Ouvrir le menu principal

Alain de Lacoste-Lareymondie

homme politique français

Alain de Lacoste-Lareymondie, né le à Niort et mort le , est un homme politique français.

Historique familialModifier

Alain de Lacoste-Lareymondie est né dans une famille d'ancienne bourgeoisie originaire du Limousin[1], issue de Jean de Lacoste, seigneur de La Reymondie (1653-1731), avocat en la cour, juge de Meyssac (Corrèze). *Bertrand de Lacoste, seigneur de La Reymondie (1690-1743), est contrôleur des Guerres à Paris, avocat en la cour. *Adrien(1) de Lacoste, seigneur de Lareymondie (1723-1787), est lieutenant de cavalerie au régiment de Condé. *Adrien(2) de Lacoste-Lareymondie (1800-1882), est vérificateur de l'enregistrement et des domaines à Magny-en-Vexin, (Val-d'Oise), conservateur des Hypothèques à Nontron, (Dordogne. *Jean de Lacoste-Lareymondie (1879-1938), est avocat et directeur de journal, chevalier de la Légion d'honneur, croix de guerre 1914-1918. *Henri de Lacoste-Lareymondie (1919-1940, est mort pour la France le , à Thenailles, (Aisne).

BiographieModifier

Diplômé d'études supérieures de droit public, de droit privé et d'économie politique de la faculté de droit de l'université de Poitiers, Alain de Lacoste-Lareymondie intègre le Conseil d'État comme auditeur, puis devient Maître des requêtes et conseiller d'État. Il est détaché comme chef du cabinet civil du général de Lattre et du général Salan pendant la Guerre d'Indochine.

Il est élu député de la première circonscription de la Charente-Maritime (Indépendants et paysans d'action sociale) de 1959 à 1962 et y milite en faveur de l'Algérie française. En 1960, il participe à la fondation du Front national pour l'Algérie française[2]. Il est battu après la dissolution de l'Assemblée nationale d', et réintègre le Conseil d'État. Il est par la suite élu conseiller général dans le canton de La Rochelle.

Il a fait partie du bureau politique de l'Alliance républicaine pour les libertés et le progrès[réf. souhaitée], et été candidat sous ses couleurs en 1967[3].

Il est ensuite professeur de droit constitutionnel à la Faculté libre de droit, d’économie et de gestion (FACO Paris) ainsi qu'à l'Institut des hautes études de droit rural et d'économie agricole l'IDRHEA.

Il est notamment le père de Jean-Marc de Lacoste-Lareymondie et d'Odile de Mellon, élus sous l'étiquette du Front national[4].

DistinctionsModifier

RéférencesModifier

Liens externesModifier

Article connexeModifier