Ouvrir le menu principal

Alain Besançon

historien français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Besançon (homonymie).
Alain Besançon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Père
Mère
Madeleine Delagrange (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Parti politique
Membre de
Académie des sciences morales et politiques
Comité des intellectuels pour l'Europe des libertés (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Directeur de thèse
Distinctions

Alain Besançon, né le dans le 6e arrondissement de Paris, est un historien français.

Membre du Parti communiste français dans sa jeunesse, il rompt avec le communisme après la révélation des crimes staliniens qui intervient à partir de 1956, et adopte alors une position d'analyse critique de cette idéologie et plus généralement de la question du totalitarisme. Devenu soviétologue, il suit une carrière universitaire à l'EHESS, où il est directeur d'études à partir de 1977, il enseigne à l'étranger et collabore à plusieurs revues et journaux. Revenu au catholicisme, il publie plusieurs ouvrages consacrés aux religions et à l'histoire du christianisme.

Il est élu à l'Académie des sciences morales et politiques en 1999.

BiographieModifier

Famille et formationModifier

Alain Besançon est le fils du professeur Louis Justin-Besançon (1901-1989) et de Madeleine Delagrange (1903-1972), fille du fondateur des laboratoires pharmaceutiques Delagrange. Fils, petit-fils et frère de médecin, son enfance, ses études et son engagement politique sont connus en détail par un riche essai auto-biographique et critique qu'il a publié à Paris en 1987, Une génération.

Diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, agrégé d’histoire (1957)[1], docteur en histoire, Alain Besançon a été professeur de l'enseignement secondaire au lycée de Montpellier, au lycée Carnot de Tunis puis au lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine. Il épouse en 1954 Marie Goldstyn, née en 1930 ; le couple aura quatre enfants.

Rupture avec le communismeModifier

Il a été membre du Parti communiste français de 1951 à 1956. Son départ est lié à la « révélation » des crimes du stalinisme lors de la diffusion du rapport de Nikita Khrouchtchev (crimes qui en réalité étaient déjà connus avant)[réf. nécessaire]. Il s’est senti « honteux » et « très en colère » d’avoir été trompé : « Ce fut alors que, comme historien apprenti, je décidai d’explorer l’histoire de la Russie et de l’URSS afin de mieux comprendre ce qui m’était arrivé »[2],[3].

L’historien affirme ne pas comprendre le choix de ceux qui sont restés au PCF après 1956. Parmi ceux qui en sont partis, il établit une autre division entre « ceux qui ne se sont pas pardonné », comme Annie Kriegel ou Emmanuel Le Roy Ladurie, « et ceux qui se sont pardonné ». Alain Besançon est donc devenu soviétologue avec, toujours présent à l'esprit, le devoir de se repentir : « Tout ce temps que j’ai passé sur l’histoire russe et le communisme soviétique, à l’étudier et à l’analyser, j’espère qu’il me sera compté à pénitence ».

On peut rapprocher cette volonté de son intention de porter un jugement sur les faits historiques. Selon Alain Besançon, l’enquête historique « doit conserver son sens judiciaire. L’enquête aboutit au jugement quand toutes les pièces ont été consultées et exactement pesées. » Il ajoute que « le procès de l’histoire russe » «  au tribunal de l’histoire » est une « cause capitale entre toutes »[4].

Carrière universitaireModifier

Alain Besançon a mené sa thèse de doctorat sous la direction de Roger Portal. Il est devenu attaché de recherches au CNRS, de 1960 à 1964. Sa carrière universitaire s'est poursuivie à l'EHESS comme maître-assistant (1965), puis sous-directeur (1969), enfin directeur d'études (depuis 1977).

À l'étranger, il a enseigné dans de nombreuses institutions et universités aux États-Unis : Research Associate à l'université Columbia à New York (où il a reçu l'influence de Martin Malia), Visiting Professor à l'université de Rochester à New York, Visiting Scholar au Wilson Center, Kennan Institute à Washington, à la Hoover Institution à Stanford (en 1983 et 1984), puis à l'université de Princeton. En Grande-Bretagne, il a été Visiting Fellow au All Souls College à Oxford (1986).

Appartenance à des revues scientifiques et journalismeModifier

Alain Besançon est membre du comité de rédaction des Cahiers du monde russe depuis leur fondation en 1961 et membre du conseil de rédaction de la revue Commentaire depuis 1986. Il a également été éditorialiste à L'Express de 1983 à 1988. Il publie régulièrement des articles dans Le Figaro.

Prise de positionModifier

Il a appartenu au Comité des intellectuels pour l'Europe des libertés[5].

En , il fait partie des 34 signataires de la déclaration rédigée par Léon Poliakov et Pierre Vidal-Naquet pour démonter la rhétorique négationniste de Robert Faurisson[6].

Il s'est prononcé en faveur de l'intervention américaine en Irak en 2003 mais souhaitait un relais diplomatique subséquent de l'Organisation des Nations unies.

Apport à l'histoire du communismeModifier

Alain Besançon développe du communisme et du nazisme une analyse moins politique ou géopolitique que métaphysique et théologique : selon lui, le léninisme, source de tout système totalitaire, est une forme de gnose (Les Origines intellectuelles du léninisme, 1977). C’est, selon lui, dans la structure de la croyance totalitaire, et dans ses origines pseudo-chrétiennes - au premier rang desquelles le marcionisme - qu'il conviendrait de chercher la clé des énigmes bolchévique et hitlérienne.

Dans Les Origines intellectuelles du léninisme, il écrit la formule : « [Lénine] croit qu'il sait mais il ne sait pas qu'il croit »[7].

Histoire du christianismeModifier

S'ajoute à ses centres d'intérêt une spécialité dans l'histoire du christianisme. Alain Besançon, lui-même revenu au catholicisme après plusieurs années au Parti communiste, étudie les résurgences d'hérésies anciennes dans l'Église contemporaine, ainsi que l'influence exercée sur la foi catholique par le socialisme et l'islam (Trois tentations dans l'Église, 1996). Son œuvre propose une approche méthodique, chrétienne et pluridisciplinaire du « Mal moderne » : dans son approche du totalitarisme, la tradition théologique vient épauler la recherche historique et la réflexion philosophique.

Dans L'Image interdite (Fayard, 1994), il étudie l'iconoclasme, mouvement multiforme qui condamne et détruit les images au nom de la lutte contre l'idolâtrie. Il explique, en Orient comme Occident, les raisons de cet anathème, qu'on retrouve chez Platon, à Byzance autour de 843, chez le théologien Calvin, chez le philosophe Hegel et jusqu'au peintre Malevitch. Car l'abstraction, contrairement au réalisme socialiste, manifeste une méfiance vis-à-vis des images, pour faire apparaître une « réalité invisible » (p. 497).

RomancierModifier

Il publie en 2008 un roman, Émile et les menteurs, dont le héros rappelle, de façon involontaire, Jérôme Kerviel, le trader de la Société générale[8].

DistinctionModifier

ŒuvresModifier

  • Le Tsarévitch immolé, 1967.
  • Histoire et expérience du moi, 1971.
  • Entretiens sur le Grand Siècle russe et ses prolongements (en collaboration), 1971.
  • Éducation et société en Russie, 1974.
  • L'Histoire psychanalytique, une anthologie, 1974.
  • Être russe au XIXe siècle, 1974.
  • Court traité de soviétologie à l'usage des autorités civiles, militaires et religieuses, 1976 (préface de Raymond Aron).
  • Les Origines intellectuelles du léninisme, Calmann-Lévy, 1977.
  • La Confusion des langues, 1978.
  • Présent soviétique et passé russe, Livre de poche, Paris, 1980 (réédité : Hachette, Paris, 1986).
  • Anatomie d'un spectre : l'économie politique du socialisme réel, Calmann-Lévy, Paris, 1981.
  • Courrier Paris-Stanford (en collaboration), 1984.
  • La Falsification du bien, Soloviev et Orwell, 1985.
  • Une génération, Julliard, 1987.
  • Vendredis, 1989.
  • L'Image interdite, une histoire intellectuelle de l'iconoclasme, 1994.
  • Trois tentations dans l'Église, 1996.
  • Aux sources de l’iconoclasme moderne, 1998.
  • Le Malheur du siècle : sur le communisme, le nazisme et l'unicité de la Shoah, Fayard, 1998, 166 p.
  • Émile et les menteurs, 2008.
  • Cinq Personnages en quête d'amour. Amour et religion, 2010.
  • Sainte Russie, 2012.
  • Le Protestantisme américain. De Calvin à Billy Graham, 2013.
  • Problèmes religieux contemporains, 2015.
  • Contagions. Essais 1967-2015, Les Belles Lettres, 2018.

Notes et référencesModifier

  1. http://rhe.ish-lyon.cnrs.fr/?q=agregsecondaire_laureats&nom=&annee_op=%3D&annee%5Bvalue%5D=1957&annee%5Bmin%5D=&annee%5Bmax%5D=&periode=All&concours=8&items_per_page=10&page=1.
  2. Toutes les citations sont extraites de l'autobiographie qui couvre les vingt-cinq premières années de sa vie : Une génération, p. 322-327.
  3. Alain Besançon, interviewé par Alexandre Devecchio et Paul Sugy, « Alain Besançon : "Au milieu du vide métaphysique prospère une vague reliogisité humaine" », Le Figaro Magazine, semaine du 23 mars 2018, page 34.
  4. Préface à l’ouvrage de Marc Raeff, Comprendre l’ancien régime russe. État et société en Russie impériale, Paris, Ed. du Seuil, 1982, p. 14.
  5. http://est-et-ouest.fr/revue/HL059_articles/059_065.pdf.
  6. Valérie Igounet, Histoire du négationnisme en France, Paris, Le Seuil, coll. « La Librairie du XXe siècle », , 691 p. (ISBN 2-02-035492-6), p. 237.
  7. Charles Jaigu, « Nous sommes tous des croyants », Le Figaro,‎ , p. 15
  8. Pierre Assouline, « Troublantes analogies », 1er mars 2008.

AnnexesModifier