Logiciel de traitement de texte

Un logiciel de traitement de texte permet d'utiliser un ordinateur pour rédiger, corriger et imprimer des documents écrits tels que des lettres, des articles de presse, des factures, des contrats ou de la publicité. Le traitement de texte est une des applications les plus populaires. Dans sa forme la plus simple, un programme permet de faire exactement ce qui est fait avec une machine à écrire. Des programmes plus sophistiqués permettent d'ajouter des photos ou des dessins, ainsi que modifier la taille et l'apparence des caractères et vérifier l'orthographe. Les documents ainsi créés peuvent ensuite être imprimés autant de fois que nécessaire.

Écran du traitement de texte OpenOffice.org Writer.
Écran du traitement de texte KWord.

Les formes de logicielsModifier

Éditeur de texteModifier

Un éditeur de texte est un logiciel qui permet de saisir et modifier interactivement des textes. En général, possède peu ou pas de fonctions de mise en forme. Différents codages (par exemple en ASCII ou en Unicode) peuvent être utilisés pour convertir les signaux émis par les touches du clavier, en unités binaires représentant des caractères, qui sont ensuite affichés ou imprimés sous la forme de caractères d'imprimerie.

Traitement de texte interactifModifier

Un traitement de texte interactif permet de contrôler, de manière interactive à travers une Interface Homme-machine, la mise en forme d'un ensemble de textes (pouvant contenir des images) en un document (par exemple un CV, un rapport de thèse, un courrier, un périodique) ; certains de ces éditeurs sont dits WYSIWYG : le logiciel permet de travailler sur une représentation à l'écran du document identique à son aspect final ; c'est la forme la plus utilisée en bureautique. Les traitements de texte modernes utilisent généralement les alphabets et autres caractères couverts par Unicode.

Le marché en 2006Modifier

En 2006, dans le monde économique, en France, la référence du marché est Microsoft Word, logiciel dont l'utilisation est réglementée par Microsoft. En 2006, dans le domaine des logiciels dont l'utilisation et la distribution sont libres, la référence est OpenOffice.org Writer dont des versions enrichies existent. En 2007, en France, dans les sphères de l'État, de la politique, et des administrations publiques, les logiciels de référence sont OpenOffice.org Writer et Microsoft Word.

Principales fonctionnalitésModifier

Un logiciel de traitement de texte doit avant tout :

  • à partir d'une chaîne de caractères constamment modifiable, produire des lignes correctes au point de vue typographique : pas de coupures intempestives (avant un signe de ponctuation, au milieu d'un nombre, etc.) et césure éventuelle des mots ;
  • assembler les lignes en écrans ou pages, en respectant les règles de la typographie (pas de titre isolé en bas de page, par exemple) ;
  • libérer le rédacteur de l'aspect visuel du document : le rédacteur s'exprime avec son langage et le logiciel le traduit par une mise en relief du texte qui le rend très facilement utilisable par les lecteurs.

La responsabilité du résultat final est partagée entre l'utilisateur et le logiciel. Par exemple :

  • la distinction entre le blanc séparateur de mots et le blanc dans un mot, doit souvent encore être faite, ou au moins contrôlée, par le rédacteur : espace normale ou espace insécable ;
  • le rédacteur exprime ce qu'il rédige avec des styles, dont le nom a un sens pour lui, et le logiciel doit assurer automatiquement la mise en page et les fonctions annexes pour faciliter l'exploitation du document, notamment, par ses lecteurs.

En 2007, les principales fonctionnalités attendues d'un bon traitement de texte professionnel sont, de manière non exhaustive :

  • l'interopérabilité avec d'autres traitements de texte (formats de fichiers normalisés) ;
  • la possibilité d'exporter un texte mis en forme imprimé (format d'échange comme le PDF, impression) ;
  • la gestion de méta-informations telle que des mots-clefs, les auteurs et les titres ;
  • l'édition interactive (copier, coller, couper, recherche, annulation, navigation) ;
  • un affichage paramétrable (règle, barre d'outils, présentation de plusieurs parties de documents dans des fenêtres distinctes) ;
  • la possibilité de gérer des champs variant avec le reste du document (Index, Table des matières, calculs numériques) ;
  • contenus non conventionnels, qui ne sont pas du texte (images, formules mathématiques, tableaux; greffons; diagrammes), dans un format interopérable ;
  • la possibilité de formater le texte et de créer des styles interdépendants. Nous entendons par là :
    • formatage de caractères (police de caractère, couleurs, soulignage, hyperliens, ... ) ;
    • formatage de paragraphes (retraits, espacements, alignement/justification, numérotation automatique, ... ) ;
    • formatage de la mise en page (marges, taille, orientation, ... ) ;
    • formatage de zones de texte (position, bordure, ... ) ;
  • un correcteur orthographique et grammatical ;
  • gestion des révisions ;
  • programmation de macro-commandes, éventuellement agrémentées d'une interface graphique, dans un langage de haut niveau ;
  • gestion des caractères ASCII puis Unicode, y compris le texte bi-directionnel.
Les stylesModifier

Un style est une mise en forme de texte destinée à être appliquée à plusieurs endroits. La modification du style change la mise en forme pour tous les paragraphes ou portions de texte utilisant ce style.

Si tout le paragraphe ou, plus évident encore, plusieurs paragraphes utilisent une même mise en forme, mieux vaut utiliser un style.

Les styles permettent de séparer le fond de la forme. Lorsque l'on indique que le texte est de style « Titre n », on indique la fonction du texte sans indiquer la manière dont il sera mis en forme ; celle-ci est définie dans la boîte de dialogue de gestion des styles. Ainsi, pour les titres de chapitre ou de section, il est recommandé d'utiliser les styles Titre 1, Titre 2, … ce qui permettra de construire la table des matières automatiquement. Un utilisateur peut définir ses propres styles, par exemple créer un style « Patronyme » pour les noms de famille (qui, en typographie française, figurent en petites capitales), ou « Programme » pour les noms de logiciel.

En outre, l'utilisateur peut rechercher tous les éléments de texte d'un style donné, par exemple pour en faire une liste (ceci peut être automatisé par une macro-instruction).

Le nom de « style » désignait une mise en forme cataloguée lorsque le texte était transcrit du manuscrit à la dactylographie ou à la typographie. Depuis que les auteurs utilisent le traitement de texte pour rédiger, le style est devenu le langage de commande de l'auteur pour indiquer à la machine ce qu'il fait. Le style est la manière fiable de baliser les documents pour automatiser la mise en page et autoriser de nombreux traitements sur les documents. C'est l'interface entre l'auteur et les systèmes automatiques. Pour faciliter les communications entre auteurs et l'interopérabilité des systèmes automatiques, la normalisation de la terminologie des styles devient essentielle.

ChampsModifier

Un champ est un texte généré automatiquement. Les exemples typiques sont la table des matières, générée à partir des titres de chapitre et de section, l'index, généré à partir d'« entrées » que l'on insère et qui sont elles-mêmes des champs, le numéro de page, le nom du chapitre courant, des valeurs alphanumériques calculées en fonction de ce qui précède, ...

Traitement de texte automatiqueModifier

Un traitement de texte automatique est un logiciel permettant de traiter automatiquement du texte ; en d'autres termes, c'est un compilateur pour un langage de mise en forme de textes : l'utilisateur utilise un éditeur de texte standard et compose un document (source) en utilisant un balisage sémantique, et dans un deuxième temps, le compilateur produit le document sous sa forme imprimable, ou consommable ; le compilateur combine le balisage sémantique (par exemple : descriptions en sections, blocs ou encore citation) avec une feuille de style pour produire la forme consommable du document. Cette forme est préférée pour tout ce qui concerne l'édition technique, et, a fortiori, lorsqu'interviennent des chaînes complètes de sous-traitants, afin de garantir une homogénéité de présentation à chaque niveau, en fonction des choix de chacun (voir SGML). Un exemple de ce type de logiciel est TeX, dont le point fort est notamment la mise en page de documents scientifiques avec des formules mathématiques, mais qui permet, grâce à ses nombreux « paquets », de mettre en page un grand nombre de documents variés.

Correcteur orthographiqueModifier

Les correcteurs orthographiques et un langage comme perl ou awk ont été considérés comme des logiciels de traitement de texte.

Langages de description de documentsModifier

Liste de logiciels de traitement de texteModifier

Anciens logiciels de traitements de texte (non WYSIWYG)Modifier

Systèmes de traitement de texte célèbresModifier

Le système Wang acquit une très grande popularité dans les années 1970 pour trois raisons principales : l'excellente ergonomie de ses polices à l'écran (bien que celles-ci soient à chasse fixe) ; l'usage intelligent de la double brillance, puis de l'inversion vidéo ; et finalement pour un système de recherche qui s'exécute au fur et à mesure de la frappe des caractères de la chaîne cherchée, déplaçant le curseur dans le texte et mettant en double brillance la première chaîne répondant au critère. Ce système assurait un important gain de temps, par le travail en temps masqué et l'absence de lettre superflus à taper qu'il proposait. Il faisait alors l'objet d'un brevet Wang, mais s'inscrit depuis dans le domaine public.

Logiciels de traitements de texte WYSIWYGModifier

Application Gratuit Logiciel libre Environnement Commentaire
AbiWord   Oui   Oui Linux
Adobe FrameMaker   Non   Non Microsoft Windows
(Anciennes versions compatibles avec Mac OS et Solaris)
Adobe InCopy   Non   Non Mac OS X et Microsoft Windows
Apache OpenOffice Writer   Oui   Oui Linux, Mac OS X et Microsoft Windows Successeur d'OpenOffice.org Writer et StarOffice Writer
AppleWorks   Non   Non Mac OS et Microsoft Windows Successeur de ClarisWorks
Atlantis   Non   Non Microsoft Windows
IBM Lotus Notes   Non   Non Linux, Mac OS X et Microsoft Windows
IBM Lotus Symphony   Oui   Non Linux, Mac OS X et Microsoft Windows
KWord   Oui   Oui Linux Inclus dans KOffice
LibreOffice Writer   Oui   Oui Linux, Mac OS X et Microsoft Windows
Lotus Word Pro   Non   Non Microsoft Windows Inclus dans Lotus SmartSuite
MacWrite   Non   Non Mac OS
Microsoft Word   Non   Non Mac OS X et Microsoft Windows Inclus dans Microsoft Office
Microsoft Works   Non   Non Microsoft Windows
NeoOffice Writer   Oui   Oui Mac OS X
Pages   Oui   Non Mac OS X et iOS Inclus dans iWork
PomDoc [1]   Oui   Non Microsoft Windows, Mac OS X, Linux, Android et iOS | Inclus dans ediTeam
QuarkCopyDesk (en)   Non   Non Mac OS X et Microsoft Windows
Quickoffice (en)   Oui   Non Android et iOS
Quip   Non   Non Cloud computing, part de la suite d'outils Quip
SimpleText   Non   Non Mac OS Inclus dans Mac OS
StarWriter   Non   Non Linux, Mac OS, Microsoft Windows, MS-DOS et Solaris Prédécesseur d'OpenOffice.org Writer et StarOffice Writer, inclus dans StarOffice
TextEdit   Non   Oui Mac OS X et NeXTSTEP Inclus dans Mac OS X et NeXTSTEP
TextMaker (en)   Non   Non Linux, Microsoft Windows, Windows Mobile, Windows CE, et Android Inclus dans SoftMaker Office (en)
WordPad   Non   Non Microsoft Windows Inclus dans Microsoft Windows
WordPerfect   Non   Non Microsoft Windows Inclus dans WordPerfect Office
Words   Oui   Oui Linux Inclus dans Calligra Suite

Des logiciels de PAO comme Scribus, Adobe InDesign et QuarkXPress peuvent aussi servir pour le traitement de texte.

Logiciels de traitements de texte WYSIWYMModifier

Notes et référencesModifier

Articles connexesModifier