Ouvrir le menu principal

Saint-Ouen (Somme)

commune française du département de la Somme
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Ouen.

Saint-Ouen
Saint-Ouen (Somme)
Mairie de Saint-Ouen.
Blason de Saint-Ouen
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Flixecourt
Intercommunalité Communauté de communes Nièvre et Somme
Maire
Mandat
Lyne Eletufe
2014-2020
Code postal 80610
Code commune 80711
Démographie
Gentilé Saint-Ouennais, Saint-Ouennaises
Population
municipale
1 910 hab. (2016 en diminution de 5,49 % par rapport à 2011)
Densité 439 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 02′ 15″ nord, 2° 07′ 22″ est
Altitude Min. 19 m
Max. 110 m
Superficie 4,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Saint-Ouen

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Saint-Ouen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Ouen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Ouen
Liens
Site web Site de la mairie

Saint-Ouen est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

GéographieModifier

Saint-Ouen est un village picard situé au nord-ouest d'Amiens, dans la vallée de la Nièvre, à peu près à égale distance d'Abbeville et Amiens (30 km).

Il jouxte, entre autres, Saint-Léger-lès-Domart et Berteaucourt-les-Dames.

Communes limitrophesModifier

Transports en commun routiersModifier

La localité est desservie par la ligne d'autocars no 24 (Doullens - Domart-en-Ponthieu) et la ligne no 28 (Saint-Léger - Flixecourt - Amiens) du réseau inter-urbain Trans'80, Hauts-de-France, tous les jours sauf le dimanche et les jours fériés[1].

ToponymieModifier

On trouve plusieurs formes pour désigner Saint-Ouen, dans les textes anciens : Sanctus Audoemus (1150), Saintuyn (1301), Saint Ouyn (1314), Saint Yuin (1315), Sainthum (1507), Saint Auuyn (1592), Saint Win (1594), Saint-Ouin (1832), Saint-Ouen 1733, 1836)[2]. Le nom de la commune est lié à Ouen de Rouen qui vécut au VIIe siècle.

HistoireModifier

AntiquitéModifier

La commune de Saint-Ouen était à l'époque gauloise incluse dans le pays des Ambiens. Après la conquête romaine, le territoire de l'actuelle commune fut traversé par une voie romaine, la via Agrippa de l'Océan.

Moyen ÂgeModifier

On a retrouvé des sépultures mérovingiennes sur le territoire de la commune vers Ville-Saint-Ouen.

En 1301, un pouillé dénombrait 100 communiants dans la paroisse.

En 1322, Jean de Picquigny, seigneur de Saint-Ouen était homme-lige de l'évêque d'Amiens.

Époque moderneModifier

En 1507, furent rédigées les coutumes de Saint-Ouen, le chevalier Jean de Mailly étant seigneur du lieu.

En 1736, le seigneur de Saint-Ouen, Le Roy de Jumel et la commune firent reconstruire deux ponts.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2014 Jean-Pierre Saint[3] SE  
mars 2014[4] En cours
(au 6 mai 2014)
Lyne Eletufe    

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2016, la commune comptait 1 910 habitants[Note 1], en diminution de 5,49 % par rapport à 2011 (Somme : +0,27 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
418393544518567611624651696
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
7086961 0751 2701 5131 9542 1372 3422 762
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 8213 4023 2832 7452 7632 5222 5382 4652 351
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
2 1172 1062 0472 0112 1862 1962 0692 0281 915
2016 - - - - - - - -
1 910--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

L'école publique Alfred Manessier comporte 3 classes de maternelle et 8 classes élémentaires à la rentrée scolaire 2019.

Des activités périscolaires et une cantine complètent l'enseignement local[9].

Culture et patrimoineModifier

 
Vue de la vallée depuis l'ancienne voie romaine, la chaussée Brunehaut descendant vers Saint-Ouen.

Lieux et monumentsModifier

 
L'église.
  • Église Saint-Ouen : initialement du XVIIIe siècle, l'église , construite en pierre calcaire, a été profondément remaniée et agrandie dans le courant du XIXe siècle[10].
  • Monument aux morts.
  • Ancien bains-douches datant de 1934.
  • Ancienne voie romaine (Via Agrippa de l'Océan).
  • Ancienne filature de jute : Jean-Baptiste Saint installa une filature de jute à Saint-Ouen, en 1863. Une corderie est créée en 1892. La filature est construite en brique avec toits en tuile flamande. On distingue trois ensembles bâtis :
    • un premier ensemble avec l'entrée nord avec grille, des pavillons symétriques à un étage carré, des ateliers de fabrication, une entrée ouest avec conciergerie, des entrepôts industriels à l'est ;
    • un deuxième ensemble de bâtiments en sheds ;
    • un troisième ensemble formé d'ateliers de fabrication en sheds avec des chaufferie en brique, des entrepôts industriels[11].
  • Cité ouvrière Saint Frères : Cité ouvrière construite de la fin du XIXe siècle au milieu du XXe siècles, composée de maisons individuelles en brique à étage de comble[12].
 
Bains-douches de 1934.

HéraldiqueModifier

  Blason D'azur au sautoir d'argent accompagné de quatre aiglettes du même.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  2. « L'origine du nom sur le site municipal ».
  3. Réélu pour le mandat 2008-2014 : « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 17 mars 2009)
  4. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 3 avril 2014, p. 19.
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. « Site de la mairie, rubrique école » (consulté le 7 septembre 2019).
  10. « L'église et le cimetière sur Inventaire des Hauts-de-France ».
  11. « L'usine sur la base Mérimée » (consulté le 7 septembre 2019).
  12. « La cité sur la base Mérimée » (consulté le 7 septembre 2019).