Ouvrir le menu principal

Second Empire bulgare

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Second Empire (homonymie).
Second Empire bulgare
Втора българска държава

1185–1422

Blason
Description de cette image, également commentée ci-après
Le second Empire bulgare
Informations générales
Statut Tsar
Capitale Tarnovo
Vidin
Sredets
Langue Bulgare (majoritaire), Valaque, Grec (sur les côtes)
Religion Orthodoxe, Bogomile

Tsar

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le Second Empire bulgare était une monarchie médiévale des Balkans s’étendant non seulement sur l’actuelle Bulgarie (sauf le littoral) mais aussi sur l'Albanie, le sud de la Roumanie et de la Moldavie, le sud-ouest de l'Ukraine, la Macédoine du Nord, la Grèce septentrionale et la Serbie orientale.

DénominationModifier

L'historiographie moderne bulgare et, à sa suite, internationale, le désigne couramment comme « Second Empire bulgare » ou, plus simplement « Bulgarie ». Toutefois, cette dénomination commune est historiquement impropre car le premier état bulgare fut la Grande Bulgarie fondée par Koubrat entre les bouches du Danube et la mer Caspienne (630-660)[1] et le deuxième fut celui que l'historiographie moderne nomme couramment « premier », fondé par Asparoukh à cheval sur le bas-Danube avant de s'étendre à la majeure partie de la presqu'île des Balkans (680-1018)[2], ce qui implique que le « Second Empire bulgare » est en fait le troisième (1186-1396) et que la Bulgarie moderne (depuis 1878) est le quatrième[3].

Dans les documents de son temps, comme les lettres et diplômes des papes Innocent III et Grégoire IX, les récits de Georges Cédrène, Nicétas Choniatès et Jean Skylitzès, l'armorial Wijnbergen[4], cet état est dénommé « Bulgarie », « Blachie », « Vlacho-Bulgarie » ou « Bulgaro-Vlachie » (Βουλγάϱία, Βλάχία, Βλάχοϐουλγαϱία, Βλάχοϐουργαϱία, Βουλγάϱοϐλαχία, Βουϱγάϱοϐλαχία) et, pour ses souverains, Rex Bulgarorum et Blachorum (« roi des Bulgares et des Valaques »[5]) ou Βασιλέυς κάι αυτοκϱατόρ τών Βουλγαρών κάι τών Βλαχών ou encore Цъзар на България (« basileus et autocrate des Bulgares et des Valaques » ou « tzar de Bulgarie »)[6].

PrémicesModifier

Après avoir conquis la Bulgarie, le basileus byzantin Basile II permit aux boyards et aux joupans bulgares et valaques de conserver leurs privilèges et à l'archevêché d'Ohrid (en) d'être autocéphale. Mais sous le règne d'Isaac II Ange, l'accroissement des impôts, des corvées et de la conscription provoqua, selon Georges Cédrène, Nicétas Choniatès et Jean Skylitzès, la révolte des Bulgares et des Valaques des Balkans, menée en 1185, par trois frères : Ivan Asen, Pierre et Kaloyan dont les revendications avaient été rejetées avec morgue par l'empereur Isaac II Ange.

En peu de temps, les insurgés prennent le contrôle des régions formant les actuelles Bulgarie, Macédoine du Nord et Serbie orientale : seules la Dobrogée et la côte de la mer Noire demeurent hors de leur portée. La réaction de l'Empire reste faible au début. Toutefois à partir de l'été 1186, après quatre campagnes dont deux dirigées par lui-même, l'empereur Isaac II Ange les repousse, mais Pierre IV et Ivan Asen Ier lèvent de nouvelles troupes et obtiennent en plus l'alliance des Coumans. Avec ces armées, ils entrent en Thrace en 1187. Un premier détachement sous les ordres du boyard Dobromir, beau-frère de Pierre, se dirige ensuite vers la Macédoine et un second vers la Thrace orientale. L'empereur Isaac II Ange qui avait regroupé ses troupes à Sardica en 1188 comprend très vite qu'il ne pourra pas venir à bout des révoltés et commence des négociations. Elles aboutissent à un accord signé à Loutch en 1186. Isaac II est accusé de faiblesse : il est détrôné en 1195 et remplacé par un nouvel empereur, Alexis III Ange[7].

FondationModifier

Le troisième état bulgare appelé « Second », est issu d'une révolte des Valaques des Balkans commencée en 1180 par Drăgaș, par Niculiță Delfinas – Νικουλιτζάς Δελφινάς, puis, en 1185, par trois frères également cités comme valaques : Asan, Ioaniţă Caloian et Petru Deleanu – Επανάσταση του Πέτρου Δελεάνου comme le précisent Georges Cédrène, Nicétas Choniatès et Jean Skylitzès[8]. De ce fait, l'historiographie roumaine considère le royaume qu'ils ont fondé comme « bulgaro-roumain », tandis que l'historiographie bulgare le considère comme un royaume bulgare au sens national actuel du terme[9].

Quoi qu'il en soit, l'Empire byzantin reconnaît la souveraineté de la famille des Assénides sur la Mésie soit le territoire situé entre le Danube et les Balkans : en contrepartie, le troisième des frères, nommé Kaloyan est envoyé comme otage à Constantinople. Petru Deleanu, en bulgare Petăr Deljan, en français Pierre IV de Bulgarie, ceint la couronne du nouvel état, adoubé par le pape Urbain III qui espère convertir le pays au catholicisme. L'indépendance du royaume est reconnue.

Dans l'historiographie bulgare moderne, le prénom de Petăr est présenté comme un hommage au tsar Petăr Ier de Bulgarie fils de Siméon Ier de Bulgarie, que plus tard son frère Kaloyan revendiquera comme l'un de ses « ancêtres » dans ses échanges avec le pape Innocent III[10]. L'étendue territoriale du Second Empire bulgare dépasse dès son origine la Mésie : à cheval sur le bas-Danube et les Balkans, le nouvel état va de l'Épire aux bouches du Danube, des Carpates méridionales aux Rhodopes, et des Portes de Fer aux portes d'Andrinople (qui reste byzantine), avec une population pluriethnique : les Slaves dominant en plaine, les Valaques sur les piémonts, et les Grecs sur les côtes.

En fait, excepté en Valachie, dans le Banat et en Dobrogée, les romanophones du Second Empire bulgare, dits « Valaques », n'étaient pas des Roumains mais des Aroumains, ou plus précisément ce qu'on appellera Aroumains par la suite (la différenciation linguistique entre les Roumains et les Aroumains date du tournant des XIIe – XIIIe siècles). Par ailleurs, la culture bulgare dominait dans tout cet espace par l'autorité religieuse de l'archevêché d'Ohrid (en)[11] et du patriarcat de Tărnovo, par l'alphabet cyrillique et par le slavon liturgique qui étaient encore en usage non seulement en Bulgarie, mais aussi dans les pays voisins, par exemple dans les principautés danubiennes jusqu'à l'aube du XIXe siècle. De ce fait, l'historiographie bulgare considère que l'état fondé en 1186 comptait sans doute de menues minorités, mais n'était pas multiethnique, de tandis que de leur côté, les nationalistes des pays voisins nient que cet état se soit étendu hors des limites de la Bulgarie actuelle[12].

Pierre IV de Bulgarie et Ivan Assen Ier règnent une dizaine d'années, avant de périr assassinés en 1196 et 1197. Kaloyan leur succède.

DéveloppementModifier

Durant le règne de Kaloyan (1197-1207, dit « Joanisse, roi de Blaquie et de Bougrie » par Geoffroi de Villehardouin[13]) la quatrième croisade détruit la puissance byzantine en 1204 : Constantinople devient le siège de l'Empire latin de Constantinople. Baudouin VI de Hainaut qui avait été proclamé empereur à Constantinople tente de conquérir le royaume, mais Kaloyan l'écrase et le fait prisonnier à Andrinople en avril 1205. La rançon n'étant pas payée, Baudouin mourra en captivité. Kaloyan meurt assassiné en 1207 par un mercenaire coumans alors qu'il assiège Thessalonique tombée entre les mains des Croisés. Lors de la troisième croisade, comme son voisin serbe Stefan Nemanja, le tsar Pierre IV de Bulgarie offre en vain son aide à l'empereur du Saint-Empire Frédéric Barberousse en contrepartie de la reconnaissance de leurs titres. Après le passage des croisés, l'empereur d'Orient Isaac II Ange envisage d'attaquer de nouveau le Royaume des Bulgares et des Valaques.

