Théologie de la substitution

La théologie de la substitution, ou théorie de la substitution, ou supersessionisme est une doctrine chrétienne selon laquelle le christianisme se serait substitué au judaïsme dans le dessein de Dieu. Dans cette optique, le peuple d'Israël autrefois choisi par Dieu a cessé d'être son peuple et il est maudit parce qu'il a rejeté le Sauveur, Jésus-Christ. Les dons et les promesses de Dieu à l'« ancien Israël » sont transférés à l'Église, qui devient le « nouvel Israël », le nouveau peuple de Dieu. Il s'ensuit que le judaïsme n'a plus qu'une valeur toute relative, en fonction du christianisme, dont il n'est que l'imparfaite préfiguration.

Allégorie de la substitution : Dieu foudroie le judaïsme et réserve sa lumière au christianisme. Bas-relief de l'église Saint-Jacques (1839), Gottsdorf, Basse-Bavière.
Ecclesia et Synagoga encadrent le portail du Jugement dernier de la cathédrale Notre-Dame de Paris. À gauche, Ecclesia possède les attributs de la royauté ; à droite, Synagoga, les yeux bandés, le sceptre brisé, ne porte plus de couronne.

Cette thèse est présente dans plusieurs passages du Nouveau Testament, mais selon des modalités sujettes à diverses interprétations. Elle a déterminé pendant près de vingt siècles le rapport du christianisme au judaïsme.

Cette approche s'oppose à la théologie des deux alliances, qui affirme que l'Alliance de Dieu avec Israël n'a jamais été rompue.

Vetus Israel, Verus IsraelModifier

Plusieurs textes du Nouveau Testament, adressés aux chrétiens des deux premières générations, présentent la communauté des disciples de Jésus de Nazareth comme un Israël spirituel. Tel est le cas, en particulier, des Épîtres de Paul[1]. Le corpus johannique, rédigé une cinquantaine d'années plus tard, contient des affirmations catégoriques à ce sujet[2].

En tout état de cause, c'est à la même époque, aux alentours de l'année 150, que le christianisme naissant affirme être le « véritable Israël » (Verus Israel) qui remplace l'« ancien Israël » (Vetus Israel) [3].

Pour sa part, Marcion préconise de rejeter en bloc l'influence judaïque sur la foi chrétienne, avant d'être condamné en 144.

 
Entourage de Matthias Stom, Ésaü vendant son droit d'aînesse à Jacob. Ce thème pictural, fréquent dans l'iconographie chrétienne, illustre la théologie de la substitution.

La théologie de la substitution prend une place considérable dans l'enseignement patristique : estimant que le peuple d’Israël ne s’est pas converti, puisqu'il n’a pas reconnu le Messie, les Pères de l'Église affirment que son rôle est terminé, et que les chrétiens doivent le remplacer.

Cette doctrine est développée par plusieurs auteurs.

Dans son Adversus Judaeos, Tertullien (v. 150-230) emploie métaphoriquement Gn 25:23, et fait de l'aîné des jumeaux Ésaü l'incarnation des juifs et du cadet Jacob celle les chrétiens, le « moindre » (Jacob) devant supplanter son aîné[4]. Il semble que Tertullien adopte la même démarche typologique que Paul relativement à Agar et Sarah en Ga 4:21-31[4],[5].

Jean Chrysostome (349-407), patriarche de Constantinople, écrit à son tour un Adversus Judaeos.


Église catholiqueModifier

L'Église catholique, longtemps favorable à la théologie de la substitution, n'a changé de doctrine que dans la seconde moitié du XXe siècle.

La théologie de la substitution jusqu'à Vatican IIModifier

Dans le catholicisme, la paternité de la théologie de la substitution est généralement attribuée à Paul de Tarse, sur la base de l'interprétation de l'épître aux Galates 3:15-16 et 6:15-16. Cette doctrine est constamment réaffirmée au cours des siècles, notamment au concile de Florence (XVe siècle), jusqu'à l'encyclique Mystici Corporis Christi de Pie XII, qui indique en 1943 :

« La mort du Rédempteur a fait succéder le Nouveau Testament à l'Ancienne Loi abolie ; [...] sur le gibet de sa mort il annula la loi avec ses prescriptions [...], établissant une Nouvelle Alliance dans son sang répandu pour tout le genre humain. "Alors, dit saint Léon le Grand en parlant de la Croix du Seigneur, le passage de la Loi à l'Évangile, de la Synagogue à l'Église, des sacrifices nombreux à la Victime unique, se produisit avec tant d'évidence qu'au moment où le Seigneur rendit l'esprit, le voile mystique qui fermait aux regards le fond du temple et son sanctuaire secret, se déchira violemment et brusquement du haut en bas." Sur la croix, par conséquent, la Loi Ancienne est morte ; bientôt elle sera ensevelie et elle deviendra cause de mort, pour céder la place au Nouveau Testament[6]. »

Cependant, plusieurs réalités historiques viennent contredire l'idée d'un Israël déchu et voué à la disparition, surtout à partir de l’émancipation des Juifs dans les pays de culture chrétienne, depuis la fin du XVIIIe siècle. En accordant la citoyenneté et l'égalité aux Juifs, les nations européennes démentent l'idée d'un peuple condamné et dégénéré, d'autant plus que les Juifs prospèrent de manière extraordinaire au cours de cette période, excellant dans les sciences, les arts et l'industrie[7].

D'autre part, la poursuite de la tradition exégétique juive, transmise dans les yeshivot et les maisons d'étude, aurait dû s'interrompre si la substitution avait pleinement réussi. Or force est de constater qu'au moins pour les Juifs, l'« ancienne Loi » n'a jamais été abolie et donne lieu à une littérature extrêmement abondante[8],[9].

Enfin, la seconde moitié du XXe siècle voit l'ensemble des confessions chrétiennes réagir aux événements : à la découverte des conséquences tragiques du discours antijuif, lors du génocide perpétré par un peuple de culture chrétienne au cours de la Shoah, s'ajoute le retour d'une partie importante du peuple juif sur la Terre d'Israël, avec la création de l'État d'Israël en 1948 et la renaissance de la Terre sainte sous le gouvernement des Juifs[10].

Le concile Vatican IIModifier

Le concile Vatican II rappelle le dogme du Verus Israel, et donc de la substitution mais en expliquant que le concept de peuple déicide n'est pas valable, point déjà affirmé lors du concile de Trente. Cependant, Vatican II redéfinit, non pas le dogme, mais les relations avec les Juifs en invitant à appliquer une nouvelle pastorale, animée d'intentions pacifiques. Ainsi, la section 4 de la déclaration Nostra Ætate rappelle la filiation de l'Église chrétienne avec le judaïsme tel qu'il était au temps de Jésus :

« Le Christ, notre paix, a réconcilié les Juifs et les Gentils par sa croix et en lui-même des deux a fait un seul (Eph 2:14-16). [...] Encore que des autorités juives, avec leurs partisans, aient poussé à la mort du Christ, ce qui a été commis durant sa passion ne peut être imputé ni indistinctement à tous les Juifs vivant alors, ni aux Juifs de notre temps. S'il est vrai que l'Église est le Nouveau Peuple de Dieu, les Juifs ne doivent pas, pour autant, être présentés comme réprouvés par Dieu ni maudits, comme si cela découlait de la Sainte Écriture. [...] En outre, l'Église qui réprouve toutes les persécutions contre tous les hommes, quels qu'ils soient, ne pouvant oublier le patrimoine qu'elle a en commun avec les Juifs, et poussée, non pas par des motifs politiques, mais par la charité religieuse de l'Évangile, déplore les haines, les persécutions et toutes les manifestations d'antisémitisme, qui, quels que soient leur époque et leurs auteurs, ont été dirigées contre les Juifs[11]. »

Toutefois, d'après certains commentateurs, l'expression « Nouveau Peuple de Dieu », exprimerait[12] l'intériorisation qu'aurait faite l'Église de la théologie de la substitution, ou, pour d'autres[13] pourrait à l'inverse permettre des approches théologiques non exclusives.

La constitution dogmatique Lumen Gentium (1964) utilise l'expression « nouvel Israël » : « L'Israël selon la chair, cheminant dans la solitude, prend déjà le nom d'Église de Dieu (II Esdr. 13, 1; cf. Nombr. 20, 4 ; Deut. 23, 1 et suiv.) ; de même le nouvel Israël, celui de l'ère présente en quête de la cité future et qui ne finit pas (cf. Hébr. 13, 14), s'appelle également l'Église du Christ (cf. Mt. 16, 18). » De même, la note première du décret conciliaire Optatam Totius (1965) reprend la notion de « nouveau peuple élu » (novi populi electi dans sa version latine[14])[15]. Le chapitre 5 du décret Ad Gentes (1965) insiste également sur le « nouvel Israël »[16] : « Les Apôtres furent ainsi les germes du Nouvel Israël et en même temps l’origine de la hiérarchie sacrée. »

Après le concile, la doctrine du « Nouvel Israël » reste donc inchangée[17].

La récusation de la théologie de la substitutionModifier

À la source, l'évangile selon Matthieu (5:17), rapportant une parole du Christ, présente les Juifs comme garants de la Loi, et les chrétiens comme chargés d'accomplir la Loi : « Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. »

En ce sens, l'allocution adressée par le pape Jean-Paul II aux dirigeants des communautés juives d'Allemagne (Mayence, ) évoque le « peuple de Dieu de l'Ancienne Alliance, qui n'a jamais été révoquée par Dieu ».

Francis Deniau, évêque de Nevers, et président du Comité épiscopal pour les relations avec le judaïsme, a déclaré en 2004 :

« Aujourd'hui, l'Église a répudié toute « théologie de la substitution » et reconnaît l'élection actuelle du peuple juif, « le peuple de Dieu de l'Ancienne Alliance qui n'a jamais été révoquée » selon l'expression du pape Jean-Paul II devant la communauté juive de Mayence le . »

Francis Deniau rappelle aussi que l'on a souvent, mais abusivement, opposé cette expression à 1 Cor 10:18, qui parle de l’« Israël selon la chair », en l'interprétant comme le peuple juif, alors que les chrétiens seraient l'Israël de Dieu, le « véritable Israël »[18] ».

Le rejet de la théologie de la substitution est loin de rapprocher l'Église d'un syncrétisme. La foi catholique trouve sa forme classique dans le « Credo » qui intervient après l'homélie. Sa deuxième phrase (« Je crois en un seul Seigneur, Jésus-Christ, le Fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles ») affirme la spécificité du christianisme.

Église orthodoxeModifier

Églises protestantesModifier

De nombreuses Églises se réclamant du protestantisme ont également fait progressivement le choix de s'éloigner de la théorie de la substitution à partir du XIXe siècle, jugée comme trop exclusive ou insuffisamment nuancée.

Des théories de remplacement ont donc commencé à être avancées, telles que :

Églises pentecôtistesModifier

Les églises pentecôtistes adhèrent plutôt à la Théologie de la substitution[19] mais avec une approche légèrement différente et philosémite, voire sioniste pour certaines.

Notes et référencesModifier

  1. Épître aux Romains 2:28 ; Épître aux Philippiens 3:3.
  2. Évangile selon Jean 14:6 ; Première épître de Jean 2:23.
  3. « Verus Israel », L'Origine du christianisme 10/10, par Jérôme Prieur et Gérard Mordillat, Arte, 2004.
  4. a et b Daniel Boyarin, Mourir pour Dieu, Bayard, 2004, p. 14.
  5. (en) Geoffrey D. Dunn, Tertullian's Aduersus Iudaeos: a rhetorical analysis, éd. CUA Press, 2008, p. 108-109, extrait en ligne.
  6. Mystici Corporis Christi, 1943, par. 29 sq.
  7. Yuri Slezkine (trad. de l'anglais), Le Siècle juif, Paris, La Découverte, , 429 p. (ISBN 978-2-7071-5704-1).
  8. Jules Isaac, Genèse de l'antisémitisme, Paris, Calmann-Lévy, , 352 p., p.286
  9. Léon Poliakov, Histoire de l'antisémitisme, tome IV : L'Europe suicidaire (1870-1933), Paris, Calmann-Lévy,
  10. Gary A. Tobin, Dennis R. Ybarra, The Trouble with Textbooks: Distorting History and Religion, Lexington Books, 2008 (ISBN 9780739130957), p. 64-67.
  11. Nostra Ætate, 4.
  12. Menahem Macina, La substitution dans la littérature patristique, la liturgie et des documents-clés de l’Église catholique.
  13. Dominique Cerbelaud, « Questions à la théologie chrétienne après la Shoah », Théologiques, vol.11, no 1-2, p. 271-283 Lire en ligne
  14. Document du concile Vatican II, Optatam Totius : Décret sur la formation des prêtres (version latine originelle) , 1965, extrait en ligne
  15. Document du concile Vatican II, Optatam Totius: Décret sur la formation des prêtres , 1965, extrait en ligne.
  16. Document du concile Vatican II, Ad Gentes : Décret sur l'activité missionnaire de l'Église , 1965, extrait en ligne
  17. Menahem Macina, La substitution dans la littérature patristique, la liturgie et des documents-clés de l’Église catholique, article cité supra. « On se fût attendu à un changement, au moins sémantique, à la suite du concile Vatican II, réputé avoir tourné la page de la théorie de la substitution. Ce n’est pourtant pas le cas, comme l’attestent deux textes conciliaires (Lumen Gentium et Nostra Aetate). »
  18. Mgr Francis Deniau, Actualité des dons de Dieu au peuple juif, 2004, Lire en ligne
  19. Donald Stamps, La Bible, Esprit et Vie, 2012, version de Louis Segong 1910 retravaillée et enrichie par Donald Stamps, pages 1858, 1859 et 2067.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier