Ouvrir le menu principal

Saint-Hippolyte-le-Graveyron

commune française du département de Vaucluse
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Hippolyte.

Saint-Hippolyte-le-Graveyron
Saint-Hippolyte-le-Graveyron
Colonne marquant le centre de la commune
Blason de Saint-Hippolyte-le-Graveyron
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Carpentras
Canton Monteux
Intercommunalité Communauté d'agglomération Ventoux-Comtat Venaissin
Maire
Mandat
André Aiello
2014-2020
Code postal 84330
Code commune 84109
Démographie
Gentilé Saint-Hippolytains, Saint-Hippolytaines
Population
municipale
183 hab. (2016 en augmentation de 13,66 % par rapport à 2011)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 07′ 25″ nord, 5° 04′ 30″ est
Altitude 170 m
Min. 135 m
Max. 438 m
Superficie 4,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte administrative de Vaucluse
City locator 14.svg
Saint-Hippolyte-le-Graveyron

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte topographique de Vaucluse
City locator 14.svg
Saint-Hippolyte-le-Graveyron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Hippolyte-le-Graveyron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Hippolyte-le-Graveyron

Saint-Hippolyte-le-Graveyron est une commune française, située dans le département de Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.


Sommaire

GéographieModifier

Située au nord de Carpentras, la commune est proche du Mont Ventoux, au sud du massif des Dentelles.

AccèsModifier

Les communes les plus proches sont Caromb, Beaumes-de-Venise, Lafare, Le Barroux, Aubignan et Malaucène. Carpentras est situé à 7 km, Orange à 27 km et Avignon à 36 km[1]. Elle est traversée par la départementale D 21 qui rejoint la D 938, route menant de Carpentras à Malaucène.

L'autoroute la plus proche est l'autoroute A7 et la gare TGV la plus proche est la gare d'Avignon TGV.

ReliefModifier

L'ensemble du territoire de la commune se trouve sur le piémont des Dentelles de Montmirail. Son sommet le plus important est une colline nommée la « Montagne de la Cabro ».

GéologieModifier

Le sol est composé de gravières (graveiroun) issues de l'érosion du massif des Dentelles. La « Montagne de la Cabro » est une surrection composée de calcaire urgonien.

SismicitéModifier

Les cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon, et Pertuis sont classés en zone Ib (risque faible). Tous les autres cantons du département de Vaucluse, dont celui de Carpentras-Nord auquel appartient la commune, sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[2].

HydrographieModifier

Aucune rivière pérenne ne traverse la commune. Seuls des vallats, lits de rivières fossiles, descendent de la « Montagne de la Cabro ».

ClimatModifier

La commune est située dans la zone d’influence du climat méditerranéen. Les étés sont chauds et secs, liés à la remontée des anticyclones subtropicaux, entrecoupés d’épisodes orageux parfois violents. Les hivers sont doux. Les précipitations sont peu fréquentes et la neige rare.


Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures maximales moyennes (°C) 10 12 16 18 23 27 30 30 25 20 13 10 19,5
Températures minimales moyennes (°C) 2 3 6 8 12 15 18 18 14 11 6 5 9,7
Températures moyennes (°C) 6 7,5 11 13 17,5 21 23 23 19,5 15,5 9 7,5 14,5
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 36,5 23,3 24,9 42,7 45,6 25,4 20,9 29,1 65,8 59,6 52,8 34,0 460.6
Source : Données climatologiques de Carpentras 2000-2007


Vaucluse moyenne nationale
Ensoleillement 2 800 h/an 1 973 h/an
Pluie 700 mm/an (sur 80 jours) 770 mm/an
Vent 110 j/an essentiellement du Mistral

HistoireModifier

Préhistoire et AntiquitéModifier

Ce territoire a été traversé au cours de la préhistoire par d'importantes drailles empruntées par les troupeaux lors des estives entre la plaine et le massif du Mont Ventoux[3]. Sous la colonisation romaine, il semble avoir été un lieu de culte important puisque trois autels provenant de fanum ont été découverts aux quartiers des Côtes et de Bariane. Ils étaient dédiés respectivement aux Nymphes Carinnæ, à Silvain, le dieu au maillet, et à Mars Albarinus[3].

Moyen ÂgeModifier

Sous le règne des papes d'Avignon, dans la première partie du XIVe siècle, elle fut inféodée à Hugues de Roger qui en rendit hommage à la Révérende Chambre Apostolique, le ministère des finances pontificales[3]. En 1376, les conseillers de Saint-Hippolyte et du Barroux transigèrent sur un échange de terres[1].

En 1401, ce fief est acheté par Alix des Baux, nièce de Raymond de Turenne et épouse d'Odon de Villars. La transaction notifiait l'acquisition de « ville et château », formule toute faite puisqu'il n'y en avait jamais eu, Saint-Hippolyte étant l'une des rares communes du Comtat Venaissin à n'avoir pas d'agglomération[3].

Guillaume des Baux, qui en hérita, en rendit hommage à Piero Cottini, recteur du Comtat, au cours de l'année 1428[3].

