Ouvrir le menu principal

Saint-Germain-Laval (Seine-et-Marne)

commune française du département de Seine-et-Marne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Germain, Laval et Saint-Germain-Laval.

Saint-Germain-Laval
Saint-Germain-Laval (Seine-et-Marne)
La mairie
Blason de Saint-Germain-Laval
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Canton Montereau-Fault-Yonne
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Montereau
Maire
Mandat
Marie-Claude de Saint-Loup
2014-2020
Code postal 77130
Code commune 77409
Démographie
Gentilé Saint-Germanois
Population
municipale
2 790 hab. (2016 en diminution de 0,29 % par rapport à 2011)
Densité 317 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 24′ 04″ nord, 2° 59′ 58″ est
Altitude Min. 47 m
Max. 133 m
Superficie 8,80 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Saint-Germain-Laval

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte topographique d'Île-de-France
City locator 14.svg
Saint-Germain-Laval

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Germain-Laval

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Germain-Laval
Liens
Site web saint-germain-laval.fr

Saint-Germain-Laval est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Saint-Germanois.

Sommaire

GéographieModifier

LocalisationModifier

Le village est situé à 4,5 km au nord-est de Montereau-Fault-Yonne sur la rive droite de la Seine.

Communes limitrophesModifier

HydrographieModifier

Le système hydrographique de la commune se compose de trois cours d'eau référencés :

Par ailleurs, son territoire est également traversé par l’aqueduc de la Voulzie. La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 5,58 km[4].

UrbanismeModifier

Lieux-dits, écarts et quartiersModifier

La commune compte 72 lieux-dits administratifs répertoriés[5] dont Tréchy, Gardeloup, le Petit-Buisson, Courbeton, lotissement Saint-Pierre.

Occupation des solsModifier

En 2019, le territoire de la commune se réparti[Note 1] en 66,8 % de terres arables, 12,4 % de zones urbanisées, 11,3 % de forêts, 5,7 % de mines, décharges et chantiers, 2,2 % de milieux à végétation arbusive et/ou herbacée[Note 2], 1,2 % d’eaux continentales[Note 3], < 0,5 % de zones agricoles hétérogènes[Note 4] et < 0,5 % de zones industrielles commercialisées et réseaux de communication[4].

ToponymieModifier

De l’abbaye mère éponyme Saint-Germain-des-Prés de Paris.

Au cours de la Révolution française, la commune porte le nom de Gardeloup-sur-Seine[6].

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
octobre 1947 mars 1959 Antonin Chopin    
mars 1959 mars 1977 Fernand Chopin    
mars 1977 mars 1989 Jean-Pierre Mastelinck[7] UG  
mars 1989 mars 2001 Jean-Claude Lentes PCF  
mars 2001 en cours Marie-Claude de Saint-Loup [8] DVG Retraitée de l'Éducation nationale
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementaleModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2016, la commune comptait 2 790 habitants[Note 5], en diminution de 0,29 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
268322321268378385368465448
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
477474468425459571621542505
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
415420426408408420364356435
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
9301 1381 1342 5662 3622 6022 7842 7982 790
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Manifestations culturelles et festivitésModifier

ÉconomieModifier

  • Parc d’activités de Merlange.

Culture locale et patrimoineModifier

 
L'église Saint-Germain-et-Saint-Laurent.

Lieux et monumentsModifier

  • Église Saint-Germain-et-Saint-Laurent, XIe, XIIIe et XIXe siècle, avec un clocher en bâtière, inscrite au titre des monuments historiques[12].
  • Le parc de l'ancien château de Courbeton (détruit en 1975), planté au XIXe siècle et qui abrite aujourd'hui un centre de formation d'apprentis.
  • Coteau de Tréchy dominant la vallée de la Seine et de l'Yonne.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Les armes de Saint-Germain-Laval se blasonnent ainsi :

Écartelé au 1) d'azur, à trois fleurs de lys d'or, chargé en cœur d'un écusson cousu de sable chargé de trois besant d'argent ; au 2) de gueules, à trois fermaux d'or ; au 3) de gueules, à deux épis liés en sautoir, surmontés d'une grappe de raisin feuillée, le tout d'or ; au 4) d'azur, à la fasce ondée d'argent, surmontée d'un loup ravissant d'or, armé et lampassé de gueules.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Statistiques de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  2. Pelouses, pâturages naturels, landes et broussailles, végétation sclérophylle, forêt et végétation arbustive en mutation.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Elles comprennent les cultures annuelles associées aux cultures permanentes, les systèmes culturaux et parcellaires complexes, les surfaces essentiellement agricoles, interrompues par des espaces naturels importants et les territoires agro-forestiers.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier