Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Ziad Majed

politologue libanais, membre fondateur du Mouvement de gauche démocratique au Liban
Ziad Majed
Ziad-majed.jpg

Ziad Majed en avril 2013.

Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
ماجد، زيادVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Ziad Majed est un politologue, journaliste, essayiste et chercheur libanais[1],[2]. Il est auteur et co-auteur d'ouvrages, d'articles et d'études sur les réformes, les transitions démocratiques, les élections, la société civile et la citoyenneté au Liban, en Syrie et dans la région arabe.

Sommaire

BiographieModifier

Ziad Majed s'est engagé entre 1995 et 2000 dans plusieurs campagnes citoyennes au Liban. En 2004, il a contribué à la fondation du mouvement de la gauche démocratique (avec Samir Kassir, Elias Khoury et de nombreux intellectuels, politiciens, étudiants et militants), et a participé au soulèvement de l'indépendance en mars 2005, quand un million de Libanais ont manifesté à Beyrouth contre les assassinats politiques et contre l'hégémonie du régime syrien.

En 2007, il fonde avec des chercheurs du Maroc, de l'Algérie, de la Tunisie, de l'Égypte, de la Jordanie, du Liban, du Yémen et du Bahreïn un réseau pour les études sur la démocratie (le ANSD).

Il réside aujourd'hui en France où il enseigne la science politique et les études du Moyen-Orient contemporain à l'université américaine de Paris[1], et visite le Liban régulièrement pour organiser ou participer à des manifestations politiques et culturelles.

Ziad Majed est également reconnu pour ses positions en faveur du droit international et des droits Humains, ainsi, il s'oppose à l'affirmation d'Emmanuel Macron selon laquelle la France peut dialoguer avec une personne accusée de crime contre l'humanité, comme Bachar el-Assad, tant que les résolutions votées par l'O.N.U. ne sont pas appliquées. Il estime en effet que ce message "expulse les Syriens de la communauté internationale et de la protection du droit international" et que cela "signifie aussi que, tant que c’est un peu loin, il n’est pas grave de massacrer un peuple"[3].

PublicationsModifier

  • Le printemps de Beyrouth, Dar Annahar, Ziad Majed, 2006
  • Hezbollah and the Shiite community, Aspen Institute, Ziad Majed, 2010
  • La révolution orpheline, L'Orient des Livres/Actes Sud, Ziad Majed, 2014 - Recensé dans « Syrie, l’État barbare », sur www.laviedesidees.fr (consulté le 17 avril 2016)
  • Iran and its four Arab fronts, Sadighi Annual Lectures, International Institute of Social Justice, 2017

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Pourquoi les casques blancs syriens sont la cible d’une campagne de propagande en ligne? », sur www.20minutes.fr (consulté le 4 avril 2018)
  2. notice BnF no FRBNF16193976
  3. « Ziad Majed : « Cela contredit toutes les valeurs de la France » », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)

Liens externesModifier