Ouvrir le menu principal
The Yards
Titre québécois Trahison
Titre original The Yards
Réalisation James Gray
Scénario James Gray
Matt Reeves
Acteurs principaux
Sociétés de production Miramax
Paul Webster/Industry Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame
Durée 115 minutes
Sortie 2000

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

The Yards ou Trahison au Québec est un film américain réalisé par James Gray, sorti en 2000.

Il est présenté en sélection officielle au festival de Cannes 2000. Il connait un échec public et commercial cinglant à sa sortie : il n'a rapporté qu'un dixième de ce qu'il avait couté[1].

SynopsisModifier

À New York, Leo Handler (Mark Wahlberg), sort de prison et retrouve sa mère malade. Il est plein de bonnes intentions. Comme elle le souhaite, il va chercher un travail honnête. Le nouveau mari de sa tante, Frank (James Caan), dirige l'Electric Rail Corporation, une société qui bénéficie de contrats municipaux pour l'entretien du métro dans le Queens. Il lui propose un travail après un stage de formation qu'il se propose de financer. Mais Leo a besoin d'argent tout de suite pour aider sa mère alors il préfère suivre le fiancé de sa cousine, le flambeur et séduisant Willie (Joaquin Phoenix). Willie travaille lui aussi pour Frank, mais dans un domaine dont Leo comprend trop tard la nature : la corruption et l'intimidation des entreprises concurrentes. Il est entraîné dans la gare ferroviaire (« the yards ») dans une expédition nocturne de sabotage qui tourne mal. Un gardien est poignardé par Willie. Leo est arrêté puis relâché par la police mais il a été le témoin du meurtre. Un témoin très gênant pour toute famille...

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

  France : (festival de Cannes - compétition officielle)
  États-Unis :
  France :

DistributionModifier

ProductionModifier

Le film s'inspire d'un scandale de corruption du métro de New York auquel a été lié le père de James Gray[2]. Ce dernier a par ailleurs passé sa jeunesse dans le Queens. Il explique dans une interview aux Inrockuptibles[3] qu'il lui a fallu cinq ans pour imposer son scénario aux grands studios : « C'est très autobiographique [...] Mon père a travaillé dans le business du métro à New York. J'ai donc beaucoup observé ce monde quand j'étais jeune, en particulier la corruption qui y règne. C'est ma version de Sur les quais de Kazan, en remplaçant les quais par les rames de métro. D'ailleurs, le titre du film, The Yards, évoque les voies de garage du métro new-yorkais [...] The Yards est un drame social inspiré de ma propre expérience, des gens que j'ai croisés, avec une pincée de Visconti... Le Visconti de Rocco et ses frères. »

Le tournage s'est déroulé de mai à août 1998 à New York (Bronx, Queens et Roosevelt Island), ainsi que dans le New Jersey[4]. La New York City Transit Authority avait initialement refusé de prêter ses installations pour le film. La production avait alors décidé d'utiliser des locaux abandonnées et de tourner des séquences en studio. Finalement, un accord a été trouvé avec la NYCTA pour des installations sur la 207e rue[2]. Lors du tournage, James Gray demande au directeur de la photographie Harris Savides de s'inspirer de l'atmosphère d'un peintre qu'il affectionne, Georges de La Tour[5]

SortieModifier

RetardModifier

Tourné en 1998, le film ne sort qu'en 2000. La postproduction est marquée par de nombreux différents créatives entre le réalisateur et les producteurs, révélés dans l'ouvrage Sexe, Mensonges & Hollywood de Peter Biskind[6]. De plus, le film est cité dans un article du Daily Telegraph de 2017 intitulé Harvey Scissorhands: 6 Flms Ruined by Harvey Weinstein (« Harvey aux mains d'argent : 6 films ruinés par Harvey Weinstein » en français)[2].

Accueil critiqueModifier

Le film reçoit des critiques partagées aux États-Unis. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il récolte 64% d'opinions favorables pour 96 critiques et une note moyenne de 5,9610[7]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 58100 pour 31 critiques[8].

En France, le film obtient une note moyenne de 4,15 sur le site AlloCiné, qui recense 26 titres de presse[9].

Box-officeModifier

Dans une interview, James Gray a confié que le film « n'a pas engrangé un million de dollars de recettes (aux États-Unis), alors qu'il en avait coûté vingt »[10]. En France, il ne totalise que 393 149 entrées[1].

Bande originaleModifier

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « The Yards », sur JP's Box-Office (consulté le 8 octobre 2019)
  2. a b et c (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  3. « The Yards de James Gray », sur Les Inrockuptibles
  4. (en) Filming & Production sur l’Internet Movie Database
  5. Secrets de tournage - Allociné
  6. Sexe, Mensonges & Hollywood [« Down and Dirty Pictures: Miramax, Sundance, and the Rise of Independent Film »], Le Cherche midi, coll. « Documents », (ISBN 978-2-7491-0510-9)
  7. (en) « The Yards (année) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 8 octobre 2019)
  8. (en) « The Yards Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le 8 octobre 2019)
  9. « The Yards - critiques presse », sur AlloCiné (consulté le 8 octobre 2019)
  10. Transfuge, n° 25, décembre 2008, p. 31.

AnnexesModifier