Ouvrir le menu principal
Chronologies
Années :
1992 1993 1994  1995  1996 1997 1998
Décennies :
1960 1970 1980  1990  2000 2010 2020
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Aéronautique Architecture Arts plastiques Astronautique Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Échecs Économie Fantasy Football Informatique Jeu Jeu vidéo Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Philosophie Radio Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision TerrorismeThéâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Hégirien · Persan · Républicain

Cette page concerne l'année 1995 du calendrier grégorien en Italie.

Chronologie de l'Europe

1993 par pays en Europe - 1994 par pays en Europe - 1995 par pays en Europe - 1996 par pays en Europe - 1997 par pays en Europe
1993 en Europe - 1994 en Europe - 1995 en Europe - 1996 en Europe - 1997 en Europe

ChronologieModifier

  • 17 janvier : gouvernement Dini en Italie.
  • février : l’aggravation de la situation économique conduit le gouvernement à adopter de nouvelles mesures d'austérité d'un montant de 1,1 % du PIB.
  • 6 mars : Romano Prodi, « il professore », économiste de l’université de Bologne et ancien membre de DC, lance l’idée d’une coalition de centre gauche baptisée L'Olivier, conçu comme une machine de guerre contre Berlusconi[1].
  • 8 mai : Lamberto Dini prend à bras le corps le problème des retraites pour réduire le déficit public. Le gouvernement Dini parvient à un accord avec les syndicats sur la question des retraites.
    • L'âge de départ à la retraite est flexibilisé de 57 à 65 ans en fonction de la pénibilité et la durée de cotisation portée progressivement à 40 ans.
    • La pension est calculée au niveau des contributions aux caisses de retraites (cotisations, capitalisation, espérance de vie) et est indexée sur l'inflation.
    • Les cotisations sociales sont majorées de 20 %.
    • Les cotisations à des caisses privées sont favorisées par des incitations fiscales.

Économie et sociétéModifier

  • 57,7 millions d’habitants. La population stagne depuis 1982. Le déficit public atteint 7,6 % du PIB. 5,5 % d’inflation. 12 % des actifs au chômage.
  • La crise économique met un coup d'arrêt au processus de rigueur budgétaire entrepris depuis 1992. Les recettes publiques sont réduites de 2 % et l'excédent primaire tombe à 1,5 % du PIB.
  • Le nombre de retraité est supérieur au nombre d’actif. Une quantité considérable de faux retraités travaillent au noir et 30 000 pensions sont versées à des personnes décédées. Au total 15,4 % du PIB est englouti dans les pensions de retraites ;
  • Les rapports officiels épinglent également de nombreux abus qui grèvent le budget : deux mois de vacance annuel pour les fonctionnaires, une fraude fiscale démesurée, 3 millions de fausses pensions d’invalidité versées.
  • la dette se stabilise à 125 % du PIB.

CultureModifier

Décès en 1995Modifier

  • x

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier