12e régiment de tirailleurs sénégalais

12e régiment de tirailleurs sénégalais
Image illustrative de l’article 12e régiment de tirailleurs sénégalais
Image illustrative de l’article 12e régiment de tirailleurs sénégalais
Insignes régimentaires du 12e régiment de tirailleurs sénégalais.

Création 1920
Dissolution 1946
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Régiment de tirailleurs sénégalais
Rôle Infanterie
Garnison La Rochelle et Saintes
Devise Tocci se gaousos
Touche si tu l’ose
Inscriptions
sur l’emblème
Maroc 1925-1926
Guerres Guerre du Rif
Seconde Guerre mondiale

Le 12e régiment de tirailleurs sénégalais (ou 12e RTS) est un régiment de l'armée française. Formé de tirailleurs sénégalais, il participe à la guerre du Rif et à la Seconde Guerre mondiale.

Création et différentes dénominationsModifier

Historique des garnisons, combats et batailles du 12e RTSModifier

Entre-deux-guerresModifier

Né en 1920[1] en Turquie où il participe à l'occupation de la zone neutralisée des détroits de la région de Constantinople[réf. souhaitée].
En , le régiment quitte Marseille pour participer à la guerre du Rif au Maroc[2]. Il y méritera l'inscription « Maroc : 1925-1926 » sur son drapeau[3]. Le régiment défend notamment le poste d'Aïn-Bou-Aïssa, pris par les Rifains le après un siège commencé le 15 juin[4].

De 1929 à 1939, il stationne à Saintes (Charente-Inférieure) dans la caserne Brémond d'Ars (actuellement collège René Caillé)[réf. souhaitée]. Il stationne aussi à La Rochelle (Charente-Inférieure), d'où il embarque en 1939 pour le front[5].

Seconde Guerre mondialeModifier

MobilisationModifier

Au , la compagnie de commandement du 12e régiment de tirailleurs sénégalais est formée à La Rochelle et Saintes, elle est constituée en grande partie d'unité de réserviste.

Le arrivée du lieutenant-colonel Perretier.

Le départ du colonel Baudin qui va prendre le commandement de l'ID de la 1re DIC ; arrive également le capitaine Chabrelie qui prend les fonctions de médecin chef en remplacement du Capitaine Breteau passé au 3e bataillon.

  • Perretier lieutenant-colonel, commandant le régiment:
  • Colin capitaine, chef d'état-major
  • Freund Paul (30 janvier 1898 - 18 mai 1940) Capitaine. Décèdera à Beaumont en Argonne)
  • Les lieutenants : Casaula, Guichard et Vallentin, officier d'SM[Quoi ?]
  • Gaborit lieutenant, officier de liaison
  • Chabrelie capitaine, médecin chef
  • Guérit lieutenant, vétérinaire
  • Babel capitaine, commandant la compagnie
  • Guillet lieutenant, Pionnier
  • Messmer sous-lieutenant, chef transmissions
  • Cortadellas sous-lieutenant, éclaireur motos
  • Graff Commandant, chef de bataillon

Ces officiers sont relayés par : 2 adjudants-chef, 2 adjudants, 3 sergents chef, 19 sergents, 9 caporaux-chef, 10 caporaux, 1 sergent indigène, 5 caporaux indigènes.

Le le lieutenant-colonel est promu colonel[6].

Le 12e RTS est l'un des trois régiments d'infanterie de la 1re division d'infanterie coloniale. Cette division est placée en réserve de la 2e armée qui doit en premier lieu protéger la ligne Maginot d'une manœuvre tournante.

HivernageModifier

Il passe l'hiver 1939-1940 à Marseille[1]. Le régiment est dissout le pour former le 12e régiment d'infanterie coloniale mais est recréé le 15 décembre. Il retourne auprès de la 1re DIC en avril[7].

Bataille de FranceModifier

Le 12e RTS combat dans les Ardennes et sur la Meuse participant aux combats de Beaumont-en-Argonne, Brillon-en-Barrois, Bourmont. Entre le 18 et le , ces tirailleurs sont faits prisonniers au sud de Sion (Meurthe-et-Moselle), alors qu'ils opèrent un repli sur les Vosges[5].

Dans la nuit du 15 au , lors de la deuxième phase de la campagne de France, des soldats allemands, appartenant probablement[réf. nécessaire] à la 6e Panzerdivision allemande, massacrèrent dans la forêt de Brillon une cinquantaine de tirailleurs sénégalais prisonniers, dont de nombreux blessés, appartenant au 12e régiment de tirailleurs sénégalais[8].

Le un bataillon du 12e RTS sous les ordres du commandant Graff doit stopper l'avancée allemande au niveau du pont du village d'Harréville-les-Chanteurs, dans la Haute-Marne. Le bataillon se battit jusqu'au bout mais fut décimé. Un monument à la mémoire des tués du bataillon rappelle ce fait d'armes.

De 1945 à nos joursModifier

DrapeauModifier

Il porte l'inscription Maroc 1925-1926[3].

 

Personnalités ayant servi au sein de l'unitéModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e Antoine Champeaux, « Le patrimoine de tradition des troupes indigènes », Revue historique des armées, no 271,‎ , p. 89–106 (ISSN 0035-3299, lire en ligne, consulté le 20 novembre 2020)
  2. « L'offensive d'Abd el Krim : Des renforts partent de Marseille », La Lanterne,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  3. a b et c Décision no 12350/SGA/DMPA/SHD/DAT relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées (no 27), (lire en ligne), p. 114-115
  4. « Les Troupes Coloniales dans la conquête et la pacification », sur La Sabretache, (consulté le 20 novembre 2020)
  5. a et b Les tirailleurs sénégalais dans la campagne de France, Ministère de la Défense français, coll. « Mémoire et Citoyenneté » (no 10) (lire en ligne)
  6. Document remis lors de la célébration du 50e anniversaire des combats de Chartainvilliers 23/06/1990
  7. « Les Troupes Coloniales en 1939-40 : la mobilisation et la période d'attente », L'Ancre d'or, no 256,‎ (lire en ligne)
  8. Scheck, R. (2007). Une saison noire. Les massacres de tirailleurs sénégalais. Mai-juin 1940. Paris : Tallandier. p.52.
  9. « PARSUIRE Dominique, Isidore, Jean [pseudonymes de clandestinité : « Prades », (...) - Maitron », sur maitron.fr (consulté le 20 novembre 2020)
  10. « Georges KOUDOUKOU », sur Musée de l'Ordre de la Libération (consulté le 20 novembre 2020)
  11. « Jacques MASSU », sur Musée de l'Ordre de la Libération (consulté le 21 novembre 2020)
  12. Le Terroriste noir de Tierno Monénembo, éditions du Seuil, 2012.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier