Record du monde du saut en longueur

page de liste de Wikimedia

Record du monde du
saut en longueur
Image illustrative de l’article Record du monde du saut en longueur
Mike Powell détient depuis 1991 le record du monde du saut en longueur avec 8,95 m.
Caractéristiques du record
Discipline Saut en longueur
athlétisme
Instance
homologatrice
IAAF
Genre Hommes / Femmes
Portée Monde
Record actuel masculin
Valeur 8,95 m
Vent + 0,3 m/s
Titulaire(s) Mike Powell
Drapeau des États-Unis États-Unis
Date du record
Circonstance Championnats du monde 1991
Site Stade olympique national
Tokyo
Drapeau du Japon Japon
Record actuel féminin
Valeur 7,52 m
Vent + 1,4 m/s
Titulaire(s) Galina Chistyakova
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Date du record
Site
Leningrad
Drapeau de l'URSS Union soviétique

Les records du monde du saut en longueur sont actuellement détenus par l'Américain Mike Powell, avec la distance de 8,95 m le en finale des championnats du monde de Tokyo, au Japon, et par l'ex-Soviétique Galina Chistyakova qui atteint la marque de 7,52 m le à Leningrad en URSS[1].

Le premier record du monde du saut en longueur homologué par l'Association internationale des fédérations d'athlétisme est celui de l'Irlandais Peter O'Connor en 1901 avec 7,61 m, la première meilleure marque féminine étant établie en 1922 par la Tchécoslovaque Marie Mejzlíková avec 5,16 m. 18 records du monde masculins et 36 records du monde féminins ont été ratifiés par l'IAAF.

Les records du monde en salle du saut en longueur appartiennent à l'Américain Carl Lewis (8,79 m le à New York ) et à l'Allemande Heike Drechsler (7,37 m le à Vienne).

Record du monde masculinModifier

Premiers recordsModifier

Le premier record du monde masculin du saut en longueur homologué par l'IAAF est celui de l'Irlandais Peter O'Connor qui réalise un saut à 7,61 m le à Dublin[2]. Le record n'est amélioré que vingt ans plus tard, le à Cambridge dans le Massachusetts lors de la rencontre Harvard - Yale contre Oxford - Cambridge, par l'Américain Edward Gourdin, avec 7,69 m. Le à Paris, lors des Jeux olympiques, l'Américain Robert LeGendre améliore de sept centimètres la performance de Gourdin dans le cadre du concours du pentathlon, en franchissant 7,76 m[3]. Le , son compatriote DeHart Hubbard, considéré par les spécialistes comme le premier grand sauteur en longueur de l'ère moderne[4], atteint la marque de 7,89 m au cours des championnats NCAA se déroulant à Chicago, améliorant de 13 cm le record de LeGendre[5]. Le , l'autre américain Ed Hamm s'empare du record mondial en réalisant un saut à 7,90 m à Cambridge dans le Massachusetts, mais se voit supplanté deux mois plus tard, par l'Haïtien Silvio Cator qui établit la marque de 7,93 m le au Stade de Colombes[6]. Le , le Japonais Chūhei Nanbu se rapproche de la limite des huit mètres en accomplissant un saut à 7,98 m à Tokyo, nouveau record mondial[7].

Jesse Owens au-delà des huit mètresModifier

 
Jesse Owens en 1936.

Le , lors des championnats de la Big Ten Conference à Ann Arbor dans le Michigan, l'Américain Jesse Owens, malgré une grande douleur au dos à la suite d'une chute dans un escalier quelques jours plus tôt, battra six records mondiaux en l'espace d'une heure, dont ceux du 100 yards et du 220 yards. Au saut en longueur, après avoir placé un morceau de papier sous un caillou à hauteur des 7,98 m (matérialisant le record du monde de Chuhei Nambu), il s'élance pour un unique essai car il est engagé dans d'autres courses. Il améliore avec 8,13 m de 15 cm le record mondial du Japonais et devient le premier athlète de l'histoire à dépasser la limite des huit mètres au saut en longueur[8].

Ralph Boston vingt-cinq ans aprèsModifier

La performance de Jesse Owens reste inégalée jusqu'en 1960, soit vingt-cinq ans après son exploit d'Ann Arbor. Le , à Walnut en Californie, l'Américain Ralph Boston réalise un saut à 8,21 m et améliore de 8 cm le record du monde de Jesse Owens. Titré lors des Jeux olympiques de 1960, Boston améliore à deux reprises son propre record mondial lors de la saison 1961 en sautant 8,24 m le à Modesto, puis 8,28 m le à Moscou[9]. Le , à Erevan, le Soviétique Igor Ter-Ovanessian, premier Européen à franchir la limite des huit mètres au saut en longueur, dépasse la marque de Ralph Boston en retombant à 8,31 m. Le , Ralph Boston égale la performance du Soviétique à Kingston, puis devient le seul recordman du monde en atteignant la marque de 8,34 m, le à Los Angeles. Le , à Modesto, il établit le sixième et dernier de ses records du monde avec un saut à 8,35 m, performance qui sera égalée par Igor Ter-Ovanessian le au cours de la semaine pré-olympique à Mexico, en altitude[10].

Bob Beamon cinquante-cinq centimètres plus loinModifier

 
Bob Beamon, auteur d'un nouveau record du monde en 1968 aux Jeux de Mexico.

Le , en finale des Jeux olympiques de Mexico, l'Américain Bob Beamon améliore considérablement, de 55 cm, le record du monde co-détenu par Ralph Boston et Igor Ter-Ovanessian en effectuant un saut à 8,90 m, et ce dès sa première tentative. Beamon bénéficie de conditions exceptionnelles lors de son saut, l'altitude élevée de la ville de Mexico (2 300 m), la piste d'élan en synthétique, ainsi qu'un vent favorable de 2 m/s[11].

En 1979, lors de la coupe du monde des nations de Montréal, au Canada, l'Américain Larry Myricks établit avec un saut à 8,52 m la meilleure deuxième meilleure performance de tous les temps derrière les 8,90 m de Bob Beamon, mais également le meilleur saut jamais enregistré au niveau de la mer. Cette performance est rééditée par son compatriote Carl Lewis, qui atteint la marque de 8,76 m en 1982 à Indianapolis. En 1984, Carl Lewis devient détenteur du record du monde en salle en effectuant un bond à 8,79 m à New York. Le , à Tsakhkadzor en Arménie, en altitude, le Soviétique Robert Emmiyan approche de quatre centimètres la marque de Bob Beamon avec un saut à 8,86 m (+ 1,9 m/s), signant à l'occasion un nouveau record d'Europe.

Mike Powell et le duel de TokyoModifier

Le , au cours de la finale des championnats du monde de Tokyo au Japon, l'Américain Carl Lewis réussit à sauter un centimètre au-delà du record du monde de Bob Beamon (8,91 m), mais la performance n'est finalement pas validée en raison d'un vent trop favorable. Lors de ce même concours, son compatriote Mike Powell établit la marque de 8,95 m (+ 0,3 m/s) à son cinquième essai et améliore de 5 cm le record du monde de Beamon datant des Jeux olympiques de 1968[12]. Dans cette finale, Carl Lewis réalise le meilleur concours de sa carrière en effectuant notamment un saut à 8,87 m, ce qui le place troisième performeur de tous les temps derrière Powell et Beamon.

Les deux meilleurs sauteurs depuis sont Erick Walder en 1994 et Dwight Phillips en 2009, tous deux à mesurés à 8,74 m. En 1992, Powell franchit 8,99 m, mais le saut n'est pas validé en raison d'un vent supérieur à la limite autorisée. Le , lors du meeting de Sestrières en Italie, le Cubain Ivan Pedroso atteint la marque de 8,96 m avec un vent régulier mesuré dans un premier temps à 1,2 m/s. Le Cubain pense avoir battu le record du monde mais le jury italien, après enquête et visionnage des vidéos, décide de ne pas valider cette performance en raison de la présence d'un officiel italien placé volontairement devant l'anémomètre, et uniquement lors des six sauts du Cubain, en faussant ainsi la mesure[13]. En 2010 Fabrice Lapierre saute à 8,78 m mais avec trop de vent. Le , Juan Miguel Echevarría saute à 8,83 m mais cette fois encore avec trop de vent.

Progression du record du mondeModifier

18 records du monde masculins du saut en longueur ont été ratifiés par l'IAAF.

Évolution du record du monde masculin
Marque Vent
(m/s)
Athlète Lieu Compétition Date
7,61 m -   Peter O'Connor   Dublin 05/08/1901
7,69 m -   Edward Gourdin   Cambridge 23/07/1921
7,76 m -   Robert LeGendre   Paris Jeux olympiques 07/07/1924
7,89 m -   DeHart Hubbard   Chicago Championnats NCAA 13/06/1925
7,90 m -   Edward Hamm   Cambridge 07/07/1928
7,93 m 0,0   Sylvio Cator   Paris 09/09/1928
7,98 m 0,5   Chuhei Nambu   Tokyo 27/10/1931
8,13 m 1,5   Jesse Owens   Ann Arbor Big Ten Conference 25/05/1935
8,21 m 0,0   Ralph Boston   Walnut 12/08/1960
8,24 m 1,8   Ralph Boston   Modesto 27/05/1961
8,28 m 1,2   Ralph Boston   Moscou 16/07/1961
8,31 m -0,1   Igor Ter-Ovanessian   Erevan 10/06/1962
8,31 m 0,0   Ralph Boston   Kingston 15/08/1964
8,34 m 1,0   Ralph Boston   Los Angeles 12/09/1964
8,35 m 0,0   Ralph Boston   Modesto 29/05/1965
8,35 m 0,0   Igor Ter-Ovanessian   Mexico Semaine pré-olympique 19/10/1967
8,90 m 2,0   Bob Beamon   Mexico Jeux olympiques 18/10/1968
8,95 m 0,3   Mike Powell   Tokyo Championnats du monde 30/08/1991

Record du monde fémininModifier

Premiers recordsModifier

 
Tatyana Shchelkanova améliore à trois reprises le record du monde du saut en longueur au début des années 1960.

Le premier record du monde féminin du saut en longueur homologué par l'IAAF est celui de la Tchécoslovaque Marie Mejzlíková qui établit la marque de 5,16 m le à Prague, avant de porter son propre record à 5,30 m le à Prague. Le record du monde est amélioré par la Britannique Muriel Gunn (5,485 m le à Londres), puis par la Japonaise Kinue Hitomi (5,50 m, le à Göteborg). Muriel Gunn s'approprie de nouveau le record mondial le à Londres avec 5,57 m mais Kinue Hitomi l'améliore de 41 cm avec un saut à 5,98 m, établi le à Osaka. Le , à Berlin, l'Allemande Christel Schulz devient officiellement la première athlète féminine à dépasser la ligne des six mètres au saut en longueur en atteignant la marque de 6,12 m. Ce record est battu le par la Néerlandaise Fanny Blankers-Koen qui réalise 6,25 m à Leyde.

La Néo-Zélandaise Yvette Williams, championne olympique du saut en longueur en en 1952 à Helsinki, devient la nouvelle détentrice du record du monde, onze ans après la performance de Fanny Blankers-Koen, en effectuant un saut à 6,28 m le à Gisborne. Le record est amélioré à deux reprises lors de la saison 1955 par la Soviétique Galina Vinogradova : une première fois le à Moscou avec 6,28 m, et une seconde fois le à Tbilissi avec 6,31 m. La Polonaise Elżbieta Krzesińska l'améliore lors de la saison suivante en réalisant 6,35 m à deux reprises : le à Budapest, puis le à Melbourne à l'occasion de sa victoire en finale des Jeux olympiques[14]. Le record de Krzesińska est battu de 5 cm le à Erfurt par l'Est-Allemande Hildrun Claus avec 6,40 m, record qu'elle porte à 6,42 m le à Berlin. Le , à Moscou, la Soviétique Tatyana Shchelkanova ajoute 6 cm au record du monde de Hildrun Claus en atteignant la marque de 6,48 m, performance qu'elle améliore à deux reprises : une première fois le à Leipzig avec 6,53 m, et une deuxième fois le à Moscou avec 6,70 m[15].

Le , la Britannique Mary Rand remporte la finale des Jeux olympiques, à Tokyo, en fixant le record du monde à 6,76 m. Ce record est amélioré quatre ans plus tard, le , par la Roumaine Viorica Viscopoleanu qui remporte les Jeux olympiques de Mexico avec un saut à 6,82 m, profitant des conditions atmosphériques du site[15]. Le , au cours des l'Athlétisme à l'Universiades d'été de Turin, l'allemande de l'Ouest Heide Rosendahl, championne olympique en 1972, améliore de 6 centimètres le record du monde de Viscopoleanu en établissant la marque de 6,84 m. Le , quelques mois avant son titre olympique obtenu aux Jeux de Montréal, l'Est-allemande Angela Voigt porte le record du monde à 6,92 m à Dresde. Ce record est amélioré quelques semaines plus tard, le , toujours à Dresde, par sa compatriote Siegrun Siegl qui effectue un saut à 6,99 m[15].

Au-delà des sept mètresModifier

La limite des sept mètres au saut en longueur féminin est franchie pour la première fois le , à Chișinău en Moldavie, par la Lituanienne Vilma Bardauskienė qui réalise un saut à 7,07 m, aidée par un vent favorable de 1,9 m/s[16]. Onze jours plus tard, le , au cours des qualifications des championnats d'Europe, à Prague, elle améliore de 2 cm son propre record du monde en établissant la marque de 7,09 m à son premier essai, par vent nul[16]. Le , à Bucarest les Roumaines Anişoara Cuşmir et Vali Ionescu succèdent à Vilma Bardauskienė en établissant deux nouveaux records du monde lors du même concours : 7,15 m tout d'abord pour Cuşmir à son cinquième essai, et 7,20 m ensuite pour Ionescu à son sixième et dernier essai[16]. Anișoara Cușmir-Stanciu, qui deviendra championne olympique en 1984 à Los Angeles, améliore par trois fois le record du monde lors de la saison 1983 en réalisant successivement 7,21 m le à Bucarest, puis 7,27 m et 7,43 m le , toujours à Bucarest, faisant progresser le record mondial de près de 34 cm en moins d'un an.

Le record du monde de 7,43 m d'Anișoara Cușmir-Stanciu est battu d'un centimètre par l'Est-allemande Heike Drechsler, championne olympique de la discipline en 1992 et 2000, qui atteint la marque de 7,44 m le à Berlin, aidée par un vent favorable de 2 m/s. Drechsler porte la meilleure marque mondiale à 7,45 m le à Tallinn, puis renouvelle ce saut quelques jours plus tard, le à Dresde[17]. Le , à Indianapolis, l'Américaine Jackie Joyner-Kersee, championne olympique en 1988 et double championne du monde en 1987 et 1991, égale le record du monde d'Heike Drechsler de 7,45 m. Le , à Leningrad, la Soviétique Galina Chistyakova égale à son tour le record du monde de 7,45 m co-détenu par Drechsler et Joyner-Kersee, puis l'améliore de 7 cm lors du même concours en le fixant à 7,52 m (+ 1,4 m/s)[17].

Progression du record du mondeModifier

36 records du monde féminins du saut en longueur ont été ratifiés par l'IAAF.

Évolution du record du monde féminin[18]
Marque Vent
(m/s)
Athlète Lieu Date
5,16 m   Marie Mejzlíková Prague 06/08/1922
5,30 m   Marie Mejzlíková Prague 23/09/1923
5,485 m   Muriel Gunn Londres 02/08/1926
5.50 m   Kinue Hitomi Göteborg 28/08/1926
5,57 m   Muriel Gunn Londres 01/08/1927
5,98 m   Kinue Hitomi Osaka 20/05/1928
6,12 m   Christel Schulz Berlin 30/07/1939
6,25 m   Fanny Blankers-Koen Leyde 19/09/1943
6,28 m + 0,2   Yvette Williams Gisborne 20/02/1954
6,28 m + 1,3   Galina Vinogradova Moscou 11/09/1955
6,31 m + 0,5   Galina Vinogradova Tbilisi 18/11/1955
6,35 m + 1,0   Elzbieta Krzesinska Budapest 20/08/1956
6,35 m   Elzbieta Krzesinska Melbourne 27/11/1956
6,40 m + 0,0   Hildrun Claus Erfurt 07/08/1960
6,42 m + 1,4   Hildrun Claus Berlin 23/06/1961
6,48 m - 1,5   Tatyana Shchelkanova Moscou 16/07/1961
6,53 m + 1,5   Tatyana Shchelkanova Leipzig 10/06/1962
6,70 m   Tatyana Shchelkanova Moscou 04/07/1964
6,76 m - 1,6   Mary Rand Tokyo 14/10/1964
6,82 m + 0,0   Viorica Viscopoleanu Mexico 14/10/1968
6,84 m + 0,0   Heide Rosendahl Turin 03/09/1970
6,92 m + 1,6   Angela Voigt Dresde 09/05/1976
6,99 m + 2,0   Siegrun Siegl Dresde 26/07/1976
7,07 m + 1,9   Vilma Bardauskiene Kishinyov 18/08/1978
7,09 m + 0,0   Vilma Bardauskiene Prague 29/08/1978
7,15 m + 0,3   Anişoara Cuşmir Bucarest 01/08/1982
7,20 m - 0,3   Valy Ionescu Bucarest 01/08/1982
7,21 m + 0,6   Anişoara Cuşmir Bucarest 15/05/1983
7,27 m + 0,6   Anişoara Cuşmir Bucarest 04/06/1983
7,43 m + 1,4   Anişoara Cuşmir Bucarest 04/06/1983
7,44 m + 2,0   Heike Drechsler Berlin 22/09/1985
7,45 m + 0,9   Heike Drechsler Tallinn 21/06/1986
7,45 m + 1,1   Heike Drechsler Dresde 03/07/1986
7,45 m + 0,6   Jackie Joyner-Kersee Indianapolis 13/08/1987
7,45 m + 1,0   Galina Chistyakova Leningrad 11/06/1988
7,52 m + 1,4   Galina Chistyakova Leningrad 11/06/1988

Records du monde en salleModifier

HommesModifier

 
Carl Lewis détient le record du monde en salle du saut en longueur avec 8,79 m.

Un seul record du monde en salle masculin a été homologué par l'IAAF, celui de l'Américain Carl Lewis le à New York avec 8,79 m.

Évolution du record du monde masculin en salle[19]
Marque Athlète Lieu Date
8,79 m   Carl Lewis New York

FemmesModifier

Deux records du monde en salle féminins du saut en longueur ont été ratifiés par l'IAAF, ceux de l'Allemande Heike Drechsler : 7,32 m, le à New York, et 7,37 m, le à Vienne, l'actuel record.

Évolution du record du monde féminin en salle[20]
Marque Athlète Lieu Date
7,32 m   Heike Drechsler New York
7,37 m   Heike Drechsler Vienne

Autres catégories d'âgeModifier

Les records du monde juniors du saut en longueur sont actuellement détenus par le Russe Sergey Morgunov, auteur de 8,35 m le à Tcheboksary, et par l'Allemande Heike Drechsler, créditée de 7,14 m le à Bratislava[21]. Les records du monde juniors en salle sont détenus par l'Ukrainien Viktor Kuznetsov avec 8,22 m (2005), et par Heike Drechsler avec 6,88 m (1983).

Les meilleures performances mondiales cadets sont la propriété du Cubain Luis Alberto Bueno (8,25 m le à La Havane), et de Heike Drechsler (6,91 m le à Iéna) [22].

Hommes
Record Athlète Marque Date Lieu
Record du monde junior   Sergey Morgunov 8,35 m Tcheboksary
Record du monde junior en salle   Viktor Kuznyetsov 8,22 m Brovary
Meilleure performance mondiale cadet   Luis Alberto Bueno 8,25 m La Havane
Femmes
Record Athlète Marque Date Lieu
Record du monde junior   Heike Drechsler 7,14 m Bratislava
Record du monde junior en salle   Heike Drechsler 6,88 m Berlin
Meilleure performance mondiale cadet   Heike Drechsler 6,91 m Iéna

Notes et référencesModifier

  1. (en)« Records du monde du saut en longueur », sur iaaf.org (consulté le 11 décembre 2011)
  2. Parienté et Billouin 2003, p. 620.
  3. (en) « Bob LeGendre - Bio Stats and Results », sur sports-reference.com (consulté le 30 avril 2014)
  4. Parienté et Billouin 2003, p. 621.
  5. (en) « DeHart Hubbard - Bio Stats and Results », sur sports-reference.com (consulté le 30 avril 2014)
  6. (en) « Silvio Cator - Bio Stats and Results », sur sports-reference.com (consulté le 30 avril 2014)
  7. Parienté et Billouin 2003, p. 624.
  8. (en) « About Jesse Owens », sur jesseowens.com (consulté le 30 avril 2014)
  9. (en) « Biographie de Ralph Boston », sur usatf.org (consulté le 30 avril 2014)
  10. Parienté et Billouin 2003, p. 632.
  11. Parienté et Billouin 2003, p. 637.
  12. (en) « Powell breaking long jump world record named 5th Greatest Moment », sur usatf.org, (consulté le 1er mai 2014)
  13. (en) « Long Jump Record Unlikely to Be Ratified », New York Times, 4 août 1995
  14. (en) « Athletics at the 1956 Melbourne Summer Games:Women's Long Jump », sur sports-reference.com (consulté le 16 mars 2016)
  15. a b et c Parienté et Billouin 2003, p. 924.
  16. a b et c Parienté et Billouin 2003, p. 925.
  17. a et b Parienté et Billouin 2003, p. 926.
  18. [PDF] Progression du record du monde du saut en longueur féminin, www.iaaf.org, p.753, consulté le 10 février 2016
  19. [PDF] Progression du record du monde en salle du saut en longueur masculin , www.iaaf.org, p.297, consulté le 11 février 2016
  20. [PDF] Progression du record du monde en salle du saut en longueurféminin, www.iaaf.org, p.342, consulté le 11 février 2016
  21. (en) « Records du monde juniors d'athlétisme », sur iaaf.org (consulté le 2 février 2016)
  22. (en) « Meilleures performances mondiales cadets en athlétisme », sur iaaf.org (consulté le 2 février 2016)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Robert Parienté et Alain Billouin, La Fabuleuse Histoire de l'athlétisme, Minerva, , 1021 p. (ISBN 978-2-8307-0727-4)

Liens externesModifier