Tony Abbott

Premier ministre de l'Australie de 2013 à 2015

Tony Abbott
Illustration.
Tony Abbott en 2010.
Fonctions
Premier ministre d'Australie

(1 an, 11 mois et 28 jours)
Monarque Élisabeth II
Gouverneur Quentin Bryce
Peter Cosgrove
Gouvernement Abbott
Coalition Libs-Nats
Prédécesseur Kevin Rudd
Successeur Malcolm Turnbull
Chef de l'opposition officielle

(3 ans, 9 mois et 17 jours)
Premier ministre Kevin Rudd
Julia Gillard
Kevin Rudd
Législature 42e et 43e
Prédécesseur Malcolm Turnbull
Successeur Chris Bowen
Chef du Parti libéral d'Australie

(5 ans, 9 mois et 13 jours)
Prédécesseur Malcolm Turnbull
Successeur Malcolm Turnbull
Ministre de la Santé et de la Vieillesse

(4 ans, 1 mois et 26 jours)
Premier ministre John Howard
Gouvernement Howard III et IV
Prédécesseur Kay Patterson
Successeur Nicola Roxon
Ministre de l'Emploi, des Relations du Travail et des Petites entreprises

(4 ans, 11 mois et 16 jours)
Premier ministre John Howard
Gouvernement Howard II et III
Prédécesseur Chris Ellison
Successeur Kevin Andrews
Membre de la Chambre des représentants

(25 ans, 1 mois et 23 jours)
Élection
Réélection 6 mars 1996
3 octobre 1998
10 novembre 2001
9 octobre 2004
24 novembre 2007
21 août 2010
7 septembre 2013
2 juillet 2016
Circonscription Warringah
Législature 37e, 38e, 39e, 40e, 41e, 42e, 43e, 44e et 45e
Prédécesseur Michael MacKellar
Successeur Zali Steggall
Biographie
Nom de naissance Anthony John Abbott
Date de naissance (62 ans)
Lieu de naissance Londres (Royaume-Uni)
Nationalité Australienne
Britannique (1957-1993)
Parti politique Parti libéral
Père Richard Henry Abbott
Mère Fay Peters
Conjoint Margaret Aitken
Diplômé de Université de Sydney
Université d'Oxford
Profession Journaliste
Religion Catholicisme

Tony Abbott
Premiers ministres d'Australie

Anthony John Abbott, dit Tony Abbott, né le à Londres, est un homme d'État australien. Membre du Parti libéral, il est Premier ministre d'Australie du au [1].

Ministre de l'Emploi (2001-2003) puis de la Santé (2003-2007), il est chef du Parti libéral en remplacement de Malcolm Turnbull du , au . Devenu Premier ministre après les élections de 2013, il est mis en minorité au sein du parti par Turnbull en 2015, qui récupère la direction du parti et devient ainsi Premier ministre. Abbott se retire de la vie politique suite aux élections de 2019.

OriginesModifier

Né à Londres[2] d'une mère australienne, Fay Abbott (née Peters à Sydney), et d'un père d'origine anglaise, Richard Henry Abbott, né à Newcastle upon Tyne (Angleterre) et qui a grandi dans un village voisin. Richard émigre en Australie au cours de la Seconde Guerre mondiale avec ses parents. Le grand-père maternel de Tony Abbott est né aux Pays-Bas mais est venu en Australie quand il avait cinq ans. Sa grand-mère maternelle est née au pays de Galles[3].

Le , Tony Abbott et sa famille déménagent en Australie[4]. Il étudie au Saint Ignatius College, dans le quartier de Riverview à Sydney, à l'Université de Sydney puis à l'Université d'Oxford[5],[6]. Titulaire d'une Bourse Rhodes, il est successivement séminariste, journaliste et chef du Mouvement monarchiste australien. Abbott est également connu pour ses engagements comme volontaire : pompier, maître-nageur sauveteur et enseignant dans les villages aborigènes de l'intérieur[7],[5],[1].

Débuts en politiqueModifier

En 1994, Abbott est élu député libéral de la circonscription de Warringah dans la banlieue nord de Sydney. Il est ministre fédéral de l'Emploi de 2001 à 2003, puis de la Santé de 2003 à 2007, dans les gouvernements de John Howard.

Lorsque le gouvernement de coalition dirigé par John Howard perd les élections de novembre 2007, Brendan Nelson est élu à la tête des libéraux aux dépens de Malcolm Turnbull par 45 voix contre 41. En septembre 2008, lors d'un second vote, Turnbull est cette fois-ci élu par 45 voix contre 41 pour Nelson[8] mais il ne peut pas entamer la popularité de Kevin Rudd et, après une période de division des libéraux au sujet d'un projet de bourse du carbone du gouvernement, Tony Abbott est élu chef du Parti libéral par 42 voix contre 41 pour Turnbull, le [9].

Chef de l'oppositionModifier

Le Gouvernement Kevin Rudd répond à la Crise économique de 2008-2010 par un programme économique de dépense publique Le surplus budgétaire antérieur disparait mais l'Australie évite la récession[10]. Deux chefs successifs du Parti libéral — Brendan Nelson et Malcolm Turnbull — ne parviennent pas à entamer la popularité du Premier ministre Rudd mais Tony Abbot permet aux libéraux de progresser aux dépens du parti travailliste[11]. Communicateur efficace et vigoureux, il critique Rudd comme : « all talk, no action » (« rien que des paroles, aucun acte »).

En tant que chef de l'opposition, Abbott s'oppose au projet bourse du carbone de Rudd comme « un grand impôt sur tout ». Il propose une allocation de maternité nationale. Il continue par ailleurs de participer à des manifestations sportives, participant à une course Ironman et réunissant l'argent pour des œuvres de charité en organisant une compétition cycliste de Melbourne à Sydney[12]. Il déclare qu'il cherche à gagner les voix de la classe ouvrière qui avait soutenu son prédécesseur conservateur John Howard. En Australie, on les appelle les battlers.

La mauvaise gestion de l'argent injecté par le gouvernement dans l'industrie des toitures provoque des feux dans des maisons et une série d'accidents mortels parmi les ouvriers incompétents et le projet est abandonné en avril 2010, avec de grandes indemnités demandées par ceux affectés.[pas clair] Abbott accuse alors le gouvernement d'incompétence[13]. En avril[Quand ?], Kevin Rudd annonce que le gouvernement retarde l'introduction d'une bourse du carbone jusqu'à la prochaine élection. Abbott accuse le gouvernement de poltronnerie[14]. Après un déclin de popularité, Kevin Rudd démissionne le , juste avant un vote interne du Parti travailliste qui Julia Gillard le remplacer[15].

Au cours de la campagne des élections de 2010, Tony Abbott critique le politique fiscale du gouvernement et promet de mettre un terme à trois projets du gouvernement Rudd-Gillard (la taxe sur les super-profits des compagnies minières, le développement d'un réseau national à haut débit, et l'introduction d'une bourse du carbone). Le le Parti travailliste de la Première ministre Julia Gillard remporte 72 sièges, autant que le Parti libéral, obligeant chacun des deux camps à courtiser les quatre élus indépendants, verts et un West Australian National afin de former un gouvernement de coalition[16]. Finalement, Abbott ne parvient à rallier qu'un seul élu indépendant et le WA National alors que les trois autres élus indépendants et verts apportent leur soutien au gouvernement Gillard qui est ainsi reconduit.

En 2012, il combat le plan de gestion des océans défendu par les travaillistes visant à créer des sanctuaires marins. Selon lui, une protection excessive de l'environnement entraverait l'activité économique[17].

Le , Gillard est désavouée lors d'un vote de confiance des députés travailliste et Kevin Rudd redevient Premier ministre[18]. Le changement à la tête du parti n'empêche toutefois pas sa défaite lors des élections du 7 septembre[19].

Premier ministre d'AustralieModifier

Tony Abbott est à la tête de la coalition libérale-nationale qui remporte la victoire lors des élections législatives du . Officiellement désigné Premier ministre par la gouverneure générale, il prête serment le 18 septembre et prend ses fonctions à Canberra[20],[21] en succédant au travailliste Kevin Rudd. Dans son premier discours, il trace les grandes lignes de sa philosophie de gouvernement :

« Un gouvernement juste est un gouvernement qui gouverne pour tous les Australiens. Y compris ceux qui n'ont pas voté pour lui. Un gouvernement juste a le devoir d'aider chacun à maximiser son potentiel : les aborigènes ; les invalides ; et nos familles oubliées — aussi bien que ceux que Menzies a décrits comme lifters not leaners. Nous ne laisserons pas quiconque seul[22]. »

Son gouvernement introduit immédiatement l'« Opération Frontières souveraines » contre les demandeurs d'asile arrivant clandestinement par bateau. Et durant le premier jour de la nouvelle session parlementaire après les élections, il initie l'abrogation de la taxe carbone introduite par le gouvernement travailliste[23]. En 2014 il signe un accord de libre-échange avec la Chine, le principal partenaire commercial de l'Australie[24].

Il supprime le ministère des sciences, l'Autorité du changement climatique et la Commission du climat. Il annonce également la suppression de la taxe carbone, instaurée en 2012, et qui visait à réduire les rejets de CO2, dont l'Australie est un des plus grands émetteurs en obligeant les 500 entreprises les plus polluantes à acheter des permis d'émission. Le gouvernement approuve en 2014 le rejet dans les eaux de la Grande Barrière de corail de déchets de dragage provenant des travaux d'extension d'un port d'exportation de charbon[25]. Les investissements publics dans les énergies renouvelables chutent de 70 % en 2014[26].

Il entreprend également de réduire les mesures de protection des océans et de la faune marine. « De 2013 à 2017, le gouvernement fédéral a dépense beaucoup d'argent pour imaginer un nouveau texte, avec l'appui des lobbys de la pêche industrielle et de plaisance », explique Jessica Meeuwing, directrice du Centre for Marine Futures. Plus de 1 200 scientifiques du monde entier ont exprimé leur inquiétude face à un nouveau plan « consternant »[17].

Le , Tony Abbott est désavoué lors d'un vote de confiance des parlementaires du Parti libéral. Malcolm Turnbull devient ainsi chef du parti et Premier ministre[27],[28]. Il perd son siège de député aux élections législatives fédérales de mai 2019, largement battu dans sa circonscription de Warringah par Zali Steggall, ancienne skieuse olympique et candidate sans étiquette qui a fait campagne sur la nécessité d'agir en réponse au changement climatique, et notamment face à l'impact du changement climatique sur la santé des Australiens. Le journal The Guardian souligne ainsi qu'il a été désavoué par une partie des électeurs de son propre camp, en raison de son refus de prendre au sérieux ce sujet durant ses années au pouvoir[29],[30].

ConvictionsModifier

Considéré comme un conservateur social, il est catholique et monarchiste[31]. En 2009, il publie le livre Battlelines[32] dans lequel il préconise une réforme constitutionnelle pour accroître les pouvoirs du gouvernement fédéral notamment dans les secteurs de la santé et de l'environnement. Partisan d'un modèle « traditionnel » de la famille, il est opposé à l'euthanasie, à la recherche sur les cellules souches embryonnaires et au mariage homosexuel. Enfin il croit que l'avortement devrait être « sûr, légal et rare » ("abortion should be safe, legal and rare")[33],[31],[34]. Il est d'autre part proche des intérêts de l'industrie minière et pétrolière[25].

Ouvertement climato-sceptique, il qualifie de « connerie absolue » l'attribution du réchauffement climatique à l'activité humaine[25].

Affaires aborigènesModifier

Abbott affirme que l'amélioration des conditions de vie pour les aborigènes est une priorité personnelle et sera une question de grande importance pour son gouvernement[35],[36],[37],[38]. Comme Premier ministre, il annonce qu'il continuera à être volontaire dans les villages aborigènes de l'intérieur, comme il le fait chaque année depuis 2007[39]. De même, il apporte son soutien à l'avocat conservateur Noel Pearson,[36],[37]. Enfin, il nomme le travailliste Warren Mundine comme conseiller spécial sur la réforme de la constitution, vis-à-vis des affaires aborigènes[38]. Abbott propose une modification de la Constitution de l'Australie pour accorder la reconnaissance aux Australiens aborigènes :

« L'Australie est un pays béni… sauf que nous n'avons jamais fini de faire la paix avec les premiers Australiens. C'est la tache sur notre âme. Notre défi actuel est de faire ce qui devrait avoir été fait il y a 200 ou 100 ans — pour reconnaître les peuples indigènes dans notre document fondamental. C'est-à-dire, nous devons nous réconcilier pour les omissions et pour les cœurs insensibles de nos ancêtres, pour nous permettre d'embrasser le futur en tant que peuple uni[40]. »

Monarchiste constitutionnelModifier

Abbott est un partisan de la monarchie constitutionnelle en Australie[41],[42]. Avant d'entrer au Parlement, il est, de 1993 à 1994, directeur exécutif du mouvement Australiens pour la monarchie constitutionnelle qui vise à préserver la monarchie constitutionnelle actuelle de l'Australie[43].

BibliographieModifier

Abbott a publié quatre livres :

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Australie: qui est Tony Abbott, le nouveau Premier ministre? », sur www.lexpress.fr, (consulté le 7 septembre 2013)
  2. (en) « The Hon Tony Abbott MP - Biography », sur www.aph.gov.au (consulté le 12 septembre 2013)
  3. Susan Mitchell, Tony Abbott: A Man's Man, p. 8 (ISBN 1921942185)
  4. (en)« Migration famille Abbott - National Archives of Australia (ref. : NAA: A1877, 07/09/1960 ORONSAY ABBOTT R H) », sur www.recordsearch.naa.gov.au (consulté le 12 septembre 2013)
  5. a et b (en) « Biography: The Hon Tony Abbott MP, Member for Warringah (NSW) », sur www.aph.gov.au (consulté le 7 septembre 2013)
  6. (en) « Biography: Tony Abbott - Panellist on Q&A », sur www.abc.net.au (consulté le 12 septembre 2013)
  7. (en)Brian McCoy, « Abbott's complex Aboriginal odyssey », sur www.eurekastreet.com.au, (consulté le 12 septembre 2013)
  8. Lincoln Archer, « Liberal leadership spill: Tony Abbott wins », sur www.news.com.au, (consulté le 8 septembre 2013)
  9. Lincoln Archer, « Liberal leadership spill: Tony Abbott wins », sur www.news.com.au (NewsComAu), (consulté le 8 septembre 2013)
  10. (en)« Australia able to avoid recession », sur www.news.bbc.co.uk, (consulté le 7 septembre 2013)
  11. (en)« Poll shows Abbott creeping up on Rudd », sur www.abc.net.au, (consulté le 7 septembre 2013)
  12. (en)« Abbott finishes Pollie Pedal », sur www.news.smh.com.au (The Sydney Morning Herald), (consulté le 7 septembre 2013)
  13. (en)« Broken childcare, insulation promises humiliate PM », sur www.theage.com.au (The Age), (consulté le 7 septembre 2013)
  14. (en)« Kevin Rudd delays emissions trading scheme until Kyoto expires in 2012 », sur www.theaustralian.com.au, (consulté le 7 septembre 2013)
  15. « Julia Gillard, primera mujer al frente del gobierno en Australia », Público.es, (consulté le 24 juin 2010)
  16. L'Australie sans majorité, AFP/Express, 22 aout 2010.
  17. a et b Maxime Lancien, « En Australie, une saison en enfer », sur Le Monde diplomatique,
  18. « Une journée de folie au parlement australien », sur ABC (consulté le 27 juin 2013)
  19. (en)Linda Silmalis, « Kevin Rudd walks away from Labor wreck », sur www.heraldsun.com.au, (consulté le 12 septembre 2013)
  20. « Australie : le nouveau Premier ministre Tony Abbott prête serment », sur www.lepoint.fr, (consulté le 18 septembre 2013)
  21. (en)« Abbott sworn in as Australia's PM », sur www.aljazeera.com, (consulté le 18 septembre 2013)
  22. « Tony Abbott's victory speech », The Age, 7 septembre 2013 : « A good government is one that governs for all Australians. Including those who haven't voted for it. A good government is one with a duty to help everyone to maximise his or her potential. Indigenous people. People with disabilities. And our forgotten families, as well as those who Menzies described as lifters, not leaners. We will not leave anyone behind. ».
  23. (en) "First day of business for new parliament", Australian Broadcasting Corporation, 13 novembre 2013
  24. (en) "Free trade agreement: Dairy farmers set to be big winners in deal between Australia and China", Australian Broadcasting Corporation, 17 novembre 2014
  25. a b et c « « L'Australie sacrifie de plus en plus l'environnement au profit de l'économie » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  26. « Réchauffement climatique : l'Australie, mauvais élève », sur RTL.fr (consulté le 10 novembre 2014)
  27. « Australie: un challenger conservateur renverse le premier ministre », sur www.lefigaro.fr, (consulté le 14 septembre 2015)
  28. « Australie : Tony Abbott expulsé au terme d'un putsch-surprise », sur www.lepoint.fr, (consulté le 14 septembre 2015)
  29. (en) "Zali Steggall promises action to stem health impact of climate change", The Guardian, 6 mai 2019
  30. (en) "Australian election: Tony Abbott loses his Warringah seat to Zali Steggall", The Guardian, 18 mai 2019
  31. a et b Émilie Lopes, « Avec Abbott, l'Australie vire à droite toute », Le Figaro, 10 septembre 2013, page 8.
  32. (en)« Tony Abbott launches Battlelines book », sur www.abc.net.au, (consulté le 7 septembre 2013)
  33. The Contender; 60 Minutes; 5 March 2010
  34. (en)Matt Buchanan, « Plain speaking and brute experience », (consulté le 2 octobre 2013)
  35. (en) Tony vows to be PM for indigenous affairs; Patricia Karvelas; The Australian; 6/9/2013
  36. a et b http://www.theaustralian.news.com.au/story/0,20867,20498209-7583,00.html
  37. a et b (en)Patricia Karvelas et Justine Ferrari, « Noel Pearson is Tony Abbott's man to fix schools. », sur www.theaustralian.com.au, (consulté le 12 septembre 2013)
  38. a et b (en)« Indigenous recognition will 'complete constitution', says Tony Abbott », sur www.theguardian.com, (consulté le 12 septembre 2013)
  39. (en)Peter Martin, Jonathan Pearlman, « Fact checker: Coalition leader Tony Abbott's bush jaunts make him almost a local », sur www.smh.com.au (The Sydney Morning Herald), (consulté le 17 octobre 2013)
  40. "Australia is a blessed country... except for one thing—we have never fully made peace with the First Australians. This is the stain on our soul.... our challenge is to do now in these times what should have been done 200 or 100 years ago to acknowledge Aboriginal people in our country’s foundation document. In short, we need to atone for the omissions and for the hardness of heart of our forebears to enable us all to embrace the future as a united people ; discours de Tony Abbott au Parlement, 13/02/13.
  41. (en) Damien Freeman, « Quadrant Online - The Political Philosophy of Tony Abbott », sur www.quadrant.org.au (consulté le 12 septembre 2013)
  42. Liz Jackson, « Four Corners émission du 15/03/2010 : Program Transcript from Liz Jackson's report The Authentic Mr Abbott », (consulté le 12 septembre 2013)
  43. Australians for Constitutional Monarchy

Liens externesModifier