En 1187, Pierre IV proclame son frère cadet Ivan Asen Ier co-régent pendant qu'il ne se réserve que le nord-est du pays avec Preslav comme capitale. Les deux frères règnent en harmonie bien que le rôle principal incombe désormais à Ivan Assen.

En 1196 Ivan Asen Ier est poignardé à Tarnovo par le boyard Ivanko. À l'automne 1197 Pierre IV de Bulgarie est à son tour tué dans des circonstances similaires.

Sous le règne de son successeur - son oncle usurpateur Boril -- le pope Bogomil prêche l'hérésie qui prend son nom bogomilisme. Boril -- qui avait chassé les héritiers légitimes de Kaloyan : Alexandre et Ivan Assen II -- réprime durement les bogomiles, s'aliénant tant la noblesse que le peuple. De ce fait il doit faire face à une conjuration de boyards, qu'il vainc à Vidin grâce à l'aide des Magyars, des Valaques de Transylvanie et des Petchénègues, dirigés par le voïvode Joachim. En 1217 cependant, ses ennemis appellent l'héritier légitime Ivan Assen II. Celui-ci, avec l'aide des Brodniks (un peuple slave de l'actuelle Moldavie allié aux Coumans) vainc, détrône et aveugle Boril, qui est enfermé ensuite dans un monastère.

 
Les campagnes militaires d'Ivan Assen II.

Sous le règne d'Ivan Assen II (1218-1241), le royaume des Bulgares parvient à son apogée. Les arts et la culture connaissent un grand essor, comme en témoignent, entre autres, les fresques du monastère de Boiana près de Sofia, de nombreuses églises, ainsi que le palais de Tarnovo sur la colline de Tsarevets. À cette époque le royaume possède l'accès à trois mers : la mer Noire, la mer Égée et la mer Adriatique[14]. Sur le plan architectural, Ivan Assen II confère à la capitale Tarnovo son aspect monumental en consolidant les fortifications, en construisant des édifices religieux et des églises, dont la plus importante est celle des Quarante martyrs. Sur le plan économique, Ivan Assen II encourage le commerce, accorde des privilèges à la république de Dubrovnik (vers 1230) et frappe monnaie en or et en bronze.

En 1219-1221, Ivan Assen II épouse Anne-Marie de Hongrie, fille d'André II de Hongrie (qui lui apporte en dot les villes de Belgrade et de Braničevo). Il entretient de bonnes relations avec l'Empire latin de Constantinople et avec la papauté, et déploie une politique habile et équilibrée, en alternant les démarches diplomatiques et les campagnes militaires bien ciblées. C'est à cette époque que lui est conféré par la papauté l'écu fascié de 12 bandes or et gueules frappé de deux pattes de loup croisées signifiant « Amitié et alliance de deux nations »[15].

Vers 1229-1230, il renforce l'influence bulgare sur l'Empire latin de Constantinople, formant le projet d'une alliance matrimoniale, offrant la main de sa fille Hélène à l'empereur Baudouin II de Courtenay. Ce projet contrarie le despote d'Épire et empereur byzantin de Thessalonique Théodore Ier Ange Doukas Comnène qui envahit l'État assénide, mais subit une écrasante défaite à Klokotnica le . Théodore Ier Ange Doukas Comnène est fait prisonnier. À la suite de cette victoire, le royaume des Bulgares instaure son hégémonie militaro-politique dans les Balkans. La Serbie entre également sous l'influence du tsar Ivan Assen II, le roi serbe Stefan Vladislav étant son beau-fils.

