Ouvrir le menu principal

Saison 2009-2010 de l'Olympique de Marseille

Olympique de Marseille
Saison 2009-2010

Généralités
Président Drapeau de la France Jean-Claude Dassier
Entraîneur Drapeau de la France Didier Deschamps
Résultats
Championnat 1er
78 points (23V-9N-6D)
(69 buts pour, 36 buts contre)
Coupe de France 1/16 de finale
RC Lens (3-1)
Coupe de la Ligue Vainqueur
Girondins de Bordeaux (3-1)
Ligue des champions Phase de poule
Troisième du groupe C
Ligue Europa 1/8 de finale
SL Benfica (1-1 / 1-2)
Meilleur buteur Drapeau : Sénégal Mamadou Niang (18 Buts)
Meilleur passeur Drapeau : Argentine Lucho González (11 passes)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Autre

Chronologie

La saison 2009-2010 de l'Olympique de Marseille est la soixante-et-unième saison du club marseillais en championnat de France de Ligue 1, l'élite du football français. Cette saison marque la fin d'une période de dix-sept ans sans titre majeur, l'OM remportant son neuvième titre de champion de France professionnel ainsi que sa première Coupe de la Ligue[1].

Pour la nouvelle saison de Ligue 1 2009-2010, l'Olympique de Marseille vise les deux premières places, synonymes de qualification directe pour la Ligue des champions. Ayant terminé l'exercice précédent à la deuxième place, Marseille fait figure de favoris en compagnie du champion sortant, les Girondins de Bordeaux et du septuple champion lyonnais. L'OM figure tout le long de la saison aux huit premières places mais ne prend la première place qu'à l'issue d'un match en retard en avril comptant pour la quatorzième journée. Les Phocéens ne quittent plus leur première position, restant invaincus jusqu'à l'officialisation de leur titre lors de l'antépénultième journée. Auparavant, le club atteint son autre objectif, remporter un trophée, en s'imposant en finale de la Coupe de la Ligue face aux Girondins de Bordeaux. En Coupe de France, les Marseillais sortent par contre dès les seizièmes de finale. Sur la scène continentale, les Phocéens atteignent les huitièmes de finale en Ligue Europa, après avoir été éliminé en phase de groupes de la Ligue des champions.

L'équipe est dirigée par Didier Deschamps, qui était le capitaine de l'OM lors de la victoire en Ligue des champions de l'UEFA 1992-1993, dernier titre majeur du club avant cette saison[1].

Mamadou Niang termine meilleur buteur du championnat avec dix-huit réalisations. Il montre des aptitudes d'attaquant complet capable de marquer du pied droit (11), du pied gauche (5), de la tête (1) mais aussi de la poitrine (1). Son coéquipier Lucho González finit meilleur passeur avec onze passes décisives réalisées durant le championnat, lui aussi montrant des capacités de métronome du jeu olympien et de pourvoyeur de ballon complet (7 passes dans le jeu, 4 sur coup de pied arrêté)[1],[2].

Sommaire

HistoriqueModifier

Avant-saisonModifier

Lors de sa première conférence de presse, le nouvel entraineur, Didier Deschamps, a fixé les objectifs du club pour sa première saison : « une qualification directe en Ligue des champions et un titre dans l'une ou l'autre compétition nationale »[3].

RecrutementModifier

 
Lors du mercato, le club marseillais enregistre la recrue de l'ancien parisien Gabriel Heinze.

Le , Gabriel Heinze est présenté à la presse. L'OM enregistre l'arrivée du défenseur argentin en provenance du Real Madrid contre une indemnité de 1,5 million d'euros[4]. À 31 ans, l'ancien joueur parisien signe un contrat de trois ans avec le club rival[4].

Début de saisonModifier

L'Olympique de Marseille entre dans le championnat avec une confrontation contre le promu Grenoble Foot 38 dans le nouveau Stade des Alpes. Malgré l'indisponibilité de Lucho González et la suspension de Stéphane Mbia, Marseille marque dès la deuxième minute à la suite d'une série de dribbles de Mamadou Niang qui conclut par une frappe qui bat Jody Viviani. D'une frappe de loin, Benoît Cheyrou aggrave l'écart au score à l'heure de jeu[5].

Le weed-end suivant, l'OM doit accueillir le LOSC Lille Métropole au stade Vélodrome mais celui-ci est impraticable et les deux équipes doivent s'affronter à Montpellier au stade de la Mosson. Le Brésilien Brandão marque en début de rencontre pour les Marseillais qui conserve cette avance jusqu'au coup de sifflet final, aidé par l'exclusion du Lillois Mathieu Debuchy à la 64e minute[6].

Les rencontres de championnat s'enchaînent en ce mois d'août et l'équipe marseillaise doit dès la semaine suivante se déplacer au stade de la route de Lorient pour jouer contre le stade rennais. La défense des Olympiens s'incline pour la première fois de la saison après que Jérôme Leroy ne transforme le pénalty sifflé par Philippe Malige avant la mi-temps. Au retour de la mi-temps, Mamadou Niang égalise pour l'Olympique de Marseille. Le score n'évolue plus et les deux équipes obtiennent le point du match nul[7].

Lors de la quatrième journée de Ligue 1, l'Olympique de Marseille est opposé aux Girondins de Bordeaux, champion de France en titre. Le match, joué au stade Vélodrome le est l'occasion de rendre hommage à l'ancien actionnaire du club Robert Louis-Dreyfus décédé le [8]. Les joueurs de l'OM arborent un maillot spécial blanc et noir avec l'inscription « Merci RLD » inscrite dessus[8],[9].

Le 8 novembre, l'Olympique de Marseille se déplace au stade de Gerland pour rencontre l'Olympique lyonnais. Mené dès la troisième minute par l'OL, Marseille égalise grâce à une tête puissante de Souleymane Diawara à la 12e minute[10]. Deux minutes plus tard, Sidney Govou marque pour Lyon d'une frappe du pied gauche en lucarne. Juste avant la mi-temps, Benoît Cheyrou inscrit un but pour l'OM d'une frappe lointaine sur laquelle l'international français Hugo Lloris commet une faute de main[10]. Le score à la mi-temps est de 2 à 2, mais il évolue en faveur des marseillais dès le retour de la mi-temps grâce à une demi-volée de Bakari Koné qui bat à nouveau Lloris. À la 80e minute, Brandão donne un avantage de deux buts à Marseille, vite réduit par un but de l'attaquant vedette lyonnais Lisandro López[10]. Trois minutes plus tard, ce dernier égalise sur pénalty et l'Olympique lyonnais prend même l'avantage dans les arrêts de jeu sur un but de Michel Bastos[10]. Mais l'OM repart à l'attaque et pousse Jérémy Toulalan à marquer contre son camp[10]. Les deux équipes se séparent sur le score de 5 à 5[10].

Lors du derby contre le Paris-Saint-Germain, lors de la 10e journée jouée seulement le 20 novembre après un report, l'OM domine l'équipe parisienne sur le score de 1 à 0 sur un but inscrit par Gabriel Heinze sur coup de pied arrêté[11].

Victoire en Coupe de la LigueModifier

 
L'Olympique de Marseille remporte la Coupe de la Ligue 2010.

L'olympique de marseille termine la première demi-saison avec 32 points. le mois de janvier est satisfaisant: 4 victoires (0-2 à Trélissac, 2-3 à St-Étienne, 2-1 contre Le Mans et 2-1 contre Lille), 1 nul (1-1 à Bordeaux) et 1 défaite (2-0 à Montpellier). Au début de février, l'OM joue les 1/2 finales de la Coupe de la Ligue face à Toulouse et obtient le billet pour la finale grâce à un doublé de Brandao (1-2). Il s'ensuit une victoire cruciale face à Valenciennes (5-1) mais une élimination trois jours plus tard, à Lens pour les 1/16 de finale de la coupe de France (3-1). L'OM continue malgré tout à briller en championnat en s'imposant à Monaco (1-2), à Copenhague (1-3) pour les 1/16 de finale de Ligue Europa (le score du match retour sera le même) et remonte la pente en Ligue 1 avec une victoire face à Nancy (3-1) et au Parc des Princes (0-3). L'OM concède 2 nuls contre Lorient et Toulouse (1-1) et quitte la scène européenne après la défaite contre le Benfica. Le samedi 27 mars, l'OM joue la première finale de Coupe de la Ligue de son histoire et s'impose face à Bordeaux (3-1), une importante victoire qui met donc fin à une série de 17 ans sans titre majeur (sans compter la Ligue 2 en 1995 et la coupe Intertoto en 2005). Bref, que dire de plus : l'OM est 4e de Ligue 1 avec 56 points et 2 matchs de retard.

Série de victoiresModifier

Le 4 avril, les Olympiens dominent le Racing Club de Lens 1 à 0 grâce à un but de Brandao[12]. Cette rencontre est marquée par l'expulsion de Stéphane Mbia, le premier carton rouge du club en Ligue 1 lors de la saison 2009-2010[12].

Trois jours plus tard, Marseille et Sochaux sont les seules équipes à jouer alors que Bordeaux et Lyon se rencontraient en quart de finale de la Ligue des Champions[13]. Ce match de 14e journée de Ligue 1 avait été reporté et c'est sous la pluie que les Marseillais prennent la tête du classement du championnat de France[13]. À domicile, dans un stade Vélodrome où seuls 28 000 spectateurs ont pris place, les Olympiens gagnent le match 3 à 0 grâce à des buts d'Heinze, Ben Arfa et Koné[13].

L'OM confirme sa bonne série au stade Vélodrome en dominant largement le rival niçois le 11 avril lors d'un match comptant pour la 32e journée de Ligue 1[14]. Lucho Gonzalez offre trois passes décisives à Koné, et Mbia puis Diawara sur corner[14]. Entre-temps, Valbuena marque un autre but pour confirmer la large victoire 4 à 1 de l'Olympique de Marseille[14].

En match en retard de la 30e journée, l'OM s'impose à Sochaux dans les dernières secondes grâce à un but de M'Bia à la suite d'un corner de Lucho dévié par Brandao[15].

Marseille enchaîne une huitième victoire consécutive en battant Saint-Étienne 1 à 0 sur un but de Mathieu Valbuena dès la première occasion des Olympiens[16]. Alors premier avec cinq points d'avance sur son dauphin, l'AJ Auxerre, l'OM se déplace en Bourgogne au stade de l'Abbé-Deschamps pour les jouer. Marseille vise le 0-0, l'obtient et peut être sacré officiellement champion lors de la journée suivante en cas de victoire contre le Stade rennais au Stade Vélodrome dès la 36e journée. Les Marseillais ouvrent le score mais repartent au vestiaire avec un score de parité de 1-1 ; la seconde période tourne inexorablement à l'avantage de l'OM qui l'emporte 3-1 et devient champion de France.

Fin de saisonModifier

Lors du dernier match de la saison, l'OM remporte une dernière victoire en battant Grenoble 2 à 0 grâce au centième but en Ligue 1 du buteur sénégalais Mamadou Niang. Dans les arrêts de jeu, Hatem Ben Arfa marque le deuxième but, son dernier pour le club olympien. Ce dernier but permet à Niang de terminer à la première place du classement des buteurs du championnat de France[2].

CélébrationsModifier

Le , plus de 50 000 personnes célèbrent le titre de champion de France sur le Vieux-Port[17],[1].

EffectifModifier

L'effectif professionnel de la saison 2009-2010, entraîné par Didier Deschamps et son adjoint Guy Stéphan, compte 6 joueurs formés au club. 13 joueurs internationaux figurent dans l'équipe, dont 2 français.
L'entraîneur des gardiens Laurent Spinosi a sous son aile 3 joueurs dont Steve Mandanda, un des actuels gardiens de l'Équipe de France de football.
Taye Taiwo et Mamadou Niang sont les joueurs ayant évolué le plus longtemps sous les couleurs de l'OM, avec respectivement 212 et 205 matchs au 6 février 2010[18].

Effectif Olympique de Marseille de la saison 2009-2010
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[19] Nom Date de naissance Sélection[20] Club précédent
1 G   Riou, RudyRudy Riou 22/01/1980 (30 ans) Toulouse FC
30 G   Mandanda, SteveSteve Mandanda 28/03/1985 (25 ans) France Le Havre AC
40 G   Andrade, ElintonElinton Andrade 30/03/1979 (31 ans) FC Rapid Bucarest
3 D   Taiwo, TayeTaye Taiwo 16/04/1985 (25 ans) Nigéria Lobi Stars
4 D   Rodriguez, JulienJulien Rodriguez 11/06/1978 (31 ans) Glasgow Rangers
5 D   Hilton, VitorinoVitorino Hilton 13/09/1977 (32 ans) RC Lens
19 D   Heinze, GabrielGabriel Heinze 19/04/1978 (32 ans) Argentine Real Madrid
20 D   Fomen, CharleyCharley Fomen 09/07/1989 (20 ans) Panthère du Ndé
21 D   Diawara, SouleymaneSouleymane Diawara 24/12/1978 (31 ans) Sénégal FCG Bordeaux
22 D   Rool, CyrilCyril Rool 15/04/1975 (35 ans) OGC Nice
24 D   Bonnart, LaurentLaurent Bonnart 25/12/1979 (30 ans) Le Mans UC
27 D   M'Bow, PapePape M'Bow 22/05/1988 (21 ans) AS Cannes
6 M   Cissé, ÉdouardÉdouard Cissé 30/03/1978 (32 ans) Beşiktaş JK
7 M   Cheyrou, BenoîtBenoît Cheyrou 03/05/1981 (29 ans) AJ Auxerre
8 M   González, LuchoLucho González 19/01/1981 (29 ans) Argentine FC Porto
10 M   Ben Arfa, HatemHatem Ben Arfa 07/03/1987 (23 ans) France Olympique lyonnais
12 M   Kaboré, CharlesCharles Kaboré 09/02/1988 (22 ans) Burkina Faso FC Libourne-Saint-Seurin
17 M   Mbia, StéphaneStéphane Mbia 20/05/1986 (24 ans) Cameroun Stade rennais
18 M   Abriel, FabriceFabrice Abriel 06/07/1979 (30 ans) FC Lorient
28 M   Valbuena, MathieuMathieu Valbuena 28/09/1984 (25 ans) FC Libourne-Saint-Seurin
34 M   Osei, KevinKevin Osei 26/03/1991 (19 ans) Formé au club
32 M   N'Doumbou, AlexanderAlexander N'Doumbou 04/01/1992 (18 ans) Formé au club
9 A   Brandão, Brandão 16/06/1980 (29 ans) Chakhtar Donetsk
11 A   Niang, MamadouMamadou Niang   13/10/1979 (30 ans) Sénégal RC Strasbourg
14 A   Koné, BakariBakari Koné 17/09/1981 (28 ans) Côte d'Ivoire OGC Nice
15 A   Ayew, JordanJordan Ayew 11/09/1991 (18 ans) Formé au club
23 A   Morientes, FernandoFernando Morientes 05/04/1976 (34 ans) Espagne Valence CF
31 A   Gnabouyou, GuyGuy Gnabouyou 01/12/1989 (20 ans) Formé au club
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
  •   Christophe Manouvrier
Entraîneur(s) des gardiens
Médecin(s)
  •   Christophe Baudot

Légende

 

Joueurs notablesModifier

Recruté pour une somme record de 18 millions d'euros, le meneur de jeu argentin Lucho González commence la saison difficilement[21]. Déjà blessé au genou gauche lors de son dernier mois à Porto[21], sa préparation est arrêtée net à cause d'une blessure à la clavicule lors du match amical de pré-saison contre Saint-Étienne.

Plusieurs footballeurs internationaux font partie de l'effectif :

Tactique et équipe-typeModifier

L'équipe type du bilan d'avant saison de France Football[22].
L'équipe type en fin de mois de novembre[23].
L'équipe type en nombre de minutes jouées à la fin de la saison[2].

TransfertsModifier

EncadrementModifier

Arrivé avec Didier Deschamps, Guy Stéphan est l'entraîneur adjoint depuis le début de la saison 2009-2010. Organisé et pointu dans la préparation physique, Guy Stephan anime les séances pendant que Deschamps observe du bord du terrain[25].

StatistiquesModifier

Statistiques collectivesModifier

Tableau des performances du club
Compétition Débute au tour Place ou tour final Première rencontre Dernière rencontre Nombre
de matchs
Ligue 1 - Champion 8 août 2009 15 mai 2011 38
Ligue des champions Phase de groupes Phase de groupes 15 septembre 2009 8 décembre 2009 6
Ligue Europa 1/16 de finale 1/8 de finale 18 février 2010 18 mars 2010 4
Coupe de la Ligue 1/8 de finale Vainqueur 13 janvier 2010 27 mars 2011 4
Coupe de France 1/32 de finale 1/16 de finale 10 janvier 2010 10 février 2010 2

Statistiques buteursModifier

Tableau des buteurs olympiens
Place Nom Championnat de L1[2] Coupe de France Coupe de la Ligue Ligue des champions Ligue Europa TOTAL des BUTS
1 Mamadou Niang 18 buts - 1 but 1 but 2 buts 22 buts
2 Brandao 8 buts - 4 buts 1 but - 13 buts
3 Benoît Cheyrou 5 buts 2 buts - 1 but - 8 buts
Lucho González 5 buts - 1 but 2 buts - 8 buts
5 Mathieu Valbuena 5 buts - 2 buts - - 7 buts
Hatem Ben Arfa 3 buts 1 but - - 3 buts 7 buts
7 Bakari Koné 4 buts - - - 2 buts 6 buts
Gabriel Heinze 4 buts - - 2 buts - 6 buts
9 Souleymane Diawara 4 buts - 1 but - - 5 buts
10 Taye Taiwo 3 buts - - - - 3 buts
11 Stéphane Mbia 2 buts - - - - 2 buts
Fabrice Abriel 1 but - - 1 but - 2 buts
Vitorino Hilton 1 but - - 1 but - 2 buts
Charles Kaboré 1 but - - - 1 but 2 buts
15 Jordan Ayew 1 but - - - - 1 but
Édouard Cissé 1 but - - - - 1 but
Fernando Morientes 1 but - - - - 1 but
# contre son camp 2 buts 1 but - 1 but - 4 buts
Détails 17 buteurs Olympiens 69 buts 3 buts 10 buts 10 buts 8 buts 100 BUTS

Statistiques individuellesModifier

Aucun joueur de l'effectif ne dispute l'ensemble des 54 matchs officiels de la saison. Parmi les joueurs les plus souvent sur le terrain, Souleymane Diawara ne manque que trois de tous les matchs officiels, tandis que Steve Mandanda est absent à cinq reprises au cours de la saison[2].

Le meilleur buteur du club en Ligue 1 est Mamadou Niang avec 18 buts. Il est suivi de Brandão avec 8 buts. En championnat, les Olympiens marquent 67 buts, deux buts étant en outre inscrits contre leur camp par des adversaires[2].

En comptant les deux rencontres de Coupe de France, les quatre rencontres de Coupe de la Ligue, les six rencontres de Ligue des champions et les quatre rencontres de Ligue Europa, Mamadou Niang est également meilleur buteur sur l'ensemble de la saison avec 22 buts. Il est là encore suivi par Brandão avec 13 buts.

Tableau des statistiques individuelles
Numéro[2] Nat. Nom Ligue 1[2] Coupe de France Coupe de la Ligue Ligue des champions Ligue Europa Total
M.j.       M.j.       M.j.       M.j.       M.j.       M.j.      
2   Bocaly 4 0 2 0 1 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 0 6 0 2 0
3   Taiwo 27 3 2 0 1 0 0 0 1 0 0 0 4 0 0 0 4 0 1 0 37 3 3 0
4   Rodriguez 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 1 0 1 0
5   Hilton 12 1 1 0 2 0 0 0 3 0 0 0 2 1 0 0 1 0 0 0 20 2 1 0
6   Cissé 32 1 6 0 1 0 0 0 4 0 1 0 5 0 0 0 3 0 0 0 45 1 7 0
7   Cheyrou 32 5 5 0 2 2 0 0 2 0 0 0 6 1 1 0 4 0 0 0 46 9 6 0
8   Lucho 32 5 3 0 0 0 0 0 4 1 3 0 5 2 0 0 3 0 1 0 44 8 7 0
9   Brandão 30 8 6 0 2 0 0 0 3 4 2 0 6 1 3 0 2 0 1 0 43 13 12 0
10   Ben Arfa 29 3 4 0 1 1 0 0 4 0 0 0 3 0 0 0 4 3 0 1 41 7 4 1
11   Niang 32 18 6 0 1 0 0 0 4 1 1 0 6 1 0 0 3 2 1 0 46 22 8 0
12   Kaboré 25 1 2 0 1 0 1 0 3 0 0 0 3 0 0 0 3 1 1 0 35 2 4 0
14   Koné 27 4 1 0 1 0 0 0 1 0 0 0 4 0 0 0 3 2 1 0 36 6 2 0
15   J. Ayew 4 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 4 1 0 0
17   Mbia 27 2 3 1 1 0 0 0 2 0 0 0 4 0 2 0 3 0 1 0 37 2 7 1
18   Abriel 32 1 1 0 2 0 0 0 4 0 0 0 5 1 0 0 4 0 0 0 47 2 1 0
19   Heinze 27 5 4 0 0 0 0 0 2 0 0 0 6 2 3 0 1 0 0 0 36 6 7 0
21   Diawara 37 4 6 0 1 0 0 0 4 1 0 0 5 0 2 1 4 0 1 0 51 5 9 1
22   Rool 2 0 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2 0 1 0
23   Morientes 12 1 0 0 2 0 0 0 0 0 0 0 4 0 0 0 1 0 0 0 19 1 0 0
24   Bonnart 31 0 2 0 1 0 0 0 4 0 0 0 4 0 2 1 4 0 0 0 44 0 4 1
27   M'Bow 3 0 0 0 2 0 0 0 2 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 0 8 0 0 0
28   Valbuena 31 5 7 0 2 0 0 0 4 2 0 0 3 0 0 0 3 0 0 0 43 7 7 0
30   Mandanda 36 0 0 1 2 0 0 0 2 0 0 0 6 0 0 0 4 0 0 0 49 0 0 1
32   N'Doumbou 0 0 0 0 2 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2 0 0 0
40   Andrade 3 0 1 0 0 0 0 0 3 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 5 0 1 0

Dernière mise à jour le 15 mai 2010.

Aspects économiques et sociauxModifier

AffluencesModifier

L'affluence moyenne du club à domicile en championnat est de 50 044 spectateurs[26]. Il s'agit de la meilleure affluence du championnat, devant l'Olympique lyonnais et le Paris Saint-Germain qui sont suivis à domicile par une moyenne de 35 766 et 35 114 spectateurs respectivement[27]. À l'extérieur, l'OM est le club le plus suivi du championnat avec 23 845 spectateurs[28] derrière Bordeaux, qui rassemble 23 048 spectateurs en moyenne loin de ses bases[29].

Le record d'affluence de la saison à domicile de l'Olympique de Marseille (et de la Ligue 1) est réalisé avec la réception des Girondins de Bordeaux : 55 920 spectateurs[26] assistent à la rencontre.

En Coupe de la Ligue, Marseille joue son quart de finale à domicile contre le Lille OSC devant respectivement 19 217 spectateurs, soit la plus mauvaise affluence de la saison. Les rencontres de Ligue ds champions attirent beaucoup plus de monde au stade Vélodrome : 55 434, 56 282 et 557 222 spectateurs assistent aux rencontres internationales contre l'AC Milan, le FC Zurich et le Real Madrid CF. En Ligue Europa, 27 195 spectateurs voient leur club se qualifie contre le FC Copenhague ; ils seront 38 286 lors de la défaite face au Benfica Lisbonne[26].

Affluence de l'Olympique de Marseille à domicile en championnat[26],[30]

 

MédiasModifier

Détails des matchsModifier

Matchs amicauxModifier

Ligue 1Modifier

Classement finalModifier

Marseille termine le championnat à la première place avec 23 victoires, 9 matchs nuls et six défaites. Une victoire rapportant trois points et un match nul un point, le club totalise 78 points soit six de plus que le deuxième du classement, l'Olympique lyonnais. Les Marseillais ont la deuxième attaque du championnat avec 69 buts marqués, et la deuxième défense avec 36 buts encaissés[1].

L'OM est qualifié directement pour la phase de groupes de Ligue des champions de l'UEFA 2010-2011, ainsi que son dauphin, l'Olympique lyonnais. L'AJ Auxerre, troisième, doit passer par les barrages. Le Lille OSC et le Montpellier HSC, respectivement quatrième et cinquième, obtiennent leur qualification pour disputer la Ligue Europa 2010-2011. Du fait de sa victoire en Coupe de France, le Paris Saint-Germain est lui aussi présent en Ligue Europa. Les trois clubs relégués en Ligue 2 2010-2011 sont Le Mans UC 72, l'US Boulogne Côte d'Opale et le Grenoble Foot 38[1].

Extrait du classement de Ligue 1 2009-2010

Classement — mise à jour :
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Olympique de Marseille 78 38 23 9 6 69 36 +33
2 Olympique lyonnais 72 38 20 12 6 64 38 +26
3 AJ Auxerre 71 38 20 11 7 42 29 +13
4 Lille OSC 70 38 21 7 10 72 40 +32
5 Montpellier HSC 69 38 20 9 9 50 40 +10
  • Ligue des champions, phase de groupes
  • Ligue des champions, tour de barrages
  • Ligue Europa, tour de barrages
  • Ligue Europa, 3e tour de qualification
  • RencontresModifier

    Tableau des matchs de championnat
    Date Journée Adversaire Lieu Résultat Buteurs pour l'OM Class. Public
    samedi 8 août 1 Grenoble Foot 38 E   0 - 2 Niang   2e, Cheyrou   81e 4e 19 622
    dimanche 16 août 2 Lille OSC N. [31]   1 - 0 Brandão   11e 3e 26 965
    samedi 22 août 3 Stade rennais E   1 - 1 Niang   52e 4e 28 631
    dimanche 30 août 4 Girondins de Bordeaux D.   0 - 0 5e 55 920
    samedi 12 septembre 5 Le Mans UC 72 E   1 - 2 Niang   14e, Brandão   69e 4e 16 309
    samedi 19 septembre 6 Montpellier HSC D.   4 - 2 Lucho   31e, Niang   34e, Cissé   39e, Diawara   50e 3e 52 531
    samedi 26 septembre 7 Valenciennes FC E   3 - 2 Morientes   13e, Niang   22e 3e 16 208
    dimanche 4 octobre 8 AS Monaco D.   1 - 2 Niang   86e 5e 48 566
    samedi 17 octobre 9 AS Nancy-Lorraine E   0 - 3 Valbuena   5e, Brandão   79e, Abriel   81e 5e 20 057
    samedi 31 octobre 12 Toulouse FC D.   1 - 1 Brandão   75e 7e 53 340
    dimanche 8 novembre 13 Olympique lyonnais E   5 - 5 Diawara   11e, Cheyrou   44e, Koné   47e, Brandão   79e, Toulalan   90+2e (csc) 8e 38 018
    vendredi 20 novembre 10 Paris Saint-Germain D.   1 - 0 Heinze   25e 4e 55 623
    samedi 28 novembre 15 RC Lens E   1 - 0 7e 41 052
    samedi 5 décembre 16 OGC Nice E   1 - 3 Niang   19e, Lucho   77e, Koné   86e 7e 15 047
    samedi 12 décembre 17 US Boulogne D.   2 - 0 Heinze   48e, Taiwo   54e (pén.) 4e 47 575
    mercredi 16 décembre 11 FC Lorient E   1 - 2 J. Ayew   68e, Diawara   90+2e 2e 11 625
    samedi 19 décembre 18 AS Saint-Étienne E   0 - 0 2e 27 614
    mercredi 23 décembre 19 AJ Auxerre D.   0 - 2 4e 49 966
    dimanche 17 janvier 20 Girondins de Bordeaux E   1 - 1 Cheyrou   81e 4e 32 771
    mercredi 20 janvier 21 Le Mans UC 72 D.   2 - 1 Niang   30e   56e (pén.) 4e 44 907
    samedi 30 janvier 22 Montpellier HSC E   2 - 0 7e 29 051
    dimanche 7 février 23 Valenciennes FC D.   5 - 1 Lucho   33e, Brandão   43e, Cheyrou   53e, Valbuena   77e, Niang   90+1e 5e 46 306
    samedi 13 février 24 AS Monaco E   1 - 2 Niang   37e (pén.), Nkoulou   89e (csc) 5e 13 063
    dimanche 21 février 25 AS Nancy-Lorraine D.   3 - 1 Niang   10e,   34e,   67e 5e 47 975
    dimanche 28 février 26 Paris Saint-Germain E   0 - 3 Ben Arfa   15e, Lucho   55e, Cheyrou   71e 4e 43 813
    dimanche 7 mars 27 FC Lorient D.   1 - 1 Niang   43e 4e 48 290
    dimanche 14 mars 28 Toulouse FC E   1 - 1 Brandão   30e 6e 27 249
    dimanche 21 mars 29 Olympique lyonnais D.   2 - 1 Kaboré   68e Taiwo   81e 4e 52 557
    dimanche 4 avril 31 RC Lens D.   1 - 0 Brandão   22e 5e 54 839
    mercredi 7 avril 14 FC Sochaux D.   3 - 0 Heinze   9e, Ben Arfa   27e (pén.), Koné   90+2e 1er 48 198
    dimanche 11 avril 32 OGC Nice D.   4 - 1 Koné   42e, Mbia   52e, Valbuena   70e, Diawara   74e 1er 51 229
    mercredi 14 avril 30 FC Sochaux E   0 - 1 Mbia   88e 1er 19 992
    samedi 17 avril 33 US Boulogne E   1 - 2 Valbuena   44e, Taiwo   90+4e (pén.) 1er 15 242
    dimanche 25 avril 34 AS Saint-Étienne D.   1 - 0 Valbuena   6e 1er 56 056
    vendredi 30 avril 35 AJ Auxerre E   0 - 0 1er 20 005
    mercredi 5 mai 36 Stade rennais D.   3 - 1 Heinze   4e, Niang   76e, Lucho   77e 1er 55 377
    samedi 8 mai 37 Lille OSC E   3 - 2 Niang   6e, Hilton   45+2e 1er 17 866
    samedi 15 mai 38 Grenoble Foot 38 D.   2 - 0 Niang   41e (pén.), Ben Arfa   90+2e 1er 55 808

    Ligue des championsModifier

    Tableau des matchs de Ligue des champions
    Date Tour Adversaire Lieu Résultat Buteurs pour l'OM Class. Public
    15 septembre Phase de groupes, j. 1   AC Milan D.   1 - 2 Heinze   49e 3e 55 434[32]
    30 septembre Phase de groupes, j. 2   Real Madrid E.   3 - 0 4e 67 244[33]
    21 octobre Phase de groupes, j. 3   FC Zurich E.   0 - 1 Heinze   69e 3e 22 300[34]
    3 novembre Phase de groupes, j. 4   FC Zurich D.   6 - 1 Aegerter   3e (csc), Abriel   11e, Niang   51e, Hilton   80e, Cheyrou   87e, Brandão   90e 3e 56 282[35]
    25 novembre Phase de groupes, j. 5   AC Milan E.   1 - 1 Lucho   16e 3e 49 063[36]
    8 décembre Phase de groupes, j. 6   Real Madrid D.   1 - 3 Lucho   11e 3e 55 722[37]
    Classement
    Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
    1   Real Madrid CF 13 6 4 1 1 15 7 +8
    2   Milan AC 9 6 2 3 1 8 7 +1
    3   Olympique de Marseille 7 6 2 1 3 10 10 0
    4   FC Zurich 4 6 1 1 4 5 14 -9

    Ligue EuropaModifier

    Article détaillé : Ligue Europa 2009-2010.

    Les règles concernant le tirage au sort des seizièmes de la Ligue Europa diffèrent légèrement de celles de la Coupe UEFA : seuls les quatre meilleurs des huit repêchés sont têtes de série. Cependant, l'OM se classe 4e des troisièmes de groupe et obtient donc le droit d'être tête de série, et d'avoir l'avantage de recevoir en dernier.

    En tant que tête de série, l'OM affrontera en seizièmes soit un deuxième de groupe de Ligue Europa, soit un des quatre moins bons repêchés : l'Atlético Madrid, le Standard de Liège, le Rubin Kazan, ou le Liverpool FC. L'OM affronte finalement le FC Copenhague qu'il bat 3-1 à l'aller comme au retour et se qualifie pour les huitièmes de finale où il affronte le Benfica Lisbonne, l'OM recevant au match retour.

    Tableau des matchs de Ligue Europa
    Date Tour Adversaire Lieu Résultat Buteurs pour l'OM Public
    18 février Seizième de finale aller   FC Copenhague Ext.   1 - 3 Niang   72e, Ben Arfa   84e, Kaboré   90e 20 334
    25 février Seizième de finale retour   FC Copenhague Dom.   3 - 1 Ben Arfa   43e, Koné   63e   78e 27 195
    11 mars Huitième de finale aller   Benfica Lisbonne Ext.   1 - 1 Ben Arfa   90e 46 635
    18 mars Huitième de finale retour   Benfica Lisbonne Dom.   1 - 2 Niang   70e

    Coupe de la LigueModifier

    Tableau des matchs de Coupe de la Ligue
    Date Tour Adversaire Lieu Résultat Buteurs pour l'OM Public[38]
    13 janvier Huitième de finale AS Saint-Étienne (L1) Ext.   2 - 3 Brandão   29e   59e, Niang   90+4e 15 774
    27 janvier Quart de finale Lille OSC (L1) Dom.   2 - 1 Lucho   10e Valbuena   82e 19 217
    3 février Demi-finale Toulouse FC (L1) Ext.   1 - 2 a.p. Brandão   86e   105e 26 548
    27 mars Finale Girondins de Bordeaux (L1) Stade de France   3 - 1 Diawara   61e, Valbuena   67e, Chalmé   77e (csc) 79 000

    Coupe de FranceModifier

    Toute la compétition se déroule en matchs uniques, le club recevant étant désigné par tirage au sort. En trente-deuxième de finale de la Coupe de France, l'Olympique de Marseille rencontre à Périgueux le club du Trélissac Football Club, évoluant en Championnat de France amateur 2, et s'impose logiquement sur le score de 2-0.

    Marseille est opposé en seizièmes de finale au Racing Club de Lens, qui lutte alors pour le maintien en Ligue 1. Les Marseillais échouent à ce stade de la compétition, battus sur le score de 3-1.

    Tableau des matchs de Coupe de France
    Date Tour Adversaire Lieu Résultat Buteurs pour l'OM Public
    10 janvier Trente-deuxième de finale Trélissac FC (CFA 2) E.   0 - 2 Ben Arfa   16e, Cheyrou   74e 10 200
    10 février Seizième de finale RC Lens (L1) E.   3 - 1 Cheyrou   63e 27 044

    Galerie d'imagesModifier

      Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

    Notes et référencesModifier

    1. a b c d e et f FootPro Magazine#55, juin/juillet 2010
    2. a b c d e f g et h Stats 2009-2010
    3. « Deschamps à pied d'œuvre », sur lequipe.fr, (consulté le 4 juin 2009)
    4. a et b Marc Beaugé et Frédéric Hermel, « Heinze, une arrivée en questions », France Football, no 3304,‎ , p. 8
    5. Thierry Agnello, Jerôme Andréacchio et Patrice Oreggia, Champions : une saison en or, Hugo & Cie, , 141 p. (ISBN 9-782755-605990), p. 22
    6. Champions : une saison en or, op. cit., p. 23.
    7. Champions : une saison en or, op. cit., p. 24.
    8. a et b Jean-Marie Lanoë et Xavier Rivoire, « Un choc pas vraiment chic », France Football, no 3308,‎ , p. 12 à 14
    9. Champions : une saison en or, op. cit., p. 26 et 27.
    10. a b c d e et f Laurent Campistron, « Un match fou, un score dingue ! », France Football, no 3318,‎ , p. 12 à 15
    11. Pascal Ferré, « OM-PSG, les clés d'un match grippé », France Football, no 3320,‎ , p. 24 à 25
    12. a et b Vincent Machenaud, « Sans briller, mais pas sans rêver », France Football, no 3339,‎ , p. 17
    13. a b et c Laurent Campistron, « Marseille : Objectif « une » », France Football, no 3339 bis,‎ , p. 16 et 17
    14. a b et c Marc Beaugé, « Cissé, le nouveau patron », France Football, no 3340,‎ , p. 8 et 9
    15. Marc Beaugé, « Lucho, le libérateur marseillais », France Football, no 3340 bis,‎ , p. 12 et 13
    16. Marc Beaugé, « Il ne peut rien leur arriver », France Football, no 3342,‎ , p. 16 et 17
    17. Laurent Campistron, « Marseille, quelle folie ! », France Football, no 3345,‎ , p. 8 et 9
    18. (fr) « Les Olympiens classés par nombre de matches(depuis la saison 1934-1935) », sur www.omstatsclub.com (consulté le 6 février 2010)
    19. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
    20. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
    21. a et b Vincent Machenaud, « Je n'ai jamais douté », France Football, no 3345,‎ , p. 10 et 11
    22. « Guide de la saison - Marseille », France Football, no 3304,‎ , p. 46
    23. « À chacun son système de jeu », France Football, no 3320,‎ , p. 34 à 39
    24. Montant des transferts : (de) « Alle Transfers von Olympique Marseille », sur transfermarkt.de (consulté le 1er août 2009)
    25. Laurent Campistron, « Guy Stephan : le calme olympien », France Football, no 3343 bis,‎ , p. 47
    26. a b c et d « Affluence de l'Olympique de Marseille en 2009-2010 », sur stades-spectateurs.com (consulté le 5 juillet 2010)
    27. « Affluences spectateurs championnat de France 2009-2010 », sur stades-spectateurs.com (consulté le 5 juillet 2010)
    28. « Affluences de spectateurs 2009-2010 - Olympique de Marseille à l'extérieur », sur stades-spectateurs.com (consulté le 5 juillet 2010)
    29. « Affluences de spectateurs 1978-1979 - Girondins de Bordeaux à l'extérieur », sur stades-spectateurs.com (consulté le 5 juillet 2010)
    30. Le match OM-LOSC s'est joué au Stade de la Mosson, à Montpellier. Le Stade Vélodrome était indisponible à la suite d'un accident de chantier mortel précédant un concert de Madonna.
    31. « Communiqué billetterie match OM-LOSC », sur om.net, (consulté le 17 octobre)
    32. « Full Time Report : Olympique de Marseille - AC Milan », sur uefa.com, (consulté le 15 septembre 2009)
    33. « Full Time Report : Real Madrid CF - Olympique de Marseille », sur uefa.com, (consulté le 30 septembre 2009)
    34. « Full Time Report : FC Zurich - Olympique de Marseille », sur uefa.com, (consulté le 21 octobre 2009)
    35. « Full Time Report : Olympique de Marseille - FC Zurich », sur uefa.com, (consulté le 3 novembre 2009)
    36. « Full Time Report : AC Milan - Olympique de Marseille », sur uefa.com, (consulté le 25 novembre 2009)
    37. « Full Time Report : Olympique de Marseille - Real Madrid CF », sur uefa.com, (consulté le 8 décembre 2009)
    38. « Affluences Coupe de la Ligue », sur lfp.fr