Ouvrir le menu principal
Article général Pour un article plus général, voir Athlétisme aux Jeux olympiques.
Saut en longueur aux Jeux olympiques
Description de cette image, également commentée ci-après
Bob Beamon, champion olympique en 1968 à Mexico.
Généralités
Sport Athlétisme
Saut en longueur
Organisateur(s) CIO
Éditions 28e en 2016
Catégorie Jeux olympiques

Palmarès
Tenant du titre Jeff Henderson (2016)
Tianna Bartoletta (2016)
Plus titré(s) Carl Lewis (4)
Heike Drechsler (2)
Records Bob Beamon (8,90 m, 1968)
Jackie Joyner-Kersee (7,40 m, 1988)

Le saut en longueur masculin figure au programme des Jeux olympiques depuis la première édition, en 1896 à Athènes. Les femmes participent à cette épreuve depuis les Jeux de 1948, à Londres.

Avec quatre médailles d'or, remportées consécutivement de 1984 à 1996, l'Américain Carl Lewis est l'athlète masculin le plus titré dans cette épreuve. L'Allemande Heike Drechsler détient quant à elle le record de victoires chez les femmes avec deux titres.

Les records olympiques de la discipline sont actuellement détenus par l'Américain Bob Beamon, auteur de 8,90 m en finale des Jeux olympiques de 1968, à Mexico[1], et par l'Américaine Jackie Joyner-Kersee, créditée de 7,40 m lors des Jeux olympiques de 1988, à Séoul[2].

Sommaire

ÉditionsModifier

Années 96 00 04 08 12 20 24 28 32 36 48 52 56 60 64 68 72 76 80 84 88 92 96 00 04 08 12 16 Total
Hommes X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X 28
Femmes X X X X X X X X X X X X X X X X X X 18

HommesModifier

HistoriqueModifier

1896-1912Modifier

 
Concours du saut en longueur aux Jeux olympiques de 1904.

Le saut en longueur fait partie des douze épreuves d'athlétisme au programme des premiers Jeux olympiques de l'ère moderne disputés en 1896 au Stade panathénaïque d'Athènes. L'Américain Ellery Clark s'impose avec un saut à 6,35 m, devant ses deux compatriotes Robert Garrett et James Connolly.

Quatre ans plus tard, à la Croix-Catelan de Paris, l'Américain Alvin Kraenzlein s'adjuge le titre des Jeux olympiques de 1900 en franchissant 7,18 m, devant son compatriote Meyer Prinstein qui après avoir réalisé le meilleur saut des qualifications, décide ne ne pas participer à la finale se déroulant un dimanche, conformément à ses convictions religieuses[3].

Meyer Prinstein prend sa revanche lors des Jeux olympiques de 1904, à Saint-Louis, en terminant premier du concours avec un saut à 7,34 m, devançant ses deux compatriotes Daniel Frank et Robert Stangland.

En 1908, lors des Jeux olympiques de Londres, la victoire revient à l'Américain Frank Irons qui bat le record olympique avec 7,48 m, devançant son compatriote Daniel Kelly et le Canadien Calvin Bricker.

Lors des Jeux olympiques de 1912, à Stockholm, l'Américain Albert Gutterson s'adjuge le titre olympique après avoir réalisé son meilleur saut de 7,60 m (record olympique) lors des qualifications. Calvin Bricker, troisième en 1908, se classe deuxième du concours, le Suédois Georg Åberg prenant la troisième place[4].

De 1900 à 1912, se déroulent par ailleurs les épreuves de saut en longueur sans élan.

1920-1936Modifier

 
Jesse Owens, champion olympique du saut en longueur en 1936, à Berlin

Le Suédois William Pettersson remporte le titre du saut en longueur des Jeux olympiques de 1920 à Anvers, mettant fin à une série de cinq victoires américaines. Il s'impose avec la marque modeste de 7,15 m, devant l'Américain Carl Johnson (7,09 m) et l'autre suédois Erik Abrahamsson (7,08 m). L'Américain Dink Templeton, champion olympique de rugby à XV cette même année, se classe quatrième de l'épreuve.

Lors des Jeux olympiques de 1924 au Stade de Colombes, l'Américain DeHart Hubbard s'adjuge le titre olympique avec 7,44 m, devant son compatriote Edward Gourdin, ancien détenteur du record du monde avant que l'autre américain Robert LeGendre ne l'améliore la veille lors de ces mêmes Jeux, mais dans l'épreuve du pentathlon[5]. Le Norvégien Sverre Hansen termine troisième du concours.

Quatre ans plus tard, lors des Jeux olympiques de 1928 à Amsterdam, l'Américain Ed Hamm, qui a amélioré le record du monde quelques jours plus tôt (7,90 m), devient champion olympique avec un saut à 7,73 m, marque effectuée lors des qualifications mais conservée pour la finale. L'Haïtien Silvio Cator termine deuxième avec 7,58 m et l'autre américain Alfred Bates troisième avec 7,40 m.

Aux Jeux olympiques de 1932 à Los Angeles, l'Américain Ed Gordon remporte la finale olympique avec un meilleur saut mesuré à 7,64 m. Il devance son compatriote Lambert Redd (7,60 m) et le Japonais Chūhei Nanbu (7,45 m), alors détenteur du record du monde du saut en longueur et qui sera par ailleurs titré au triple saut lors de ces Jeux olympiques[6].

L'Américain Jesse Owens, premier athlète à franchir la limite des 8 mètres au saut en longueur après son record du monde de 8,13 m établi en 1935, remporte le titre des Jeux olympiques de 1936. Au Stade olympique de Berlin, il s'impose avec un saut à 8,06 m réalisé à son sixième et dernier essai, signant un nouveau record olympique[7]. L'Allemand Luz Long est médaillé d'argent avec 7,87 m et le Japonais Naoto Tajima médaillé de bronze avec 7,74 m. Jesse Owens remportera trois autres médailles d'or lors de ces Jeux (100 m, 200 m et relais 4 × 100 m).

1948-1964Modifier

 
Ralph Boston remporte trois médailles olympiques au saut en longueur, dont le titre en 1960 à Rome.

L'Américain Willie Steele remporte le concours du saut en longueur des Jeux olympiques de 1948 à Londres en réalisant 7,82 m à son premier essai. Il devance l'Australien Theo Bruce, médaillé d'argent avec 7,55 m et l'autre américain Herb Douglas, médaillé de bronze avec 7,54 m[8].

Les Jeux olympiques de 1952 à Helsinki, sont remportés par l'Américain Jerome Biffle qui s'impose avec un saut à 7,57 m réalisé à sa troisième tentative. Son compatriote Meredith Gourdine (7,53 m) et le Hongrois Ödön Földessy (7,30 m) complètent le podium.

En 1956, en finale des Jeux olympiques de 1956 à Melbourne, l'Américain Greg Bell confirme son statut de favori en s'adjugeant le titre olympique dans un concours marqué par un vent violent face aux concurrents soufflant pendant toute la compétition[9]. Bell réalise 7,83 m à son deuxième essai et devance son compatriote John Bennett (7,68 m) et le Finlandais Jorma Valkama (7,48 m).

Lors des Jeux olympiques de 1960 à Rome, la victoire revient à l'Américain Ralph Boston, nouveau détenteur du record du monde vingt-cinq ans après Jesse Owens. Il réalise un saut à 8,12 m à sa troisième tentative (nouveau record olympique), et ne devance que d'un centimètre seulement son compatriote Irvin Roberson qui établit la marque de 8,11 m à son dernier essai. Le Soviétique Igor Ter-Ovanessian, médaillé de bronze, établit un nouveau record d'Europe avec un saut 8,04 m, également à son sixième et dernier essai[10]. L'Allemand Manfred Steinbach, qui bat le record national avec 8,00 m, termine au pied du podium.

Le Britannique Lynn Davies créé la surprise lors des Jeux olympiques de 1964, à Tokyo, en s'imposant, sous la pluie, avec la marque de 8,07 m, établie à son cinquième essai. Le champion olympique Ralph Boston, qui a porté le record mondial à 8,34 m peu avant ces Jeux, s'adjuge la médaille d'argent avec 8,03 m, devant Igor Ter-Ovanessian (7,99 m) qui obtient une nouvelle médaille de bronze dans cette épreuve[11].

1968-1984Modifier

 
Bob Beamon, champion olympique en 1968 à Mexico où il établit un nouveau record du monde du saut en longueur avec 8,90 m (actuel record olympique).

Lors des Jeux olympiques de 1968 à Mexico, l'Américain Bob Beamon réalise dès sa première tentative un saut à 8,90 m et améliore de 55 cm le record du monde co-détenu alors par Ralph Boston et Igor Ter-Ovanessian. Beamon bénéficie de conditions exceptionnelles lors de son saut, l'altitude élevée de la ville de Mexico (2 300 m), la piste d'élan en synthétique, ainsi qu'un vent favorable de 2 m/s[12]. L'Est-allemand Klaus Beer est médaillé d'argent avec 8,19 m et Ralph Boston, qui monte pour la troisième fois consécutive sur le podium après l'or en 1960 et l'argent en 1964, est médaillé de bronze avec un saut à 8,16 m. Ce dernier avait amélioré le record olympique la veille en qualifications avec 8,27 m.

Quatre ans plus tard, lors des Jeux olympiques de 1972 à Munich, la victoire revient à l'Américain Randy Williams qui franchit 8,24 m dès son premier essai, devançant l'Est-allemand Hans Baumgartner (8,18 m) et l'autre américain Arnie Robinson (8,03 m).

Arnie Robinson obtient la consécration mondiale lors des Jeux olympiques de 1976 à Montréal en remportant le concours avec un saut à 8,35 m, réalisé à sa première tentative. Il devance le champion olympique en titre Randy Williams (8,11 m) et l'Est-allemand Frank Wartenberg (8,02 m). Le Français Jacques Rousseau, qui a porté le record national à 8,26 m peu avant ces Jeux[13], termine au pied du podium avec 8,00 m, performance identique au Brésilien João Carlos de Oliveira, cinquième du concours.

Les Jeux olympiques de 1980 à Moscou, marqués par le boycott d'une cinquantaine de nations, dont les États-Unis, sont remportés par l'Est-allemand Lutz Dombrowski qui établit à son cinquième essai un nouveau record d'Europe avec 8,54 m. Il devance son compatriote Frank Paschek (8,21 m) et le Soviétique Valeriy Pidluzhnyy (8,18 m).

L'Américain Carl Lewis, champion du monde l'année précédente à Helsinki, s'adjuge le titre des Jeux olympiques de 1984 en établissant la marque de 8,54 m dès sa première tentative. Lewis, qui remportera trois autres épreuves lors de cette compétition (100 m, 200 m et 4 × 100 m), devance largement l'Australien Gary Honey et l'Italien Giovanni Evangelisti qui réalisent tous deux 8,24 m à leur sixième et dernier essai, les deux athlètes étant départagés au titre de leur deuxième meilleur saut[14].

1988-2004Modifier

 
Carl Lewis remporte quatre titres olympiques consécutifs au saut en longueur, de 1984 à 1996.

Carl Lewis conserve son titre aux Jeux olympiques de 1988, à Séoul, et devient le premier athlète à remporter deux médailles d'or olympiques dans l'épreuve du saut en longueur. Il réalise 8,72 m à son quatrième essai pour devancer ses compatriotes Mike Powell (8,49 m) et Larry Myricks (8,27 m)[15].

Lors des Jeux olympiques de 1992, à Barcelone, et un an après la finale des championnats du monde de Tokyo qui ont vu Mike Powell remporter le titre et établir un nouveau record du monde avec 8,95 m, Carl Lewis parvient à s'imposer face son rival et remporter son troisième titre olympique consécutif. Il réalise la marque de 8,67 m dès sa première tentative, et devance de 3 cm seulement Mike Powell, auteur de 8,64 m à son sixième et dernier essai, qui obtient une nouvelle médaille d'argent. L'autre américain Joe Greene est médaillé de bronze avec 8,34 m.

En 1996, lors des Jeux olympiques d'Atlanta, Carl Lewis remporte son quatrième titre olympique consécutif à la longueur en réalisant 8,50 m à son troisième essai. Le Jamaïcain James Beckford est deuxième avec 8,29 m alors que Joe Greene se classe au troisième rang comme à Barcelone quatre ans plus tôt (8,24 m). Le Français Emmanuel Bangué, en tête de la compétition après les deux premiers sauts, termine au pied du podium (8,19 m)[16].

La finale des Jeux olympiques de 2000, à Sydney, est remporté par le Cubain Iván Pedroso, triple champion du monde en titre, qui prend rapidement la tête du concours dès son deuxième essai avec 8,34 m avant que l'Australien Jai Taurima ne franchisse la même longueur à sa troisième tentative. Le Cubain reprend momentanément la première place du concours avec 8,41 m à son quatrième essai, mais Taurima le devance à nouveau au passage suivant en établissant 8,49 m, nouveau record d'Océanie. Pedroso parvient néanmoins à remporter son premier titre olympique avec un saut à 8,55 m réalisé à son sixième et dernier essai, devenant à l'occasion le premier athlète cubain titré au saut en longueur[17].

L'Américain Dwight Phillips, champion du monde en 2003, remporte le titre des Jeux olympiques de 2004, à Athènes, avec la marque de 8,59 m, réalisée lors de son premier saut, devançant son compatriote John Moffitt (8,47 m) et l'Espagnol Joan Lino Martínez (8,32 m)[18].

Depuis 2008Modifier

 
Greg Rutherford remporte les Jeux olympiques de 2012, à Londres.

Aux Jeux olympiques de 2008, à Pékin, le Panaméen Irving Saladino, champion du monde en 2007, remporte le titre olympique avec un saut à 8,34 m réussi à son quatrième essai, devant le Sud-Africain Godfrey Mokoena (8,24 m) et le Cubain Ibrahim Camejo (8,20 m)[19]. Le Zimbabwéen Ngonidzashe Makusha termine au pied du podium, à un centimètre de Camejo alors que le Cubain Wilfredo Martínez, initialement cinquième de l'épreuve avec 8,19 m, est disqualifié rétroactivement pour dopage[20].

Lors des Jeux olympiques de 2012, le Britannique Greg Rutherford devient le deuxième athlète britannique après Lynn Davies en 1964 a remporter la médaille d'or olympique au saut en longueur[21]. Il s'impose avec la marque de 8,31 m (-0,4 m/s), réussie à son quatrième essai, et devance sur le podium l'Australien Mitchell Watt (8,16 m) et l'Américain Will Claye (8,12 m), également médaillé dans l'épreuve du triple saut. Le Suédois Michel Torneus échoue au pied du podium pour un centimètre[22].

L'Américain Jeff Henderson s'adjuge le titre des Jeux olympiques de 2016, à Rio de Janeiro avec un meilleur saut à 8,38 m, établi à son sixième et dernier essai. Il devance d'un centimètre seulement le Sud-africain Luvo Manyonga qui avait réalisé 8,37 m à sa cinquième tentative (record personnel) et de neuf centimètres le champion olympique en titre et champion du monde 2015 Greg Rutherford, médaillé de bronze avec un saut à 8,29 m. L'américain Jarrion Lawson, auteur de la meilleure performance mondiale de l'année 2016 avec 8,58 m, ne termine que quatrième du concours[23].