Mais le projet d'alliance matrimoniale avec Baudouin II de Courtenay échoue, bien que le tsarat se trouve encore en communion avec l'Église de Rome, qui juge cependant le souverain trop tolérant par rapport aux bogomiles. Ivan Assen II se rapproche alors de l'Empire de Nicée. En réaction, la papauté le déclare schismatique, et initie contre lui des campagnes militaires hongroises et latines en 1230 et 1238. En 1230, Ivan Assen II perd le contrôle d'une partie de la région d'outre Danube (l'actuelle Olténie), qui est réorganisée par la Hongrie sous la forme du banat de Sévérin. La région de l'Argeș, en revanche, reste sous contrôle d'Ivan Assen II, avec la cité de Târgoviște.

En 1232, Ivan Assen II rompt officiellement ses relations avec Rome. En 1235, au concile de Lampsaque, en Asie mineure, il obtient la reconnaissance du rang patriarcal pour l'Église de Tarnovo de la part du patriarche œcuménique en exil à Nicée. Le tsar installa Joachim Ier à la tête de ce patriarcat. En 1235-1236, le royaume s'allie avec l'Empire de Nicée dirigé par Jean III Doukas Vatatzès afin de combattre l'Empire latin de Constantinople. Après le décès de son épouse Anne-Marie, Ivan Assen II épouse, en secondes noces, Irène Ange Doukas Comnène, fille de son captif Théodore Ier Ange Doukas Comnène.

DéclinModifier

Temps des boyards et passage de la Horde d'OrModifier

Ivan Assen II meurt en 1241. Une conjuration de boyards assassina son fils mineur ainsi que son frère Mihail Assen. En 1242, les raids tatars et mongols frappèrent durement le royaume des Assénides, au retour de leur grande invasion en Occident, et obligent le Second Empire bulgare à payer tribut à la Horde d'or dirigée par Djötchi. La dynastie des Assénides régnera encore une quarantaine d'années, avant d'être remplacée par la dynastie des Terter : dès lors, on ne parle plus de « Royaume des Bulgares et des Valaques » mais de Bulgarie au sud du Danube (voire de Bulgaries au pluriel, lorsque l'état se fragmenta) et de Valachie au nord.

Georges Ier Terter, boyard bulgare d'origine coumans, est élu tsar par ses pairs qui refusent de reconnaître le tsar Ivan Asen III, son beau-frère, qui avait été imposé par l'empereur Michel VIII Paléologue. Le nouveau tsar adopte une politique anti-byzantine et soutient Charles Ier d'Anjou dans son offensive contre l'Empire byzantin. Mais lorsque son allié se retire des Balkans, Georges Ier Terter doit faire la paix avec les Serbes puis signer un traité de paix avec Constantinople, en 1284. L'année suivante la Bulgarie doit faire face à un retour offensif des Mongols qui envahissent de nouveau le pays. Georges Ier Terter doit se reconnaître leur vassal, donner sa seconde fille comme épouse au fils de Nogaï et envoyer son fils Teodor Svetoslav comme otage à la cour du khan. L'impuissance du tsar provoque le démembrement du pays, plusieurs boyards décidant de se proclamer indépendants. Lors d’une nouvelle attaque des mongols en 1291 Georges Ier Terter, qui avait en fait perdu le contrôle de son pays, se réfugie à Constantinople. Après le retrait des Tatars de Nogaï (dits Nogays), l'Empire byzantin reprend le contrôle des côtes de la mer Noire jusqu'aux bouches du Danube.

 
La Bulgarie et ses voisins en 1307 à l'époque de Teodor Svetoslav.

Le boyard Smilets qui s'était rendu indépendant, est nommé tsar de Bulgarie (1292-1298) par le Khan des Mongols et des Tatars, Nogaï. Son règne très court correspond à une période pendant laquelle la Bulgarie est vassale de Nogaï. Toutefois, grâce à la parenté de son épouse avec l'empereur byzantin, Smilets peut maintenir la paix avec ce dernier. À sa mort, sa femme tente de prendre la tête du pays et lutte désespérément pour sauvegarder les droits de son jeune fils Ivan, mais elle doit renoncer face aux prétentions de Tzaka (tsar de 1299 à 1300) et de Teodor Svetoslav.

Fils du tsar Georges Ier Terter, Teodor Svetoslav (tsar de 1300 à 1322) a été otage à Constantinople puis à la cour de la Horde d'or : il connaissait donc très bien les deux puissances du sud et du nord, entre lesquelles se jouait le sort de son pays. Un an après le couronnement de son beau-frère Tzaka, il le capture, le fait emprisonner puis étrangler. Il étend ensuite progressivement son pouvoir jusqu'aux rives du Dniestr, sur les « valachies » du nord du Danube, occupant l'espace laissé libre par le reflux des Mongols. Il intervient, également, en Thrace du Nord et occupe les ports byzantins de la mer Noire et des bouches du Danube. Il signe en 1307 la paix avec Constantinople, qui reconnaît ses conquêtes. À sa mort en 1322, son fils Georges II Terter lui succède pour un an (tsar de 1322 à 1323) et meurt sans descendance. À ce moment, la cité Târgoviște, capitale de la marche de l'Argeș au nord du Danube, passe sous contrôle du royaume de Hongrie : la Bulgarie n'a dès lors plus de territoires au-delà de fleuve.

Mikhail III Chichman Asen est alors élu tsar de Bulgarie (1323-1330). Il est le fils d'un boyard de la région de Vidin et, par sa mère, il se rattache à la dynastie des Assénides. Il prend part au conflit entre Andronic III Paléologue (son beau-frère, qu'il soutint en échange de son aide contre les Serbes) et Andronic II Paléologue. Après la mort de ce dernier, Mikhail III Chichman Asen renie ses engagements et envahit la Thrace du Nord, en juin 1328, avec une armée de Bulgares et de Mongols. Finalement, Mikhail III Chichman Asen jugea prudent de signer à Andrinople, en 1330, un traité de non agression avec Constantinople, mais il est tué la même année, lors de la défaite bulgare de Kyoustendil (23 juillet 1330) contre les armées serbes de Stefan Uroš III Dečanski. Constantinople en profite pour reprendre une dernière fois le contrôle des ports de la mer Noire et des bouches du Danube, tandis que la marche d'Argeş devient indépendante de la Hongrie à la bataille de Posada, réunissant à elle le banat de Sévérin et la rive droite du Danube de Silistra à Vicina. Stefan Uroš III Dečanski chasse l'impératrice consort Théodora Paléologue du trône bulgare et impose comme tsar son neveu Ivan Stefan (1330-1331), fils de Mikhail III Chichman Asen et de Ana-Neda. Celui-ci ne reste au pouvoir que huit mois, avant le coup d'État des boyards de Tarnovo.

Ivan Aleksandre Asen était le fils d'un boyard et de la sœur de Mikhail III Chichman Asen. À son arrivée au pouvoir, il était des relations pacifiques avec le nouveau roi des serbes Stefan Uroš IV Dušan. Bien qu'affaibli par la domination tatare, le royaume connaîtra une dernière période brillante sous le long règne (1331-1371) de ce tsar. La première période de son règne (1331-1364) est une réussite avec la reconquête des territoires qui avaient été perdus en Thrace, le long du Danube et de la mer Noire, et dans les Rhodopes. La seconde période (1365-1371) est marquée par les défaites contre Amédée VI de Savoie qui se dirige vers la mer Noire (1366-1367), où le despotat de Dobrogée s'émancipe, et contre le royaume de Hongrie qui envahit la région de Vidin (1365-1369). Les relations avec l'Empire byzantin continuent à être belliqueuses. Tout à la fin de son règne, le royaume d'Ivan Aleksandre Asen est touché par l'expansion de l'Empire ottoman face auquel il perd une partie importante de ses possessions dans les Rhodopes et en Thrace.

Dislocation en petits royaumesModifier

 
Les États bulgares au milieu du XIVe siècle.
 
La Bulgarie après 1371.

