Spycker

commune française du département du Nord

Spycker
Spycker
La mairie.
Blason de Spycker
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Dunkerque
Intercommunalité Communauté urbaine de Dunkerque
Maire
Mandat
Jean-Luc Goetbloet
2020-2026
Code postal 59380
Code commune 59576
Démographie
Gentilé Spyckerois
Population
municipale
1 804 hab. (2018 en augmentation de 7,83 % par rapport à 2013)
Densité 184 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 58′ 12″ nord, 2° 19′ 27″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 5 m
Superficie 9,79 km2
Élections
Départementales Canton de Coudekerque-Branche
Législatives Quatorzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Spycker
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Spycker
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Spycker
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Spycker
Liens
Site web http://mairie-spycker.fr/

Spycker est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Géologie et reliefModifier

HydrographieModifier

ClimatModifier

Voie de communication et transportModifier

UrbanismeModifier

ToponymieModifier

On fait allusion en 1067 à Spicris, qui viendrait de spicarium = grenier à blé.

La commune porte le nom de Spijker en néerlandais[1].

HistoireModifier

Le village était situé sur une voie romaine venant de Cassel et menant à Mardyck à travers la Flandre maritime[2].

Vers 800, sur une carte de Malbrancq qui représente la partie orientale du delta de l'Aa, le village Grunberga (Bergues) est indiqué, entouré de Burgus in broco (Bourbourg), Ecclesia in broco (Brouckerque), Saint-Wilbrordi (Gravelines), Koudekerke (Coudekerque-Village), Spikere (Spycker) ou Loo berga (Looberghe)[3].

En 1186, le comte de Flandre confirme la donation d'un domaine situé près de Milham (Millam), à l'abbaye de Watten par Eustache, fils de Remold de Spicre[4]. En 1187, Mathilde, femme de Guillaume de Lille, en son château de Ruhout, a déclaré devant le comte de Flandre Philippe d'Alsace, qu'elle renonce en faveur de la même abbaye à ses droits sur un bien qu'elle avait reçu en don de son premier mari Guillaume, fils de Remold de Spicre[5]

En 1227, Guillaume, seigneur de Spycker, et Isabeau sa femme, fondent sous le vocable de sainte Élisabeth, un hôpital desservi par des religieuses appartenant aux béguines, et lui fait de nombreux dons[6]. En 1248, la comtesse de Flandre Marguerite de Constantinople transfère la maison à Bergues et elle devient en 1252, l'abbaye de Saint-Victor ou nouveau cloître[7].

Avant 1789, Spycker dépendait de la châtellenie de Bergues.

En 1903, Spycker était sur la ligne de chemin de fer reliant Bourbourg à Dunkerque et disposait d'une gare ou à tout le moins d'un arrêt[8].

Première guerre mondialeModifier

Pendant la première guerre mondiale, Spycker est à l'arrière du front qui part de Nieuport, suit le cours de l'Yser vers les monts des Flandres.

La commune dépend en 1916 du commandement d'étapes, c'est-à-dire un élément de l'armée organisant le stationnement de troupes, comprenant souvent des chevaux, pendant un temps plus ou moins long, sur les communes dépendant du commandement, en arrière du front, de Grand-Millebrugghe

De janvier à juillet 1917, Spycker est elle-même le siège d'un commandement d'étapes, dit de Spycker-Steene. Les communes faisant partie du commandement d'étapes sont Steene, Looberghe, Mardyck, Armbouts-Cappel, Pitgam, Capelle, Brouckerque, Eringhem, Crochte, Bierne, Saint-Pierre-Brouck, Drincham, Grande-Synthe (à partir de ), Hoymille[9]. De ce fait stationnent sur Spycker le capitaine responsable du commandement d'étapes, ainsi que quatre gendarmes. Des troupes y passent ou y sont cantonnées, comme par exemple en , deux compagnies d'un régiment de zouaves au pont de Spycker[10].

Le 2 avril 1917, est retrouvé dans un fossé, sur le territoire de la commune, un obus non éclaté[11].

En 1917-1918, Spycker dépend du commandement d'étapes de Téteghem[9].

Deuxième guerre mondialeModifier

Combat de Spycker, du au , durant la bataille de France, ou le 1er bataillon du 225e régiment d'infanterie bloque l'avancée allemande permettant le rembarquement lors de l’opération Dynamo[12],[13].

Politique et administrationModifier

Le village est membre de la communauté urbaine de Dunkerque (Dunkerque grand littoral).

Situation administrativeModifier

 
Spycker dans son canton et son arrondissement.

Tendance politiqueModifier

Administration municipaleModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
En cours Jean-Luc Goetbloet
Réélu pour le mandat 2020-2026[14]
PS  
1965 1978 au moins Étienne Dekeister[15],[16]    
1954 1965 Roger Baes[17],[18]    
1951 1954 M. Coevoet[19]    
         
1935 1939 Joseph Dannoot[20]    
1925 1935 Albert Depoers[21]    
1913 1925 Eugène Delabaere[22]    
1887 1913 J. Depoers[23]    
  1883 J. Depoers[23]    
  1854 Mr Wemaere[24]    
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administrativesModifier

Politique environnementaleModifier

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[25]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[26].

En 2018, la commune comptait 1 804 habitants[Note 1], en augmentation de 7,83 % par rapport à 2013 (Nord : +0,41 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
385485563541558648665701631
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
659660672694676670676670660
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
657668632625583602584360499
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
6216791 6431 4851 4021 3141 5081 6411 807
2018 - - - - - - - -
1 804--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

Pyramide des âges à Spycker en 2007 en pourcentage[29].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,7 
2,3 
75 à 89 ans
4,1 
14,9 
60 à 74 ans
14,0 
16,8 
45 à 59 ans
18,0 
28,8 
30 à 44 ans
27,6 
14,1 
15 à 29 ans
11,4 
23,2 
0 à 14 ans
24,3 
Pyramide des âges du département du Nord en 2010 en pourcentage[30].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,0 
75 à 89 ans
8,7 
11,5 
60 à 74 ans
12,7 
19,5 
45 à 59 ans
19,3 
20,5 
30 à 44 ans
19,4 
21,9 
15 à 29 ans
20,3 
21,4 
0 à 14 ans
18,9 

SantéModifier

EnseignementModifier

Spycker fait partie de l'académie de Lille.

SportsModifier

Le ministère des sports a décompté 16 équipements sportifs sur le territoire de la commune en 2013[31].

MédiaModifier

CultesModifier

ÉconomieModifier

Culture et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Les armes de Spycker se blasonnent ainsi :

« D'argent semé de billettes de sable, et un lion du même, armé et lampassé de gueules, brochant sur le tout. » (identique à l'ancien blason de Loon-Plage)

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  2. Mr Bergerot, <<Vie de Saint-Folquin>>, dans Mémoire de la Société dunkerquoise pour l'encouragement des sciences, des lettres et des arts, 1855, p 90 à 131, lire en ligne
  3. Aymard Drieux et Yves Lemaire, Brouckerque, Coppenaxfort, 2005, (ISBN 2-9525621-0-5)
  4. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome II Année 1186
  5. A. Wauters, option citée, Tome II Année 1187
  6. M.A. Bonvarlet, « Chronique de l'abbaye des dames de Saint-Victor, dite du nouveau cloître à Bergues », dans Mémoire de la société dunkerquoise pour l'encouragement des sciences, des lettres et des arts, Année 1857, publié en 1858, p. 262-263, lire en ligne
  7. M.A. Bonvarlet, « Chronique de l'abbaye des dames de Saint-Victor, dite du nouveau cloître à Bergues », dans Mémoire de la société dunkerquoise pour l'encouragement des sciences, des lettres et des arts, Année 1857, publié en 1858, p. 260, lire en ligne.
  8. Le Journal de Bourbourg et du canton de Gravelines, n°1158 du 4 mars 1903
  9. a et b « Journaux des marches et opérations des corps de troupe - Mémoire des hommes », sur www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr (consulté le 28 juin 2020)
  10. « Journaux des marches et opérations des corps de troupe - Mémoire des hommes », sur www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr (consulté le 21 juin 2020)
  11. Journal de marche du commandement d'étapes de Spycker, p. 22, lire en ligne.
  12. Spycker : un hommage aux 75 hommes du 225e RI tombés en 1940
  13. Carnet de route du lieutenant Marius Weber; les combats de Spycker
  14. https://reader.cafeyn.co/fr/1926576/21598919
  15. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1966 à 1979
  16. Aînés ruraux du secteur de Dunkerque: Étienne Dekeister quitte la présidence, Nicole Fermon lui succède
  17. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1955 à 1965
  18. Magazine de la commune de SPYCKER N°20 2018 page 2
  19. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1952 1954
  20. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1936 à 1939
  21. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1925 à 1935
  22. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Année 1914 et 1922 à 1925
  23. a et b Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Année 1883 et de 1887 à 1913
  24. Almanach du commerce Département du Nord 1854
  25. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  26. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  27. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  29. « Évolution et structure de la population à Spycker en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  30. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 mai 2014)
  31. « Recensement des équipements sportifs, espace et sites de pratiques - détail par communes - », sur Site ministériel du recensement des équipements sportifs (consulté le 6 février 2014)