Gaz à effet de serre

composants gazeux qui absorbent le rayonnement infrarouge émis par la surface terrestre

Les gaz à effet de serre (GES) sont des composants gazeux qui absorbent le rayonnement infrarouge émis par la surface terrestre[n 1] et contribuent ainsi à l'effet de serre. L'augmentation de leur concentration dans l'atmosphère terrestre est l'un des facteurs à l'origine du réchauffement climatique. Un gaz ne peut absorber les rayonnements infrarouges qu'à partir de trois atomes par molécule, ou à partir de deux si ce sont deux atomes différents.

Gaz d'échappement d'une automobile.

Principaux gaz à effet de serreModifier

Les principaux gaz à effet de serre (GES) naturellement présents dans l'atmosphère sont[G 1] :

  • la vapeur d'eau[1] (H2O) et les gouttelettes d'eau des nuages, qui sont à l'origine de 72 % de l'effet de serre naturel[2]. Le réchauffement climatique accentue l’évaporation de l'eau, ce qui assèche les terres, accroît l'effet de serre et le réchauffement des océans ;
  • le dioxyde de carbone (CO2), qui est le principal gaz à effet de serre (en quantité), est à 97 % d'origine naturelle et à 3 % d'origine anthropique[3], mais ces 3 % représentent 66 % de l'effet de serre anthropique[2] ;
  • le méthane (CH4), qui est responsable de 17 % de l'effet de serre anthropique[4] du fait de son potentiel de réchauffement global élevé égal à 34 fois celui du CO2 à cent ans (en prenant en compte les rétroactions climatiques[5]), mais qui persiste moins de dix ans dans l'atmosphère. Il est rejeté pour les trois quarts par les humains ;
  • le protoxyde d'azote (N2O) ;
  • l'ozone troposphérique (O3).

Les gaz à effet de serre industriels comprennent aussi des hydrocarbures halogénés comme :

 
Mesure du CO2 atmosphérique par l'observatoire de Mauna Loa à Hawaii.

Effet de serreModifier

Sous l'effet des gaz à effet de serre, l'atmosphère terrestre se comporte grossièrement comme la vitre d'une serre, laissant entrer une grosse partie du rayonnement solaire, mais retenant le rayonnement infrarouge réémis par le sol[6].

La transparence de l'atmosphère dans le spectre visible permet en effet au rayonnement solaire d'atteindre le sol. L'énergie ainsi apportée s'y transforme en chaleur. De plus, comme tout corps chaud, la surface de la Terre rayonne sa chaleur, dans l'infrarouge. Les GES et les nuages[n 2] (constitués de glace ou d'eau liquide) étant opaques aux rayons infrarouges, ils absorbent ces rayonnements. Ce faisant, ils emprisonnent l'énergie thermique près de la surface du globe, où elle réchauffe l'atmosphère basse.

L'effet de serre naturel est principalement dû à la vapeur d'eau[7] (pour 0,3 % en volume, soit 55 % de l'effet de serre) et aux nuages (17 % de l'effet de serre), soit environ 72 % dus à H2O et 28 % restants dus essentiellement au CO2[2]. Il a porté la température moyenne, à la surface de la Terre, à +15 °C. Sans ce processus naturel, la température moyenne sur la surface du globe serait de −18 °C[8],[9], ce qui aurait radicalement changé son évolution.

Selon Sandrine Anquetin, du Laboratoire d’étude des transferts en hydrologie et environnement (LTHE) de Grenoble, les scientifiques observent et anticipent une intensification mondiale du cycle hydrologique. Le réchauffement mondial moyen accroît l'évaporation de l’eau, donc l'humidité dans l’atmosphère. Plus l’atmosphère se réchauffe, plus elle stocke et transporte l’humidité. Il convient désormais de comprendre et d’anticiper la déclinaison du cycle de l'eau à l’échelle régionale[10].

Émissions dues aux activités humainesModifier

 
Les centrales thermiques à flamme causent une bonne part des émissions de GES (ici la centrale thermique de Porcheville, Yvelines, fermée depuis le ).
 
Émissions de carbone fossile par sources depuis 1800.

Les concentrations en gaz à effet de serre dans l'atmosphère terrestre augmentent depuis le XIXe siècle[11] pour des raisons essentiellement anthropiques, avec un nouveau record en 2012 selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM)[12]. Depuis 1991, selon les estimations de l'Agence internationale de l'énergie, les émissions de gaz à effet de serre du secteur énergétique (toutes sauf celles liées à l'agriculture ou aux incendies, soit 80 % des émissions) ont toujours augmenté d'une année à l'autre, excepté des stagnations en 1992, 1993, 2016 et 2019, et des baisses en 2009 (-1,4 %) et 2015 (-0,3 %)[13].

Par secteursModifier

 
Émissions globales de gaz à effet de serre par secteur d'activité.

Statistiques du GIECModifier

Induites par les activités humaines, les émissions anthropiques directes de gaz à effet de serre proviennent principalement, selon le cinquième rapport d'évaluation du GIEC publié en 2014, des secteurs économiques suivants[14],[15] :

Le protocole de Kyoto, qui s'était donné comme objectif de stabiliser puis de réduire les émissions de GES afin de limiter le réchauffement climatique[16], n'a pas tenu ses objectifs[réf. nécessaire].

Émissions dues au numériqueModifier

Bien que le numérique (au sens des technologies de l'information et de la communication) ait tendance à être considéré comme « virtuel » ou « immatériel », son empreinte carbone est loin d'être négligeable, en raison de la forte consommation énergétique qu'il implique. Ainsi, il correspondrait à 3,7% des émissions mondiales de gaz à effet de serre en 2018 selon The Shift Project[17] et à 3,8% en 2019 selon GreenIT[18]. Selon The Shift Project, cette part connaît une très forte croissance qui devrait se poursuivre, notamment en raison de la multiplication des objets connectés[19] et du développement de la vidéo en ligne (streaming), qui représente à elle seule 1 % des émissions. Ce phénomène amène l'association à appeler à une posture de sobriété numérique[20].

Origines des émissionsModifier

L'accroissement des principaux gaz à effet de serre est essentiellement dû à certaines activités humaines[12].

Utilisation de combustibles fossilesModifier

Les combustibles fossiles sont principalement le charbon, les produits pétroliers et le gaz naturel. Ils ont libéré dans l'atmosphère depuis deux siècles de très importantes quantités de dioxyde de carbone (CO2) provenant du carbone accumulé dans le sous-sol depuis le Paléozoïque. L'augmentation de concentration atmosphérique de CO2 qui en résulte est le principal facteur du réchauffement climatique. En 2007, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) indique que les activités humaines sont responsables du changement climatique[G 2] avec un degré de confiance très élevé (soit une probabilité d'environ 90 %[G 3]). Le GIEC a également publié en 2014 un rapport classant les sources de production d'électricité en fonction de leurs émissions de gaz à effet de serre[21].

Déforestation et combustion de boisModifier

Une forêt mature est un réservoir important de carbone. La disparition de surfaces toujours plus grandes de forêts au profit de cultures ou de pâturages (emmagasinant une quantité moindre de matière organique) libère du CO2 dans l'atmosphère, surtout quand la déforestation se fait par brûlis. En effet, la pousse de jeunes arbres ne peut plus absorber autant de carbone qu'en génère la dégradation des arbres morts ou brûlés remplacés par des cultures industrielles ou des pâturages. Si le bois exporté pour la construction permet de poursuivre le stockage du carbone, son utilisation en combustion (chauffage, séchage par exemple du tabac, etc.) émet également des gaz à effet de serre.

Occupation des solsModifier

Les sols sont des réservoirs majeurs de carbone, lequel peut être dissous, de façon variable selon l'usage du sol, en CO2. En France, l'ADEME estime ainsi que « les terres agricoles et la forêt occupent plus de 80 % du territoire national et séquestrent actuellement 4 à 5 GtC (soit entre 15 et 18 Gt CO2) dont plus des deux tiers dans les sols. Toute variation positive ou négative de ce stock influe sur les émissions nationales de gaz à effet de serre (GES), estimées à 0,5 Gt CO2éq/an (valeur 2011) »[22]. Selon certaines études, l'agriculture et la déforestation sont, à elles seules, responsables de la plus grande part des émissions de CO2 depuis le XIXe siècle[23]. Pour cette raison, une décision du Conseil européen de 2013 préconise la prise en compte des changements d'affectation des sols et de leur utilisation dans le calcul des émissions de CO2 (sous le nom de règles UTCATF, pour utilisation des terres, changement d'affectation des terres et foresterie[24]).

ÉlevageModifier

Les ruminants contribuent au réchauffement climatique à hauteur de 14,5 % en 2013[n 3],[25], part dont 44 %[25] à 60 %[27] est dû au méthane, les autres composantes étant le N2O (25 %, issu principalement de la fertilisation azotée et des effluents d’élevage) et le CO2 (15 %, issu principalement de la consommation de carburant pour le fonctionnement de la ferme et la production d’intrants)[27]. L'élevage extensif émet 20 % de GES en moins que le système intensif, grâce au puits de carbone et à l'alimentation locale que représentent les surfaces herbagères[27]. D'autres mesures d'atténuation, parfois déjà appliquées, sont une alimentation étudiée pour réduire la fermentation entérique, la mise en place d'usines de biogaz pour recycler le fumier et le recours à des méthodes de conservation des sols et de sylvopastoralisme[28].

Utilisation des CFC et HCFCModifier

Remplacés par les hydrochlorofluorocarbures (HCFC), les chlorofluorocarbones (CFC) ont vu leur utilisation dans les systèmes de réfrigération et de climatisation fortement réglementée par le protocole de Montréal. Malgré cela, les rejets restent préoccupants. Par exemple, le HCFC le plus communément utilisé, le monochlorodifluorométhane ou HCFC-22, a un potentiel de réchauffement global (PRG) 1 800 fois plus élevé que le CO2[29]. De plus, les CFC présents dans les systèmes de réfrigération et de refroidissement et dans les mousses isolantes déjà en place représentent des émissions potentielles si elles ne sont pas captées lors de la destruction des systèmes ou des immeubles concernés. Une étude publiée en mars 2020 dans Nature Communications évalue ces stocks sur vingt ans aux émissions des véhicules de tourisme aux États-Unis. Pour les chercheurs, la taille de ces stocks est telle que la gestion prudente de la déconstruction serait peu coûteuse en regard de leurs émissions. Ils mettent également en évidence une production illégale de CFC-113 et de CFC-11[30].

Émissions de protoxyde d'azote (N2O)Modifier

En augmentation constante[12], les émissions de protoxyde d'azote sont en grande partie issues de l'agriculture industrielle.

Les émissions de méthane
Elles proviennent pour les trois quarts de l'activité humaine[réf. nécessaire], en particulier des énergies fossiles, de l'élevage et des décharges. Des phénomènes naturels s'y ajoutent, comme le dégel du pergélisol[31],[32] ou l'activité microbienne des zones inondées.
Ces émissions tendaient à se stabiliser en 2005-2007, mais sont à nouveau en forte hausse, avec un record en 2012 (1,819 ppm, soit +260 % par rapport au niveau préindustriel)[12], surtout à partir des zones tropicales. L'élevage, en plein développement[28],[33], est une des causes de l'augmentation de ce gaz à fort potentiel de réchauffement global (pour 37 % environ du total en 2006[26]), les autres sources étant notamment l'extension des surfaces immergées (rizières[34][source insuffisante], marécages).

Intensité des émissionsModifier

Pour le vocabulaire officiel de l’environnement, tel que défini par la commission d'enrichissement de la langue française en 2019, l’« intensité des émissions de gaz à effet de serre » (en anglais « greenhouse gas intensity ») est : « [un] indicateur qui rapporte la quantité de gaz à effet de serre émis, mesurée par son équivalent en dioxyde de carbone, au produit intérieur brut » ; il est précisé que :

  1. « l'intensité des émissions de gaz à effet de serre permet d'effectuer des comparaisons, notamment entre des pays ou des secteurs économiques » ;
  2. « bien que l'intensité des émissions de gaz à effet de serre ne concerne pas exclusivement le dioxyde de carbone, on parle fréquemment d'« intensité carbone » (en anglais : « carbone intensity ») »[35].

Émissions naturellesModifier

Potentiel de réchauffement globalModifier

Concentrations atmosphériques en volume, durée de séjour et potentiel de réchauffement des principaux gaz à effet de serre
Gaz à effet de serre Formule Concentration
préindustrielle[T 1]
Concentration
actuelle[n 4]
Durée de séjour moyenne
(ans)[T 2]
PRG
à 100 ans[T 2]
Vapeur d'eau H2O ~0,02 (1−2 semaines) ns
Dioxyde de carbone CO2 280 ppm 412 ppm[36] 100[2] 1
Méthane CH4 0,6 à 0,7 ppm 1,8 ppm 12[n 5] 25
Protoxyde d'azote N2O 0,270 ppm 0,327 ppm[37] 114 298
Dichlorodifluorométhane (CFC-12) CCl2F2 0 0,52 ppb 100 10 900
Chlorodifluorométhane (HCFC-22) CHClF2 0 0,105 ppb 12 1 810
Tétrafluorométhane[n 6] CF4 0 0,070 ppb 50 000 7 390
Hexafluorure de soufre SF6 0 0,008 ppb 3 200 22 800
 
Données pour l'année 2000[38]. Dans le premier graphique, les émissions sont pondérées par le potentiel de réchauffement global de chaque gaz (avec 72 % de CO2, 18 % de méthane, 9 % d'oxydes d'azote et 1 % d'autres gaz). Attention, les émissions des avions et du transport maritime, et les « émissions grises » ne sont pas intégrées dans ce type de graphique.

Chaque GES a un effet différent sur le réchauffement global. Par exemple, sur une période de 100 ans, un kilogramme de méthane a un impact sur l'effet de serre 25 fois plus fort qu'un kilogramme de CO2[39]. Alors pour comparer les émissions de chaque gaz, en fonction de leur impact sur les changements climatiques on préfère utiliser des unités communes : l'équivalent CO2 ou bien l'équivalent carbone, plutôt que de mesurer les émissions de chaque gaz.

L'équivalent CO2 est aussi appelé potentiel de réchauffement global (PRG). Il vaut 1 pour le dioxyde de carbone qui sert de référence. Le potentiel de réchauffement global d'un gaz est la masse de CO2 qui produirait un impact équivalent sur l'effet de serre. Par exemple, le méthane a un PRG de 25, ce qui signifie qu'il a un pouvoir de réchauffement 25 fois supérieur au dioxyde de carbone[39].

Il n'y a pas de PRG pour la vapeur d'eau : la vapeur d'eau en excès réside moins de deux semaines dans l'atmosphère, dont elle est éliminée par précipitation.

Pour l'équivalent carbone, on part du fait qu'1 kg de CO2 contient 0,272 7 kg de carbone. L'émission d'1 kg de CO2 vaut donc 0,272 7 kg d'équivalent carbone. Pour les autres gaz, l'équivalent carbone vaut :équivalent carbone = PRG × 0,2727

On peut noter que la combustion d'une tonne de carbone correspond bien à l'émission d'une tonne équivalent carbone de CO2, car le rapport est de 1:1 (il y a un atome de carbone C dans une molécule de CO2).

Cette unité de mesure, utile pour comparer les émissions produites, est utilisée dans la suite de cet article.

Durée de séjourModifier

Hormis la vapeur d'eau, qui est évacuée en quelques jours[réf. nécessaire], les gaz à effet de serre mettent très longtemps à s'éliminer de l'atmosphère. Étant donné la complexité du système atmosphérique, il est difficile de préciser la durée exacte de leur séjour[n 7]. Ils peuvent être évacués de plusieurs manières :

  • par une réaction chimique intervenant dans l'atmosphère : le méthane, par exemple, réagit avec les radicaux hydroxyle naturellement présents dans l'atmosphère pour créer du CO2.
  • par une réaction chimique intervenant à l'interface entre l'atmosphère et la surface du globe : le CO2 est réduit par photosynthèse par les végétaux ou est dissous dans les océans pour former des ions bicarbonate et carbonate (le CO2 est chimiquement stable dans l'atmosphère).
  • par des rayonnements : par exemple, les rayonnements électromagnétiques émis par le soleil et les rayonnements cosmiques « brisent » les molécules dans les couches supérieures de l'atmosphère. Une partie des hydrocarbures halogénés disparaissent de cette manière (ils sont généralement chimiquement inertes, donc stables lorsque introduits et mélangés dans l'atmosphère).

Voici quelques estimations de la durée de séjour des gaz, c'est-à-dire le temps nécessaire pour que leur concentration diminue de moitié.

Durée de séjour des principaux gaz à effet de serre[T 2]
Gaz à effet de serre Formule Durée de séjour
(ans)
PRG
à 100 ans
Vapeur d'eau H2O qq jours ns
Dioxyde de carbone CO2 100[2] 1
Méthane CH4 12 25
Protoxyde d'azote N2O 114 298
Dichlorodifluorométhane (CFC-12) CCl2F2 100 10 900
Chlorodifluorométhane (HCFC-22) CHClF2 12 1 810
Tétrafluorométhane[n 6] CF4 50 000 7 390
Hexafluorure de soufre SF6 3 200 22 800

Évolution des concentrations mondiales de GESModifier

En 2007 le quatrième rapport d'évaluation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) estime qu'entre 1970 et 2004 les émissions de gaz à effet de serre dues aux activités humaines ont augmenté de 70 %[40].

L’Organisation météorologique mondiale (OMM) a annoncé le que les concentrations mondiales de gaz à effet de serre avaient atteint de nouveaux records en 2016[41] :

  • la teneur moyenne de l'atmosphère en dioxyde de carbone (CO2) était de 403,3 ppm (parties par million), soit 3,3 ppm de plus qu'en 2015 ; cette hausse est la plus forte augmentation interannuelle de la période 1984-2016 ; la teneur de 2016 représente 145 % du niveau préindustriel (278 ppm en 1750) ;
  • le méthane (CH4), 2e GES persistant par son abondance, dont 60 % des émissions sont d'origine humaine, a atteint un nouveau record en 2016 à 1 853 ppb (parties par milliard), soit 257 % du niveau préindustriel ; après une période de stabilisation, sa teneur augmente à nouveau depuis 2007 ;
  • le protoxyde d'azote (N2O) a atteint 328,9 ppb, soit 9 ppb de plus qu’en 2015 et 122 % du niveau préindustriel ;
  • globalement, le forçage radiatif de l'atmosphère par les gaz à effet de serre s'est accru de 40 % entre 1990 et 2016 ; le dioxyde de carbone est responsable d'environ 80 % de cette progression ;
  • l'océan absorbe 26 % des émissions anthropiques de CO2, limitant l'accroissement du CO2 atmosphérique causé par l'exploitation des combustibles fossiles, mais l'absorption de quantités accrues de ce gaz (4 kg par jour et par personne) par les mers modifie le cycle des carbonates marins et entraîne une acidification de l'eau de mer. Le rythme actuel d'acidification des océans semble sans précédent depuis au moins 300 millions d'années ; cette acidification a une influence néfaste sur la calcification chez beaucoup d'organismes marins et tend à réduire leur taux de survie et altérer leurs fonctions physiologiques et diminue la biodiversité.

L’Organisation météorologique mondiale a annoncé le 26 mai 2014 qu'en avril, pour la première fois, les concentrations mensuelles de CO2 dans l'atmosphère ont dépassé le seuil symbolique de 400 ppm dans tout l'hémisphère nord ; dans l'hémisphère sud, les concentrations sont de 393 à 396 ppm, du fait d'une densité de population et d'une activité économique moindres. La moyenne mondiale à l'époque préindustrielle était de 278 ppm[42].

En 2018, la teneur moyenne de l'atmosphère en CO2 a atteint le niveau de 407,8 ppm, dépassant de 147 % le niveau préindustriel de 1750. L'Organisation météorologique mondiale avertit qu'« aucun signe de ralentissement n'est visible malgré tous les engagements pris au titre de l'Accord de Paris sur le climat » et appelle les pays à traduire leurs « engagements en actes et revoir à la hausse [leurs] ambitions dans l'intérêt de l'humanité »[43].

Statistiques d'émissionsModifier

Cycle du carboneModifier

 
Évolution de la concentration en CO2 et flux de carbone vers l’atmosphère.
Cycle du carbone (flux en Gt/an)[44]
sources et puits
de carbone
flux de carbone
émis vers l'atmosphère
flux de carbone
extrait de l'atmosphère
combustion de combustible fossile 4-5
oxydation/érosion de matière organique du sol 61-62
respiration des organismes de la biosphère 50
déforestation 2
absorption par les océans 2,5
incorporation à la biosphère par photosynthèse 110
Accroissement net du carbone atmosphérique +4,5-6,5

Stocks de carbone : la biosphère contient 540 à 610 Gt de carbone ; le sol : 1 500 à 1 600 Gt ; les océans : 38 000 à 40 000 Gt, la lithosphère : 66 000 à 100 000 Gt, dont 4 000 à 5 000 Gt de combustibles fossiles ; l'atmosphère : 578 Gt en 1700, 766 Gt en 1999, croissance annuelle depuis : >6 Gt/an.

La progression et les fluctuations de la teneur en CO2 sont retracées quasiment en temps réel sur le site ESRL (Earth System Research Laboratory)[45].

Émissions globales de gaz à effet de serreModifier

Statistiques mondialesModifier

La Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques fournit sur son site internet[46] de nombreuses données sur les émissions territoriales des pays parties à ladite convention :

Évolution des émissions de GES des principaux pays parties à la Convention, entre 1990 et 2015, classés par ordre décroissant d'émission en 2015
(en Mt CO2éq, hors UTCATF*)[47]
Pays 1990 2000 2010 2015 var.2015
/1990
  États-Unis 6 363 7 214 6 925 6 587 +3,5 %
  Union européenne à 28 5 643 5 152 4 775 4 308 -23,7 %
  Russie 3 768 2 273 2 601 2 651 -29,6 %
  Japon 1 268 1 385 1 304 1 323 +4,3 %
  Allemagne 1 251 1 043 942 902 -27,9 %
  Canada 611 738 701 722 +18,1 %
  Australie 420 485 537 533 +27,0 %
  Royaume-Uni 797 713 616 507 -36,4 %
  Turquie 214 296 407 475 +122,0 %
  France 550 556 517 464 -15,7 %
  Italie 520 553 505 433 -16,7 %
  Pologne 570 391 407 386 -32,4 %
  Espagne 288 386 357 336 +16,6 %
  Ukraine 962 427 413 323 -66,4 %
  Pays-Bas 221 219 214 195 -11,6 %
  Belgique 146 149 132 117 -19,7 %
  Roumanie 301 140 121 116 -61,4 %
  Autriche 79 81 85 79 +0,1 %
  Suède 72 69 65 54 -25,1 %
  Suisse 53 53 54 48 -10,0 %
* UTCATF = Utilisation des terres, changement d'affectation des terres et foresterie (en anglais : LULUCF).
Évolution des émissions de GES des principaux pays hors Convention, entre 1994 et 2012, classés par ordre décroissant d'émission en dernière année
(en Mt CO2éq, hors UTCATF*)[48]
Pays année de base année point intermédiaire année dernière année année var.dern.année
/année de base
  Chine 4 058 1994 7 466 2005 11 896 2012 +193 %
  Inde 1 214 1994 1 524 2000 2 101 2010 +73 %
  Brésil 551 1990 745 2001 985 2012 +79 %
  Corée du Sud 295 1990 516 2001 688 2012 +134 %
  Mexique 404 1990 514 2002 638 2013 +58 %
  Indonésie 267 1990 319 1993 554 2000 +108 %
  Iran 385 1994 484 2000 +25 %
  Afrique du Sud 347 1990 380 1994 +9 %
* UTCATF = Utilisation des terres, changement d'affectation des terres et foresterie (en anglais : LULUCF).

Après trois ans de relatif répit, les émissions mondiales de gaz à effet de serre devraient croître d'environ 2 % en 2017 par rapport à 2016 et atteindre le niveau record de 36,8 milliards de tonnes, selon les estimations établies par le Global Carbon Project (en), une plate-forme animée par des scientifiques issus du monde entier[49].

Statistiques européennesModifier

Eurostat publie des statistiques destinées au suivi des engagements du Protocole de Kyoto [50]:

Émissions de gaz à effet de serre dans l'Union européenne par pays (en Mt CO2éq, hors UTCATF*, émissions de l'aviation internationale incluses)
Pays 1990 1995 2000 2005 2010 2016 % 2016 2016/1990 tonnes (CO2éq)/habitant
2016[51]
Total EU-28 5 719,6 5 386,7 5 277,7 5 351,2 4 909,1 4 440,8 100 % -22,4 % 8,7
  Allemagne 1 263,7 1 138,3 1 064,3 1 016,0 967,0 935,8 21,1 % -25,9 % 11,4
  Royaume-Uni 812,1 769,6 743,4 728,1 643,7 516,8 11,6 % -36,4 % 7,9
  France 555,1 552,1 565,3 568,6 527,7 475,4 10,7 % -14,4 % 7,1
  Italie 522,7 538,5 562,5 589,4 512,9 438,2 9,9 % -16,2 % 7,2
  Pologne 467,9 438,9 390,4 398,6 407,4 397,8 9,0 % -15,0 % 10,5
  Espagne 292,5 334,0 395,2 450,6 368,3 340,5 7,7 % +19,4 % 7,3
  Pays-Bas 225,9 238,9 229,4 225,4 223,7 207,0 4,7 % -8,4 % 12,2
  République tchèque 200,1 159,4 150,8 149,0 141,5 131,3 3,0 % -34,4 % 12,4
  Belgique 149,8 157,7 154,5 149,0 136,9 122,1 2,8 % -18,5 % 10,8
  Roumanie 247,5 181,1 141,2 148,2 122,7 113,4 2,6 % -54,2 % 5,8
  Grèce 105,6 111,8 128,9 138,9 121,0 94,7 2,1 % -10,3 % 8,8
pays voisins :
  Norvège 52,3 51,7 55,5 56,0 56,4 54,7 +4,6 % 10,5
  Suisse 56,7 56,0 57,1 58,3 58,5 53,5 -5,6 % 6,4
* UTCATF = Utilisation des terres, changement d'affectation des terres et foresterie (en anglais : LULUCF).
 
Évolution des émissions de gaz à effet de serre des principaux pays européens
Source données : Agence européenne pour l'environnement[52].

Remarques :

  • Les pays aux émissions de gaz à effet de serre les plus élevées par habitant utilisent des sources d'énergie à fortes émissions (en particulier pour la production d'électricité)
    1. Lignite : Allemagne, République tchèque
    2. Tourbe : Irlande (13,5 t CO2éq/hab)
    3. Schiste bitumineux : Estonie (15,0 t CO2éq/hab)
    4. Charbon : Pologne.
  • La Belgique a des émissions particulièrement élevées du fait de la part importante de l'industrie dans son économie. Ce facteur joue aussi dans le cas de l'Allemagne, et a fortiori pour le Luxembourg : 19,8 t CO2éq/hab.
  • Les Pays-Bas ont des émissions de méthane particulièrement élevées (9,2 % du total de leurs émissions de GES contre 2,6 % pour le total de l'Union européenne)[53] ; cela provient surtout de leurs gisements de gaz naturel (Groningue).
Répartition des émissions de l'Union européenne à 28 + Islande
par gaz à effet de serre (Mt CO2éq)[54]
Pays 1990 2000 2010 2014 2015 2016 % 2016 2016/1990
CO2* 4 481 4 185 3 946 3 484 3 518 3 496 80,9 % -22,0 %
CO2 net** 4 208 3 855 3 608 3 153 3 188 3 182 -24,4 %
CH4 730 611 493 461 461 457 10,6 % -37,4 %
N2O 397 318 253 249 249 248 5,7 % -37,5 %
HFC 29 55 104 115 110 110 2,5 % +279 %
PFC 26 12 4 4 4 4 0,09 % -85 %
SF6 11 11 7 6 6 7 0,16 % -36 %
Total EU-28 net* 5 407 4 864 4 469 3 988 4 019 4 009 -25,9 %
Total EU-28 brut** 5 680 5 194 4 807 4 320 4 349 4 323 100 % -23,9 %
Total EU-28 hors UTCATF*** 5 657 5 169 4 785 4 298 4 327 4 300 -24,0 %
* émissions nettes de CO2 (émissions moins éliminations)
** émissions brutes de CO2 (sans les émissions UTCATF)
*** UTCATF = Utilisation des terres, changement d'affectation des terres et foresterie.
HFC = hydrofluorocarbones ; PFC = perfluorocarbones
Source : Agence européenne pour l'environnement.
Répartition des émissions de l'Union européenne à 28 +Islande par secteur (Mt CO2éq)[54]
Pays 1990 2000 2010 2014 2015 2016 % 2016 2016/1990
Énergie 4 355 4 022 3 800 3 339 3 375 3 352 78,0 % -23,0 %
Process industriels 518 457 396 384 379 377 8,8 % -27,2 %
Agriculture 543 459 421 429 430 431 10,0 % -20,6 %
UTCATF* -250 -305 -317 -310 -307 -291 -6,8 % +16,4 %
Déchets 236 229 166 144 141 139 3,2 % -41 %
émissions indirectes 4 3 2 2 2 1 0,02 % -75 %
Total EU-28 net** 5 407 4 864 4 469 3 988 4 019 4 009 -25,9 %
Total EU-28 hors UTCATF 5 657 5 169 4 785 4 298 4 327 4 300 100 % -24,0 %
* UTCATF = Utilisation des terres, changement d'affectation des terres et foresterie
** émissions nettes de CO2 (émissions moins éliminations)
Source : Agence européenne pour l'environnement.

Émissions de CO2 dans le mondeModifier

Émissions de CO2 dans le monde par zone géographique[55] (hors UTCATF)
En millions de tonnes de CO2[n 8] 1990 % 1990 2014 2015 % 2015 % var.
2015/1990
Amérique du Nord 5743 25,5 % 6365 6200 17,2 % +8 %
  Canada 557 2,5 % 705 684 1,9 % +23 %
  États-Unis 5008 22,2 % 5317 5177 14,4 % +3,4 %
Amérique centrale et du sud 651 2,9 % 1299 1284 3,6 % +97 %
  Brésil 221 1,0 % 506 486 1,3 % +120 %
Europe et ex-URSS 8448 37,5 % 6265 6216 17,2 % -26,4 %
  Russie 2395 10,6 % 1822 1761 4,9 % -26,5 %
  Union européenne à 28 4386 19,5 % 3424 3470 9,6 % -20,9 %
  Allemagne 1021 4,5 % 773 778 2,2 % -23,8 %
  Espagne 230 1,0 % 246 263 0,7 % +14,3 %
  France 383 1,7 % 323 328 0,9 % -14,4 %
  Italie 429 1,9 % 337 354 1,0 % -17,5 %
  Royaume-Uni 581 2,6 % 415 399 1,1 % -31,3 %
  Pologne 364 1,6 % 289 295 0,8 % -19 %
Afrique sub-saharienne 530 2,4 % 942 942 2,6 % +78 %
Moyen-Orient et Afrique du nord 956 4,2 % 2545 2616 7,3 % +174 %
  Arabie saoudite 168 0,7 % 487 506 1,4 % +201 %
Asie 5248 23,3 % 17065 17167 47,6 % +227 %
  Chine 2357 10,5 % 10790 10717 29,7 % +355 %
  Corée du Sud 270 1,2 % 612 610 1,7 % +126 %
  Inde 663 2,9 % 2349 2469 6,8 % +272 %
  Japon 1162 5,2 % 1285 1257 3,5 % +8,2 %
Océanie 306 1,4 % 484 491 1,4 % +60,5 %
Soutes internationales 626 2,8 % 1119 1145 3,2 % +83 %
Monde 22058 100 % 36084 36062 100 % +60,2 %

L'étude du Global carbon project[56], publiée le , avant le sommet de l'ONU sur le climat, annonce que les émissions de CO2 devraient atteindre 37 milliards de tonnes en 2014 et 43,2 milliards en 2019 ; en 2013, elles avaient progressé de 2,3 % pour atteindre 36,1 milliards de tonnes. En 2013, un Chinois émet désormais davantage qu'un Européen, avec 7,2 t de CO2 par habitant contre 6,8 t dans l'Union européenne, mais un Américain émet 16,4 t de CO2 ; la progression de ces émissions est très rapide en Chine (+4,2 % en 2013) et en Inde (+5,1 %) alors qu'en Europe elles reculent (-1,8 %). Le Global carbon project souligne que la trajectoire actuelle des émissions de gaz carbonique concorde avec le pire des scénarios évoqués par le GIEC, qui table sur une hausse de la température mondiale de 3,2 à 5,4 °C d'ici 2100[57].

Les émissions de CO2 liées à l'énergie ont enregistré un coup d'arrêt en 2014 ; c'est la première fois, depuis 40 ans que l'Agence internationale de l'énergie (AIE) établit ses statistiques d'émissions de CO2, que ces émissions cessent de croître dans un contexte de croissance économique (+3 %) ; elles avaient connu trois baisses : au début des années 1980, en 1992 et en 2009, toutes causées par un recul de l'activité économique. Le secteur de l'énergie a émis 32,3 gigatonnes de CO2 comme en 2013. L'AIE attribue les mérites de cette stabilisation pour l'essentiel à la Chine et aux pays de l'OCDE. En Chine, « l'année 2014 a été marquée par la croissance de la production électrique issue des énergies renouvelables, hydraulique, solaire, éolienne. L'électricité fournie par les centrales au charbon a moins compté », et la consommation s'est fortement ralentie. Les pays développés de l'OCDE sont parvenus à découpler la croissance de leurs émissions de gaz à effet de serre de celle de leur économie, grâce à leurs progrès dans l'efficacité énergétique et l'utilisation des énergies renouvelables[58],[59].

Les émissions de CO2 liées à l'énergie sont reparties à la hausse en 2017, après trois années de stagnation, selon l'Agence internationale de l'énergie, à 32,5 gigatonnes, soit +1,4 %. Cette augmentation résulte d'une robuste croissance économique mondiale (+3,7 %), de prix bas pour les combustibles fossiles et de moindre efforts réalisés en matière d'efficacité énergétique. Les émissions de CO2 de la plupart des grandes économies ont augmenté en 2017, mais elles ont reculé au Royaume-Uni, au Mexique, au Japon et aux États-Unis ; leur recul de 0,5 % aux États-Unis s'explique par le déploiement plus important d'énergies renouvelables, combiné à un déclin de la demande d'électricité. L'Asie est responsable des deux tiers de l'augmentation des émissions ; les émissions n'ont progressé que de 1,7 % en Chine malgré une croissance de près de 7 %, en raison du déploiement d'énergies renouvelables et du remplacement de charbon par du gaz. Dans l'Union européenne, les émissions ont progressé de 1,5 %, inversant les progrès réalisé ces dernières années, en raison d'un recours accru au pétrole et au gaz[60].

Dans l'Union européenne, la France est l'un des plus faibles émetteurs, par rapport à sa population, ce qui est dû à une très forte proportion de production d'électricité d'origine nucléaire et hydraulique. Néanmoins les émissions y ont progressé de 458 millions de tonnes équivalent de CO2 en 2016 à 466 millions en 2017[61].

Responsabilité des émissionsModifier

 
Responsabilité des émissions de CO2 par habitant entre 1950 et 2000.

Selon les paysModifier

La question de la répartition des responsabilités des émissions anthropiques a été un des points les plus épineux des négociations internationales sur le réchauffement climatique. Les pays émergents font valoir que le réchauffement climatique est causé pour l'essentiel par les gaz à effet de serre émis et accumulé dans l'atmosphère par les pays développés depuis la révolution industrielle et que les objectifs d'efforts de réduction des émissions devraient donc être répartis en fonction des émissions cumulées depuis le début de l'ère industrielle de chaque pays. Ce raisonnement a débouché sur le « principe des responsabilités communes mais différenciées » admis à partir de la Conférence des Nations unies sur l'environnement et le développement, à Rio, en 1992[62].

Le point de vue adopté le plus fréquemment (approche territoire) consiste à attribuer à chaque pays les émissions produites sur son territoire.

Deux autres points de vue peuvent être soutenus selon les responsables de ces emissions :

les producteurs
une étude retraçant les émissions responsables du réchauffement climatique de 1854 à 2010 a mis en exergue la responsabilité de 90 entités productrices de combustibles fossiles et de ciment comme étant responsables des 23 des émissions mondiales de CO2 liées à l'énergie (13 entreprises privées, 13 entreprises publiques, 13 États)[63]. Cette présentation a surtout pour but de minorer la responsabilité des pays consommateurs en faisant porter une part majorée des responsabilités aux pays exportateurs de pétrole et de gaz (Arabie Saoudite, Russie, Iran, Irak, Émirats, Venezuela, etc.) et de charbon (Pologne, Australie, Indonésie, Colombie, etc.) ;
les consommateurs (approche consommation)
une approche au niveau de la consommation finale et non au niveau de la production d'énergie, dénommée ECO2Climat, comptabilise l'ensemble des émissions de gaz à effet de serre générées par la consommation de produits et services des Français (y compris les services publics), par la construction et la consommation d’énergie de leur habitat ainsi que par leurs déplacements, que ces émissions aient lieu sur le territoire français ou non. Cette méthode permet d'éliminer l'effet des échanges internationaux et des délocalisations, qui font baisser les émissions en France en les déplaçant à l'étranger. Avec cette approche, les émissions de GES par personne pour la consommation finale se sont élevées en 2012 à 10,1 tonnes équivalent CO2 en moyenne. De 2008 à 2012, l'empreinte carbone des Français ainsi calculée a augmenté de 1,3 % à 662 millions de tonnes de CO2éq ; la population française ayant augmenté de 2 % dans le même temps, les émissions par personne ont légèrement diminué, de 10,23 à 10,15 t CO2éq (-0,7 %)[64].

