Yézidis

ethno-confessionnelle communauté
Yézidis
Description de cette image, également commentée ci-après
Yézidis dans le Sinjar, à la frontière irako-syrienne en 1920

Populations significatives par région
Drapeau de l'Irak Irak 800 000
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 350 000
Drapeau de la Russie Russie 100 000
Drapeau de l'Arménie Arménie 50 000
Drapeau de la Belgique Belgique 35 000
Drapeau de la Géorgie Géorgie 25 000
Drapeau de la France France 20 000
Drapeau de l'Ukraine Ukraine 10 000
Population totale 1 500 000 – 2 000 000
Autres
Langues Kurmandji, arabe, arménien
Religions

Les Yézidis (en kurde : Êzîdî/ئێزیدی[1],[2]) sont une minorité ethnique endogame parlant majoritairement le dialecte kurde kurmanji[3], originaires de la Mésopotamie supérieure[4]. La majorité des Yézidis qui subsistent au Moyen-Orient vivent aujourd'hui dans les territoires contestés du nord de l'Irak, principalement dans les gouvernorats de Ninive et de Dohuk [5],[6]. La religion yézidie est monothéiste et remonte aux anciennes religions mésopotamiennes[7],[8],[9].

En , les Yézidis ont été victimes d'un génocide par l'État islamique d'Irak et du Levant, qui s'inscrit dans sa volonté d'éradiquer les influences non islamiques[10].

Dénominations et étymologieModifier

 
Réunion des dirigeants yézidis et des ecclésiastiques chaldéens en Mésopotamie, 19e siècle
 
Chef yézidi à Bashiqa, photo d' Albert Kahn (1910)

Le nom par lequel les Yézidis s'auto-désignent est Êzîdî ou, dans certaines régions, Dasinî, bien que ce dernier soit, à proprement parler, un nom tribal.

Certains savants occidentaux tirent le nom du calife omeyyade Yazīd ibn Muʿāwiya (Yazid I)[11]. D'autres savants le tirent du vieux perse yazata et moyen-perse yazad « être divin »[12]. Une autre hypothèse le fait dériver du mot origine se rapporte à Ez dā (« m'a créé »). Les yézidis se réfèrent également à Xwedê ez dam (« Dieu m'a créé ») et à Em miletê ezdaîn (« Nous sommes la nation yézidie »)[13].

OriginesModifier

L'origine des Yézidis est obscure[14].

Malgré le fait que les Yézidis parlent principalement kurde, il existe un désaccord sur la question de savoir si les Yézidis sont un sous-groupe religieux de Kurdes ou un groupe ethnoreligieux distinct, entre les savants et les Yézidis eux-mêmes[15],[16].

Certains Yézidis modernes s'identifient comme un sous-ensemble du peuple kurde tandis que d'autres s'identifient comme un groupe ethnique distinct[3],[17].

En Arménie et en Irak, les Yézidis sont considérés comme étant un groupe ethnique distinct[18],[19],[20],[21].

Dans la région autonome du Kurdistan d'Irak, les Yézidis sont considérés comme un groupe ethnique kurde[15] et la région autonome considère les Yézidis comme les « Kurdes d'origine »[22]. La seule parlementaire yézidie au Parlement irakien, Vian Dakhil, a également déclaré son opposition à tout mouvement séparant les Yézidis des Kurdes. Aziz Tamoyan, le président de l' Union nationale yézidie ULE et de nombreux autres yézidis indiquent que le terme yézidi est utilisé pour une nation et que leur langue s'appelle Ezdiki et leur religion Sharfadin[23].

Les Yézidis sont également considérés comme étant d'ethnie kurde en Géorgie[24]. L'Union soviétique a enregistré les Yézidis et les Kurdes comme deux groupes ethniques différents pour le recensement de 1926, mais a regroupé les deux en une seule ethnicité dans les recensements de 1931 à 1989[25]. Le Sherefnameh de Sharaf Khan Bidlisi de 1597, cite sept des tribus kurdes comme étant au moins en partie yézidies, et les confédérations tribales kurdes comme contenant des sections yézidies substantielles[26].

Lors de ses voyages de recherche en 1895, l'anthropologue Ernest Chantre a rendu visite aux Yézidis dans la Turquie d'aujourd'hui et a rapporté que les Yézidis affirmaient que les Kurdes parlaient leur langue et non l'inverse[27].

Historiquement, il y a eu des persécutions contre les Yézidis de la part de certaines tribus kurdes[28] et cette persécution a menacé à de nombreuses reprises l'existence des Yézidis en tant que groupe distinct[29],[30]. Certains yézidis ont dû de se convertir à l'islam[31].

GénétiqueModifier

Les Assyriens et les Yézidis modernes du nord de l'Irak pourraient avoir une continuité génétique plus forte avec le peuple mésopotamien d'origine. Les populations assyriennes et yézidies du nord de l'Irak se seraient retrouvées au milieu d'un continuum génétique entre le Proche-Orient et le sud-est de l'Europe[32].

IdentitéModifier

 
Filles yézidies en costume traditionnel.
 
Garçon yézidi en vêtements traditionnels. À Sinjar, les hommes yézidis portaient des nattes[33].
 
Aziz Tamoyan, le président de l' Union nationale yézidie ULE en Arménie.

Les pratiques culturelles yézidies s'observent dans le dialecte kurmanji, qui est également utilisé par presque toutes les traditions religieuses transmises oralement des Yézidis. Cependant, les Yézidis de Bashiqa et de Bahzani parlent l'arabe en langue maternelle[3]. Les Yézidis forment une communauté endogame, ils ne se marient qu'avec d'autres Yézidis ; ceux qui épousent des non-yézidis sont expulsés de leur famille et ne sont pas autorisés à se dire yézidis[34],[35].

Selon l'anthropologue arménien Levon Abrahamian, les yézidis pensent généralement que les Kurdes musulmans ont trahi le yézidisme en se convertissant à l'islam, tandis que les yézidis sont restés fidèles à la religion de leurs ancêtres[36].

Selon la chercheuse Victoria Arakelova, le yézidisme est un phénomène unique, l'une des illustrations les plus remarquables de l'identité ethno-religieuse[37].

ReligionModifier

Le yézidisme est une foi monothéiste [38] basée sur la croyance en un Dieu unique, qui a créé le monde et l'a confié aux soins d'une Heptade de sept êtres saints, souvent connus sous le nom d'anges ou heft sirr (les sept mystères)[39]. Le plus important d'entre eux est Malek Taus (également connu sous le nom de Tawûsê Melek), l'ange paon[40],[41] Traditionnellement, les yézidis qui épousent des non-yézidis sont considérés comme convertis à la religion de leur conjoint’[42].

DémographieModifier

Un documentaire de 2014 sur les Yézidis

Historiquement, les Yézidis vivaient principalement dans les communautés situées de nos jours dans l'actuel Irak, en Turquie et en Syrie et se retrouvaient un nombre important en Arménie et en Géorgie. Cependant, les événements survenus depuis la fin du XXe siècle ont entraîné un changement démographique considérable dans ces régions ainsi qu'une émigration massive[8]. Par conséquent, les estimations de la population ne sont pas claires dans de nombreuses régions et les estimations de la taille de la population totale varient[3].

IrakModifier

De nos jours, la majorité de la population yézidie vit en Irak, où elle constitue une importante communauté « minoritaire »[3]. Les estimations de la taille de ces communautés varient considérablement, entre 70 000 et 500 000. Ils sont particulièrement concentrés dans le nord de l'Irak, dans le gouvernorat de Ninive. Les deux plus grandes communautés se trouvent à Shekhan, au nord-est de Mossoul et à Sinjar, à la frontière syrienne à 80 kilomètres à l'ouest de Mossoul. À Shekhan se trouve le sanctuaire de Sheikh Adi ibn Musafir à Lalish. Au début des années 1900, la plupart de la population sédentaire du désert syrien était yézidie[43]. Au cours du 20ème siècle, la communauté Sheikhan a lutté pour la domination avec la communauté Sinjar plus conservatrice. Le profil démographique a probablement considérablement changé depuis le début de la guerre en Irak en 2003 et la chute du gouvernement de Saddam Hussein.

Traditionnellement, les Yézidis d'Irak vivaient isolés et avaient leurs propres villages. Cependant, nombre de leurs villages ont été détruits par le régime de Saddam. Les baasistes ont créé des villages collectifs et ont déplacé de force les Yézidis de leurs villages historiques qui seraient détruits[44].

 
Deux hommes yézidis lors des célébrations du nouvel an à Lalish, le 18 avril 2017
 
Hommes yézidis

Selon Human Rights Watch, les Yézidis étaient sous le processus d'arabisation de Saddam Hussein entre 1970 et 2003. En 2009, certains Yézidis qui avaient vécu auparavant sous le processus d'arabisation de Saddam Hussein se sont plaints des tactiques politiques de la région du Kurdistan qui visaient à faire en sorte que les Yézidis s'identifient comme Kurdes[6]. Un rapport de Human Rights Watch (HRW), en 2009, déclare que pour incorporer des territoires contestés dans le nord de l'Irak -en particulier la province de Ninive - dans la région kurde, les autorités du KDP avaient utilisé les ressources politiques et économiques du KRG pour que les Yézidis s'identifient comme Kurdes. Le rapport de HRW critique également les tactiques sévères".

SyrieModifier

Les Yézidis de Syrie vivent principalement dans deux communautés, l'une dans la région d'Al-Jazira et l'autre dans le Kurd-Dagh[3]. Les chiffres de population de la communauté syrienne yézidie ne sont pas clairs. En 1963, la communauté était estimée à environ 10 000 habitants, selon le recensement national, mais les chiffres pour 1987 n'étaient pas disponibles[45]. Il pourrait y avoir entre 12 000 et 15 000 Yézidis en Syrie de nos jours’[46] bien que plus de la moitié de la communauté ait émigré de Syrie depuis les années 1980. Les estimations sont encore compliquées par l'arrivée de pas moins de 50 000 réfugiés yézidis d'Irak pendant la guerre en Irak.

 
Hommes yézidis à Mardin, Turquie, fin du 19e siècle

GéorgieModifier

La population yézidie en Géorgie diminue depuis les années 1990, principalement en raison de la migration économique vers la Russie et l'Occident. Selon un recensement effectué en 1989, il y avait plus de 30 000 Yézidis en Géorgie ; selon le recensement de 2002, il ne restait qu'environ 18 000 Yézidis en Géorgie. Cependant, selon d'autres estimations, la communauté est passée d'environ 30 000 personnes à moins de 5 000 au cours des années 1990. Aujourd'hui, ils ne seraient à peine plus que 6 000 selon certaines estimations, y compris les réfugiés récents de Sinjar en Irak, qui ont fui vers la Géorgie après la persécution par l'EIIL[47].

Le , les Yézidis ont célébré l'ouverture d'un temple et d'un centre culturel en Géorgie portant le nom du sultan Ezid à Varketili, une banlieue de Tbilissi. C'est le troisième temple du genre au monde après ceux du Kurdistan irakien et d'Arménie.

ArménieModifier

Selon le recensement de 2011, il y a 35 272 Yézidis en Arménie, ce qui en fait le plus grand groupe ethnique minoritaire d'Arménie[48]. Dix ans plus tôt, lors du recensement de 2001, 40 620 Yézidis étaient enregistrés en Arménie[49]. Ils ont une forte présence dans la province d'Armavir. Les médias ont estimé que le nombre de Yézidis en Arménie se situait entre 30 000 et 50 000. La plupart d'entre eux sont les descendants de réfugiés qui ont fui en Arménie pour échapper à la persécution qu'ils avaient subie auparavant sous régime ottoman, y compris une vague de persécution qui s'est produite pendant le génocide arménien, lorsque de nombreux Arméniens ont trouvé refuge dans les villages yézidis[50].

 
Le temple Ziarat à Aknalich, Arménie

Il y a un temple yézidi appelé Ziarat dans le village d' Aknalich dans la région d' Armavir. Un nouveau temple yézidi est construit puis inauguré à Aknalich, le temple Quba Mere Diwan. Le temple devrait devenir le plus grand temple yézidi du monde et est financé par Mirza Sloian, un homme d'affaires yézidi basé à Moscou et originaire de la région d'Armavir[51].

TurquieModifier

Une partie importante de la population autochtone yézidie de Turquie a fui le pays pour l'Arménie et la Géorgie actuelles à partir de la fin du XIXe siècle[38]. S'y ajoutent des communautés en Russie et en Allemagne en raison de la migration récente[8]. La communauté yézidie de Turquie a décliné précipitamment au cours du 20e siècle. La plupart d'entre eux ont immigré en Europe, en particulier en Allemagne ; ceux qui restent résident principalement dans les villages de leur ancien cœur de Tur Abdin[3].

Europe de l'OuestModifier

Cette émigration massive a abouti à l'établissement de grandes communautés de la diaspora yézidie à l'étranger. Le plus important d'entre eux est en Allemagne, qui a maintenant une communauté yézidie de plus de 200 000 personnes vivant principalement à Hanovre, Bielefeld, Celle, Brême, Bad Oeynhausen, Pforzheim et Oldenburg[52]. La plupart sont originaires de Turquie et, plus récemment, d'Irak et vivent dans les États occidentaux de Rhénanie du Nord-Westphalie et de Basse-Saxe [3]. Depuis 2008, la Suède a connu une croissance considérable de sa communauté d'émigrants yézidis, qui est passée à environ 4 000 en 2010, et une communauté plus petite existe aux Pays-Bas. D'autres groupes de la diaspora yézidie vivent en Belgique, au Danemark, en France, en Suisse, au Royaume-Uni, aux États-Unis, au Canada et en Australie ; ceux-ci ont une population totale probablement inférieure à 5 000 habitants.

Amérique du NordModifier

Une communauté yézidie s'est installée en tant que réfugiée aux États-Unis d'Amérique et au Canada. Beaucoup de Yézidis vivent maintenant à Lincoln, Nebraska [53],[54],[55],[56] et Houston, Texas[57],[58],[59]. On pense que le Nebraska a la plus grande population de Yézidis (un nombre estimé d'au moins 10000) des États-Unis, avec une histoire d'immigration vers l'État dans le cadre de programmes d'installation de refuge à partir de la fin des années 1990. De nombreux hommes de la communauté ont servi de traducteurs pour l'armée américaine.

Perceptions occidentalesModifier

Comme les Yézidis ont des croyances religieuses qui sont pour la plupart inconnues des étrangers, de nombreux non-yézidis ont écrit à leur sujet et ont attribué à leurs croyances des faits qui ont une validité historique douteuse. Les Yézidis, peut-être à cause de leurs secrets, ont également une place dans l'occultisme moderne.

Dans la littérature occidentaleModifier

 
Image d'un voyage de Londres à Persépolis, 1865

Dans le livre de William Seabrook, Adventures in Arabia, la quatrième section, commençant par le chapitre 14, est consacrée aux Yézidis et est intitulée Among the Yezidees. Il les décrit comme « une secte mystérieuse dispersée dans tout l'Orient, la plus forte en Arabie du Nord, craint et haïe à la fois par les musulmans et les chrétiens, parce qu'ils sont des adorateurs de Satan ». Dans les trois chapitres du livre, il décrit complètement la région, y compris le fait que ce territoire, y compris leur ville la plus sainte de Sheik-Adi, ne faisait pas partie de « l'Irak »[60] ».

George Gurdjieff a écrit à plusieurs reprises sur ses rencontres avec les Yézidis dans son livre Meetings with Remarkable Men, en mentionnant qu'ils sont considérés comme des « adorateurs du diable » par d'autres ethnies de la région. Aussi, dans le livre de Peter Ouspensky « À la recherche du miraculeux », il décrit certaines coutumes étranges que Gurdjieff observait chez les garçons yézidis: « l m'a dit, entre autres, que quand il était enfant, il avait souvent observé comment les garçons yézidis ne pouvaient pas sortir d'un cercle tracé autour d'eux sur le sol » (p. 36).

Idries Shah, écrivant sous le nom de plume Arkon Daraul, dans le livre de 1961 Sociétés secrètes hier et aujourd'hui, décrit la découverte d'une société secrète influencée par Yézidis dans la banlieue de Londres appelée « l'Ordre de l'ange paon ». Shah a affirmé que Tawûsê Melek pouvait être compris, du point de vue soufi, comme une allégorie des pouvoirs supérieurs de l'humanité[61].

Dans l'histoire de HP Lovecraft The Horror at Red Hook, certains des étrangers meurtriers sont identifiés comme appartenant au « clan Yezidi des adorateurs du diable »[62].

Dans le roman de la série Aubrey-Maturin de Patrick O'Brian, La Lettre de Marque, qui se déroule pendant les guerres napoléoniennes, il y a un personnage yézidi nommé Adi. Son appartenance ethnique est appelée « Dasni ».

Un personnage fictif de Yazidi à noter est le super-puissant policier King Peacock de la série Top 10 (et des bandes dessinées associées)[63]. Il est dépeint comme un personnage gentil et paisible avec une vaste connaissance de la religion et de la mythologie. Il est décrit comme conservateur, éthique et très attaché à la vie de famille. Artiste martial incroyablement puissant, il est capable de percevoir et de frapper les points les plus faibles de son adversaire, un pouvoir qui, selon lui, est dérivé de la communication avec Malek Taus.

Dans les mémoires de l'armée américaineModifier

Dans ses mémoires de son service dans une unité de renseignement de la 101e division aéroportée de l'armée américaine en Irak en 2003 et 2004, Kayla Williams (2005) rapporte qu'elle était stationnée dans le nord de l'Irak, près de la frontière syrienne, dans une zone habitée par des Yézidis. Selon Williams, certains yézidis parlaient kurde mais ne se considéraient pas comme kurdes et lui ont exprimé un penchant pour l'Amérique et Israël. Elle n'a pu en apprendre qu'un peu sur la nature de leur religion : elle la trouvait très ancienne et préoccupée par les anges. Elle décrit un sanctuaire yézidi au sommet d'une montagne comme « un petit bâtiment en pierre avec des objets suspendus au plafond » et des alcôves pour le placement des offrandes. Elle a rapporté que les musulmans locaux considéraient les Yézidis comme des adorateurs du diable.

Dans un article publié en octobre 2006 dans The New Republic, Lawrence F. Kaplan fait écho aux sentiments de Williams sur l'enthousiasme des Yézidis pour l'occupation américaine de l'Irak, en partie parce que les Américains les protègent de l'oppression des militants musulmans et des Kurdes voisins. Kaplan note que la paix et le calme de Sinjar sont pratiquement uniques en Irak : « Les parents et les enfants bordent les rues lorsque les patrouilles américaines passent, tandis que les religieux yézidis prient pour le bien-être des forces américaines[64] ».

Persécution des YézidisModifier

La croyance de certains adeptes d'autres religions monothéistes de la région que l'Ange Paon équivaut à leur propre esprit maléfique non racheté Satan[65],[38] a incité des siècles de persécution de Yézidis, considérés comme « adorateurs du diable »[66],[67].

Sous l'Empire ottomanModifier

Une grande communauté yézidie existait en Syrie, mais elle a décliné en raison de persécutions perpétrées durant l'empire ottoman[68],[69]. Plusieurs expéditions punitives ont été organisées contre les Yézidis par les gouverneurs ottomans (wāli) de Diyarbakir, Mossoul et Bagdad. L'objectif de ces persécutions était la conversion forcée des Yézidis à l'islam sunnite hanafi de l'Empire ottoman[70].

Dans l'Irak post-invasionModifier

Le , une foule de 2 000 Yézidis a lapidé à mort une irakien de religion yézidie de 17 ans, Du'a Khalil Aswad[71],[72]. Les rumeurs selon lesquelles la lapidation était liée à sa prétendue conversion à l'islam ont provoqué des représailles contre les Yézidis par les sunnites, y compris le massacre de Mossoul en 2007. En , quelque 500 Yézidis ont été tués dans une série coordonnée d'attentats à la bombe à Qahtaniya qui est devenue l'attaque suicide la plus meurtrière depuis le début de la guerre en Irak. En , au moins 20 personnes ont été tuées et 30 blessées dans un double attentat-suicide dans le nord de l'Irak, a déclaré un responsable du ministère de l'Intérieur irakien. Deux kamikazes armés de gilets explosifs ont mené l'attaque dans un café de Sinjar, à l'ouest de Mossoul. À Sinjar, de nombreux habitants de la ville sont membres de la minorité yézidie[73].

Par l'État islamique d'Irak et du Levant (EIIL)Modifier

 
Defend International a fourni une aide humanitaire aux réfugiés yézidis au Kurdistan irakien en décembre 2014.

En 2014, avec les gains territoriaux du groupe militant salafiste se faisant appeler État islamique d'Irak et du Levant (EIIL), la population yézidie irakienne a connu de nombreux bouleversements. L'EIIL capture Sinjar en à la suite du retrait des troupes peshmerga de Masoud Barzani, forçant jusqu'à 50 000 Yézidis à fuir dans la région montagneuse des Monts Sinjar[74]. Début août, la ville de Sinjar était presque déserte car les forces kurdes peshmerga n'étaient plus en mesure d'empêcher les forces de l'EIIL d'avancer. L'EIIL avait précédemment déclaré que les Yézidis étaient des adorateurs du diable et avait pris les deux petits champs pétrolifères voisins et la ville de Zumar dans le cadre d'un plan visant à tenter de saisir le barrage hydroélectrique de Mossoul[75]. Jusqu'à 200 000 personnes (dont environ 40 000 Yézidis[76] ) ont fui la ville avant qu'elle ne soit capturée par les forces de l'EIIL, faisant craindre une tragédie humanitaire. Aux côtés des Yézidis locaux fuyant Sinjar se trouvaient des Yézidis (et des chiites) qui ont fui vers la ville un mois plus tôt lorsque l'EIIL a pris la ville de Tal Afar’[77].

La plupart de la population fuyant Sinjar s'est retirée en parcourant les montagnes voisines dans le but ultime d'atteindre Dohuk au Kurdistan irakien (normalement cinq heures de route en voiture). Des inquiétudes pour les personnes âgées et celles dont la santé est fragile ont été exprimées par les réfugiés, qui ont fait part aux journalistes de leur manque d'eau. Selon des informations provenant de Sinjar, des Yézidis malades ou âgés qui ne pouvaient pas faire le voyage étaient exécutés par l'EIIL. Le parlementaire yézidi Haji Ghandour a déclaré aux journalistes: « Au cours de notre histoire, nous avons subi 72 massacres. Nous craignons que Sinjar ne soit 73ème[75] ».

Les groupes des Nations Unies disent qu'au moins 40.000 membres des Yézidis, dont beaucoup de femmes et d'enfants, se sont réfugiés dans neuf endroits sur le mont Sinjar, un escarpé, 1 400 m haute crête identifiée dans la légende locale comme le dernier lieu de repos de l'arche de Noé, ont fait face au massacre des djihadistes, s'ils ont fui, ou à la mort par déshydratation s'ils sont restés[78]. Entre 20 000 et 30 000 Yézidis, pour la plupart des femmes et des enfants, assiégés par l'EIIL, se sont échappés de la montagne après que les Unités de protection du peuple (YPG) et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) sont intervenus pour arrêter l'EIIL et ouvert un couloir humanitaire pour eux[79] aidant à traverser le Tigre jusqu'au Rojava[80]. Certains Yézidis ont ensuite été ramenés au Kurdistan irakien par les peshmerga et les forces des YPG, ont déclaré des responsables kurdes[81],[82].

Leur sort a reçu une couverture médiatique internationale[83] qui a conduit le président des États-Unis Barack Obama à autoriser des parachutages humanitaires de repas et d'eau à des milliers de minorités religieuses yézidies et chrétiennes piégées sur la montagne Sinjar. Le président Obama a également autorisé des « frappes aériennes ciblées » contre des militants islamiques pour soutenir la minorité religieuse assiégée et pour protéger le personnel militaire américain dans le nord-ouest de l'Irak[84],[85]. L'aide humanitaire américaine a commencé le [86] la Royal Air Force britannique contribuant par la suite à l'effort de secours[87]. Lors d'une réunion d'urgence à Londres, le premier ministre australien Tony Abbott a également promis un soutien humanitaire[88] tandis que les nations européennes ont joint les États-Unis pour aider à armer les combattants peshmerga aidant les Yézidis avec des armes plus avancées[89].

Plus tard, des combattants du PKK et des YPG avec des Peshmergas et le soutien des frappes aériennes américaines ont aidé le reste des Yézidis piégés à s'échapper de la montagne[90],[91]. Un travailleur humanitaire participant à l'opération d'évacuation a décrit les conditions sur le mont Sinjar comme « un génocide », ayant été témoin de centaines de cadavres[80]. Des filles yézidies en Irak qui auraient été violées par des combattants de l'EIIL se sont suicidées en sautant à mort du mont Sinjar, comme décrit dans une déclaration de témoin[92]. À Sinjar, l'EIIL a détruit un sanctuaire chiite et a exigé que la population restante se convertisse à sa version de l'islam, paie la jizya (une taxe religieuse) ou soit exécutée.

Les femmes capturées sont traitées comme des esclaves sexuelles ou des butins de guerre, certaines sont poussées au suicide. Les femmes et les filles qui se convertissent à l'islam sont vendues comme mariées, celles qui refusent de se convertir sont torturées, violées et finalement assassinées. Les bébés nés dans les prisons de femme sont enlevés à leur mère et leur sort est inconnu[93],[94]. Nadia Murad, une militante des droits humains yézidie et lauréate du prix Nobel de la paix 2018, a été kidnappée et utilisée comme esclave sexuelle par l'EIIL en 2014.

Haleh Esfandiari du Woodrow Wilson International Center for Scholars a mis en évidence les mauvais traitements infligés aux femmes de la région par les militants de l'EIIL après leur capture d'une zone. « Ils emmènent généralement les femmes plus âgées dans un marché aux esclaves de fortune et essaient de les vendre. Les plus jeunes filles sont violées ou mariées à des combattants », a-t-elle dit, ajoutant :" « C'est basé sur des mariages temporaires, et une fois que ces combattants ont eu des relations sexuelles avec ces jeunes filles, ils les transmettent simplement à d'autres combattants »[95]. Parlant des femmes yézidies capturées par l'EIIL, Nazand Begikhani a déclaré: « Ces femmes ont été traitées comme du bétail. Elles ont été victimes de violences physiques et sexuelles, notamment de viols systématiques et d'esclavage sexuel. Elles ont été exposées sur les marchés de Mossoul et de Raqqa, en Syrie, portant sur elles des étiquettes mentionnant leur prix »[96]. Le Dr Widad Akrawi a déclaré que l'EIIL utilise l'esclavage et le viol comme armes de guerre[97].

En , Defend International a lancé une campagne mondiale intitulée « Sauver les Yézidis : le monde doit agir maintenant » pour sensibiliser le public à la tragédie des Yézidis à Sinjar et coordonner les activités liées à l'intensification des efforts visant à sauver les Yézidis et les chrétiens, femmes et filles capturés par l'EIIL[98]. En , les Nations Unies ont signalé que plus de 5 000 Yézidis avaient été assassinés et 5 000 à 7 000 (principalement des femmes et des enfants) avaient été enlevés par l'EIIL[99]. Le même mois, la présidente de Defend International a dédié son prix international Pfeffer pour la paix 2014 aux Yézidis[100]. Elle a demandé à la communauté internationale de veiller à ce que les victimes ne soient pas oubliées ; ils devraient être secourus, protégés, pleinement assistés et indemnisés équitablement.

L'Etat islamique a, dans son magazine numérique Dabiq, explicitement revendiqué une justification religieuse pour asservir les femmes yézidies[101]. En , Amnesty International a publié un rapport[102],[103]. Malgré l'oppression que les femmes des Yézidis ont subie, elles sont apparues aux informations comme des exemples de représailles. Ils ont reçu une formation et ont pris position en première ligne des combats, représentant environ un tiers des forces de la coalition kurde-yézidie, et se sont distingués en tant que soldats’.

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Yazidis » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) Philip G. Kreyenbroek, Khalil Jindy Rashow, Khalīl Jindī, God and Sheikh Adi are Perfect: Sacred Poems and Religious Narratives from the Yezidi Tradition, (ISBN 3-447-05300-3), p. 118
  2. ref>(ku) « خانمانی ئێزیدی جــلـی ره‌ش فڕێده‌ده‌ن », sur kirkuknow.com (consulté le 13 février 2020)
  3. a b c d e f g et h (en) Christine Allison, « Yazidis i: General », Encyclopædia Iranica, (consulté le 20 août 2010)
  4. Nelida Fuccaro, The Other Kurds: Yazidis in Colonial Iraq, London & New York, I. B. Tauris, (ISBN 1860641709), p. 9
  5. Kane, « Iraq's disputed territories », PeaceWorks, United States Institute of Peace, (consulté le 15 octobre 2018)
  6. a et b « On Vulnerable Ground – Violence against Minority Communities in Nineveh Province's Disputed Territories », hrw.org, Human Rights Watch, (consulté le 15 octobre 2018)
  7. (en) Elizabeth Schmermund, ISIS and the Yazidi Genocide in Iraq, The Rosen Publishing Group, Inc, (ISBN 9781508177319, lire en ligne)
  8. a b et c Garnik S. Asatrian, Victoria Arakelova, The Religion of the Peacock Angel: The Yezidis and Their Spirit World, (ISBN 978-1317544289, lire en ligne)
  9. (en) Frank Eckardt et John Eade, The Ethnically Diverse City, BWV Verlag, (ISBN 978-3-8305-1641-5, lire en ligne), p. 73
  10. (en) « Statement by the Commission of Inquiry on Syria on the second anniversary of 3 August 2014 attack by ISIS of the Yazidis », www.ohchr.org, OHCHR (consulté le 17 mai 2019)
  11. « Encyclopaedia Iranica: Yazidis », Iranicaonline.org (consulté le 18 août 2014)
  12. P.G. Kreyenbroek, "Yazīdī" in Encyclopedia of Islam, s.v.
  13. (en) Joanna Bocheńska, Rediscovering Kurdistan’s Cultures and Identities: The Call of the Cricket, Springer, (ISBN 978-3-319-93088-6, lire en ligne)
  14. Mission scientifique du Maroc, Revue du monde musulman, Paris E. Leroux, , 583 p. (lire en ligne)
  15. a et b (en) Ali, « The identity controversy of religious minorities in Iraq: the crystallization of the Yazidi identity after 2003 », British Journal of Middle Eastern Studies,‎ , p. 15 (DOI 10.1080/13530194.2019.1577129)
  16. (en) « UNHCR's Eligibility Guidelines for Assessing the International Protection Needs of Iraqi Asylum-Seekers », p. 11, 76
  17. (en) Ceyhan Suvari, « Yezidis: An Ethno-Religious Group in Turkey »
  18. (en) Deniz Serinci, « The Yezidis of Armenia Face Identity Crisis over Kurdish Ethnicity », sur rudaw.net,
  19. (en) Emma Green, « The Yazidis, a People Who Fled », The Atlantic,‎ (lire en ligne)
  20. (en) Non-State Violent Actors and Social Movement Organizations: Influence, Adaptation, and Change, Emerald Group Publishing, (ISBN 9781787147287, lire en ligne)
  21. (en) Guest, Survival Among The Kurds, Routledge, (ISBN 9781136157363, lire en ligne)
  22. (en) « Yezidi Identity Politics and Political Ambitions in the Wake of the ISIS Attack », Journal of Balkan and Near Eastern Studies, vol. 20, no 5,‎ , p. 425 (DOI 10.1080/19448953.2018.1406689)
  23. (en) Garnik S. Asatrian et Victoria Arakelova, The Religion of the Peacock Angel: The Yezidis and Their Spirit World, Routledge, (ISBN 978-1-317-54429-6, lire en ligne)
  24. (ka) « მრავალეთნიკური საქართველო (მოკლე ცნობარი) - საქართველოს ქურთები », The National Parliamentary Library of Georgia (consulté le 13 juin 2019)
  25. « Armenian International Magazine », , p. 31
  26. (en) Shane Brennan et Marc Herzog, « Turkey and the Politics of National Identity: Social, Economic and Cultural Transformation », I.B.Tauris, New York,‎ (ISBN 978-1-78076-539-6)
  27. Chantre, « Notes ethnologiques sur les Yésidi », Publications de la Société Linnéenne de Lyon, vol. 14, no 1,‎ , p. 74 (DOI 10.3406/linly.1895.12079)
  28. (en) Diane E. King, Kurdistan on the Global Stage: Kinship, Land, and Community in Iraq, Rutgers University Press, (ISBN 9780813563541, lire en ligne)
  29. (en) Hannibal Travis, Genocide in the Middle East: The Ottoman Empire, Iraq, and Sudan, Carolina Academic Press, (ISBN 9781594604362, lire en ligne)
  30. (en) Edmund A. Ghareeb et Beth Dougherty, Historical Dictionary of Iraq, Scarecrow Press, (ISBN 9780810865686, lire en ligne), 248
  31. (en) Çakır Ceyhan Suvari, « Yezidis: An Ethno-Religious Group in Turkey », p. 30
  32. "Consequently, despite corresponding to isolated and homogenous populations, contemporary Syriacs and Yazidis from Northern Iraq may in fact have a stronger continuity with the original genetic stock of the Mesopotamian people, which possibly provided the basis for the ethnogenesis of various subsequent Near Eastern populations.
    the Northern Iraqi Assyrian and Yazidi populations from the current study were found to position in the middle of a genetic continuum between the Near East and Southeastern Europe
    ." http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0187408
  33. William Eagleton, An Introduction to Kurdish Rugs and Other Weavings, Scorpion, , 12 p. (ISBN 978-0-905906-50-8)
  34. (en) Birgül Açikyildiz, The Yezidis: The History of a Community, Culture and Religion, I.B.Tauris, (ISBN 9780857720610, lire en ligne)
  35. Gidda, « Everything You Need to Know About the Yazidis », TIME.com (consulté le 7 février 2016)
  36. Levon Abrahamian, Armenian identity in a changing world, , p. 116
  37. (en) Garnik S. Asatrian et Victoria Arakelova, The Religion of the Peacock Angel: The Yezidis and Their Spirit World, Routledge, (ISBN 9781317544296, lire en ligne)
  38. a b et c (en) Birgül Açikyildiz, The Yezidis: The History of a Community, Culture and Religion, London, I.B. Tauris & Company, (ISBN 978-1-784-53216-1, OCLC 888467694)
  39. (en) Adam Valen Levinson, The Abu Dhabi bar mitzvah : fear and love in the modern Middle East (ISBN 978-0-393-60837-3 et 0-393-60837-9, OCLC 1011684511, lire en ligne)
  40. (en) Avi Asher-Schapiro, « Who Are the Yazidis, the Ancient, Persecuted Religious Minority Struggling to Survive in Iraq? », National Geographic,‎ (lire en ligne)
  41. (en) Sean Thomas, « The Devil worshippers of Iraq », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne)
  42. (en) Mirren Gidda, « Everything You Need to Know About the Yazidis », sur TIME.com (consulté le 7 février 2016)
  43. (en) « Question of the Frontier Between Turkey and Iraq », Genève, League of Nations, , p. 49
  44. (de) Irene Dulz, Die Yeziden im Irak: zwischen "Modelldorf" und Flucht, LIT Verlag Münster, , 54 p. (ISBN 9783825857042, lire en ligne)
  45. (en) Federal Research Division, Syria, Library of Congress Country Studies (lire en ligne), « 5 "Religious Life" ».
  46. (en) David Dean Commins, Historical Dictionary of Syria, Scarecrow Press, (ISBN 0-8108-4934-8, lire en ligne), p. 282
  47. (en) « Yazidi temple, third in the world, opened in Tbilisi », DFWatch,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juin 2015)
  48. (en) « 2011 Armenian census », National Statistical Service, (consulté le 6 juillet 2017)
  49. (en) « De Jure Population (Urban, Rural) by Age and Ethnicity », National Statistical Service, (consulté le 9 décembre 2015)
  50. (en) Aren Torikian, « Confronting the Yazidi Genocide », The Armenian Weekly,
  51. (en) Harriet Sherwood, « World's largest Yazidi temple under construction in Armenia », the Guardian, (consulté le 21 mai 2018)
  52. (en) Özlem Gezer, « From Germany to Iraq: One Yazidi Family's War on Islamic State », Der Spiegel,‎ (lire en ligne, consulté le 24 juin 2015)
  53. (en-US) « Terrorized by ISIS, Yazidi refugees find welcoming community in Nebraska », PBS NewsHour,
  54. (en) Fred Knapp, « Yazidis and other Iraqis in Lincoln offer different perspectives on crisis », NET Nebraska,‎ (lire en ligne)
  55. (en) Dave Roberts, Rob McCartney et Brandi Petersen, « Nebraskan Yazidis want to stop carnage by Islamic State in Iraq », KETV,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2016)
  56. (en) Jack Williams, « Yazidis from Iraq Find Welcome Refuge in Nebraska », NET Nebraska,‎ (lire en ligne [Includes audio])
  57. (en) Greg Flakus, « America's Heartland Helps Iraq's Yazidis », Voice of America,‎ (lire en ligne, consulté le 23 septembre 2016)
  58. (en) Greg Flakus, « Yazidi-American Activist Seeks Help for Refugees », Voice of America,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2016)
  59. (en) Greg Flakus, « Yazidi Americans Seek Help for their People », Voice of America,‎ (lire en ligne, consulté le 23 septembre 2016)
  60. (en) W.B. Seabrook, Adventures in Arabia, Harcourt, Brace, and Company, 1927.
  61. (en) Idries Shah, The Sufis, Anchor Doubleday, , 437–38 p. (ISBN 0-385-07966-4)
  62. (en) H. P. Lovecraft, The Complete Fiction, Barnes & Noble, (ISBN 978-1-4351-2296-3)
  63. (en) Alan Moore et Gene Ha (1999–2000), Top Ten, vol. 1–12, America's Best Comics
  64. (en) Lawrence F. Kaplan, « Sinjar Diarist: Devil's Advocates », The New Republic, vol. 235, no 4790,‎ , p. 34 (lire en ligne)
  65. (en) Martin van Bruinessen, The Kurds: A Contemporary Overview, London, Routledge, , 26–52 p. (ISBN 978-0-415-07265-6, OCLC 919303390, lire en ligne), « Chapter 2: Kurdish society, ethnicity, nationalism and refugee problems »
  66. (en) Shirley Li, « A Very Brief History of the Yazidi and What They're Up Against in Iraq », The Atlantic,‎ (lire en ligne)
  67. (en) Raya Jalabi, « Who are the Yazidis and why is Isis hunting them? », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  68. (en) David Dean Commins, Historical Dictionary of Syria, Scarecrow Press, (ISBN 0-8108-4934-8), p. 282
  69. (en) Edmund A. Ghareeb, Historical Dictionary of Iraq, Scarecrow Press, (ISBN 0-8108-4330-7, lire en ligne), 248
  70. (en) James Hastings, Encyclopedia of Religion and Ethics Part 18, Kessinger, (ISBN 0-7661-3695-7), p. 769
  71. (en) « Video Captures Stoning of Kurdish Teenage Girl », sur aina.org,
  72. (en) Mark Lattimer, « Freedom lost », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  73. (en) « At least 20 killed in Iraq blast », CNN.com International, (consulté le 13 août 2009)
  74. (en) « Isil militants execute dozens from Yazidi minority », Gulf News, (consulté le 13 août 2014)
  75. a et b (en) Loveday Morris, « Families flee as Islamic State extremists seize another Iraqi town, pushing back the Kurds. », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  76. (en) Bram Janssen & Sameer N. Yacoub, « Iraq Air Force to Back Kurds Fighting Islamists », Associated Press,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juillet 2015)
  77. (en) « Who Are the Yazidi, and Why Is ISIS Targeting Them? », NBC News,‎ (lire en ligne)
  78. (en) Chulov, « 40,000 Iraqis stranded on mountain as Isis jihadists threaten death », theguardian.com,‎ (lire en ligne)
  79. (en) « Kurds rescue Yazidis from Iraqi mountain », Al Jazeera, (consulté le 12 août 2014)
  80. a et b (en) « Thousands of Yazidis 'still trapped' on Iraq mountain », sur bbc.com,
  81. (en) Siddique, « 20,000 Iraqis besieged by ISIL escape from mountain after US air strikes », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  82. (en) « Syrian Kurdish fighters rescuing stranded Yazidis », sur foxnews.com, (consulté le 29 août 2019)
  83. (en) « Iraqi Yazidis: 'If we move they will kill us' », Al Jazeera, (consulté le 8 août 2014)
  84. (en) Barack Obama, « Statement by the President », Whitehouse.gov,‎ (lire en ligne)
  85. (en) Helene Cooper, Mark Landler et Alissa J. Rubin, « Obama Allows Limited Airstrikes on ISIS », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  86. (en) « Obama authorises Iraq air strikes on Islamist fighters », BBC World News, (consulté le 3 juillet 2015)
  87. (en) « Britain's RAF makes second aid drop to Mount Sinjar Iraqis trapped by Isis – video », The Guardian, (consulté le 12 août 2014)
  88. (en) « Iraq crisis: Tony Abbott says Australia's role in Iraq only humanitarian 'at this stage'; UN calls for 'urgent' international action », ABC News, (consulté le 3 juillet 2015)
  89. (en) « Europe pledges aid, equipment to Iraq », ABC News, (consulté le 12 août 2014)
  90. (en) « Kurds rescue Yazidis from Iraqi mountain », sur aljazeera.com, (consulté le 30 août 2019)
  91. (en) « After pivotal role saving Yazidis from ISIS, PKK leaves Sinjar – Middle East – Jerusalem Post », sur jpost.com, (consulté le 30 août 2019)
  92. (en) Ahmed, « The Yezidi Exodus, Girls Raped by ISIS Jump to their Death on Mount Shingal », Rudaw Media Network,‎ (lire en ligne, consulté le 26 août 2014)
  93. (en) « Islamic State crisis: Yazidi anger at Iraq's forgotten people », sur bbc.co.uk (consulté le 23 décembre 2014)
  94. (en) « IS in Iraq: Yazidi women raped, murdered and sold as brides – Christian News on Christian Today », sur christiantoday.com (consulté le 23 décembre 2014)
  95. (en) « ISIS Is Attacking Women, And Nobody Is Talking About It », sur huffingtonpost.com, (consulté le 11 septembre 2014)
  96. Ivan Watson, "'Treated like cattle': Yazidi women sold, raped, enslaved by ISIS", CNN, 30 October 2014.
  97. (en) « Dr Widad Akrawi Interviewed at RojNews: How should the international community classify the systematic massacre of the Yezidi civilians in Sinjar by IS jihadists that included taking Yezidi girls as sex slaves » [archive du ] (consulté le 26 septembre 2015)
  98. (en) « Save The Yazidis: The World Has To Act Now » (consulté le 12 septembre 2014)
  99. (en) Richard Spencer, « Isil carried out massacres and mass sexual enslavement of Yazidis, UN confirms », sur The Daily Telegraph, .
  100. (en) « Dr Widad Akrawi awarded International Pfeffer Peace Prize » (consulté le 20 octobre 2014)
  101. Reuters, "Islamic State Seeks to Justify Enslaving Yazidi Women and Girls in Iraq", Newsweek, 13 October 2014.
  102. (en) « Islamic State: Yazidi women tell of sex-slavery trauma », sur BBC News (consulté le 23 décembre 2014)
  103. (en) « Sex slavery 'pushes ISIL victims to suicide' », sur Al Jazeera, .

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier