Ouvrir le menu principal

Armbouts-Cappel

commune française du département du Nord

Armbouts-Cappel
Armbouts-Cappel
Pont-levis du Grand-Millebrugghe.
Blason de Armbouts-Cappel
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Dunkerque
Canton Coudekerque-Branche
Intercommunalité Dunkerque Grand Littoral
Maire
Mandat
Jean-Luc Darcourt
2014-2020
Code postal 59380
Code commune 59016
Démographie
Gentilé Armbouts-Cappellois
Population
municipale
2 296 hab. (2016 en diminution de 6,97 % par rapport à 2011)
Densité 226 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 58′ 42″ nord, 2° 21′ 15″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 6 m
Superficie 10,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Armbouts-Cappel

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Armbouts-Cappel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Armbouts-Cappel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Armbouts-Cappel

Armbouts-Cappel est une commune française, située dans le département du Nord en région Hauts-de-France.

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune d'Armbouts-Cappel partage avec sa voisine Steene le hameau du Grand-Millebrugghe, coupé en deux par le canal de la Haute Colme.

Elle se situe à 7 kilomètres de Bergues, à 9 kilomètres de Dunkerque.

Communes limitrophes d’Armbouts-Cappel
Grande-Synthe Dunkerque-Petite-Synthe Cappelle-la-Grande
Spycker  
Pitgam Steene Bierne

Géologie et reliefModifier

HydrographieModifier

Le canal de la Haute-Colme passe à Grand-Millebrugghe

ClimatModifier

Le climat est un climat océanique. Les amplitudes thermiques sont faibles, les hivers doux et les étés plutôt frais. La moyenne annuelle des températures est d'environ 11 °C.

Voie de communication et transportModifier

Le village est située à proximité de l'Autoroute A25 (France). La commune est également desservie par les lignes 14 et 19 du réseau DK'Bus.

UrbanismeModifier

La commune comprend les hameaux et lieux-dits suivants ː le Grand-Millebrugghe, le Kromenhouck, le Pont de Petite-Synthe[1].

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Erembaldi Capella en 1067[2], qui signifie la « chapelle d'Erembaud » (Erembaud étant le nom du seigneur de Bruges)[3], Armboutscapel en 1793, Arembout-Cappel en 1801.

HistoireModifier

Armbouts-Cappel signifie Chapelle d’Erembaud, Erembaud étant le seigneur de Bruges, (de arnu = aigle et baltha = hardi, méchant). La commune Capella Erembaldi, est citée en 1067 dans une charte de Baudouin, comte de Flandre, en faveur de l'Abbaye de Saint-Winoc de Bergues[5].

Armbouts-Cappel dépendait de la châtellenie de Bergues et du diocèse d'Ypres après avoir fait partie du diocèse de Thérouanne.

En 1658 après la bataille des Dunes remportée par Turenne, Dunkerque devient anglaise. La possession anglaise recouvre non seulement la ville de Dunkerque mais aussi des territoires dont certains jusque là relevaient de la châtellenie de Bergues : Mardyck, Grande Synthe, Petite Synthe, une partie d'Armbouts-Cappel, Cappelle la Grande, une partie de Coudekerque, Téteghem, Uxem, Ghyvelde, Leffrinckoucke, Zuydcoote. En 1662, Louis XIV rachète ce territoire aux Anglais, une partie d'Armbouts-Cappel devient donc française, le reste est espagnol jusqu'en 1668 et le traité d'Aix la Chapelle où la France récupère la Flandre[6].

En août septembre 1793, Armbouts Cappel se retrouva prise pendant quelques jours dans les combats opposant les ennemis coalisés à la République française. L'ennemi voulait prendre Dunkerque et dans cet objectif assiégeait également Bergues. Les combats et/ou présence de troupes concernèrent les villages environnants dont Armbouts-Cappel. Le village fut également touché par l'inondation du pays en eau de mer, provoquée par les Français afin de mieux résister en gênant les mouvements des armées assaillantes. L'affaire prit fin avec la Bataille d'Hondschoote, victoire française qui amena l'ennemi à quitter la région[7].

En 1862, un tremblement de terre, rapporté par le curé du village et autres chroniques paroissiales, a lieu à Armbouts Cappel et les environs[5].

Le village, situé sur la ligne de défense sud du port de Dunkerque, a été détruit pendant la seconde guerre mondiale de même que l'église avec sa tour carrée d'époque et de style roman avec ses chaire et confessionnal datant du XVIIIe siècle. Ces destructions valurent au village de recevoir la croix de guerre 1939-1945[1].

Dans les années 1970, il était desservi par la ligne d'autobus Dunkerque à Saint-Omer.

Politique et administrationModifier

Situation administrativeModifier

Armbouts-Cappel est membre de la communauté urbaine de Dunkerque (Dunkerque Grand littoral) créée en 1968.

 
Armbouts-Cappel dans son canton et son arrondissement.

Tendance politiqueModifier

Administration municipaleModifier

Liste des mairesModifier

1831-1879 : Pierre Hilst[5].

1879-1888 : Auguste Dewaele[5].

1888-1892 : Elie Delabaere[5].

1892-1896 : Aimé Stevenoot, officier du Mérite Agricole[5],[8].

1896-1904 : Elie Delabaere[5].

1904-1905 : Arsène Wemaere[9].

1905-1912 : Elie Delabaere[5].

1912-1923 : Paul Tanche[5].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1923 1925 Arsène Wemaere[10]    
1925 1929 Abel Baert[10]    
1929 1935 Paul Wemaere URD Agriculteur,
Conseiller général du Canton de Bergues de 1931 à 1940[11].
1935 1945 Gaston Desmyttère   Agriculteur.
1945 1953 Raymond Francke    
1953 1955 André David    
1955 1959 Edouard Wemaere   Agriculteur.
1959 1971 Raymond Best    
1971 1983 Emile Cabaret   Comptable.
1983 1984 André Vandenbroucke    
1984 1989 Emile Cabaret   Comptable.
1989 mars 2001 Claude Cornelis PS Conseiller général du Canton de Bergues de 1998 à 2004[12].
En cours Jean-Luc Darcourt PS Conseiller communautaire à la Communauté urbaine de Dunkerque depuis 2001[13].
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administrativesModifier

Politique environnementaleModifier

JumelagesModifier

MINSTER - Royaume Uni

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[15].

En 2016, la commune comptait 2 296 habitants[Note 1], en diminution de 6,97 % par rapport à 2011 (Nord : +0,95 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
404453469540613696798833850
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8649221 0051 0521 1001 1591 1621 1461 227
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1641 2061 2061 1591 1531 1371 0928281 033
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 0491 0481 1782 5622 6562 6772 5002 4972 321
2016 - - - - - - - -
2 296--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

Pyramide des âges à Armbouts-Cappel en 2007 en pourcentage[18].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90 ans ou +
0,3 
2,6 
75 à 89 ans
3,8 
9,6 
60 à 74 ans
8,5 
27,3 
45 à 59 ans
28,8 
22,3 
30 à 44 ans
23,7 
17,8 
15 à 29 ans
16,0 
20,3 
0 à 14 ans
19,0 
Pyramide des âges du département du Nord en 2010 en pourcentage[19].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,0 
75 à 89 ans
8,7 
11,5 
60 à 74 ans
12,7 
19,5 
45 à 59 ans
19,3 
20,5 
30 à 44 ans
19,4 
21,9 
15 à 29 ans
20,3 
21,4 
0 à 14 ans
18,9 

SantéModifier

EnseignementModifier

Armbouts-Cappel fait partie de l'académie de Lille.

SportsModifier

Le ministère des sports a décompté 22 équipements sportifs sur le territoire de la commune en 2013[20]. On y trouve notamment le club de football de l'U.S.F.A.C

MédiaModifier

CultesModifier

ÉconomieModifier

Culture et patrimoineModifier

Les fêtes communales ont lieu le 2e dimanche avant la Pentecôte et le dimanche précédant le 14 juillet[1].

Lieux et monumentsModifier

  • La tombe du Baron Coppens au cimetière communal (le Baron Laurent Coppens fut maire de Steene en 1790).

Personnalités liées à la communeModifier

  • Jules Nempon, (1890-1974), cycliste sur route français ayant participé à huit reprises au Tour de France, est né dans la commune.
  • Jean Neuville, symbole de la résistance durant la Seconde Guerre Mondiale.[réf. nécessaire]
  • Victor Engrand, écrivain juif réfugié chez monsieur Jean Neuville de 1941 à 1943 d'où il correspondait avec Hannah Arendt.[réf. nécessaire]
  • Grégoire Kedziora, personnalité politique qui aura permis à la ville de se développer et d'acquérir une certaine reconnaissance locale dans les années 1960.

HéraldiqueModifier

Les armes d'Armbouts-Cappel se blasonnent ainsi : « D'hermines au chevron de sable. »

FolkloreModifier

 
Bienaimé en parade à Ham (Somme) en 2007.

MédiathèqueModifier

Construite en 2007, la médiathèque Le Petit Prince se situe au cœur du village. Aménagée sur 400 m², elle dispose d'un fonds de 8 500 livres adulte et jeunesse, 14 revues, plus de 1 600 CD et environ un millier de DVD.

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a b et c Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Arrondissement de Dunkerque 1979
  2. Dans une charte qui indiquait les us et coutumes de la châtellenie de Bergues.
  3. Dominique Drapie / Généalogie et histoire du Dunkerquois / G.H.Dk.
  4. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  5. a b c d e f g h et i « Historique | Village Armbouts-Cappel 59380 Nord », sur www.armbouts-cappel.fr (consulté le 26 juillet 2017)
  6. Louis de Baecker, Recherches historiques sur la ville de Bergues (lire en ligne), p. 83 et 87
  7. Commandant lévy, La défense nationale dans le Nord en 1793, Dunkerque, (lire en ligne), p. 247
  8. Annuaires Ravet Anceau Département du Nord Années 1895 et 1896
  9. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Année 1905
  10. a et b Mairie d'Armbouts Cappel
  11. http://www.politiquemania.com/forum/histoire-elections-f33/historique-des-elections-cantonales-t1737-10.html
  12. http://www.lesbiographies.com/#/Biographie/CORNELIS-Claude,82373
  13. http://www.communaute-urbaine-dunkerque.fr/fr/institution/organisation-politique/le-conseil-communautaire/index.html
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  18. « Evolution et structure de la population à Armbouts-Cappel en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 juillet 2010)
  19. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 mai 2014)
  20. « Recensement des équipements sportifs, espace et sites de pratiques - détail par communes - », sur Site ministériel du recensement des équipements sportifs (consulté le 2 février 2014)