Simon Abkarian

acteur français
Simon Abkarian
Description de cette image, également commentée ci-après
Simon Abkarian au Festival de Cannes 2019.
Naissance (60 ans)
Gonesse, Val-d'Oise, France
Nationalité Drapeau de la FranceFrançaise
Profession Acteur, dramaturge, metteur en scène
Films notables Casino Royale
Ni pour ni contre (bien au contraire)
J'irai au paradis car l'enfer est ici
Aram
L'Armée du crime
Une histoire de fou

Simon Abkarian, né le à Gonesse (Val-d'Oise), est un acteur, dramaturge et metteur en scène français, d'origine arménienne.[réf. nécessaire]

BiographieModifier

Après une enfance passée au Liban, Simon Abkarian se rend à Los Angeles et y intègre une compagnie théâtrale arménienne dirigée par Gérald Papasian. De retour à Paris en 1985, il suit des cours d'acteurs sous l'enseignement de Robert Cordier. Puis il entre au Théâtre du Soleil d'Ariane Mnouchkine et joue, entre autres, dans L'Histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk, Roi du Cambodge d'Hélène Cixous et dans les pièces du cycle des Atrides, dont Iphigénie à Aulis d'Euripide ou encore Les Euménides d'Eschyle[1].

La consécration, au théâtre, vient en 2001 avec Une bête sur la Lune de Richard Kalinoski, dans une mise en scène d'Irina Brook, pièce relatant la vie d'un rescapé du génocide arménien, qui lui vaut le Molière du meilleur comédien[1]. En 2004, au Festival international du film de Thessalonique 2004, il obtient le prix du meilleur acteur pour Prendre femme, premier volet d'une trilogie de Shlomi et Ronit Elkabetz, avec Les Sept Jours et Gett, le procès de Viviane Amsalem, trilogie dans laquelle il occupe une place importante aux côtés de Ronit Elkabetz.

Ses premiers rôles au cinéma lui sont proposés par Cédric Klapisch, qui l'engage sur les tournages de Ce qui me meut (1989), Poisson rouge (1994) et Chacun cherche son chat (1996)[1]. Les deux artistes collaborent à nouveau sur Ni pour ni contre (bien au contraire) en 2003. En évoquant cette dernière prestation, la réalisatrice Marie Pascale Osterrieth, qui le dirige en 2004 aux côtés de Michèle Bernier dans Le Démon de midi, dit de lui : « Il incarnait plutôt un salaud tout au long du film, puis à la fin, juste avant d'être tué, dans son dernier regard, on découvrait soudain une humanité, tellement de choses, qu'il en devenait bouleversant » (dossier de presse).

 
Simon Abkarian en 1997.

Son regard sombre, sa stature et plus généralement tout son physique lui permettent par ailleurs de jouer les mauvais garçons dans J'irai au paradis car l'enfer est ici (1997), les repris de justice dans Dans tes rêves (2005), les caïds dans Les Mauvais Joueurs (2005) et les méchants dans le James Bond de Martin Campbell, Casino Royale (2006)[2].

Prenant fait et cause pour l'Arménie, Simon Abkarian manifeste son soutien à la culture de ce pays de ses aïeux en s'illustrant en 2002 dans Ararat d'Atom Egoyan et en 2005 dans Aram de Robert Kéchichian[2]. Remarqué par Michel Deville, ce dernier lui offre l'un des rôles principaux d'Un monde presque paisible, une comédie dramatique ayant pour cadre un atelier de confection tenu par des rescapés de l'Holocauste dans l'immédiat après-guerre.

Son charisme lui vaut également d'incarner, tour à tour, Mehdi Ben Barka, le célèbre opposant marocain dans J'ai vu tuer Ben Barka en 2005[2], puis son farouche ennemi le général Oufkir dans L'Affaire Ben Barka en 2007.

 
Simon Abkarian en 2010.

En 2007, il joue le personnage de Dariush Bakhshi, un consul iranien, dans plusieurs épisodes de la saison 6 de la série britannique MI-5 (Spooks).

En 2009, il incarne Nadir Zainoun, patron de boite de nuit, dans la série produite par Canal+, Pigalle, la nuit[3]. La série, ainsi que son interprétation reçoivent un très bon accueil critique[4].

La même année sort L'Armée du crime, film qui retrace le parcours des Francs-tireurs et partisans - Main-d'œuvre immigrée (FTP-MOI), dans lequel il joue le rôle de leur dirigeant Missak Manouchian[2].

En 2012, il est également très remarqué pour sa prestation du colonel Ammanulah dans la série Kaboul Kitchen[3].

En 2020, sa pièce Électre des bas-fonds[5] remporte 3 Molières : Molière du théâtre public, le Molière de l'auteur francophone vivant et le Molière du metteur en scène d'un spectacle de théâtre public[6].

Il est le mari de la comédienne et metteuse en scène Catherine Schaub-Abkarian[3].

Prises de positionModifier

Il signe en , parmi 1 400 personnalités du monde de la culture, la tribune « Nous ne sommes pas dupes ! », publiée dans le journal Libération, pour soutenir le mouvement des Gilets jaunes et affirmant que « Les gilets jaunes, c'est nous »[7].

En octobre 2022, il adresse une tribune à Ursula von der Leyen, alors présidente de la commission européenne, diffusée par Le Figaro. Il s'indigne du manque de réaction européenne face à l'offensive militaire de l'Azerbaïdjan en Arménie et des violences et mutilations commise par des soldats azéris durant ce conflit armé. Pour lui, ce silence serait lié au contrat conclut en juillet 2022 entre l'Union européenne et l'Azerbaïdjan qui prévoit de doubler les importations de gaz en direction du continent européen.[8]

FilmographieModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

DoublageModifier

Films d'animation

ThéâtreModifier

ComédienModifier

Metteur en scèneModifier

Metteur en scène et auteurModifier

DistinctionsModifier

DécorationModifier

RécompensesModifier

NominationModifier

PublicationsModifier

  • 2009 : Pénélope, Ô Pénélope, Actes Sud-Papiers, 2009
  • 2012 : Ménélas rapsodie, Actes Sud-Papiers, 2012
  • 2014 : Le Dernier Jour du jeûne, Actes Sud-Papiers, 2014
  • 2017 : L’Envol des cigognes, Actes Sud-Papiers, 2017
  • 2019 : Électre des bas-fonds, Actes Sud-Papiers, 2019

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « La biographie de Simon Abkarian », sur Gala.fr (consulté le )
  2. a b c et d « Simon Abkarian : c'est l'histoire d'un (beau) mec », Télérama.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. a b et c « Simon Abkarian, le gangster auteur de tragédie », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « Extraordinaire Simon Abkarian », peut-on, par exemple, lire dans le Gala du 14 décembre 2009.
  5. « Electre des bas fonds : article avec interview vidéo de Simon Abkarian », sur Blog Théâtre M La Scène,
  6. Aux "Molières 2020", Simon Abkarian et "Électre des bas-fonds" trois fois récompensés, sur huffingtonpost.fr, consulté le 24 juin 2020
  7. Des personnalités du monde de la culture, « Gilets jaunes : nous ne sommes pas dupes  ! », Libération, (consulté le )
  8. Simon Abkarian, «Madame Ursula von der Leyen, le gaz de Bakou justifie-t-il de se taire face à l’horreur?», Figaro, (consulté le )
  9. Arrêté du 12 mai 2021 portant nomination et promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :