte DVD Retraité de l'agriculture
Réélu pour le mandat 2014-2020[8]

Sont également rattachés administrativement à la commune d'Arcy-Sainte-Restitue les hameaux de Branges, de Rugny et de Servenay.

DémographieModifier

Avant 1973, les communes de Arcy-Sainte-Restitue et de Branges (02113) étant distinctes, leur population était dénombrée séparément.


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10].

En 2015, la commune comptait 403 habitants[Note 1], en diminution de 5,62 % par rapport à 2010 (Aisne : -0,34 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
430421437475487489521590579
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
549498474456498463467440505
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
458454445325384400374419426
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
364371373360328369420427414
2015 - - - - - - - -
403--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

 
Le dolmen relevé par Frédéric Moreau père en 1880.
  • Église Saint-Martin du XVIIe siècle, classée aux monuments historiques depuis le 10 janvier 1920.
  • Dolmen en face de l'entrée du cimetière, il a été retrouvé lors des fouilles du cimetière gallo-romain.
  • Au château du hameau de Branges, les parties du XVIe siècle comprenant la tourelle, la porte charretière et la petite porte armoriée sont classées également depuis le 8 février 1928.
  • Lavoirs, l'un à Arcy, l'autre au hameau de Branges, et un autre au hameau de Servenay[15].
 
Lavoir à Arcy-Sainte-Restitue.

Personnalités liées à la communeModifier

Vers 852, le comte de Moreuil, seigneur de Picardie, part pour Rome pour défendre le pape Léon IV contre les menaces d'invasion des Sarrasins. En remerciement de ses services, le pape accède aux désirs du comte de ramener en France les restes de sainte Restitute. Pour rejoindre la seigneurie du comte, le convoi passe par Arcy. Là, les soldats déposent la châsse renfermant les restes de la sainte. Au moment du départ, la châsse est devenue très lourde et les soldats ne peuvent la remettre sur le chariot. Se produisent alors deux miracles : une fontaine jaillit et une mère, passant près de la châsse, portant son enfant mort-né dans ses bras, le voit ressuscité et dit « Reste ici, reste ici ». Le comte laisse la châsse dans la chapelle Saint-Martin.

En 863, le roi de France Louis II de France ordonne que les saintes reliques soient déplacées pour échapper aux ravages des Vikings. Les restes de sainte Restitute sont ainsi dispersés.

Une châsse dédiée à la sainte est visible dans l'église. Elle est en bois d'ébène taillé avec des ornements en cuivre repoussé doré (XVIIe siècle) et contient un fémur de la sainte renfermé dans un coffret placé à l'intérieur et accessible par une petite porte dissimulée dans la sculpture en colonnes.

La châsse est fixée sur un brancard. L'ensemble châsse plus brancard pèse entre 130 et 150 kg et est porté par quatre hommes de même taille lors des processions.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g h i j et k MATTON (Auguste) Dictionnaire topographique du Département de l’Aisne. (1871), p. 8.
  2. a b c et d MELLEVILLE (Maximilien) Dictionnaire historique du département de l'Aisne (1865), t.1, p. 33.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Françoise Vallet, « A propos des tombes à épées d'apparat de La Rue-Saint-Pierre (Oise) et d'Arcy-Sainte-Restitue (Aisne) », Revue archéologique de Picardie (198), p. 45-55.
  5. Almanach annuaire historique, administratif & commercial de la Marne, de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine de 1875, Reims, p186.
  6. Almanach annuaire historique, administratif & commercial de la Marne, de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine de 1876, Reims, p186.
  7. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  8. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne, (consulté le 26 juillet 2014)
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  12. Information sur Arcy-Sainte-Restitue sur Cassini
  13. a et b Dictionnaire National des Communes de France - Dictionnaire Meyrat, 17e édition, éd. Albin Michel, Paris (1959), 1350 pages.
  14. Information sur Branges sur Cassini
  15. Site répertoriant les lavoirs

Liens externesModifier