Conformément aux dispositions prises par leur père Ivan Aleksandre Asen, le royaume est partagé entre ses fils, Ivan Sratsimir héritant du petit tsarat de Vidin, et Ivan Chichman de celui de Tarnovo. Après la chute de la dynastie des Terter, en 1323, le boyard bulgare Balko (1323-1366), issu de cette dynastie, s'était progressivement approprié le pouvoir en Dobrogée. Il fonde le despotat de Dobrogée (en bulgare Dobroudja, en roumain Dobrogea). Son frère Dobrotitsa (1366-1386) se comporte comme un égal des tsars de Bulgarie et Ivan Aleksandre Asen le reconnaît comme souverain de la Dobrogée. Ivanko (1386-1390), fils et successeur de Dobrotitsa, sont confrontés aux coups de l'Empire ottoman qui s'empare du sud de leur pays en 1394, tandis que le joupan Démétrios constitue une principauté de Vicina au nord, vassale, puis partie (1401) de la principauté de Valachie, qui contrôlait déjà le nord des bouches du Danube (bras de Chilia) depuis 1328. Pour finir, l'Empire ottoman conquiert l'ensemble de la Dobrogée en 1421-1428[16]. Ainsi, le Royaume des Bulgares et des Valaques finit fragmenté en plusieurs petits états en 1371, certains à majorité bulgare (tzarats de Vidin et de Tarnovo), d'autres à majorité valaque (voïvodats de Valachie), d'autres multiethniques (despotats de Macédoine, de Grèce septentrionale et de Dobrogée). Trop faibles pour opposer une résistance réelle, ces petits états tombent l'un après l'autre sous la domination de l'Empire ottoman à la fin du XIVe siècle.

HistoriographieModifier

Le roi des Bulgares et des Valaques régnait, selon toutes les sources primaires, byzantines ou latines, sur un royaume multiethnique s'étendant des Alpes de Transylvanie et de la Morava serbe aux mers Adriatique, Égée et Noire et abritant des populations slaves, romanes et grecques dont l'anthroponymie, la toponymie et la linguistique balkanique conservent les traces : les premières, surtout agricoles, dominaient dans les plaines (Σκλαβινίαι, Склавинии, « sklavinies »), les deuxièmes, surtout pastorales sur les piémonts (Βλαχίες, Влахии, « valachies ») et les troisièmes, surtout urbaines, marchandes et maritimes dans les grandes villes et sur les côtes (κεφαλίες, кефалии, « céphalies »)[17],[18],[19],[20],[21],[22],[23]. On trouvait aussi dans ce royaume des Oghouzes chrétiens, des Juifs de langue yévanique et des Iraniens (anciens mercenaires byzantins d'origine alane nommés Bardariotes[24]).

Ce sujet d'étude, peu présent dans l'historiographie moderne, a été instrumentalisé à l'époque communiste dans le cadre de la promotion de la Grande amitié prolétarienne bulgaro-roumaine sous le nom de « Tzarat bulgaro-roumain », mais a souffert de la désaffection des chercheurs depuis la chute des régimes communistes en Europe. Il est aujourd'hui occulté sous la pression des nationalismes. Côté roumain, où l'historiographie est engagée dans la démonstration d'une origine principalement nord-Danubienne des « Valaques », le royaume et sa composante valaque est peu étudié et le plus souvent passé sous silence dans les ouvrages de vulgarisation et les programmes scolaires. Côté bulgare, où l'historiographie du « Second Empire bulgare » (ou « Second tzarat Bulgare ») est engagée dans la démonstration d'une origine exclusivement iranienne et slave des Bulgares, les noms de personnes et de lieux sont slavisés, et leur origine valaque est niée ou mise en doute, au mépris des sources[25]. Avec l'adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie à l'Union européenne et l'ouverture des frontières, les recherches historiques pourront se dégager progressivement des points de vue exclusifs et nationalistes, d'autant qu'aucun des deux pays n'a de revendications sur le territoire de l'autre, et que les ouvrages récemment publiés[26] reconnaissent tant l'importante composante bulgare et slavonne de l'histoire de la Roumanie, que l'importante composante valaque de l'histoire de la Bulgarie. Pour les y encourager, une Commission mixte inter-académique bulgaro-roumaine d'histoire a été instituée le 5 juillet 2001[27].

BibliographieModifier

  • Dimitrina Aslanian, Histoire de la Bulgarie, de l'antiquité à nos jours, Trimontium, 2004, (ISBN 2951994613).
  • Pierre du Bois de Dunilac, « La question des Balkans », dans Relations internationales, 2000, no 103, p. 271-277.
  • Jean-Michel Cantacuzène, Mille ans dans les Balkans, Éditions Christian, Paris, 1992, (ISBN 2-86496-054-0).
  • Georges Castellan, Histoire des Balkans : XIVe-XXe siècle, Fayard, Paris, 1999.
  • Florin Constantiniu, Une histoire sincère du peuple roumain, Univers, Bucarest, 2002.
  • Barbara Jelavich, History of the Balkans, Cambridge University Press, 1983.
  • Ernest Weibel, Histoire et géopolitique des Balkans de 1800 à nos jours, Ellipses, Paris, 2002.
  • R. L. Wolff, « The Second Bulgarian Empire : Its origin and history to 1204 », in Speculum, 1949, no 24, p. 167-206. (http://www.kroraina.com/bulgar/wolff.html, ouvrage qui contient une recension des controverses autour du « Regnum Bulgarorum et Valachorum »).

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. Rascho Raschev, Die Protobulgaren im 5.-7. Jahrhundert, Orbel, Sofia, 2005 (en bulgare et allemand)
  2. John V.A. Fine, The Early Medieval Balkans: A Critical Survey from the Sixth to the Late Twelfth Century, University of Michigan Press, Ann Arbor, 1983 (réimpression 1991), (ISBN 0-472-08149-7)
  3. Bozhidar Dimitrov, Twelve Myths in Bulgarian History, KOM Foundation, Sofia, 2005 ; ces dénominations modernes impropres apparaissent au XVIIIe siècle alors que la Grande Bulgarie de Koubrat qui figure dans les chroniques de son temps comme Παλαιά Μεγάλη Βουλγαρία : « Ancienne Grande Bulgarie », n'était pas encore l'objet d'études sérieuses, laissant croire que la Bulgarie d'Asparoukh qui figure dans les chroniques de son temps comme Βουλγαρία serait le « premier » état bulgare, l'autre étant celui de la Volga.
  4. Cité par Grigori Jitar : « Contributions about the coats of arms of the Assenid and Bassarab dynasties », in Annales of the Moldovan national Museum of History, Chișinău, I, pp.: 27-36 (1992) and II (1995) p. 19-40.
  5. Officiellement utilisé par les papes Innocent III en 1205 et Grégoire IX en 1232 dans leur correspondance avec les rois Kaloyan et Ivan Assen II (1218-1241), ou par Geoffroi de Villehardouin dans ses chap. 78 et 79 et par Robert de Clari qui citent aussi « Joanisse, roi de Blaquie et de Bougrie », « Johans rois de Blaquie » ou encore « Jehans li Blakis »).
  6. Chroniques de Georges Cédrène, Nicétas Choniatès et Jean Skylitzès : vol. 16 et 17 de la Byzantine de Bonn, éd. Immanuel Bekker, Bonn 1838-39, (de) C. de Boor, « Weiteres zur Chronik des Skylitzes », Byzantinische Zeitschrift, vol. 14, no 2,‎ , p. 409–467 (DOI 10.1515/byzs.1905.14.2.409) et (en) Warren Treadgold, The Middle Byzantine Historians, Palgrave Macmillan, (ISBN 978-1-349-44791-6, DOI 10.1057/9781137280862).
  7. Louis Bréhier Vie et mort de Byzance l’Évolution de l’Humanité Albin Michel Paris (1946) réédition de 1969 pages 286-287.
  8. Averil Cameron, The Byzantines, éd. Blackwell, 2006 (ISBN 978-1-4051-9833-2)
  9. История на България (Histoire de la Bulgarie) tome III, Sofia 1982, pp.: 140-149, 272, 334.
  10. Christian Settipani, Continuité des élites à Byzance durant les siècles obscurs. Les princes caucasiens et l'Empire du VIe au IXe siècle, Paris, de Boccard, , 634 p. [détail des éditions] (ISBN 978-2-7018-0226-8), p. 282.
  11. (en) Averil Cameron, The Byzantines, Blackwell Publishing, (ISBN 978-1-4051-9833-2 et 1405198338, OCLC 429601392, LCCN 2010291662, présentation en ligne), p. 170.
  12. История на България (Histoire de la Bulgarie) tome III, Sofia 1982, déjà cité.
  13. Geoffroi de Villehardouin, chapitres 78 et 79 ; de son côté, Robert de Clari nomme Ioniţă Caloian : « Jehans di Blakis » tandis que Guillaume de Rubriquis en 1253 nomme le pays : « Valaquie d'Assène ».
  14. Christian Settipani, Continuité des élites à Byzance durant les siècles obscurs : les princes caucasiens et l’empire, page 282
  15. Grigori Jitar, « Contributions about the coats of arms of the Assenid and Bassarab dynasties », in Annales of the Moldovan national Museum of History, Chisinau, I, pp.: 27-36 (1992) and II (1995) p. 19-40
  16. Andrei Oțetea : Istoria lumii în date ("Histoire du monde par dates), éd. Enciclopedică română [2-e édition], Bucarest 1969
  17. Vladislav Popović, "La descente des Koutrigours, des Slaves et des Avars vers la mer Égée : le témoignage de l'archéologie", dans les Comptes-rendus des séances de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, volume 12, 1978, pp. 596-648 à lire sur [1]
  18. Jordanès, Getica : …Sclavini a civitate nova et Sclavino Rumunense et lacu qui appellantur Mursianus… à lire sur De rebus Geticis citant le manuscrit de Vienne
  19. Raymond Detrez, Historical Dictionary of Bulgaria, 2-nd ed. 2006 (ISBN 9780810849013)
  20. Alain Ducellier, Michel Kaplan, Bernadette Martin et Françoise Micheau, Le Moyen Âge en Orient, Paris, 2014
  21. Éric Limousin, Le Monde byzantin du milieu du VIIIe siècle à 1204 : économie et société, ed. Bréal 2007 (ISBN 9782749506326)
  22. Arnold Toynbee, Nevil Forbes et al., The Balkans : a history of Bulgaria, Serbia, Greece, Rumania, Turkey, ed. Clarendon Press, Oxford 1916, 407 p.
  23. Stelian Brezeanu à lire sur Toponymie et réalités ethniques sur le bas-Danube au Xe siècle.
  24. Les descendants dees Bardariotes sont décrits par François Pouqueville dans son Voyage en Morée, à Constantinople, en Albanie, et dans plusieurs autres parties de l'Empire Ottoman, Paris 1805, à lire sur en ligne (Gallica).
  25. Ernest Weibel, Histoire et géopolitique des Balkans de 1800 à nos jours, Ellipses, Paris 2002, et Pierre du Bois de Dunilac, La question des Balkans in Relations internationales no 103, 2000, p. 271-277
    • Dimitrina Aslanian, Histoire de la Bulgarie, de l'antiquité à nos jours, Bulgarie, Trimontium, , 2e éd. (ISBN 978-2-9519946-1-4, LCCN 2005431004);
    • Florin Constantiniu, Une histoire sincère du peuple roumain, Bucarest, Roumanie, Univers enciclopedic, (ISBN 9789736371790);
    • Adrian Rădulescu et Bitoleanu, Ion, Histoire de la Dobrogée, Constanţa, Editura Ex Ponto, , 2e éd. (ISBN 9789739385329, LCCN 2002499401);
    • (de) Josef (ed.) Sallanz, Die Dobrudscha. Ethnische Minderheiten, Kulturlandschaft, Transformation; Ergebnisse eines Geländekurses des Instituts für Geographie der Universität Potsdam im Südosten Rumäniens, Potsdam, Allemagne, Universitätsverlag Potsdam, , 2e éd., poche (ISBN 978-3-937786-76-6);
    • (en) R. L. Wolff, The Second Bulgarian Empire. Its origin and history to 1204, Speculum 24: contenant une appréciation et des critiques des controverses autour du « Regnum Bulgarorum et Valachorum » pp. 167-206, Sofia, Bulgarie, Kroraina, .
  26. Commission inter-académique bulgaro-roumaine d'histoire sur [2]