Ouvrir le menu principal
Chronologies
Années :
1857 1858 1859  1860  1861 1862 1863
Décennies :
1830 1840 1850  1860  1870 1880 1890
Siècles :
XVIIIe siècle  XIXe siècle  XXe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Architecture Arts plastiques Chemins de fer Droit Football Littérature Musique populaire Musique classique Parcs de loisirs Photographie Philosophie Santé et médecine Science Sociologie Sport Terrorisme Théâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Musulman · Persan · Républicain

Cette page concerne l'année 1860 du calendrier grégorien.


Chronologie de l'Europe

ÉvénementsModifier

 
Expédition des Mille : entrée de Garibaldi dans Messine
 
27 mai : entrée de Garibaldi dans Palerme
 
1er octobre : bataille de Volturno


  • Publication du code pénal, de procédure civile et de procédure pénale.
  • Malaise économique. La guerre civile dans le Sud, la mise en place d’une administration plus lourde, grève lourdement le budget de l’État qui est continuellement en déficit. Le ministre des Finances Quintino Sella doit augmenter impôts directs et indirects, rétablissant l’impopulaire macinato (impôt sur les moutures). La levée brutale des barrières douanières provoque la faillite de nombreuses entreprises protégées jusqu’alors. Le commerce stagne.
  • L’ancien royaume des Deux-Siciles inquiète les Piémontais, le danger pouvant venir des partisans des Bourbons aussi bien que des radicaux avec qui Garibaldi avait eu des contacts lors de son expédition. Le Piémont y établit donc une rigoureuse centralisation administrative, envoie des fonctionnaires venus du Nord et donne à des Piémontais des concessions de chemin de fer. De nouveaux impôts sont levés, la conscription rétablie et la police réorganisée, ce qui accroît l’impopularité du régime. Le phénomène traditionnel du brigandage se renforce. L’ancien roi de Naples, réfugié dans les États du pape, subventionne les brigands et leur donne asile lorsqu’ils sont chassés. Turin envoie alors 120 000 hommes pour combattre les brigands estimés à 80 000. Des sociétés secrètes, Mafia en Sicile, 'Ndrangheta en Calabre et Camorra à Naples, appuyées par les grands propriétaires, s’imposent par la terreur et l’intimidation. Les idées de l’anarchiste russe Bakounine, installé en Italie dès 1864, trouvent une audience importante auprès des populations hostiles à la centralisation.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. Jacques-Olivier Boudon, Religion et politique en France depuis 1789, Armand Colin, (ISBN 9782200356095, présentation en ligne)
  2. Alexandre Jean H. de Clercq, Recueil des traités de la France, 1713-(1906), vol. 8, Amyot, (présentation en ligne)
  3. a b et c Hubert Heyriès, Les Garibaldiens de 14 : splendeurs et misères des chemises rouges en France de la grande guerre à la seconde guerre mondiale, Serre, (ISBN 9782864104384, présentation en ligne)