Ouvrir le menu principal

Scénario

œuvre rédigée par les scénaristes pour un film ou un programme télévisé
(Redirigé depuis Scénario (film))
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Scénario (homonymie).

Un scénario (de l'italien scenario prononcé : [ʃeˈnaːrjo]), appelé également continuité dialoguée, est le document écrit par un ou plusieurs scénaristes qui permet la mise en production et la réalisation d'une œuvre audiovisuelle qu'elle soit un long-métrage de cinéma, un "unitaire TV", un épisode de série télévisée, un documentaire, un court-métrage, un clip, une publicité, ou autre.

Dans la fabrication d'un film, le scénario est le document produit lors de l'étape finale du développement du projet. Cette étape suit le travail sur des pitches, synopsis, séquenciers, traitements et précède la mise en production du projet (qui comprendra la pré-production, la réalisation et la post-production).

L'écriture scénaristique se caractérise principalement par la présentation toujours au présent de faits visuels ou visibles (comme certains sentiments) et auditifs (bruits, dialogues). Le scénario se présente traditionnellement sur du papier A4, rédigé au recto seulement et se distingue de toute autre forme d'écriture par le fait que, par convention, une page représente en moyenne une minute de film. Par rapport à l'écriture théâtrale dont elle se rapproche, l'écriture scénaristique fait une part plus importante à l'image, aux descriptions (appelées aussi didascalies) et une part en général moins importante au dialogue.

De par sa forme brève, un scénario est censé suggérer plus que décrire ce qu'on verra et entendra dans l'œuvre filmée.

Le ou les scénaristes, ainsi que les éventuels dialoguistes, font partie des auteurs des films, avec le ou les réalisateurs, et l'auteur de la Bande musicale originale. Selon la loi française, ils touchent leur part de droits d'auteur, versés par l'une des trois sociétés de répartition (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique, pour les clips ou la publicité, Société civile des auteurs multimédia pour les documentaires, Société des auteurs et compositeurs dramatiques pour les fictions). Selon le droit du copyright américain et ses variantes, seul le contrat passé avec la société qui assure la production du film permet aux divers scénaristes de toucher des royalties provenant de l'exploitation de l'œuvre, et ce droit permet même au producteur d'acquérir le scénario dont sa société sera alors propriétaire des futures royalties, moyennant un rachat forfaitaire à la signature du contrat avec le ou les scénaristes impliqués majoritairement dans la création du scénario.

Sommaire

ÉtymologieModifier

De l’italien scenario (pluriel : scenari) « décor théâtral », mais aussi « canevas de mise en scène », terme utilisé d'abord par la Commedia dell'Arte.

Aujourd'hui passé dans la langue française, le mot scénario prend un accent aigu et a pour pluriel scénarios[1].

Les divers manuscritsModifier

Depuis l'invention du cinéma, une quinzaine de types de documents ont vu le jour, s'adaptant chaque fois aux besoins techniques (extérieurs, cinéma parlant, effets spéciaux) et artistiques d'une époque (plan-séquence, improvisation, chorégraphie, montage-séquence, etc.). Les formes de documents actuelles, notamment dans la mise en forme typographique, ont été fixées dans les années 1950, et sont tenues de façon scrupuleuse dans les milieux anglophones du cinéma et dans certaines formes contraignantes (dessins animés, films à truquages numériques), mais sont en général moins respectées en Europe. L'important demeure que le scénario soit compréhensible pour chaque intervenant du film.

Une fois accepté et mis en production, le scénario devient le document de référence pour les différents corps de métier impliqués dans l'élaboration du film.

Présentation et mise en formeModifier

Les conventions sur la mise en forme du document, quoique permissives en Europe, respectent un standard :

 
Exemple d'un scénario, montrant dialogues et actions.
  • la page de garde doit afficher le titre du projet en gros au milieu et le nom et les coordonnés du ou des scénaristes en bas à gauche.
  • la police de caractère doit être du Times New Roman ou du Courrier New;
  • la taille de la police doit être de 12 à 14 points,
  • l'interlignage standard (simple), par défaut sur les logiciels de traitement de texte,
  • les titres des séquences doivent être écrits en majuscule,
  • les titres des séquences doivent commencer par les indications de spacialisation "EXT" ou "INT" (décor en extérieur ou en intérieur), puis du lieu de tournage,
  • si nécessaire à la compréhension de la scène, les titres de séquences doivent comporter les indications de temps relatif et de lumière : "JOUR", "SOIR" ou "NUIT".
  • la numérotation des séquences, ainsi que le rappel du numéro de séquence en cours en haut de la page, si elle a commencé sur la page précédente fait partie de la convention, même si pour les courts-métrage ce n'est pas toujours nécessaire.
  • la description de la scène ou didascalie doit contenir l'essentiel et mentionner les détails importants tel que les accessoires indispensables à la séquence,
  • le nom des personnages qui participent aux dialogues d'une scène doivent être écrits en majuscule,
  • le bloc des dialogues doit être en retrait à gauche et à droite d'au moins 3 cm,
  • le nom des personnages en majuscule et en gras aligné à gauche des dialogues ou au centre,
  • les mots que les personnages crient ou mettent en valeur doivent être en majuscule,
  • les indications scéniques relatives à la réplique de dialogue (ton, geste, attitude) se situe sous le nom du personnage entre parenthèse et en italique,
  • le numéro des pages, en général en haut vers le bord, est indispensable.

D'autres informations peuvent faciliter la lecture et la compréhension du projet fini:

  • les indications de transition d'une scène à l'autre ("fondu", "fondu au noir", "fondu au blanc", "cut"),
  • le type de séquence (flashback, flashforward, rêve, montage-sequence, séquence musicale, etc.),
  • les indications sonores inhabituelles (hors dialogues).

Cette forme de présentation permet d'estimer la durée de l'œuvre à raison d'une page pour environ une minute de film au final.

À noter que pour les scénarios imprimés et adressés aux producteurs américains ou canadiens, la reliure à spirale ou à vis est obligatoire, et implique le fait de n'imprimer que des pages de droite sans verso.

Aide logicielle à l'écriture de scénarioModifier

Il existe des solutions logicielles pour rédiger en respectant les conventions : des feuilles de styles et des fichiers de paramètres pour des traitements de texte, des logiciels propriétaires (généralement payants) et des serveurs de travail collaboratif utilisant un navigateur web comme CeltX.

Article détaillé : Logiciel d'écriture de scénario.

BibliographieModifier

Ouvrages
Articles
  • Jacqueline Viswanathan, « Action. Les passages narrativo-descriptifs du scénario », Cinémas : revue d'études cinématographiques, vol. 2, no 1, 1991, pp. 7-26. [lire en ligne] [PDF]

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Autres documents relatifs à la production d'un filmModifier

Prix de scénario