RenaissanceModifier

Étienne de Vesc, seigneur de Caromb, acquit ce fief en 1488 et l'annexa à ses domaines. Dès lors, il fut appelé Saint-Hippolyte-lès-Caromb[4]. Ce ne fut qu'en 1631, que les seigneurs de Caromb accordèrent des statuts aux habitants de Saint-Hippolyte[1]. Au cours du XVIIe siècle, les chèvres des Baronnies et de la vallée du Toulourenc, venant de Malaucène[3] et descendant à Carpentras, pour le marché du vendredi, durent être parquées dans une grotte de la colline voisine qui prit dès lors le nom de « Montagne de la Cabre »[5]. Puis considérant que ces troupeaux causaient trop de dégâts par leur voracité, les recteurs du Comtat, imposèrent l'attelage des chèvres puis les interdirent d'accès à Carpentras. Désormais le marché se tint à Saint-Hippolyte[6].

Période moderneModifier

La commune fut recréée en se séparant de Caromb le [3]. Le 12 août 1793 fut créé le département de Vaucluse, constitué des districts d’Avignon et de Carpentras, mais aussi de ceux d’Apt et d’Orange, qui appartenaient aux Bouches-du-Rhône, ainsi que du canton de Sault, qui appartenait aux Basses-Alpes.

Article détaillé : Histoire de Vaucluse.

Période contemporaineModifier

Le centre de la commune est marqué par la mairie et l'église puisque Saint-Hippolyte est l'une des rares communes du Vaucluse sans agglomération. Tout l'habitat est dispersé sur l'ensemble du territoire[3]. En 1900, pour la première fois apparait l’appellation côtes-du-ventoux. C'est à partir de 1939, que les vignerons constituèrent un syndicat des vins du Ventoux. Grâce à leur action, leurs vins furent classés en Vin Délimité de Qualité Supérieure (VDQS) dès 1953[7] puis accédèrent enfin à l’AOC le .

ToponymieModifier

Placée sous la protection de Sanctus Ypolitus, la commune s'est appelée Sanctus Hipoolytus, en 1363, Sanct Apoliti, en 1378[4]. Elle prit le nom révolutionnaire de Hippolyte-lès-Caromb en 1790. Elle est nommée ensuite Saint-Hippolyte puis Saint-Hippolyte-le-Graveron en 1918[8]. Elle prend son nom actuel de Saint-Hippolyte-le-Graveyron le [4]. Le qualificatif de Graveyron, vient du provençal graveiroun signifiant gravière[3].

HéraldiqueModifier

Article détaillé : Armorial des communes de Vaucluse.

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'or à la bande vivrée d'azur accompagnée de deux cairons du même

Politique et administrationModifier

 
la mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1996 en cours André Aiello    
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10].

En 2016, la commune comptait 183 habitants[Note 1], en augmentation de 13,66 % par rapport à 2011 (Vaucluse : +2,27 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
808599111160156173163168
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
181191188191215184166147141
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
11312712112314514412495110
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1169396119169179168167180
2016 - - - - - - - -
183--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

AgricultureModifier

La commune est essentiellement agricole. Au cours du XIXe siècle, elle produisait vin, blé, garance, huile d'olive et soie[1]. De nos jours, l'activité s'est concentrée sur l'horticulture, la production de cerises, de raisins de table (Muscat du Ventoux), de vin Ventoux (AOC) et de bois et plants de vigne (pépinière viticole).

TourismeModifier

Située dans la plaine du Comtat Venaissin, avec sa situation à proximité de Carpentras et du mont Ventoux, mais aussi de la vallée du Rhône, d'Avignon et de son riche patrimoine, la commune voit le tourisme occuper directement ou indirectement une place non négligeable de son économie.

Équipements et servicesModifier

N'ayant pas d'agglomération, il n'y a dans la commune aucun commerce.

EnseignementModifier

La commune n'a ni école maternelle ni école primaire, les élèves vont à Caromb ou Beaumes-de-Venise[13]. Ensuite les élèves sont dirigés vers le collège François Raspail à Carpentras[14], puis le lycée Jean-Henri Fabre à Carpentras.

Écologie et recyclageModifier

Collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés et protection et mise en valeur de l'environnement dans le cadre de la Communauté d'agglomération Ventoux-Comtat Venaissin.

Lieux et monumentsModifier

  • Colonne de pierre surmontée d'une croix en fer.
  • Château Juvénal du XIXe siècle
  • Église paroissiale, édifiée en 1830, sur un terrain donné par un ancien maire, Hippolyte Fabre.

Personnalités liées à la communeModifier

BibliographieModifier

  • Robert Bailly, Dictionnaire des communes du Vaucluse, A. Barthélemy, Avignon, 1986, (ISBN 2903044279)
  • Jules Courtet, Dictionnaire géographique, géologique, historique, archéologique et biographique du département du Vaucluse, Christian Lacour, Nîmes (réed.), 1997, (ISBN 284406051X)
  • Jean-Pierre Saltarelli, Les Côtes du Ventoux, origines et originalités d'un terroir de la vallée du Rhône, A. Barthélemy, Avignon, 2000, (ISBN 2879230411)

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a b c et d Jules Courtet, op. cit., p. 286.
  2. Zonage sismique réglementaire de la France, classement des cantons (découpage fin 1989) de la région PACA, page 48
  3. a b c d e f g h et i Jean-Pierre Saltarelli, op. cit., p. 116.
  4. a b et c Robert Bailly, op. cit., p. 361.
  5. Jules Courtet, op. cit., p. 287.
  6. Jean-Pierre Saltarelli, op. cit., p. 117.
  7. L'arrêté du définit les conditions de production du V.D.Q.S. côtes-du-ventoux.
  8. http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/fiche.php?select_resultat=32339
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. Enseignement publique primaire en Vaucluse
  14. Carte scolaire du Vaucluse

Pour approfondirModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier