Amayé-sur-Orne

commune française du département du Calvados

Amayé-sur-Orne
Amayé-sur-Orne
L'église Notre-Dame.
Blason de Amayé-sur-Orne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Caen
Intercommunalité Communauté de communes Vallées de l'Orne et de l'Odon
Maire
Mandat
Sylvain Colino
2020-2026
Code postal 14210
Code commune 14006
Démographie
Gentilé mayéen
Population
municipale
1 061 hab. (2021 en augmentation de 7,72 % par rapport à 2015)
Densité 201 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 05′ 06″ nord, 0° 26′ 20″ ouest
Altitude Min. 7 m
Max. 109 m
Superficie 5,29 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Caen
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Évrecy
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Amayé-sur-Orne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Amayé-sur-Orne
Géolocalisation sur la carte : Calvados
Voir sur la carte topographique du Calvados
Amayé-sur-Orne
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
Amayé-sur-Orne
Liens
Site web amaye-sur-orne.fr

Amayé-sur-Orne est une commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée en 2015 de 1 061 habitants[Note 1]. Elle fait partie de la communauté de communes Vallées de l'Orne et de l'Odon depuis le à la suite de la fusion des communautés de communes d'Évrecy-Orne-Odon et de la Vallée de l'Orne.

Géographie modifier

La commune se situe dans le Calvados, à seize kilomètres au sud-ouest de Caen et à six kilomètres d'Évrecy, sur l'Orne.

Climat modifier

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique altéré, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Normandie (Cotentin, Orne), caractérisée par une pluviométrie relativement élevée (850 mm/a) et un été frais (15,5 °C) et venté[2]. Parallèlement le GIEC normand, un groupe régional d’experts sur le climat, différencie quant à lui, dans une étude de 2020, trois grands types de climats pour la région Normandie, nuancés à une échelle plus fine par les facteurs géographiques locaux. La commune est, selon ce zonage, exposée à un « climat des plateaux abrités », correspondant à la plaine agricole de Caen à Falaise, sous le vent des collines de Normandie et proche de la mer, se caractérisant par une pluviométrie et des contraintes thermiques modérées[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,6 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 12 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 740 mm, avec 12,4 jours de précipitations en janvier et 7,9 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020 la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Fresney-le-Vieux à 10 km à vol d'oiseau[4], est de 10,8 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 826,3 mm[5],[6]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Urbanisme modifier

Typologie modifier

Amayé-sur-Orne est une commune rurale[Note 2],[8]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[9],[10]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Caen, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 296 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[11],[12].

Occupation des sols modifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (76,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (79,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (66 %), zones urbanisées (17,5 %), prairies (10,8 %), forêts (5,7 %)[13]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie modifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Mae en 1165 ; [apud] Maeium, [gardinum de] Maio en 1211 ; Mae super ounam[14], Almaicum super Olnam au XIVe siècle[15], Amaie en 1460[16], Maye sur Orne au XVIIIe siècle[17],[18], Amaye sur Orne en 1793[19].

L'Orne est un fleuve côtier, dans les deux départements de l'Orne et du Calvados.

Histoire modifier

Le village s'est développé à l'époque romaine sur la route reliant Aregenua Viducassium, aujourd'hui le village limitrophe de Vieux, à Jublains dans la Mayenne. Le village se développe alors le long de l'Orne, à l'emplacement de l'actuel hameau du Pont du Coudray.

Au Moyen Âge, le village s'organise plus haut sur le coteau autour de la motte féodale, située aujourd'hui sous la mairie.

À la Révolution, le village est rattaché au canton de Maltot, qui est dissous quelques années plus tard, et Amayé est alors rattachée au canton d'Évrecy.

En 1873, la gare de Mutrécy située juste de l'autre côté du Pont du Coudray est mise en service sur la ligne de chemin de fer Caen-Flers-Laval. Elle porte le nom de Mutrécy car c'est bien sur cette commune qu'elle se situe mais elle est bien plus proche des bourgs d'Amayé et de Clinchamps. Cette gare permet le développement de quelques activités de plaisance, l'ouverture de la fameuse auberge du Pont du Coudray et sa guinguette connue dans toute la région. De nombreux Caennais se font également construire quelques villas le long de l'Orne.

En 1880, le péage sur le pont est supprimé et permet de faciliter les transits entre Évrecy et Argences.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le château de Vaux est réquisitionné par les Allemands. Lors de la bataille pour la libération de la plaine de Caen, Amayé a la chance, contrairement à nombre de villages voisins, de ne compter aucun mort dans sa population. Les bombardements stratégiques alliés font cependant des dégâts, car si le bourg ressort relativement intact, le hameau du Pont du Coudray et son pont ainsi que la gare de Mutrécy sont rasés. L'auberge et les villas ne sont plus que ruines. Un bac permet après la guerre de passer d'une rive à l'autre.

Le pont est reconstruit dans les années 1950 quelques dizaines de mètres en aval de l'ancien[20].

Politique et administration modifier

Liste des maires modifier

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1994 Jacques Dolley SE Professeur
mars 2001 André Porcher SE Chef d'entreprise
mars 2008 Nicole Perly SE  
En cours Sylvain Colino[21] SE Sapeur-pompier
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelage(s) modifier

Démographie modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[24].

En 2021, la commune comptait 1 061 habitants[Note 4], en augmentation de 7,72 % par rapport à 2015 (Calvados : +1,02 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Amayé-sur-Orne était historiquement une petite commune agricole. Elle a connu l’exode rural de la fin du XIXe siècle à la décennie 1960-1970. La croissance de la population a été très forte à la fin du XXe et au début du XXIe siècle, modifiant radicalement les caractéristiques sociologiques de la commune. Les agriculteurs ont été remplacés par une population de salariés ou de travailleurs indépendants exerçant pour la plupart leur activité professionnelle dans l’agglomération caennaise. L’habitat est désormais constitué de maisons individuelles construites à partir des années 1970.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
483407432465405421461414401
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
464462455400392406421391351
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
365341306317281259246246252
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
2612574207327226869451 019993
2018 2021 - - - - - - -
1 0091 061-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie modifier

L'économie du village est basée depuis sa fondation sur l'agriculture. L'élevage de bovins ainsi que les grandes cultures, typiques de la plaine de Caen dont Amayé est en bordure, sont les principales sources d'emploi du village jusque dans les années 1970. Il ne reste plus qu'une demi-douzaine d'exploitants agricoles dans le village, dont quelques-uns se sont convertis à la vente directe de volailles, de viande bovine ou de légumes.

Depuis, la population se constitue principalement de salariés, cadres pour beaucoup puisque Amayé est dans le premier quartile des villages les plus riches du Calvados (en revenu par ménages). Dans les années 2000, le village accueille près de l'église une supérette ainsi qu'un salon de coiffure. Une entreprise de menuiserie est également présente sur le territoire de la commune.

Culture locale et patrimoine modifier

Lieux et monuments modifier

  • Lavoir public.
  • Château de la Butte du XIXe siècle.
  • Château de Vaux du XVIIIe siècle.
  • L'église Notre-Dame-de-l'Assomption, d'origine romane.
  • Vestiges de l'enceinte[26].

Patrimoine naturel modifier

  • Les ifs du cimetière sont un site naturel classé par arrêté du [27]
  • La butte dominant l'Orne est un site naturel classé par arrêté du [28]
  • Les combles du clocher de l'église Notre-Dame accueillent une colonie reproductrice de grands murins et sont inscrits site d'importance communautaire (SIC)[29].

Activité et tourisme modifier

La course XTREM VTT Trail Normandie se déroule tous les ans au mois de septembre sur le stade de la commune. C'est une course de VTT ainsi que de running autour du village et jusqu'au cœur de la Suisse normande. Pendant tout un week-end se déroulent de nombreuses courses accessibles au plus grand nombre ainsi que des animations, des démonstrations et des concerts, depuis quatre éditions, la XTREM a accueilli plusieurs milliers de personnes.

L'ouverture de la voie verte Caen - Thury-Harcout puis Clécy vers la Suisse normande a été une opportunité pour la commune de développer ou revitaliser ses activités touristiques comme la location de pédalos sur l'Orne ou le vélo-rail qui attire également de nombreux touristes sur les rails de l'ancienne voie ferrée Caen - Flers. L'auberge du Pont du Coudray qui voyait sa fréquentation baisser, attire une nouvelle clientèle.

Personnalités liées à la commune modifier

Héraldique modifier

Les armes de la commune d'Amayé-sur-Orne représentent le drapeau normand avec la croix scandinave (surnommé croix de Saint-Olaf) et les armoiries normandes avec les deux léopards d'or. Au-dessous, on trouve une représentation du pont du Coudray, symbole de la commune.


Les armes de la commune d'Amayé-sur-Orne se blasonnent ainsi :
Coupé : au 1er de gueules à la croix estrée d'or chargée d'une croix de gueules, le montant déporté vers dextre, cantonnée en chef à dextre de deux léopards aussi d'or l’un sur l’autre, au 2e d’argent au pont droit de deux arches soudé d’or sur une rivière d’azur mouvant de la pointe, aux berges de sinople.

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie modifier

Articles connexes modifier

Liens externes modifier

Notes et références modifier

Notes modifier

  1. Population municipale 2021.
  2. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes modifier

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références modifier

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  3. GIEC normand, Le climat en Normandie : présentation et évolution, , 18 p. (lire en ligne), p. 2
  4. « Orthodromie entre Amayé-sur-Orne et Fresney-le-Vieux », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Fresney Le Vieu » (commune de Fresney-le-Vieux) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Station Météo-France « Fresney Le Vieu » (commune de Fresney-le-Vieux) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  8. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique (consulté le ).
  14. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Volume 1 - Page 640 - (ISBN 2600028838).
  15. Livre pelut de Bayeux.
  16. Aveu de l’évêché de Bayeux
  17. Archives d’Harcourt, l. 307.
  18. Célestin Hippeau, Dictionnaire topographique du département du Calvados, Année de parution : 1883, p. 5 (lire en ligne) [1].
  19. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Super User, « Histoire d'Amayé-sur-Orne »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur www.amaye-sur-orne.fr (consulté le ).
  21. Réélection 2020 : « Municipales à Amayé-sur-Orne. Sylvain Colino a été réélu maire de la commune », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  22. Les communes jumelées du Calvados.
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  26. Charles-Laurent Salch, Atlas des villes et villages fortifiés en France : Début du Ve siècle à la fin du XVe siècle, Strasbourg, Éditions Publitotal, , 495 p. (OCLC 28516867), p. 286.
  27. Ifs du cimetière.
  28. Butte dominant l'Orne.
  29. « Site d'Importance Communautaire (SIC) - Combles de l'église d'Amayé-sur-Orne », sur Ministère de l'écologie et du développement durable.