PalmarèsModifier

Édition Or Argent Bronze
1896   Ellery Clark (USA)
6,35 m
  Robert Garrett (USA)
6,18 m
  James Connolly (USA)
6,11 m
1900   Alvin Kraenzlein (USA)
7,18 m
  Meyer Prinstein (USA)
7,17 m
  Patrick Leahy (GBR)
6,95 m
1904   Meyer Prinstein (USA)
7,34 m
  Daniel Frank (USA)
6,89 m
  Robert Stangland (USA)
6,88 m
1908   Frank Irons (USA)
7,48 m
  Daniel Kelly (USA)
7,09 m
  Calvin Bricker (CAN)
7,08 m
1912   Albert Gutterson (USA)
7,60 m
  Calvin Bricker (CAN)
7,21 m
  Georg Åberg (SWE)
7,18 m
1920   William Pettersson (SWE)
7,15 m
  Carl Johnson (USA)
7,09 m
  Erik Abrahamsson (SWE)
7,08 m
1924   DeHart Hubbard (USA)
7,44 m
  Ed Gourdin (USA)
7,27 m
  Sverre Hansen (NOR)
7,26 m
1928   Ed Hamm (USA)
7,73 m
  Silvio Cator (HAI)
7,58 m
  Alfred Bates (USA)
7,40 m
1932   Ed Gordon (USA)
7,64 m
  Lambert Redd (USA)
7,60 m
  Chuhei Nambu (JPN)
7,45 m
1936   Jesse Owens (USA)
8,06 m
  Luz Long (GER)
7,87 m
  Naoto Tajima (JPN)
7,74 m
1948   Willie Steele (USA)
7,82 m
  Theo Bruce (AUS)
7,55 m
  Herb Douglas (USA)
7,54 m
1952   Jerome Biffle (USA)
7,57 m
  Meredith Gourdine (AUS)
7,53 m
  Ödön Földessy (HUN)
7,30 m
1956   Greg Bell (USA)
7,83 m
  John Bennett (USA)
7,68 m
  Jorma Valkama (FIN)
7,48 m
1960   Ralph Boston (USA)
8,12 m
  Irvin Roberson (USA)
8,11 m
  Igor Ter-Ovanessian (URS)
8,04 m
1964   Lynn Davies (GBR)
8,07 m
  Ralph Boston (USA)
8,03 m
  Igor Ter-Ovanessian (URS)
7,99 m
1968   Bob Beamon (USA)
8,90 m
  Klaus Beer (GDR)
8,19 m
  Ralph Boston (USA)
8,16 m
1972   Randy Williams (USA)
8,24 m
  Hans Baumgartner (FRG)
8,18 m
  Arnie Robinson (USA)
8,03 m
1976   Arnie Robinson (USA)
8,35 m
  Randy Williams (USA)
8,11 m
  Frank Wartenberg (GDR)
8,02 m
1980   Lutz Dombrowski (GDR)
8,54 m
  Frank Paschek (GDR)
8,21 m
  Valeriy Pidluzhnyy (URS)
8,18 m
1984   Carl Lewis (USA)
8,54 m
  Gary Honey (AUS)
8,24 m
  Giovanni Evangelisti (ITA)
8,24 m
1988   Carl Lewis (USA)
8,72 m
  Mike Powell (USA)
8,49 m
  Larry Myricks (USA)
8,27 m
1992   Carl Lewis (USA)
8,67 m
  Mike Powell (USA)
8,44 m
  Joe Greene (USA)
8,34 m
1996   Carl Lewis (USA)
8,50 m
  James Beckford (JAM)
8,29 m
  Joe Greene (USA)
8,24 m
2000   Iván Pedroso (CUB)
8,55 m
  Jai Taurima (AUS)
8,49 m
  Roman Shchurenko (UKR)
8,31 m
2004   Dwight Phillips (USA)
8,59 m
  John Moffitt (USA)
8,47 m
  Joan Lino Martínez (ESP)
8,32 m
2008   Irving Saladino (PAN)
8,34 m
  Godfrey Khotso Mokoena (RSA)
8,24 m
  Ibrahim Camejo (CUB)
8,20 m
2012   Greg Rutherford (GBR)
8,31 m
  Mitchell Watt (AUS)
8,16 m
  Will Claye (USA)
8,12 m
2016   Jeff Henderson (USA)
8,38 m
  Luvo Manyonga (RSA)
8,37 m
  Greg Rutherford (GBR)
8,29 m

Multiples médaillésModifier

Rang Athlète Pays Période Or Argent Bronze Total
1 Lewis, CarlCarl Lewis   États-Unis 1984–1996 4 0 0 4
2 Boston, RalphRalph Boston   États-Unis 1960–1968 1 1 1 3
3= Prinstein, MyerMyer Prinstein   États-Unis 1900–1904 1 1 0 2
3= Williams, RandyRandy Williams   États-Unis 1972–1976 1 1 0 2
5= Robinson, ArnieArnie Robinson   États-Unis 1972–1976 1 0 1 2
5= Rutherford, GregGreg Rutherford   Grande-Bretagne 2012-2016 1 0 1 2
7 Powell, MikeMike Powell   États-Unis 1988–1992 0 2 0 2
8 Bricker, CalvinCalvin Bricker   Canada 1908–1912 0 1 1 2
9= Ter-Ovanesyan, IgorIgor Ter-Ovanesyan   Union soviétique 1960–1964 0 0 2 2
9= Greene, JoeJoe Greene   États-Unis 1992–1996 0 0 2 2

Record olympiqueModifier

Évolution du record olympique masculin[24]
Marque Athlète Lieu Date Record
6,35 m   Ellery Clark Athènes 10 avril 1896
7,17 m   Meyer Prinstein Paris 14 juillet 1900
7,18 m   Alvin Kraenzlein Paris 14 juillet 1900
7,34 m   Meyer Prinstein Saint-Louis 1er septembre 1904
7,44 m   Frank Irons Londres 22 juillet 1908
7,48 m   Frank Irons Londres 22 juillet 1908
7,60 m   Albert Gutterson Stockholm 12 juillet 1912
7,76 m   Robert LeGendre Paris 7 juillet 1924 WR
7,87 m   Jesse Owens Berlin 4 août 1936
7,94 m   Jesse Owens Berlin 4 août 1936
8,12 m   Ralph Boston Rome 2 septembre 1960
8,27 m   Ralph Boston Mexico 17 octobre 1968
8,90 m   Bob Beamon Mexico 17 octobre 1968 WR

FemmesModifier

HistoriqueModifier

Invaincue lors d'un championnat inter-continental depuis la saison 2008, l'Américaine Brittney Reese remporte le titre des Jeux olympiques de Londres, en août 2012, en établissant la marque de 7,12 m à son deuxième essai. Elle devance sur le podium la Russe Yelena Sokolova, médaillée d'argent avec 7,07 m et l'autre Américaine Janay DeLoach, troisième du concours avec 6,89 m[25]. Elle est la première américaine titrée dans cette épreuve depuis Jackie Joyner-Kersee en 1988.

