Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Waterworld (homonymie).
Waterworld
Titre québécois Un monde sans terre
Réalisation Kevin Reynolds
Scénario Peter Rader
David Twohy
Acteurs principaux
Sociétés de production Universal Pictures
Gordon Company
Davis Entertainment
Licht/Mueller Film Corporation
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Action
Science-fiction post-apocalyptique
Durée 136 min
176 min (version longue)
Sortie 1995

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Waterworld ou Un monde sans terre au Québec, est un film américain réalisé par Kevin Reynolds, sorti en 1995.

SynopsisModifier

Dans un avenir lointain, à la suite du réchauffement climatique ayant causé la fonte des glaces, la Terre est totalement recouverte d'eau par une immense et haute inondation. L'humanité vit désormais sur des atolls artificiels. Cependant, une légende circule : celle de Dryland, qui serait l'unique terre encore émergée. Un mutant mi humain et mi poisson, accompagné par une jeune femme et une petite fille, vont partir retrouver Dryland. Ils affrontent et se confrontent à des pirates sanguinaires, nommés les Smokers et dirigés par le diacre qui est un barbare sanguinaire.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

TournageModifier

Le film est surtout connu pour son tournage chaotique. Le coût du film serait proche des 200 millions $, le double des estimations. La production subit donc un tournage plus long que prévu, des divergences artistiques entre Kevin Costner et Kevin Reynolds, les contraintes nombreuses du tournage en atoll artificiel à Kawaihae, des réécritures du scénario, le divorce de Kevin Costner, le mal de mer de Kevin Reynolds et le choix tardif de l'acteur interprétant le Diacre, en cours de tournage[2],[3].

AccueilModifier

Avec son budget de 175 millions de dollars, ce film disposait d'un des plus gros budgets du cinéma à sa sortie mais les recettes d'exploitation, quoique décevantes, permirent au film de rentrer dans ses frais. On compta aussi sur les marchés étrangers, l'exploitation vidéo et le merchandising, ce qu'on rapprocha avec le destin de Last Action Hero, sorti deux ans plus tôt[2]. Le film est ainsi surnommé dans le milieu Fishtar et Kevin's Gate, faisant respectivement référence aux fiascos Ishtar et La Porte du paradis (Heaven's Gate)[4].

La critique apprécie peu le film, lui reprochant de reprendre les mêmes enjeux que Mad Max.

Version longueModifier

À noterModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  2. a et b « Waterworld sauvé des eaux », sur Libération,
  3. V. Le Monde, 2 août 1995, Le tournage-catastrophe du « film le plus cher du monde » et dans la même édition Le spectaculaire naufrage de « Waterworld »
  4. « Big budget films depend on audience for success », sur CNN Showbiz,
  5. V. http://www.cata-lagoon.com/ch_waterworld_fr.php

Liens externesModifier