Ouvrir le menu principal

Usinens

commune française du département de la Haute-Savoie

Usinens
Usinens
Église Saint-Didier.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Saint-Julien-en-Genevois
Canton Saint-Julien-en-Genevois
Intercommunalité Communauté de communes Usses et Rhône
Maire
Mandat
Christine Vionnet
2014-2020
Code postal 74910
Code commune 74285
Démographie
Population
municipale
395 hab. (2016 en augmentation de 11,58 % par rapport à 2011)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 00′ 35″ nord, 5° 50′ 31″ est
Altitude Min. 260 m
Max. 528 m
Superficie 7,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Usinens

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Usinens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Usinens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Usinens

Usinens est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

GéographieModifier

Communes limitrophesModifier

  Chêne-en-Semine Vanzy  
Challonges N Desingy
O    Usinens    E
S
Bassy Seyssel

ToponymieModifier

  • D'origine burgonde, dériverait d'un primitif Uswiningos, dérivé du nom de personne Uswin.
  • Uzinengus et Usenens (XIIIe siècle), Usunens (1303).

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Uzinin, selon la graphie de Conflans[1].

HistoireModifier

Usinens connut une implantation romaine dès le Ier siècle, époque durant laquelle furent construits plusieurs édifices civils et religieux, mais son nom semble provenir du patois burgonde « Uz-nin » du Ve siècle. L'église primitive semble avoir été édifiée sur les fondations d'une ancienne villa romaine[2].

Au XIIIe siècle, la paroisse d'Usinens a relevé de plusieurs seigneuries (Châtel, Bossy, Arlod), appartenant au comté de Genève[2]. Le château de Châtel appartient, au XIVe siècle, directement aux comtes de Genève[3]. Il semble être le centre d'une “ville”, dont il ne reste peu de trace, Châtel-en-Semine, se trouvant aujourd'hui à la limite d'Usinens et de Bassy[3].

En 1629, la peste ravage la région.

Au XVIIIe siècle, la commune est tournée principalement vers la viticulture, au point qu'elle est « la seule denrée que les habitants puissent vendre pour payer les deniers royaux, le sel et autres différents entretiens »[4]. A partir du XIXe siècle, la superficie exploitée passe de 80 ha (1872) 20 ha (1973)[4].

Pendant la Révolution française, les troupes révolutionnaires envahissent la Savoie en 1792 et la constitue 84e département français sous le nom de département du Mont-Blanc.

En 1815, le duché de Savoie est réintégré dans les États de Savoie.

En 1860, la Savoie est rattachée à la France à la suite d'un référendum.

Politique et administrationModifier

 
Mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Christine Vionnet ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6].

En 2016, la commune comptait 395 habitants[Note 1], en augmentation de 11,58 % par rapport à 2011 (Haute-Savoie : +7,29 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
339361369520467618543549567
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
571587592622591551556543522
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
465444394398343308287280239
1982 1990 1999 2004 2009 2014 2016 - -
229236255339360385395--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Médias et RéseauxModifier

  • Télévision locale : TV8 Mont-Blanc la chaine diffuse des documentaires et émissions sur des sujets locaux.
  • La commune est couverte par la TNT HD via l'émetteur de FRANGY - MONT DE MUSIEGES et l'émetteur de CHAMBERY - MONT DU CHAT.
  • Certains opérateurs et équipementiers rendent facile d'accès la réception de la télévision par satellite.
  • L'ADSL est disponible depuis le : 11 février 2011 avec l’implantation d'un NRA-zo, malgré tout, aucun opérateur n'a prévu de dégrouper la commune ce qui rend indisponible les abonnements à bas coûts et abonnements "triple play" avec la télévision IP (IPTV) et VDSL. Depuis novembre 2015, le NRA situé au village est saturé rendant difficile l'accès à de bons débits. L'amélioration des débits ADSL est prévue au deuxième semestre 2017, premier semestre 2018. Le Syane a prévu de fibrer le NRA avec les travaux effectués dans le village au début de l'année 2017.
  • Le village est inclus dans le plan très haut débit du gouvernement, le Syane qui gère le déploiement du réseau Haute Savoie Numérique a prévu de déployer la fibre optique dans le village. Il n'y a pas de date précise pour le déploiement, celui-ci doit intervenir entre les années 2018 et 2025. Le Syane rend disponible les cartes de couverture VDSL et fibre FTTH sur son site internet.[9]
  • La commune est couverte par les réseaux 4G des opérateurs Free, Bouygues et SFR. Celle-ci est aussi couverte en 3G par Orange.[10]

ÉconomieModifier

  • Commune agricole.
  • Travailleurs frontaliers vers Genève.
  • Quelques artisans, indépendants et commerçants.

Lieux et monumentsModifier

  • Château de Châtel, construit par les comtes de Savoie, remanié à plusieurs époques, il conserve une remarquable salle voûtée avec cheminée monumentale et une chapelle, au sol fait d'une superbe marqueterie représentant une rose des vents. Le château accueillit lors d'un séjour l'antipape Clément VII alors qu'il rejoignait Avignon où il fut élu pape de 1378 à 1394, ouvrant par-là le grand schisme du Moyen Âge.
  • Église Saint-Didier[2]. L'église primitive, située plus au nord, avait été édifiée sur une villa romaine[2]. Le vaste monument actuel a été reconstruit de 1852 à 1853 et décorée en 1898[2], comprenant notamment de remarquables arcs-boutants intérieurs soutenant une voûte constellée de 1 200 étoiles et 750 croix dorées à la feuille d'or.
  • Oratoire de Notre-Dame.
  • Pont de Châtel (XVIIIe siècle), avec ses cinq arches au-dessus des Usses.
  • Pont de la Godette (1926).
  • Grotte de Bovinens, réplique de celle de Lourdes, a été construite par les habitants du hameau en 1928.

LoisirsModifier

  • Usinens fut une étape appréciée du calendrier du championnat du comité du Lyonnais de caisse à savon. La course organisée dans le centre du village se disputait sur une piste de 600 mètres comportant deux difficultés : le virage des chasseurs, une courbe très rapide, ainsi que le virage de la buvette où chaque année des sorties dans la paille spectaculaires avaient lieu. Cette fête était organisée par le foyer rural de la commune, mais celui-ci a décidé de mettre un terme à cet événement qui demandait trop d'investissement pour les bénévoles et qui devenait de moins en moins fréquenté.
  • Le Foyer rural d'usinens (association loi de 1901) anime le village au cours de diverses manifestations, journées et soirées. On peut citer des exemples comme la potée, marché paysans, vide grenier, le carnaval, la journée "pirates" (activités organisées pour enfants et ados suivi d'un pique-nique) ou encore la soirée raquettes. À noter que le Foyer rural est toujours une association recherchant des bénévoles pour animer le village.
  • Il existe divers chemins et promenades.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 569-570, « Usinens », 531-532, « Le canton de Seyssel ».

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 16
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou
  2. a b c d et e Histoire des communes savoyardes 1981, p. 569, « Eglise ».
  3. a et b Histoire des communes savoyardes 1981, p. 569-570, « Une “ville” disparue : Châtel-en-Semine (à la limite d'Usinens et de Bassy ».
  4. a et b Histoire des communes savoyardes 1981, p. 569.
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. « Couverture très haut débit usinens », sur http://www.syane.fr/, (consulté le 28 mai 2017)
  10. « Carto radio couverture usinens », sur cartoradio.fr