Ouvrir le menu principal

Tirez sur le pianiste

film de François Truffaut
Tirez sur le pianiste
Réalisation François Truffaut
Scénario François Truffaut
Marcel Moussy
David Goodis (roman)
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films de la Pléiade
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre drame
Film noir
thriller
Durée 78 min
Sortie 1960

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Tirez sur le pianiste est un film français réalisé par François Truffaut, sorti en 1960.

SynopsisModifier

Un pianiste de bar timide va connaître quelques démêlés avec de notoires gangsters alors que ces derniers s'en prennent à son frère.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

CommentairesModifier

Le roman policier de Goodis est adapté avec humour et détachement : des gangsters plutôt sympathiques, prestation chaloupée et savoureuse de Boby Lapointe. Truffaut s'amuse avec le public et multiplie les surprises et digressions. Les femmes sont le thème central du film. La plupart des personnages masculins, du plus timide au plus grossier, ont une théorie sur la gent féminine. Le thème de l'amour, très présent dans les films de Truffaut, prend dans ce film plusieurs aspects suggérés par plusieurs personnages de femmes. Michèle Mercier incarne l'amour physique et détaché alors que Marie Dubois incarne l'amour romantique.

Autour du filmModifier

  • Le film a été tourné du 30 novembre 1959 au 22 janvier 1960 à Paris, à Levallois-Perret et dans les Alpes près de Grenoble.
  • Boby Lapointe interprète deux chansons dans ce film (Framboise et Marcelle). À la demande des producteurs, qui la trouvaient incompréhensible, Framboise fut sous-titrée.
  • Le film permettra à Charles Aznavour de connaître une notoriété naissante aux États-Unis.
  • 42 ans après Tirez sur le pianiste, Charles Aznavour interprète dans le film Ararat de nouveau un personnage qui se nomme Édouard Saroyan, le nom de scène de son personnage dans le film de François Truffaut.
  • Bernadette Laffont affirma avoir dû renoncer à jouer la prostituée parce que Claude Chabrol lui promettait un rôle nettement plus important dans son film Les Bonnes Femmes (1960) tourné dans la même période.[1]

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Gilbert Salachas, Téléciné no 93, Paris, Fédération des Loisirs et Culture Cinématographique (FLECC), janvier-février 1961, (ISSN 0049-3287)
  • (en) Judith Shatnoff, « Truffaut: The Anarchist Imagination », Film Quarterly, University of California Press, vol. 16, no 3,‎ , p. 3-11 (DOI 10.2307/1210725, lire en ligne)
  • Jean Collet, « L'œuvre de François Truffaut : Une tragédie de la connaissance », Étvdes, no 325,‎ , p. 684-700 (lire en ligne)

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier