Veaunes

ancienne commune française du département de la Drôme

Veaunes
Veaunes
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Code postal 26600
Code commune 26366
Démographie
Gentilé Veaunois, Veaunoises
Population 293 hab. (2013)
Densité 70 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 05′ 05″ nord, 4° 55′ 14″ est
Altitude Min. 169 m
Max. 278 m
Superficie 4,19 km2
Élections
Départementales Tain-l'Hermitage
Historique
Commune(s) d'intégration Mercurol-Veaunes
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 15.svg
Veaunes
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 15.svg
Veaunes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Veaunes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Veaunes

Veaunes est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Elle est devenue, le , une commune déléguée de la commune nouvelle de Mercurol-Veaunes.

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune de Veaunes est situé à 8 km à l'est de Tain-l'Hermitage (chef-lieu de canton), à 8 km au sud-ouest de Saint-Donat-sur-l'Herbasse et 17 km à l'ouest de Romans-sur-Isère.

Relief et géologieModifier

C'était la commune la plus élevée du Canton de Tain l'Hermitage (272 m).
Depuis le point haut devant l'ancienne mairie, un large paysage se dégage (table d'orientation) avec en premier plan les collines de la Drôme des collines et au-delà les Monts du matin, la chartreuse et le Vercors. Les clochers de sept communes y sont visibles et, par beau temps, l'on y distingue le Mont-Blanc.

HydrographieModifier

La commune est arrosée par le ruisseau La Veaune[1].
Il sort de l'étang du Mouchet (commune de Chavannes), traverse les communes de Veaunes, de Chanos-Curson, de Beaumont-Monteux et de la Roche-de-Glun, et se jette dans l'Isère après 13,22 kilomètres de cours.
En 1891, sa largeur moyenne était de 2,20 m, sa pente de 74,50 m, son débit ordinaire de 0,288 m3, extraordinaire de 4 m3[2] :

  • 1344 : aqua vocata la Veana et Veana (cartulaire de Clérieux, 31).
  • 1449 : ripparia de la Veanna (terrier de Vernaison).

ClimatModifier

Voies de communication et transportsModifier

UrbanismeModifier

Morphologie urbaineModifier

Petit village perché[3].

Hameaux et lieux-ditsModifier

LogementModifier

Projets d'aménagementModifier

Risques naturels et technologiquesModifier

ToponymieModifier

AttestationsModifier

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[4] :

  • 908 : villa Vedena (cartulaire de Romans, 10 bis).
  • 908 : mention de l'église Saint-Benoît : ecclesia Sancti Benedicti dicata in villa Vedena (cartulaire de Romans, 10 bis).
  • 1031 : Veana et villa que nominant Vedona (cartulaire de Romans, 107).
  • XIVe siècle : mention de la paroisse : capella de Veana (pouillé de Vienne).
  • 1521 : mention de la paroisse : ecclesia Veaune (pouillé de Vienne).
  • 1640 : Veaulne (archives de la Drôme, C 800).
  • 1788 : Vaune (alman. du Dauphiné).
  • 1891 : Veaunes, commune du canton de Tain-l'Hermitage.

ÉtymologieModifier

Le toponyme aurait la même origine que celui de la commune Vedène du département du Vaucluse et semblerait se rattacher à une racine préceltique, *ved-, de sens obscur mais signifiant peut-être « hauteur », avec un suffixe -ena[5]. Voir aussi Vézénobres dans le Gard.

HistoireModifier

Du Moyen Âge à la RévolutionModifier

La seigneurie :

  • Au point de vue féodal, Veaunes était une terre premièrement possédée par les Charmes[4].
  • 1221 : les Charmes la soumettent au fief des Clérieux. Elle descend au simple rang de maison-forte[4].
En , Guillaume Gratepaille et Roger de la famille de Clérieu achètent à Raymond de Charmes la justice de Veaunes et ils lui donnent en contrepartie la maison forte de Veaunes et ses dépendances en fief libre[réf. nécessaire].
  • 1294 : possession d'une famille de son nom[4].
  • 1379 : elle passe aux Fay-Solignac[4].
  • 1750 : passe (par mariage) aux (du) Vivier, derniers seigneurs[4].

1688 (démographie) : 55 habitants[4].

Avant 1790, Veaunes était une communauté de l'élection et subdélégation de Valence et du bailliage de Saint-Marcellin.
Elle formait une paroisse du diocèse de Vienne dont l'église, premièrement dédiée à saint Benoît puis, au XIVe siècle, à saint Étienne, dépendait du chapitre de Romans qui y prenait la dîme et présentait à la cure[4].

De la Révolution à 2016Modifier

En 1790, la commune est comprise dans le canton de Clérieux. La réorganisation de l'an VIII (1799-1800) la place dans le canton de Tain-l'Hermitage[4].

Après 1794, un télégraphe Chappe a été installé sur la ligne Lyon-Toulon. Celui-ci était localisé sur le Mont-Laurent à la limite avec la commune de Chanos-Curson. Il faisait le relais entre les télégraphe de Bren et de Châteauneuf-sur-Isère.

De 2016 à nos joursModifier

Le , la commune fusionne avec celle de Mercurol et devient une commune déléguée de la commune nouvelle de Mercurol-Veaunes.

Politique et administrationModifier

Liste des maires (avant 2016)Modifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1871   ?    
1874   ?    
1878   ?    
1884   ?    
1888   ?    
1892   ?    
1896   ?    
1900   ?    
1904   ?    
1908   ?    
1912   ?    
1919   ?    
1925   ?    
1929   ?    
1935   ?    
1945   ?    
1947   ?    
1953   ?    
1959   ?    
1965   ?    
1971   ?    
1977   ?    
1983   ?    
1989   ?    
1995   ?    
2001 2008 Alain Sandon DVG retraité
2008 2014 Alain Sandon   maire sortant
2014 2015 Alain Sandon   maire sortant

Liste des maires délégués (depuis 2016)Modifier

Le maire délégué est désigné par le conseil municipal de la commune nouvelle. Il est officier d'état civil et officier de police judiciaire.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2016 2020 Alain Sandon   ancien maire de Veaunes
2020 En cours
(au 27 décembre 2020)
?   ?

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 293 habitants, en augmentation de 8,12 % par rapport à 2008 (Drôme : 3,24 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
226219252267302311294322324
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
341302300290287284272282282
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
256229232211194159160161180
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
175149118134193220271293-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

LoisirsModifier

  • Randonnées[3] : un itinéraire pédestre permet, en partant de la table d'orientation face à l'ancienne mairie (parking salle des fêtes), de rejoindre la rivière de la Veaune et le lavoir en passant par le Mont-Laurent[réf. nécessaire].
  • Pêche et chasse[3].

CultesModifier

Économie (avant 2016)Modifier

En 1992 : céréales, fruits[3].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Château de Veaunes (origine Xe siècle)[3] : puits du XVIIe ou XVIIIe siècle, orangerie du début du XIXe siècle[réf. nécessaire].
  • Maisons colorées[3].
  • Belles fermes[3].
  • Lavoir communal construit en 1896 au bord du ruisseau La Veaune (restauré)[réf. nécessaire].
  • Puits : toit fait d'une lauze monolithique. Il se trouve dans la cour proche de l'église (ex jardin du presbytère)[réf. nécessaire].

Patrimoine culturelModifier

Animation culturelle[3].

Patrimoine naturelModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Héraldique, logotype et deviseModifier

Le blason des seigneurs de Veaunes est encore visible dans l'ancienne mairie.

Veaunes possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

RéférencesModifier

  1. https://www.geoportail.gouv.fr/
  2. J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 408 (La Veaune, ruisseau)
  3. a b c d e f g et h Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), p. Veaunes
  4. a b c d e f g h et i J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 408
  5. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Éd. Larousse, 1968, p. 1949.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .