Sentier n° 48 (Vottem)

So Filômé (Sentier no 48)
178
Alignement du Sentier n° 48
Situation
Coordonnées 50° 40′ 43″ nord, 5° 34′ 46″ est
Pays Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Ville Herstal
Quartier(s) Vottem
Début Rue de Rocourt
Fin Rue du Fond des Fourches
Morphologie
Type Sentier
Forme rectiligne
Longueur 918 m, dont subsistent 109 m
Histoire
Création Avant 1841
Monuments Moulin Depireux
Protection Servitude publique (pour la partie non déclassée)
Géolocalisation sur la carte : Belgique
(Voir situation sur carte : Belgique)
So Filômé (Sentier no 48)
Géolocalisation sur la carte : Liège
(Voir situation sur carte : Liège)
So Filômé (Sentier no 48)

Le Sentier de Filomé[1] ou Sentier no 48, un chemin rural long de 918 mètres à l’origine, faisait le lien entre le village de Vottem (Belgique) et les champs situés au nord. La plus grande partie a disparu sous le Zoning industriel et l’E313. La partie subsistante, au sud, traverse une prairie. L’assiette du sentier n’appartient pas au domaine public, mais les propriétaires doivent garantir le passage[2].

HistoriqueModifier

Ce sentier est associé à la géographie agraire[3] est renseigné sur la carte de Vandermaelen (1850)[4], mais existe probablement depuis la préhistoire[5],[6]. Ce sentier est devenu rural avec la diffusion de l'agriculture et des pâturages fixes[7].

SituationModifier

Situation originelleModifier

Ce sentier apparaît à l’Atlas des chemins vicinaux (1841)[2]. La publication à l’atlas garantit un droit de passage pour le public. Il reliait le Chemin no 10 (actuellement Rue de Rocourt) aux champs entre Vottem et Liers.

Situation actuelleModifier

Le sentier démarre de la Rue de Rocourt. La barrière du pré, en face de la nouvelle ferme s'ouvre facilement; on la referme bien sûr après son passage. Droit devant, on coupe le pré en diagonale. Dans le coin du pré, un passage entre les arbres, et on arrive au rond-point de la Rue du Fond des Fourches. La suite a été supprimée (Parc d'Activités)[2].

 
Passage vers le Parc d’Activités

OdonymieModifier

Le numéro 48 a été attribué à ce chemin dans l’Atlas des chemins vicinaux (1841)[2]. Il s’agit d’un numéro séquentiel, tous chemins et sentiers confondus, appartenant à une même commune avant fusions.

Le Tableau Général de cet Atlas, comprend également le nom officiel du sentier: Sentier de Filomé[1], ou encore, en Wallon: “so filômé”, signifiant “Demeure de Filonus”. C’est un toponyme utilisé depuis 1303 au moins[8].

PaysageModifier

Le chemin passe dans un paysage rural, témoin du bocage entourant le Moulin Depireux et la Ferme Croisier.

Voiries adjacentesModifier

  • Rue de Rocourt
  • Rue du Fond des Fourches

Fonction actuelleModifier

On attribue aux chemins vicinaux une importance esthétique et paysagère, sociale, touristique ainsi parfois qu'en termes de service écosystémique (en tant qu'éléments naturels relictuels susceptible de participer à la trame verte et/ou bleue[9],[10]. Particulièrement, le sentier n° 48 traverse une prairie bordée de quelques haies, restes du bocage d’origine.

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Fraikin, J., Gérard, P., Carpay, F., Matthys, H., Noelanders, J., Donis, P., 1998. Le temps où Vottem riait. Tome II. Chez nous à Vottem. Vottem, Crédit Communal.
  2. a b c et d Itinéraires Wallonie. Province de Liège, Herstal, Vottem, Sentier no 48
  3. Gautier, M. (1953). Un chapitre négligé sur la géographie agraire: Les enseignements des chemins ruraux. L'information géographique, 17(3), 93-97.
  4. Géoportail de la Wallonie
  5. Meynier A (1944). Traces de cadastres romains en Armorique ? Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 88(3), 413-422.
  6. Musset, L. (1947). Arpentage antique en Normandie. Revue archéologique, 28, 31-51|résumé
  7. Livet, G. (2003). Histoire des routes et des transports en Europe: des chemins de Saint-Jacques à l'âge d'or des diligences. Presses universitaires de Strasbourg
  8. Renard, E., 1934. Toponymie de Vottem et de Rocour-lez-Liège. Liège: H. Vaillant-Carmanne
  9. Aznar, O. (2002). Services environnementaux et espaces ruraux-Une approche par l'économie des services|(Doctoral dissertation, Université de Bourgogne)
  10. Etcheverria, O. (1999). Les Chemins ruraux et leur revalorisation touristico-culturelle: l'exemple du Pays basque (Doctoral dissertation, Atelier national de Reproduction des Thèses)