PalmarèsModifier

Édition Or Argent Bronze
1948   Olga Gyarmati (HUN)   Noemí Simonetto (ARG)   Ann-Britt Leyman (SWE)
1952   Yvette Williams (NZL)   Aleksandra Chudina (URS)   Shirley Cawley (GBR)
1956   Elzbieta Krzesinska (POL)   Willye White (USA)   Nadezhda Dvalishvili (URS)
1960   Vera Krepkina (URS)   Elzbieta Krzesinska (POL)   Hildrun Claus (EUA)
1964   Mary Rand (GBR)   Irena Kirszenstein (POL)   Tatyana Shchelkanova (URS)
1968   Viorica Viscopoleanu (ROU)   Sheila Sherwood (GBR)   Tatyana Talysheva (URS)
1972   Heide Rosendahl (FRG)   Diana Yorgova (BUL)   Eva Šuranová (TCH)
1976   Angela Voigt (GDR)   Kathy McMillan (USA)   Lidya Alfyeyeva (URS)
1980   Tatyana Kolpakova (URS)   Brigitte Wujak (GDR)   Tatyana Skachko (URS)
1984   Anisoara Cusmir-Stanciu (ROU)   Valy Ionescu (ROU)   Sue Hearnshaw (GBR)
1988   Jackie Joyner-Kersee (USA)   Heike Drechsler (GDR)   Galina Chistyakova (URS)
1992   Heike Drechsler (GER)   Inessa Kravets (EUN)   Jackie Joyner-Kersee (USA)
1996   Chioma Ajunwa (NGR)   Fiona May (ITA)   Jackie Joyner-Kersee (USA)
2000[26]   Heike Drechsler (GER)   Fiona May (ITA)   Tatyana Kotova (RUS)
2004   Tatyana Lebedeva (RUS)   Irina Simagina (RUS)   Tatyana Kotova (RUS)
2008   Maurren Higa Maggi (BRA)   Tatyana Lebedeva (RUS)   Blessing Okagbare (NGR)
2012   Brittney Reese (USA)   Elena Sokolova (RUS)   Janay DeLoach (USA)
2016   Tianna Bartoletta (USA)   Brittney Reese (USA)   Ivana Španović (SRB)

Multiples médailléesModifier

Rang Athlète Pays Période Or Argent Bronze Total
1 Drechsler, HeikeHeike Drechsler   Allemagne
  Allemagne de l'Est
1988–2000 2 1 0 3
2= Krzesińska, ElżbietaElżbieta Krzesińska   Pologne 1956–1960 1 1 0 2
2= Lebedeva, TatyanaTatyana Lebedeva   Russie 2004–2008 1 1 0 2
2= Reese, BritneyBritney Reese   États-Unis 2012-2016 1 1 0 2
5 Joyner-Kersee, JackieJackie Joyner-Kersee   États-Unis 1988–1996 1 0 2 3
6 May, FionaFiona May   Italie 1996–2000 0 2 0 2
7 Kotova, TatyanaTatyana Kotova   Russie 2000–2004 0 0 2 2

Record olympiqueModifier

 
Jackie Joyner-Kersee détient depuis 1988 le record olympique du saut en longueur.
Évolution du record olympique féminin[27]
Marque Athlète Lieu Date Record
5,64 m   Yvonne Curtet-Chabot Londres 4 août 1948
5,69 m   Olga Gyarmati Londres 4 août 1948
5,73 m   Shirley Cawley Helsinki 23 juillet 1952
5,77 m   Aleksandra Chudina Helsinki 23 juillet 1952
5,77 m   Nina Tyurkina Helsinki 23 juillet 1952
5,88 m   Mabel Landry Helsinki 23 juillet 1952
6,16 m   Yvette Williams Helsinki 23 juillet 1952
6,24 m   Yvette Williams Helsinki 23 juillet 1952
6,35 m   Elzbieta Krzesinska Melbourne 27 novembre 1956 RM
6,37 m   Vera Krepkina Rome 31 août 1960
6,37 m   Ingrid Becker Tokyo 14 octobre 1964
6,52 m   Mary Rand Tokyo 14 octobre 1964
6,59 m   Mary Rand Tokyo 14 octobre 1964
6,63 m   Mary Rand Tokyo 14 octobre 1964
6,76 m   Mary Rand Tokyo 14 octobre 1964 RM
6,82 m   Viorica Viscopoleanu Mexico 14 octobre 1968
6,96 m   Tatyana Skachko Moscou 31 juillet 1980
7,01 m   Tatyana Skachko Moscou 31 juillet 1980
7,06 m   Tatyana Kolpakova Moscou 31 juillet 1980
7,11 m   Galina Chistyakova Séoul 29 septembre 1988
7,18 m   Heike Drechsler Séoul 29 septembre 1988
7,40 m   Jackie Joyner-Kersee Séoul 29 septembre 1988

Saut en longueur sans élanModifier

L'épreuve du saut en longueur sans élan s'est déroulée à quatre reprises lors des Jeux olympiques, de 1900 à 1912. L'Américain Ray Ewry remporte trois médailles d'or.

Édition Or Argent Bronze
1900   Ray Ewry (USA)   Irving Baxter (USA)   Émile Torchebœuf (FRA)
1904   Ray Ewry (USA)   Charles King (USA)   John Biller (USA)
1908   Ray Ewry (USA)   Konstantínos Tsiklitíras (GRE)   Martin Sheridan (USA)
1912   Konstantínos Tsiklitíras (GRE)   Platt Adams (USA)   Benjamin Adams (USA)

Notes et référencesModifier

  1. (en)« Record olympique masculin », sur iaaf.org (consulté le 12 avril 2012)
  2. (en)« Record olympique féminin », sur iaaf.org (consulté le 12 avril 2012)
  3. Parienté et Billouin 2003, p. 620.
  4. Parienté et Billouin 2003, p. 621.
  5. Parienté et Billouin 2003, p. 622.
  6. Parienté et Billouin 2003, p. 624.
  7. Parienté et Billouin 2003, p. 627.
  8. Parienté et Billouin 2003, p. 628.
  9. Parienté et Billouin 2003, p. 629.
  10. Parienté et Billouin 2003, p. 631.
  11. Parienté et Billouin 2003, p. 634.
  12. Parienté et Billouin 2003, p. 637.
  13. Parienté et Billouin 2003, p. 641.
  14. Parienté et Billouin 2003, p. 646.
  15. Parienté et Billouin 2003, p. 649.
  16. Parienté et Billouin 2003, p. 656.
  17. (en) Athletics at the 2000 Sydney Summer Games : Men's Long Jump, sport-reference.com, consulté le 19 septembre 2010
  18. (en) Olympic Games Medallists - Athletics (Men), GBR Athletics, consulté le 9 septembre 2010
  19. (en) « Finale du saut en longueur masculin des Jeux olympiques de 2008 », sur iaaf.org, (consulté le 17 mai 2019)
  20. « Le CIO sanctionne neuf athlètes pour contrôles de dopage positifs aux Jeux Olympiques de Beijing 2008 », sur www.olympic.org, (consulté le 30 octobre 2016)
  21. (en) « Greg Rutherford takes first GB gold in long jump for 48 years », sur telegraph.co.uk (consulté le 5 août 2012)
  22. (en) « Finale du saut en longueur masculin des Jeux olympiques de 2012 », sur iaaf.org, (consulté le 17 mai 2019)
  23. (en) « Finale du saut en longueur masculin aux Jeux olympiques de 2016 », sur iaaf.org,
  24. (en)« Progression du record olympique du saut en longueur - hommes », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 7 décembre 2015)
  25. (en) David Martin, « London 2012 - Event Report - Women's Long Jump Final », sur iaaf.org, (consulté le 12 août 2012)
  26. Deux médailles remportées par Marion Jones aux JO de 2000 réattribuées, Le Nouvel Observateur, mis en ligne le 9 décembre 2009
  27. (en)« Progression du record olympique du saut en longueur - femmes », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 7 décembre 2015)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Robert Parienté et Alain Billouin, La Fabuleuse Histoire de l'athlétisme, Minerva, , 1021 p. (ISBN 978-2-8307-0727-4)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier