Voïvodine

province autonome de Serbie

Voïvodine

Војводина (sr-cyrl)
Vojvodina (hr)
Vajdaság (hu)
Vojvodina (sk)
Voivodina (ro)
Войводина (rue)

Blason de Voïvodine
Armoiries de Voïvodine.
Drapeau de Voïvodine
Drapeau de Voïvodine.
Image illustrative de l’article Voïvodine
Administration
Pays Drapeau de la Serbie Serbie
Statut politique Province autonome
Capitale Novi Sad
45° 15′ N, 19° 51′ E
Président du gouvernement Igor Mirović
Président de l'Assemblée István Pásztor
Démographie
Population 2 031 992 hab. (2002)
Densité 95 hab./km2
Langue(s) serbe, hongrois, slovaque, roumain, croate, ruthène moderne
Géographie
Coordonnées 45° 15′ nord, 19° 51′ est
Superficie 21 500 km2
Divers
Monnaie Dinar serbe (CSD)
Fuseau horaire UTC +1

La province autonome de Voïvodine (serbe en écriture cyrillique : Аутономна Покрајина Војводина, croate : Autonomna pokrajina Vojvodina, hongrois : Vajdaság Autonóm Tartomány, slovaque : Autonómna pokrajina Vojvodina, roumain : Provincia Autonomă Voivodina, ruthène : Автономна Покраїна Войводина) est une province septentrionale de la Serbie.

Sa capitale et ville la plus peuplée est Novi Sad, suivie par Subotica. La province est ethniquement diversifiée (minorité hongroise importante : environ 13 % de l'ensemble en 2011), avec plus de 25 groupes ethniques différents représentant un tiers de la population de la région. La province a de ce fait six langues officielles, reflétant la diversité culturelle et linguistique de la région. La Voïvodine est la seule province autonome de Serbie encore rattachée au pouvoir central (le Kosovo, qui a fait unilatéralement sécession le , est de facto indépendant).

Elle fait partie de l'Eurorégion Danube-Criș-Mureș-Tisa.

GéographieModifier

 
Les districts de Serbie : ceux de Voïvodine sont en jaune.

Elle occupe une partie méridionale de la vaste plaine de Pannonie, qui se prolonge en Croatie, en Hongrie et en Roumanie, laquelle est irriguée par le Danube et par son affluent, la Save.

Ses limites administratives sud se trouvent à entre 10 et 30 km à l'ouest, au nord et à l'est du centre-ville de Belgrade, la capitale serbe.

ToponymieModifier

Le nom Vojvodina (војводина, ou les variétés војводовина et војводство) vient de « Voïvode » qui désigne le grade le plus important dans l'armée serbe. Avec l'occupation de la Serbie par les ottomans, le voïvode devint aussi gouverneur, lequel au sein de l'Empire d'Autriche-Hongrie est remplacé par un duc. Son nom historique était « Duché serbe ».

Le terme Vojvodina est l'équivalent du mot polonais : województwo qui désigne une province.

HistoireModifier

À travers l'histoire, elle fait partie de la Dacie, de l'Empire romain, de l'empire des Huns, de l'Empire byzantin, de la Bulgarie, de l'Empire ottoman, du royaume de Hongrie, de l'Empire d'Autriche et de l'Autriche-Hongrie, de l'État des Slovènes, Croates et Serbes, du Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, du Royaume de Yougoslavie, de la Serbie, de la République socialiste fédérative de Yougoslavie, de la République fédérale de Yougoslavie, de la Serbie-et-Monténégro et de nouveau finalement de la Serbie.

 
L'assemblée du mai 1848 à Karlovci, peinture historique de Pavle Simić (1818-1876).

Au cours de la période qui suit la grande guerre turque, au XVIIIe siècle, de nombreux Serbes, fuyant le Kosovo occupé par l'Empire ottoman, émigrent et trouvent refuge en Voïvodine rattachée au royaume de Hongrie, ou ils acquièrent un degré d'autonomie élevé sous la protection des souverains de la monarchie de Habsbourg. Soutenus par l'impériatrice Marie-Thérèse et son fils Joseph II, des colons germaniques (« Souabes ») se sont établis entre eux. Au cours de la révolution hongroise de 1848, une assemblée nationale à Karlovci a proclamé le Voïvodine de Serbie le . Ce territoire comprenait les régions de la Syrmie, du Banat, de la Bačka et du comitat de Baranya. Le voïvodat de Serbie et du Banat de Tamiš acquit le statut d'une terre de la Couronne (Kronland) autonome l'année suivante, mais fut réintégré dans la Hongrie en 1860.

À l'issue de la Première Guerre mondiale, le , l'assemblée nationale de la Voïvodine déclare l'unification avec la Serbie[1]. AU cours de la dissolution de l'Autriche-Hongrie par les dispositions du traité de Trianon, la région historique du Banat fut divisée en trois : le royaume de Roumanie a reçu la plus grande partie autour de la ville de Timișoara, ainsi que la partie occidentale, le Banat serbe, fut attribuée au royaume des Serbes, Croates et Slovènes.

En 1945, le régime communiste de Josip Broz Tito octroie à la Voïvodine le statut de « province socialiste autonome » au sein de la République socialiste de Serbie. En 1989, le régime de Slobodan Milošević revient sur cette autonomie afin d'en limiter les forces centrifuges, à l'œuvre tant au Kosovo qu'en Voïvodine, qui selon lui menacent l'unité de l'État serbe[2]. L'année suivante, la Voïvodine retrouve un statut d'autonomie avec une assemblée et un gouvernement local mais sous le contrôle étroit de Belgrade.

En décembre 2009, la Serbie accorde de nouveau une autonomie importante à la Voïvodine qui est effective le [3].

PolitiqueModifier

DémographieModifier

 
Plaque de rue du village de Belo Blato en langues serbe, slovaque, et hongroise, reflétant la diversité de la population de Voïvodine.
 
Répartition ethnique.
 
Répartition linguistique.
 
Répartition religieuse.

(Étude réalisée en 2002)

Groupes ethniques/nationaux de la population :

Langues maternelles de la population :

Religions de la population :

Population par sexe :

  • Hommes : 984 942 (48,47 %)
  • Femmes : 1 047 050 (51,53 %)

Population par catégories d'âge :

  • 0−14 ans : 15,85 % (165 332 hommes, 156 873 femmes)
  • 15−64 ans : 68,62 % (693 646 hommes, 700 416 femmes)
  • 65 ans et plus : 15,53 % (125 964 hommes, 189 761 femmes)

(Source : « Bureau statistique de la République de Serbie en anglais »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?))

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :