Ouvrir le menu principal

Saint-Germain-les-Belles

commune française du département de la Haute-Vienne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Germain.

Saint-Germain-les-Belles
Saint-Germain-les-Belles
Blason de Saint-Germain-les-Belles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Arrondissement de Limoges
Canton Eymoutiers
Intercommunalité Communauté de communes Briance - Sud-Haute-Vienne
Maire
Mandat
Marc Ditlecadet
2014-2020
Code postal 87380
Code commune 87146
Démographie
Gentilé Saint-Germinois
Population
municipale
1 181 hab. (2016 en augmentation de 1,37 % par rapport à 2011)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 36′ 56″ nord, 1° 29′ 44″ est
Altitude Min. 315 m
Max. 489 m
Superficie 37,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Saint-Germain-les-Belles

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Saint-Germain-les-Belles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Germain-les-Belles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Germain-les-Belles

Saint-Germain-les-Belles est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne, en région Nouvelle-Aquitaine.

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune est limitrophe du département de la Corrèze.

 
Situation de la commune de Saint-Germain-les-Belles en Haute-Vienne.

Communes limitrophesModifier

ToponymieModifier

Une histoire populaire locale prétend qu'avant de s'appeler Saint-Germain-les-Belles, le village avait été baptisé Saint-Germain-les-Belles-Filles[2] en raison de l'accueil chaleureux du roi Henri IV par les serveuses de l'hôtel de la Boule d'Or ou du manoir de Gourgauderie. Plus vraisemblablement, le nom actuel proviendrait de l'occitan Saint-Germain-la-Beylie.

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Mont-les-Belles[3].

En occitan, le nom en est Sent German las Belas.

Ses habitants sont appelés les Saint-Germinois[4].

HistoireModifier

Le lieu-dit Camp de César dans le sud de la commune correspond à une mine d'or exploitée à l'époque de l'indépendance gauloise. Le toponyme lui a été attribué au XIXe siècle, en raison de la taille des haldes assimilées à des retranchements militaires[5]. Deux nécropoles du Premier Âge du Fer ont également été retrouvées à proximité[6].

Le bourg castral d'origine médiéval est mentionné, dès le XIe siècle, dans le cartulaire d'Uzerche.

En pleine guerre de Cent Ans, le cardinal Roger, frère du pape limousin Clément VI, meurt et demande dans son testament l’édification d’une collégiale à Saint-Germain-les-Belles dans laquelle il puisse être enseveli. Cette collégiale Saint-Germain se bâtit donc à l’emplacement d’un ancien édifice roman.

En 1204, l’évêque de Limoges vint consacrer dans l’ancienne église romane les reliques de Saint Germain.

Vers 1350, la seigneurie de Saint Germain dépendant du vicomte de Limoges désargenté est vendue aux Roger, riches seigneurs du Bas-Limousin dont la famille a donné les papes d’Avignon Clément VI et Grégoire XI.

Le cardinal Hugues Roger, frère de Clément VI, avait dans son testament émis le vœu que soit érigé à Saint Germain une église collégiale servie par treize chanoines, dont le doyen aurait rang de seigneur. À sa mort en 1364, le cardinal Pierre Roger son neveu, futur Grégoire XI, exécuteur testamentaire, fit bâtir cette église, à l’emplacement de l’ancienne, en pleine guerre de Cent Ans, ce qui explique son style fortifié avec chemin de ronde sous les toits qui dessert créneaux et mâchicoulis.

Elle fut ouverte au culte en 1381.

(In fiche signalétique dans l’église)

Selon le Nobiliaire du diocèse et de la généralité de Limoges, tome février rédigé par l'abbé Joseph Nadaud : « Le noble Jordain du Breuil, chevalier, fit, le (parfois qualifié de camp de , à Maymac, son testament signé Chardogne. il veut y être inhumé dans l'église du chapître de Saint-Germain. il avait éposé N..., dont il eut un fils unique, nommé Jean. »

Saint Germain-les-Belles a abrité un camp d'internement, (parfois qualifié de camp de concentration) entre 1940 et 1941[7]. Il n'en reste aucune trace matérielle aujourd'hui, mais une stèle a été érigée tout près de l'endroit où le camp se trouvait.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours Marc Ditlecadet[8] DVG Médecin généraliste
Conseiller général (1985-2015)
Président de la Communauté de communes

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2016, la commune comptait 1 181 habitants[Note 1], en augmentation de 1,37 % par rapport à 2011 (Haute-Vienne : -0,29 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 7352 0152 2632 2412 2512 2832 4012 4002 457
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 1882 1282 2012 1382 1242 1782 2672 5982 260
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 1922 2922 1472 0461 8801 9111 8331 7831 623
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 6261 5241 4251 2551 0791 1121 1411 1441 148
2013 2016 - - - - - - -
1 1871 181-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Saint Germain-les Belles-est connue pour son église fortifiée datant du XIVe siècle. L'église a été construite en pleine guerre de Cent ans avec de solides fortifications. L'église est la plus ancienne des églises fortifiées du département et son système de défense est comparable en plusieurs points à celui du palais des papes d'Avignon car cette église fut érigée par le cardinal Hugues Roger, frère du pape limousin Clément VI. Deux étages défensifs sont reliés par un escalier à vis : au premier, l’ancienne salle capitulaire et sa grande fenêtre de guetteur ; au second, les combles au-dessus de la nef et du chœur aménagés en salle d’armes, refuge. Un chemin de ronde, faisant le tour du chevet, est percé de baies de tir, d’archères et de mâchicoulis.
  • Gare de Saint-Germain-les-Belles.
  • Auvézère : elle prend sa source vers 420 mètres d'altitude dans le Massif central en région Limousin, sur la commune de Saint-Germain-les-Belles, cinq kilomètres au sud du bourg, près du lieu-dit le Camp de César, à proximité de l'autoroute A20.
  • De l'ancien château de Saint Germain-les-Belles, il ne reste que le donjon carré du XIIe siècle situé près de l'église. Cette tour, dite "des Barres", servit de prison sous la Révolution française. Le donjon est du XIIe siècle.
  • la fontaine de Pierre Brune, le lavoir et le viaduc. Le viaduc se situe sur la D31, réalisé en 1860 et fait 48 mètres de haut.
  • Le site Montréal, autour du plan d'eau, est une base de loisirs pour tous.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blason De gueules au clocher du lieu d'argent mouvant de la pointe, accosté des lettres S et G du même ; au franc canton d'argent à la bande d'azur accompagnée de six roses de gueules ordonnées en orle.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias D'argent à la barre d'azur.

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Carte IGN sur Géoportail
  2. Sur l'acte de décès de Léonard Bleignie, le 5 décembre 1830, à Firbeix (Dordogne), il est dit natif de Saint Germain-les-Belles-Filles (Haute Vienne).
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr.
  5. Béatrice Cauuet, L'Or des Celtes du Limousin, Limoges : Culture et patrimoine en Limousin, coll. Archéologie, 2004, (ISBN 2-911167-37-6), p. 22.
  6. Cauuet, op. cit., p. 25
  7. [1]
  8. Site officiel de la préfecture de Haute-Vienne - liste des maires (doc pdf)
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. Jean-Louis Jeannelle, « Note sur l’état poétique chez Sartre et Beauvoir », Fabula-LhT, n° 18, « Un je-ne-sais-quoi de “poétique” », avril 2017 [lire en ligne] page consultée le 04 octobre 2019.