Avec la même approche, mais avec une méthodologie différente et une envergure mondiale, le Global Carbon Project[65] fournit un atlas mondial du carbone qui présente les données suivantes :

Émissions de CO2 dues aux combustibles fossiles des principaux pays en 2015[66]
Pays Approche territoriale
Mt CO2
Approche territoriale
t CO2/personne
Approche consommation
Mt CO2
Approche consommation
t CO2/personne
  Chine 10 151 7,3 8 392 6,0
  États-Unis 5 411 17 5 886 18
  Union européenne 3 501 6,9 4 315 8,5
  Inde 2 320 1,8 2 171 1,7
  Russie 1 671 12 1 338 9,3
  Japon 1 225 9,6 1 451 11
  Allemagne 792 9,7 902 11
  Iran 642 8,1 525 6,6
  Corée du Sud 592 12 662 13
  Canada 568 16 584 16
  Arabie saoudite 524 16,6 634 20
  Brésil 523 2,5 550 2,7
  Mexique 477 3,8 526 4,2
  Indonésie 469 1,8 484 1,9
  Afrique du Sud 462 8,3 371 6,7
  Royaume-Uni 416 6,4 596 9,1
  Australie 402 17 394 17
  Turquie 383 4,9 436 5,6
  Italie 357 6,0 480 8,1
  France 337 5,2 458 7,1
  Thaïlande 323 4,7 308 4,5
  Pologne 311 8,1 301 7,9
  Espagne 272 5,9 306 6,6
  Taïwan 262 11 271 12
  Malaisie 249 8,1 251 8,2
  Kazakhstan 230 13 213 12
  Ukraine 223 5,0 245 5,5
  Argentine 208 4,8 210 4,8
  Égypte 207 2,2 196 2,1
Monde 36 019 4,9 36 019 4,9
Approche territoriale : les émissions sont attribuées au pays sur le territoire duquel elles se produisent.
Approche consommation : les émissions sont attribuées au pays où sont consommés les biens dont la production les a causées.

Selon les données de l'Agence internationale de l'énergie, les émissions de CO2 liées à l'énergie atteignaient 32 316 Mt en 2016 contre 15 460 Mt en 1973, en progression de 109 % en 43 ans ; elles provenaient de la combustion de charbon pour 44,1 %, de pétrole pour 34,8 % et de gaz naturel pour 20,4 %. Depuis 2006, la Chine a dépassé les États-Unis pour les émissions de gaz à effet de serre, mais sa population est 4,3 fois plus nombreuse. Les émissions de CO2 de la Chine étaient en 2016 de 9 057 Mt contre 4 833 Mt pour les États-Unis, 2 077 Mt pour l’Inde et 1 439 Mt pour la Russie (approche territoire) ; elles sont passées de 5,7 % du total mondial en 1973 à 28,2 % en 2016 ; mais les émissions par habitant des États-Unis restent largement en tête avec 14,95 t/hab contre 9,97 t/hab pour la Russie, 6,57 t/hab pour la Chine, 1,57 t/hab pour l'Inde et 4,35 t/hab pour la moyenne mondiale[67].

Selon les niveaux de revenusModifier

Étude d'OxfamModifier

L'association Oxfam publie le , lors de la COP21, le rapport « Inégalités extrêmes et émissions de CO2 » qui fournit de nouvelles estimations des émissions selon le mode de vie et la consommation de différentes catégories de la population : la moitié la plus pauvre de la population mondiale, les 3,5 milliards de personnes les plus menacées par l’intensification catastrophique des tempêtes, des sécheresses et autres phénomènes extrêmes liée au changement climatique, n’est responsable que de 10 % des émissions de CO2, alors que les 10 % les plus riches de la planète sont responsables d’environ la moitié des émissions de CO2 mondiales. Une personne faisant partie des 1 % les plus riches au monde génère en moyenne 175 fois plus de CO2 qu’une personne se situant dans les 10 % les plus pauvres ; une personne parmi les 10 % les plus riches en Inde n’émet en moyenne qu’un quart du CO2 émis par une personne de la moitié la plus pauvre de la population des États-Unis ; un Américain parmi la moitié la plus pauvre de la population de son pays génère en moyenne vingt fois plus d’émissions que son pendant indien[68].

Les habitants les plus pauvres de la planète, qui sont les moins responsables du changement climatique, sont de surcroît en général les plus vulnérables face à ses conséquences et les moins préparés pour l’affronter. Ainsi, en Californie, plus de 80 % des terres arables sont irriguées, tandis que moins de 1 % d'entre elles le sont au Niger, au Burkina Faso et au Tchad. De même, alors que 91 % des agriculteurs aux États-Unis ont une assurance-récolte qui couvre leurs pertes en cas de phénomène météorologique extrême, ils ne sont que 15 % en Inde, 10 % en Chine et tout au plus 1 % au Malawi[69].

Études de Lucas Chancel et Thomas PikettyModifier

En novembre 2015, Lucas Chancel et Thomas Piketty publient une étude intitulée Carbon and inequality : from Kyoto to Paris. Elle établit notamment que, « dans un contexte de forte hausse des émissions globales depuis 1998 [...] le niveau d’inégalité mondiale d’émissions a diminué » et que 10 % des émetteurs mondiaux sont responsables de près de la moitié des émissions totales et émettent 2,3 fois plus que la moyenne mondiale. Ils préconisent dès lors la mise en place d'une taxe carbone mondiale progressive sur le CO2, qui aboutirait à une participation nord-américaine à hauteur de 46,2 % des fonds, à une participation européenne de l’ordre de 16 % et à une contribution chinoise de 12 % ; ou bien un financement assuré par les 1 % des plus gros émetteurs (soit les individus émettant 9,1 fois plus que la moyenne mondiale) : l’Amérique du Nord contribuerait alors à hauteur de 57,3 % des efforts, contre 15 % pour l’Europe et 6 % pour la Chine[70],[71].

Selon Lucas Chancel, « plusieurs travaux portant sur de nombreux pays ont montré que le revenu (ou le niveau de dépense, qui lui est fortement associé) est le principal facteur expliquant les différences d’émission de CO2e, entre individus à l’intérieur des pays »[72],[73]. Il précise que les émissions directes — « produites sur le lieu d’utilisation de l’énergie (par une chaudière à gaz ou le pot d’échappement d’une voiture, par exemple » — augmentent « moins que proportionnellement » par rapport aux revenus : « Il y a une limite à la quantité de chaleur dont nous avons besoin chaque jour ou au volume d’essence que nous pouvons mettre dans notre voiture (et ceux qui ont plusieurs voitures ne peuvent pas les conduire toutes à la fois) »[73]. En revanche, « il n’y a pas vraiment de limite à la quantité de biens et de services que l’on peut acheter avec son argent », ce qui correspond aux émissions indirectes — les « émissions nécessaires pour réaliser les services ou les biens que l’on consomme » — qui, elles, « sont davantage corrélées au revenu que les directes : pour les 20 % des Français et Américains les plus riches, elles représentent les trois quarts de leurs émissions totales, contre deux tiers pour les 20 % les plus modestes »[73]. En 2013, si les émissions des Français s’élèvent à 11 tonnes par personne et par an, les émissions des 10 % les plus modestes sont d’environ 4 tonnes, contre 31 tonnes pour les plus aisés, soit près de huit fois moins[73]. Cet écart entre les 10 % les plus modestes et les 10 % les plus riches dans les émissions est de 24 aux États-Unis (3,6 vs 84,5 tonnes), de 46 au Brésil (0,5 tonne contre 23), et de 22 au Rwanda (0,1 contre 2,2 tonnes)[73].

Responsabilités d'entreprisesModifier

Selon Richard Heede, de l'Institut de responsabilité climatique (Climate Accountability Institute), en supposant que les producteurs de combustibles fossiles seraient responsables des émissions dues à leurs produits, 103 entreprises sont à elles seules responsables de plus de 69,8 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre entre 1751 et le début du XXIe siècle[74],[75], et les 20 entreprises les plus émettrices depuis 1965 (dont 12 détenues par des États) ont contribué à 35 % de l'ensemble des émissions de dioxyde de carbone et de méthane liés à l'énergie dans le monde[76].

Méthode d'agrégation des résultats de mesureModifier

Jean-Marc Jancovici propose, dans l'outil de bilan carbone proposé par l'ADEME, trois démarches pour agréger les résultats de mesure[77] :

  • une approche interne, qui comptabilise les émissions que l'on engendre chez soi ;
  • une approche « émissions intermédiaires », qui comptabilise les émissions qui correspondent à une partie des processus externes à l'activité, mais qui sont nécessaires pour permettre à l'activité d'exister sous sa forme actuelle. Les émissions intermédiaires sont très importantes dans le cas des activités de services ;
  • une approche globale, qui estime la pression totale que l'on exerce sur l'environnement en matière de gaz à effet de serre.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Superficie externe de la Terre (océans et terres émergées)
  2. Certains nuages (grands cirrus notamment) ont deux effets contradictoires sur le climat, dont le bilan est encore mal compris au début du XXIe siècle : ils rafraîchissent l'atmosphère en atténuant le rayonnement reçu à la surface de la Terre (effet d'albédo, immédiat et momentané) et ils la réchauffent en participant à la réflexion vers la Terre du rayonnement infrarouge (effet de serre, sur le long terme).
  3. Ce nombre résulte d'une estimation plus affinée[25] de la valeur précédente de 18 % d'équivalent CO2[26] par la même FAO.
  4. en 2005, sauf pour le CO2.
  5. Le potentiel de réchauffement climatique pour le CH4 comprend des effets indirects tels des augmentations d’ozone et de vapeur d’eau dans la stratosphère.
  6. a et b Aussi nommé perfluorométhane.
  7. Leur modèle est plus complexe qu'une loi de décroissance exponentielle.
  8. et non en tonnes éq. carbone

RéférencesModifier

  1. p. 81.
  2. p. 5.
  3. p. 27.
  1. p. 25-26.
  2. a b et c p. 33.
  • Autres références :
  1. La vapeur d'eau, principal gaz à effet de serre, devant le CO2, Futura, 20 mai 2005 (consulté le 30 avril 2018).
  2. a b c d et e Jean-Marc Jancovici, Quels sont les gaz à effet de serre ?, sur jancovici.com, .
  3. (en)Raupach, M. R., Le Quéré, C., Peters, G. P., & Canadell, J. G., Anthropogenic CO2 emissions, Nature Climate Change, n°3, vol.7, 2013, p.603-604.
  4. (en) « Causes of climate change », sur Action pour le climat - European Commission, (consulté le 30 mai 2019).
  5. (en) « 8. Anthropogenic and Natural Radiative Forcing », dans Climate Change 2013: The Physical Science Basis. Contribution of Working Group I to the Fifth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, (lire en ligne [PDF]), p. 714, 5e rapport du GIEC.
  6. Qu'est-ce que l'effet de serre ?, sur manicore.com
  7. (en) Susan Solomon, Karen H. Rosenlof, Robert W. Portmann et John S. Daniel, « Contributions of Stratospheric Water Vapor to Decadal Changes in the Rate of Global Warming », Science, vol. 327, no 5970,‎ , p. 1219–1223 (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, PMID 20110466, DOI 10.1126/science.1182488, résumé).
  8. « Comment se mesure l'impact des divers gaz à effet de serre », sur Les Echos, (consulté le 19 mai 2020)
  9. (en) « NASA GISS: Science Briefs: Greenhouse Gases: Refining the Role of Carbon Dioxide », sur Goddard Institute for Space Studies, NASA (consulté le 16 mai 2020).
  10. L’impact des évolutions climatiques sur les ressources en eau douce, Les Échos, 9 juillet 2015.
  11. Comment évoluent actuellement les émissions de gaz à effet de serre ?, sur manicore.com
  12. a b c et d Nouveaux records pour les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère , communiqué no 980, Organisation météorologique mondiale [PDF].
  13. Vincent Collen, « CO2 : 2019 sera-t-elle l'année du pic des émissions mondiales ? », Les Échos, no 23136,‎ , p. 16 (lire en ligne, consulté le 23 février 2020).
  14. (en) Ottmar Edenhofer et al., Climate Change 2014 : Mitigation of Climate Change. Contribution of Working Group III to the Fifth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, Cambridge University Press, (présentation en ligne, lire en ligne [PDF]), p. 9.
  15. (en) Chip Fletcher, Climate Change. What The Science Tells Us, John Wiley & Sons, , p. 54.
  16. Protocole de Kyoto, Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (consulté le 9 septembre 2018) [PDF].
  17. « « Pour une sobriété numérique », le nouveau rapport du Shift sur l'impact environnemental du numérique » (consulté le 11 janvier 2020).
  18. Frédéric Bordage, « Empreinte environnementale du numérique », GreenIT.fr, lire en ligne
  19. Frédéric Bordage, « Empreinte environnementale du numérique », GreenIT.fr, lire en ligne
  20. « Climat : l'insoutenable usage de la vidéo en ligne - Un cas pratique pour la sobriété numérique », The Shift Project, juillet 2019, lire en ligne
  21. (en) « IPCC Working Group III – Mitigation of Climate Change, Annex III: Technology - specific cost and performance parameters _ Table A.III.2 (Emissions of selected electricity supply technologies (gCO 2eq/kWh) » [PDF], GIEC, (consulté le 23 octobre 2018), p. 1335.
  22. Carbone organique des sols : l'énergie de l'agroécologie, une solution pour le climat, ADEME, juillet 2014.
  23. (en) Ronald Amundson, Asmeret Asefaw Berhe, Jan W. Hopmans, Carolyn Olson, A. Ester Sztein, Donald L. Sparks, « Soil and human security in the 21st century », Science, vol. 348, no 6235,‎ (DOI 10.1126/science.1261071), qui citent (en) E. T. Sundquist, « The global carbon dioxide budget », Science, no 259,‎ , p. 934–941.
  24. « Décision (UE) no 529/2013 du parlement européen et du Conseil du relative aux règles comptables concernant les émissions et les absorptions de gaz à effet de serre résultant des activités liées à l'utilisation des terres, au changement d'affectation des terres et à la foresterie et aux informations concernant les actions liées à ces activités », EUR-Lex.
  25. a b et c FAO 2013.
  26. a et b FAO 2006, p. xxi.
  27. a b c et d « Élevage, gaz à effet de serre et stockage de carbone », sur INRA, (consulté le 4 décembre 2019).
  28. a et b « L’élevage aussi est une menace pour l’environnement », FAO, (consulté le 5 décembre 2006).
  29. Action ozone - L'heure d'éliminer les HCFC - septembre 2008, Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) (consulté le 14 janvier 2014).
  30. (en-US) Phil McKenna, « Long Phased-Out Refrigeration and Insulation Chemicals Still Widely in Use and Warming the Climate », sur InsideClimate News, (consulté le 19 mars 2020)
  31. Avec le dégel du permafrost, le réchauffement climatique va largement dépasser les 4°C, sur novethic.fr, 22 février 2018 (consulté le 11 mars 2019).
  32. M. Saunois et al., « The Global Methane Budget 2000-2012 », Earth System Science Data, no 8,‎ , p. 697–751 (DOI 10.5194/essd-8-697-2016, présentation en ligne, lire en ligne [PDF]).
  33. AFP, « Les émissions de méthane issues de l'élevage ont été sous-estimées », Sciences et Avenir, (consulté le 5 décembre 2019).
  34. Jean-Pierre Jouany et Pierre Thivend, « La production de méthane d'origine digestive chez les ruminants et son impact sur le réchauffement climatique », Management & Avenir, vol. 20, no 6,‎ , p. 259-274 (DOI 10.3917/mav.020.0259, lire en ligne, consulté le 5 décembre 2019).
  35. Commission d'enrichissement de la langue française, « Vocabulaire de l'environnement : climat-carbone », Journal officiel (NOR : CTNR1926055K), le 24 septembre 2019.
  36. (en)Données temps réel du NOAA et du Mauna Loa Observatory (MLO) - CO2, site ESRL du NOOA.
  37. (en)Données temps réel du NOAA - N2O
  38. « EDGAR - EDGARV32FT Model Description », (consulté le 11 octobre 2016).
  39. a et b IPCC,2007, AR4, Chap 2, p212
  40. P. Huovila, M. Alla-Juusela, L. Melchert, S. Pouffary Buildings and Climate Change: Summary for Decision-Makers. United Nations Environment Programme (2007) lire en ligne
  41. « Montée en flèche des concentrations de gaz à effet de serre: nouveau record », Organisation météorologique mondiale (consulté le 14 novembre 2017).
  42. « Les concentrations de CO2 dépassent 400 ppm dans tout l'hémisphère nord », Organisation météorologique mondiale (consulté le 2 juin 2014).
  43. « Réchauffement climatique : les concentrations de gaz à effet de serre ont atteint un nouveau record en 2018, selon l'ONU », sur Franceinfo, .
  44. (en) What is the Carbon Cycle?, Soil Carbon Center, Kansas State University.
  45. (en)Trends in Atmospheric Carbon Dioxide, sur le site de l'ESRL consulté le 6 janvier 2014.
  46. site officiel UNFCCC.
  47. Données présentées dans les inventaires de gaz à effet de serre pour la période 1990-2015, Tableau 5 page 14, UNFCCC, 20 septembre 2017 [PDF].
  48. [PDF] GHG Profiles - Non-Annex I, CCCNUCC (consulté le 14 novembre 2017).
  49. Réchauffement climatique : la planète va droit dans le mur, Les Échos, 13 novembre 2017.
  50. (en) Greenhouse gas emissions statistics - emission invetories, 1990 - 2016, Eurostat Statistics explained, juin 2018.
  51. (en) Émissions de gaz à effet de serre (source: AEE) - tonnes par tête, Eurostat, 17 août 2018.
  52. (en)Base de données GES de l'Agence européenne pour l'environnement, consultée le 7 janvier 2014.
  53. (en)Approximated EU Greenhouse gas inventory for 2016 (voir p. 36 et 108), site EEA consulté le 12 novembre 2017.
  54. a et b (en)Annual European Union greenhouse gas inventory 1990–2016 and inventory report 2018 (voir page viii), Agence européenne pour l'environnement, 27 mai 2018.
  55. Les chiffres clés du climat en France, en Europe et dans le Monde (édition 2018) (voir page 26), Datalab (Ministère de la transition écologique et solidaire), novembre 2017.
  56. (en)Global Carbon Budget - Media Summary Highlights (compact), site Global carbon project, 21 septembre 2014
  57. Émissions de CO2 en 2014: vers un record à 37 milliards de tonnes, La Tribune, 22 septembre 2014
  58. Climat : la pollution liée à la production d'énergie a cessé de progresser en 2014, Les Échos, 16 mars 2015.
  59. (en)Global energy-related emissions of carbon dioxide stalled in 2014, AIE, 13 mars 2015.
  60. Les émissions de CO2 liées à l'énergie repartent à la hausse en 2017, Europe 1, 22 mars 2018.
  61. Premier bilan du Plan Climat : Hulot plaide pour « changer d'échelle », sur connaissancedesenergies.org, 6 juillet 2018
  62. Le principe des responsabilités communes mais différenciées ou comment climatiser la négociation environnementale, Le Petit Juriste, 14 juin 2017.
  63. Tracing anthropogenic Carbon Dioxide and methane emissions to fossil fuels and cement producers, 1854-2010, Springer consulté le 8 décembre 2013.
  64. Sur les 5 dernières années, l’empreinte carbone des Français a stagné, Carbone 4 (consulté le 3 septembre 2013).
  65. (en) The Global Carbon Project, site officiel.
  66. Émissions fossiles, Global Carbon Atlas, site du Global Carbon Project (en), 2017.
  67. (en) [PDF] Agence internationale de l'énergie (AIE - en anglais : International Energy Agency - IEA), Key World Energy Statistics 2018, 19 septembre 2018 - voir pages 26 et 29 à 34.
  68. Les 10 % les plus riches de la planète génèrent 50 % des émissions de CO2 mondiales, Oxfam France, .
  69. Inégalités extrêmes et émissions de CO2, Oxfam France, .
  70. « (Étude) Inégalités et émissions de CO2 : comment financer l’adaptation de manière équitable ? », sur École d'économie de Paris, (consulté le 30 décembre 2019).
  71. (en) Lucas Chancel et Thomas Piketty, Carbon and inequality : from Kyoto to Paris : Trends in the global inequality of carbon emissions (1998-2013) & prospects for an equitable adaptation fund, École d'économie de Paris, , 50 p. (lire en ligne [PDF]).
  72. Lucas Chancel, Insoutenables inégalités, Les petits matins, , 182 p., p. 114.
  73. a b c d et e Luc Peillon, « Est-il vrai qu'en France, les 10 % les plus riches émettent huit fois plus de CO2 que les 10 % les plus pauvres ? », Libération, (consulté le 30 décembre 2019).
  74. (en) Richard Heede, « Tracing anthropogenic carbon dioxide and methane emissions to fossil fuel and cement producers, 1854-2010 », Climatic Change, 122, 2014, p. 229-241. Cité dans Christophe Bonneuil, « Capitalocène. Réflexions sur l’échange écologique inégal et le crime climatique à l’âge de l’Anthropocène », EcoRev', vol. 1, no 44,‎ , p. 52-60 (lire en ligne, consulté le 6 avril 2020), sur Cairn.info.
  75. (en) « Carbon Majors: Update of Top Twenty companies 1965-2017 », sur Climate Accountability Institute, (consulté le 7 avril 2020)
  76. (en) Matthew Taylor et Jonathan Watts, « Revealed: the 20 firms behind a third of all carbon emissions », sur The Guardian.com, (consulté le 6 avril 2020).
  77. Qu’est-ce que le bilan carbone ?.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier