Vottem

section de Herstal, Belgique

Vottem
Blason de Vottem
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Liège Province de Liège
Arrondissement (Arrondissement administratif de Oupeye,Milmort,Liers,Hermée,Glons)
Commune Herstal
Code postal 4041
Zone téléphonique 04
Démographie
Gentilé Vottemois, Vottemoise; les Roubîs[1]
Géographie
Coordonnées 50° 40′ nord, 5° 35′ est
Localisation
Localisation de Vottem
Géolocalisation sur la carte : Province de Liège
Voir sur la carte administrative de Province de Liège
City locator 14.svg
Vottem
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Vottem
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Vottem

Vottem (en wallon Votem) est une section de la ville belge de Herstal, située en Région wallonne dans la province de Liège. Le Rida a sa source à Vottem et draine la majeure partie du village.

Ruine de la chapelle du château du Bouxthay
Coupe hydrogeologique Lantin Rocourt Vottem
Le Rida
Ancienne maison communale

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977. Une partie de la commune avait déjà fusionné avec celle de Liège en 1975.

Lieux et lieux-ditsModifier

  • Bouxhtay[2], Å Bouh'tè, Å Bouf'tè[3], hameau mentionné depuis 1278
  • Chapeauville, A chapêvêye, lieu-dit mentionné depuis 1534
  • Cheval Blanc, Å blanc Dj'vå, d'après le nom de l'auberge qui se trouvait là
  • Croix Jouette, Creû Djouwète, hameau mentionné depuis 1552
  • Gaillard-Cheval, Å Galiår, hameau mentionné depuis 1530
  • Gascogniers, Ås Cascognîs, hameau mentionné depuis 1812 (signifiant châtaigniers)
  • Haxhes, , Håhe
  • Haren, Harin
  • Jolivet, è Djolivè (hameau mentionné depuis 1430; cédé à Liège en 1975)

Géologie et solsModifier

Vottem se trouve à la limite du Plateau de Hesbaye et de la vallée de la Meuse. Sur les sites de constructions, on pourra observer le sous-sol. De haut en bas dans le village, on observera[4],[5],[6]:

Localement, près des sources du Rida, on trouve des dépôts alluvionnaires de calcaire biogène tuf calcaire.

Les sols dominants à Vottem sont les sols limoneux à drainage naturel favorable (Ab) et des sols limono-caillouteux à charge de silexite et à drainage naturel principalement favorable (Gb). Ces derniers sols sont directement en relation avec des affleurements de l’argile à silex. Remarquablement, les sols des zones de sources ne sont pas différenciés. Cela sans doute en raison de la trop faible densité des sondages (env. un par ha)[4],[7].

ClimatModifier

Le climat de Vottem est similaire à celui de Liège. C'est un climat tempéré; des précipitations importantes sont enregistrées toute l'année à Vottem, y compris lors des mois les plus secs. Selon la classification de Köppen-Geiger, le climat est de type Cfb. La station climatique la plus proche est à Liège: elle affiche 9,8 °C de température en moyenne sur toute l'année. Chaque année, les précipitations sont en moyenne de 827 mm.

Sur le plateau hesbignon au nord du village, on craignait surtout les vents du Nord; on a pensé planter des rideaux d'arbres protège-vent pour y étendre la culture des fraises[8].

Sur les coteaux descendant vers la Meuse, on craignait le vent d'Est, localement appelé Vint d'Åbe (vent venant d'Aubel)[9]. Le vent d'Ouest était appelé Vint d'Lovagn (vent venant de Louvain)[10].

HistoireModifier

Moyen ÂgeModifier

La première mention de Vottem date de 1186, dans un document de l'Abbaye du Val-Saint-Lambert.

Au XIIIe siècle, le chapitre Saint-Lambert possède la collation[11] de l'église Saint-Étienne. C'est à la même époque qu'un certain Gérard Pétillon venu de Lexhy vient se fixer à Vottem. Son fils, Guillaume est chanoine au chapitre Saint-Martin et propriétaire du domaine du Bouxthay. Ses filles légueront finalement leurs revenus à l'évêché de Liège[12].

En 1255, Lors de la sentence de Vottem, le bourgmestre de Liège Henri de Dinant est banni.

Le village de Vottem dépendait donc du chapitre de la Cathédrale Saint-Lambert ce qui lui donne une certaine importance politique. En 1307, la paix de Seraing ou de Vottem est signée et met fin aux troubles qui ont éclaté dès 1303. En 1312, ce sont des hommes de Vottem qui bloquent le parti des "grands" et les pousse, avec l'aide des houilleurs, à s'enfermer dans l'église Saint-Martin où ils périront lors de l'incendie provoqué par leurs assiégeants. Cet épisode est connu dans l'histoire liégeoise comme celui de la Måle Saint-Martin[13]. En 1331, un plaid général est convoqué à Vottem pour juger Pierre Andricas qui avait fomenté un complot visant à assassiner les membres du chapitre et rétablir la puissance des métiers liégeois. Il parvient à s'évader et les troubles continuent jusqu'au où la Paix de Vottem[14] (connue également comme la Réformation d'Adolphe ou Loi de murmure[15]) y met un terme, pour un temps.

Le village fut détruit en 1484 lors de la lutte entre Jean de Hornes et Guillaume de La Marck.

Joseph Jacquart a publié les liste des patronymes attestés à Vottem à partir de 1741[16].

Dix-neuvième siècleModifier

À partir du XIXe siècle à côté des exploitations minières, on exploite le phosphate. Le développement du travail du fer-blanc et, plus tard, de l'armement sur le territoire de Herstal déborde également sur la commune. Pendant ce temps les épouses et les filles livrent aux marchés de Liège le fruit de leur cueillette, spécialement des fraises[17]. On les appelait les cotîresses[18].

Lors de l’indépendance de la Belgique le géographe Philippe Vandermaelen inventarisa à Vottem 253 maisons (pour partie en briques, partie en torchis), 12 fermes, une église, une chapelle, un moulin à vent, une siroperie, un four à briques, et de nombreux artisans qui travaillaient le métal. Il y avait 1 499 habitants, dont de nombreux travailleurs de briqueterie, qui faisaient une migration saisonnière vers la Hollande et l’Allemagne. L’inventaire comprend en outre des détails de l’environnement naturel, les sols, la production agricole et le cheptel. Le réseau routier est également décrit. La description par Vandermaelen donne une vue intéressante sur la vie de tous les jours autour de 1830[19].

 
Paysage du passé dans le Vallon du Rida

En 1865, douze habitants de Vottem meurent d'un coup d'eau au Charbonnage de la Grande Bacnure. Il y avait parmi eux des enfants, seuls soutiens de la famille[20].

En 1866, le village fût dûrement touché par le choléra[21]. Les morts ont été enterrés à l'ète Mawèt. Ce lieu de sépulture était situé à l'angle des rues du Bouxthay et Lavaniste Voie[22].

Première Guerre mondialeModifier

Le 6 août 1914 la première confrontation de la Première Guerre mondiale entre l'armée belge et l'armée allemande avait lieu à Vottem. Des centaines de soldats belges tombèrent.

Seconde Guerre mondialeModifier

Vottem fut occupé le par les troupes de l’Allemagne Nazie. La plupart des habitants offraient une résistance passive à l’occupation[23] ; parmi les tombés se trouvent également deux résistants armés. Le Monument aux morts de Vottem mentionne 44 tués lors de ce conflit. Le village fût libéré le .

Dans la deuxième partie du 20e siècle, la culture des fraises décline rapidement[8].

Langue wallonneModifier

Jusque vers la moitié du XXe siècle, les habitants de Vottem parlaient majoritairement la langue wallonne. Le wallon de Vottem, comparé au liégeois, présente quelques particularités de phonétique et de vocabulaire propres à la Hesbaye liégeoise. Il ne connaît guère la nasale -in. On dira molègn pour "moulin"[24].

Au début du XXe siècle, la littérature wallonne bénéficiait de l'apport de plusieurs linguistes de Vottem: les écrivains Arthur, Lucien[25],[26] et Oscar Colson[27] et Gaspard Marnette[28] ainsi que le dramaturge Nicolas Trokart[29].

Au cours du XXe siècle, à cause de l'utilisation de la langue française dans l'église, les écoles et à la télévision, et à cause des nombreuses migrations, la pratique du wallon a largement disparu à Vottem. Parmi la population, le wallon avait également un statut inférieur au français. On éduquait les garçons en wallon et les filles en français.

CommunicationsModifier

Réseau routierModifier

Depuis l'époque romaine, Vottem se trouve le long de routes importantes: la Chaussée romaine de Tongres à Herstal, localement nommée Chaussée Brunehault. Au vingtième siècle s'y ajouta l'Echangeur de Vottem, un échangeur entre l'A3 (E40) et l'A13 (E313).

TramwaysModifier

Vottem était terminus de deux lignes de tram

AutobusModifier

Chemins et sentiersModifier

 
Sentier Marnette à Vottem (sentier n° 33)

Il y a sur le territoire de cette ancienne commune un total estimé de 31 kilomètres de chemins et sentiers. Parmi ceux-ci 74, d'une longueur totale de 27 km, ont été cartographiés: 14 km sont en bon état, 2 km sont difficiles (souvent envahis par roncies et orties), 1 km est barré, 2 km au statut inconnu et 6 km supprimés (pour l'installation d'autoroute et industrie)[31],[32]. Cette densité de sentiers s’explique par le maraîchage. Le travail intensif de la terre nécessitait beaucoup de déplacements à pied; le produit était transporté par les femmes (les cotîresses) et par charrettes à bras, ajustées à la largeur des sentiers: 1,17 mètres selon l’Atlas des Voiries Vicinales.

Culture maraîchèreModifier

Pendant longtemps, l'économie de Vottem était fortement marquée par le maraîchage, stimulé par la proximité de la ville de Liège. Dans les années 1950, la criée de Vottem structurait le maraîchage dans la périphérie nord de l’agglomération liégeoise. La superficie totale vouée à la culture maraîchère et fruitière était de 102 ha en 1929 et 28 ha en 1958: légumes, fraises, fleurs, arbres fruitiers. Si la culture des fraises a marqué l’esprit, elle n’en constituait pourtant qu’une petite partie (six hectares en tout et pour tout, bon an, mal an)[8].

 
Charrette de maraîcher à Vottem

En 1958, la coopérative de la criée de Vottem comptait, outre 94 producteurs de fraises à Vottem, 21 à La Préalle, et neuf à Milmort, pour une production commercialisée totale de 37 tonnes. A la criée, les fraises étaient vendues au prix moyen de 15 FB le kilo. La production était très variable, entre 34 et 102 kilos à l’are (3-10 t/ha), dépendant des conditions météorologiques[8].

Les variétés de fraises de Vottem les plus connues sont la Merveilleuse de Vottem, la Saint-Lambert et surtout la Souvenir de Charles Machiroux[33]. On y cultivait également l'Or du Rhin et la Surprise des Halles[8]. Certaines variétés ont disparu: la Naimette, la Triomphe de Liège et la Noire de Milmort.

Témoin de cette charactéristique de Vottem est le fait que, dans les années 1930, l'équipe locale de football, le RRC Vottem, avait le surnom de "Les Maraîchers"[34]. C'est pourtant le souvenir de la production de fraises qui se perpétue, du probablement au fait que cette production a perduré un peu plus longtemps que les cultures de légumes. Cependant, le musée local est autant dédié aux fraises qu'aux autres cultures maraîchères[33]. L’étude du déclin du maraîchage à Vottem, même du produit phare qu’était la fraise, reste à faire. Le contraste est grand avec la région de Wépion, dans une position similaire au-dessus de Namur.

Représentants politiquesModifier

Bourgmestres de VottemModifier

Un mayeur connu, au Moyen Âge

Tous les bourgmestres depuis 1795[23]

  • Olivier Florkin (1795-1800)
  • Adam Joseph Degard (1800)
  • Léonard Croisier (1800 - 1808)
  • Guillaume Clermont (1809 - 1831)
  • Gilles Joseph Collinet (1832 - 1836)
  • Jean-Louis Darimont (1836 - 1842)
  • Dieudonné Granjean (1842 - 1844)
  • Lambert Closset (1845 - 1846)
  • Jean-Joseph Piette (1847 - 1848)
  • Guillaume Clermont (1848 - 1849)
  • Jacques Malpas (1849 - 1857)
  • Henri Wathar (1857 - 1860)
  • Jean-Louis Depireux (1860 - 1867)
  • Jean-Louis Depireux (homonymie) (1867 - 1870)
  • Jean-Jacques Malpas (1870 - 1872)
  • Joseph Charlier (1872 - 1874)
  • Jacques Hendricé, Echevin ff. de Bourgmestre (1874 - 1875)
  • Libert Donnay (1875 - 1879)
  • Jacques Hendricé (1879 - 1895)
  • Arthur Malpas (1886 - 1903)
  • Gilles Gérard Echevin ff. de Bourgmestre et nommé en 1919(1904 - 1919) POB
  • Florent Boclinville (1919 - 1931)
  • Louis Pirghaye (1931 - 1964)
  • Félicien Leclercq (1964)
  • François Noppens (1965 - 1976).


Conseillers communauxModifier

Lors des dernières élections communales avant la fusion des communes (11 octobre 1970), la répartition des voix était de

Le PSB obtint neuf conseillers communaux (MM. Noppens, Pypops, Georges, Dehousse, Van Ham, Crème, Marcotty, Colette et Libotte) et l’UDV quatre (MM. Boulanger, Gustin, A. Collard et Oscar Croisier)[35].

D'après le site officiel de la commune de Herstal, deux vottemois siègent au Conseil Communal pour la législature 2018-2024[36]

  • Semih Berber (Vert Herstal)
  • Merlin Léonard (PTB)

Lieux de culteModifier

  • Église catholique Saint Étienne: datant de 1788 et néo-classique, elle comporte une tour carrée occidentale, une nef de trois travées et un chœur avec abside semi-circulaire. Brique et pierre. C'est à une restauration faite en 1966 que l'on doit l'aspect actuel de l'intérieur et la disparition du mobilier[37]. Une des cloches datait de 1838[38], elle a été confisquée par l'occupant en 1943[23].
 
Église Saint Étienne
 
Le temple antoiniste de Vottem
  • Chapelle du Bouxthay (en ruine)

Bâtiments et établissementsModifier

  • Il y avait deux moulins à vent à Vottem, le Moulin Depireux et le Moulin Bouquette; leurs tours sont restés intacts jusqu'en 1970, lorsqu'elles furent détruites pour faire place à l'autoroute.
  • Le Centre pour Illégaux de Vottem (CIV): entré en fonction en septembre 1999. Y sont enfermés des demandeurs d’asile déboutés et des “illégaux”. Le bâtiment, entouré d’un grillage, est composé de quatre ailes, elles-mêmes délimitées par plusieurs grilles. Les gens dorment dans des chambres de 4 personnes[39],[40].

MonumentsModifier

Vottemmois connusModifier

Noyaux prochesModifier

La Préalle, Herstal, Haren, Milmort,Tilice, Liers, Rocourt, Liège (ville): Sainte-Walburge, Saint-Léonard, Thier-à-Liège

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. Surnom donné à l'origine par les habitants de Milmort. Deux origines possibles - "Robin", diminutif à sens péjoratif de Robert, ou bien le liég. roubin, bélier? (Renard, E., 1934. Toponymie de Vottem et de Rocour-lez-Liège. Liège: H. Vaillant-Carmanne)
  2. Les ruines du Bouxhtay: le plus beau paysage de Herstal, jadis une montagne de charbon http://hachhachhh.blogspot.com/2014/01/les-ruines-du-bouxhtay-le-plus-beau.html
  3. Toponymie en wallon d'après Renard, E., 1934. Toponymie de Vottem et de Rocour-lez-Liège. Liège: H. Vaillant-Carmanne
  4. a et b Bourguignon, p. 1957. TEXTE EXPLICATIF DE LA CARTE DES SOLS DE LA BELGIQUE. TEXTE EXPLICATIF DE LA PLANCHETTE DE Liège 121E. Édité sous les auspices de l'Institut pour l'encouragement de la Recherche Scientifique dans l'Industrie et l'Agriculture (I. R. S. I. A.) http://carto1.wallonie.be/Documents/CSB/Livrets/121E.PDF
  5. Monjoie, A. 1974. Phénomènes de dissolution dans la zone Nord de Liège. 2ème Congrès International de l’Association Internationale de Géologie de l’Ingénieur, III-18: 10 pp., 4 fig., Sao Paolo.
  6. Pel, J., 1960. Observations géologiques et hydrogéologiques sur le territoire de la commune de Vottem. Ann. Soc. Géol. de Belgique. Tome LXXXIII: 345-350.
  7. Carte des Sols de Wallonie http://geoapps.wallonie.be/Cigale/Public/#CTX=CNSW#BBOX=234667.15834092954,236703.13116287516,151731.96753485536,152828.66764492227
  8. a b c d et e Christians, C., 1960. Problèmes de la banlieue maraîchère : la culture fraisière d'appoint à Vottem près de Liège. Bulletin de la Société belge d'Études géographiques, T. XXIX, p. 363-378
  9. Renard, E., 1934. Op. cit., p. 57
  10. Renard, E., 1934. Op. cit., p. 45
  11. sur le sens du mot collation : I. COLLATION n. f. XIIIe siècle. Emprunté du bas latin collatio, « action de conférer (une dignité, un honneur) », et aussi « comparaison de textes ». 1. DROIT CANON. Droit de conférer un bénéfice ecclésiastique. La collation des cures d'un diocèse appartenait de plein droit à l'évêque. Ex. : La présentation de cette cure appartenait à l'abbé de Cluny, et sa collation à l'évêque du lieu. Définition donnée par le Dictionnaire de l'Académie Française en ligne [1]
  12. Herstal. Un patrimoine pour une nouvelle commune, Herstal, 1980, p. 63-64
  13. J. Stiennon, Histoire de Liège, Toulouse, Privat, 1991 (ISBN 2-7089-4724-9), p. 56
  14. Herstal. op. cit., p. 66
  15. J. Stiennon, op. cit., p. 80
  16. Jacquart, J., 1961. Les familles-souches de Vottem au XVIIIe siècle. L’intermédiaire des Généalogistes, XVI (3): 157
  17. La culture des fraises au Thier-à-Liège et à Vottem (1933) - Enquête du Musée de la Vie wallonne https://www.youtube.com/watch?v=tDHk3PRNIrE
  18. Herstal, op. cit., p. 69-70.
  19. Philippe Vandermaelen, Dictionnaire géographique de la province de Liège. Brussel, Établissement géographique - 1831.
  20. En 1865, à Bernalmont-Vottem, coup d’eau à la Grande Bacnure : vingt-neuf victimes, par Walthère Franssen, 2017
  21. [René Leboutte: Peste & Choléra au Pays de Liège: XIVe-XIXe siècles, Chapitre XII Vottem au temps du choléra https://books.google.be/books?id=grLjDwAAQBAJ&printsec=frontcover&dq=inauthor:%22Ren%C3%A9+Leboutte%22&hl=en&sa=X&ved=2ahUKEwi3qdbhk_zrAhWCC-wKHYJlByYQ6AEwAnoECAIQAg#v=onepage&q=Vottem&f=false]
  22. Renard, E., 1934. Op. cit., p. 33
  23. a b et c Fraikin, J., Gérard, P., Carpay, F., Matthys, H., Noelanders, J., Donis, P., 1987. Le temps où Vottem riait. Tome I. Histoire et Anecdotes de notre village. Ans, Imprimerie Frings.
  24. Renard, E., 1934. Op. cit., p. 13
  25. Colson, L., 1908. MI VIYÈDJE (Vottem)
  26. Bibliographie de la littérature wallonne contemporaine https://archive.org/stream/bibliographiedel00colsuoft/bibliographiedel00colsuoft_djvu.txt
  27. Oscar Colson http://connaitrelawallonie.wallonie.be/fr/wallons-marquants/dictionnaire/colson-oscar#.X29dku1cKUk
  28. Chalon, L., 2006. L'influence du wallon sur le français écrit par Gaspard Marnette (L'Archiviste des Rumeurs)https://www.persee.fr/doc/rbph_0035-0818_2006_num_84_3_5044
  29. Connaître la Wallonie: Nicolas Trokart http://connaitrelawallonie.wallonie.be/fr/wallons-marquants/dictionnaire/trokart-nicolas#.X4c4au1cKUk
  30. Cette ligne était exploitée par la SNCV du Limbourg. Les archives de la SNCV Limbourg contiennent de nombreuses fardes concernant la ligne 820. https://www.metavzw.be/Bestanden/bestanden/Archief%20Limburg.pdf pages 30 et suivantes. Les fardes avec les documents se trouveraient à Malines. Voir : https://www.metavzw.be/
  31. COMITE DE PARTICIPATION DE VOTTEM, 2006. LES SENTIERS DE VOTTEM - COMITE DE PARTICIPATION DE VOTTEM https://www.balnam.be/archive/334064
  32. Itinéraires Wallonie - Vottem https://www.balnam.be/localite/vottem
  33. a et b Musée de la Fraise et de la Vie d'antan de Vottem https://www.herstal.be/loisirs/culture/autres_lieux_culturels/musee-de-la-fraise
  34. Renard, E., 1934. Op. cit., p. 8
  35. L’Union Vottemmoise, N° 6, 1970
  36. https://www.herstal.be/ma-ville/vie-politique/conseil-communal/membres
  37. Belgian Art Links and Tools - Église Saint Étienne à Vottem
  38. Belgian Art Links and Tools - cloche de l'église de Vottem
  39. https://www.lesoir.be/art/%25252F-strip-tease-sur-rtbf-1-seraing-son-parrain-vottem-ses-_t-19991006-Z0HC4N.html «Strip-tease», sur RTBF 1 Seraing, son parrain Vottem, ses damnés
  40. https://www.gettingthevoiceout.org/quels-sont-les-centres-fermes-en-belgique/ Quels sont les centres fermés en Belgique ?