Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Le Front Ansar Dine (arabe : جبهة أنصار الدين, « Le Front des partisans de la religion ») est une alliance de groupes rebelles salafistes djihadistes, active de 2014 à 2017 au cours de la guerre civile syrienne.

Front Ansar Dine
Image illustrative de l'article Front Ansar Dine

Idéologie Salafisme djihadiste
Objectifs Renversement de Bachar el-Assad
Création d'un état islamique
Instauration de la Charia
Statut Fusion avec d'autre groupes pour former Hayat Tahrir al-Cham le
Fondation
Date de formation
Pays d'origine Syrie
Actions
Période d'activité -
Guerre civile syrienne

Sommaire

HistoireModifier

FondationModifier

Le Front Ansar Dine est formée le , il rassemble quatre groupes armés :

Le Bataillon Vert est dissout en octobre 2014 et rallie Jaych al-Muhajireen wal-Ansar[2],[1], qui rallie lui-même le Front al-Nosra le [3].

Le , les deux derniers mouvements, le Harakat Cham al-Islam et le Harakat Fajr al-Cham al-Islamiyya, annoncent leur fusion complète au sein du Front Ansar Dine[1].

AffiliationsModifier

Le , le Front Ansar Dine forme avec 13 autres groupes djihadistes — dont le Front al-Nosra et Ahrar al-Cham — une nouvelle coalition baptisée Ansar al-Charia (partisans de la Charia), active dans le gouvernorat d'Alep[4],[5],[6],[7].

Allié à la fois au Front islamique et à l'État islamique, le mouvement ne prend pas partie dans le conflit qui oppose l'EI à l'ensemble des autres groupes rebelles. Le 1er mai 2015, l'une de ses composantes, Jaych al-Muhajireen wal-Ansar, se désavoue de l'État islamique via un communiqué officiel, condamnant ses actions violentes envers les autres groupes rebelles, déclarant également ne pas reconnaître le califat auto-proclamé d'Abou-Bakr al-Baghdadi[8].

DissolutionModifier

Le , le Front Ansar Dine fusionne avec le Front Fatah al-Cham, le Harakat Nour al-Din al-Zenki, le Liwa al-Haq et Jaych al-Sunna pour former Hayat Tahrir al-Cham[9].

IdéologieModifier

Front Ansar Dine est salafiste djihadiste, il se situe, selon le chercheur Romain Caillet, « dans une perspective de « jihad global » s’inspirant d’al-Qaïda, même si les groupes à l'origine du Front Ansar ad-Din n'ont jamais constitué des branches régionales »[10].

Liens externesModifier

RéférencesModifier