Ouvrir le menu principal

Abou Jaber
Nom de naissance Hachem al-Cheikh
Naissance 1968 (50-51 ans)
Maskana (Syrie)
Origine Syrien
Allégeance Flag of Jihad.svg Harakat Fajr al-Cham al-Islamiyya (2011-2012)
Bataillon Moussab Ibn Omaïr (~2012-2013)
Flag of Ahrar ash-Sham.svg Ahrar al-Cham (2014-2016)
Jaych al-Ahrar.png Jaych al-Ahrar (2016-2017)
Flag of Hayat Tahrir al-Sham.svg Hayat Tahrir al-Cham (depuis 2017)
Commandement Chef d'Ahrar al-Cham (2014-2015)
Chef d'Hayat Tahrir al-Cham (2017)
Conflits Guerre civile syrienne

Hachem al-Cheikh, dit Abou Jaber, né en 1968, à Maskana, en Syrie, est un rebelle salafiste syrien, chef d'Ahrar al-Cham, puis de Hayat Tahrir al-Cham.

BiographieModifier

Hachem al-Cheikh naît en 1968[1], à Maskana, une petite ville de l'est du gouvernorat d'Alep, en Syrie[2]. Il est diplômé en génie mécanique à l'université d'Alep[2].

Selon des sources djihadistes, Abou Jaber aurait rejoint Al-Qaïda en Irak au début de la guerre d'Irak et aurait facilité le passage de combattants étrangers de la Syrie vers l'Irak[1],[2].

Il est arrêté en 2005 et emprisonné à la prison de Saidnaya[1],[2]. Il est relâché par le régime le , au début de la guerre civile syrienne, ainsi que de nombreux leaders islamistes[3],[2].

Il rejoint les rebelles et combat d'abord au sein du Harakat Fajr al-Cham al-Islamiyya, puis du bataillon Moussab Ibn Omaïr, avant de rejoindre Ahrar al-Cham[2]. En février 2014, après la mort d'Abou Khaled al-Souri, Abou Jaber lui aurait succédé à la tête des forces d'Ahrar al-Cham dans l'ouest du gouvernorat d'Alep[2].

Après la mort le de Hassan Aboud, le fondateur d'Ahrar al-Cham, Abou Jaber est nommé dés le lendemain pour lui succéder[4],[5]. Cependant il démissionne un an plus tard et Abou Yahia al-Hamawi, est élu à la tête d'Ahrar al-Cham le 12 septembre 2015, après un vote de la choura du groupe[6].

Idéologiquement, Ahrar al-Cham est tiraillé entre des courants « modérés » et « radicaux »[7],[8]. Abou Jaber se place plutôt dans la tendance la plus radicale, il désapprouve les choix pris par la branche politique du mouvement de participer à des négociations avec le régime syrien et de coopérer avec l'armée turque dans le cadre de l'Opération Bouclier de l'Euphrate[7],[8]. Bien qu'allié au Front al-Nosra, il déclare dans une interview à Al Jazeera qu'il désapprouve l'allégeance de ce groupe à al-Qaïda[2]. Le 10 décembre 2016, Abou Jaber fait défection avec seize factions locales d'Ahrar al-Cham et fonde un nouveau groupe : Jaych al-Ahrar[7],[8].

En janvier 2017, Abou Jaber prend la tête d'un nouveau mouvement formé par la fusion de l'ex-Front al-Nosra et de plusieurs groupes rebelles islamistes : le Hayat Tahrir al-Cham[9]. Cependant, Abou Jaber démissionne le , Abou Mohammed al-Joulani prend alors provisoirement la tête du groupe[10],[11]. Abou Jaber devient alors chef du conseil de la choura du groupe.

Notes et référencesModifier