Sagnes-et-Goudoulet

commune française du département de l'Ardèche

Sagnes-et-Goudoulet
Sagnes-et-Goudoulet
Vue panoramique du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Largentière
Intercommunalité Communauté de communes de la Montagne d'Ardèche
Maire
Mandat
Isabelle Lévêque
2020-2026
Code postal 07450
Code commune 07203
Démographie
Population
municipale
116 hab. (2019 en diminution de 9,37 % par rapport à 2013)
Densité 4,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 47′ 28″ nord, 4° 13′ 36″ est
Altitude 1 240 m
Min. 1 080 m
Max. 1 527 m
Superficie 25,02 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Haute-Ardèche
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sagnes-et-Goudoulet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sagnes-et-Goudoulet
Géolocalisation sur la carte : Ardèche
Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
City locator 14.svg
Sagnes-et-Goudoulet
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Sagnes-et-Goudoulet

Sagnes-et-Goudoulet est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes.

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune est située à 34 km de Coucouron, siège de la communauté de communes, 40 km de Vals-les-Bains, 52 km de Saint-Étienne-de-Lugdarès et 25 km du lac d'Issarlès[1].

Géologie et reliefModifier

Sagnes-et-Goudoulet est une des 145 communes du Parc naturel régional des Monts d'Ardèche.

SismicitéModifier

Commune située dans une zone de sismicité faible[2].

Hydrographie et les eaux souterrainesModifier

Cours d'eau traversant la commune :

  • La Padelle[3], affluent de la Loire[4], prend sa source sur la commune. C'est le deuxième affluent d'importance de la Loire après l'Aigue Nègre.
  • Ruisseau de Pereyres, du Temple, de Pra d'Arnaud, de Pélissier, de Pas de Fer, de l'Ufernet[5].

ClimatModifier

Climat classé Cfb dans la classification de Köppen et Geiger[6].

Voies de communications et transportsModifier

Voies routièresModifier

D122 vers Le Béage et Sainte-Eulalie.

D289 depuis Burzet[7].

Transports en communModifier

Communes limitrophesModifier

Sagnes-et-Goudoulet est limitrophe de sept communes[8], toutes situées dans le département de l'Ardèche et réparties géographiquement de la manière suivante :

UrbanismeModifier

Commune couverte par le Règlement national d'urbanisme[9].

TypologieModifier

Sagnes-et-Goudoulet est une commune rurale[Note 1],[10]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[11],[12]. La commune est en outre hors attraction des villes[13],[14].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (69 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (70,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (40,9 %), prairies (29,3 %), forêts (28,1 %), zones agricoles hétérogènes (1,8 %)[15].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[16].

ToponymieModifier

De l'occitan sanha lui-même du gaulois sagna qui signifie "terre marécageuse, marais, tourbière".

HistoireModifier

Les Sagnes a été un prieuré fondé par l'abbaye de la Chaise-Dieu au XIIIe siècle sous le vocable Saint-Robert.

Le Goudoulet a été la paroisse de Sainte-Eulalie et dépendait de la famille Ithier, seigneurs de Géorand. Le mandement de Goudoulet est passé à l'abbaye cistercienne d'Aiguebelle à la suite de plusieurs dons faits par les seigneurs de Burzet et de Géorand. Il y a eu des frictions entre les deux abbayes au sujet du partage des dîmes. On peut lire dans les chartes de l'abbaye Notre-Dame d'Aiguebelle que des représentants des deux abbayes se sont rencontrés en 1320 pour définir la répartition entre elles des dîmes et des prémices du territoire de Sagnes sur le domaine de Goudoulet. Le 14 juin 1320, en présence de l'abbé de la Chaise-Dieu, Jean Chandorat (1318-1342), il est décidé que le recteur de Sagnes soit recevoir le tiers et l'abbé d'Aiguebelle, Guillaume III Giraud, en tant que recteur de Goudoulet, les deux tiers. Le domaine de Goudoulet est resté une propriété de l'abbaye d'Aiguebelle jusqu'à la Révolution[17].

Sur le territoire de la commune se trouve Dizonenche qui a été une grange-herboristerie de la chartreuse de Bonnefoy.

La commune de Sagnes-et-Goudoulet est le résultat de la réunion en 1790 des deux communauté des Sagnes et de Goudoulet.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1981 1989 Gaston Roux    
1989 2020 Christian Lévêque    
mai 2020 En cours
(au 2 juin 2020)
Isabelle Lévêque    

Budget et fiscalité 2019Modifier

 
La mairie et le clocher de l'église.

En 2019, le budget de la commune était constitué ainsi[18] :

  • total des produits de fonctionnement : 203 000 , soit 1 690  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 170 000 , soit 1 413  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 42 000 , soit 353  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 34 000 , soit 286  par habitant ;
  • endettement : 14 000 , soit 1 171  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 6,65 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 11,80 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 43,51 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2018 : médiane en 2018 du revenu disponible, par unité de consommation[19].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[21].

En 2019, la commune comptait 116 habitants[Note 2], en diminution de 9,37 % par rapport à 2013 (Ardèche : +2,47 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3708809931 0599471 017896885891
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
889861854850828918852819747
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
787751722606597561513492411
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
369322198182146131138137130
2015 2019 - - - - - - -
122116-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

Entreprises et commercesModifier

AgricultureModifier

TourismeModifier

CommercesModifier

  • Commerces locaux et services de proximité dans les communes environnantes[29].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Monument aux morts.
L'abbaye de la Chaise-Dieu a fondé un prieuré au lieu-dit les Sagnes au XIIIe siècle.
Le le clocher de l'église a été incendié par la foudre. Le clocher est réparé et l'église restaurée en 1934.
  • salle polyvalente, ancien presbytère.
  • Monument aux morts de Sagnes-et-Goudoulet, édifié en 1926 sous la municipalité du maire H. Malosse, et béni le par l'évêque de Viviers Mgr Hurault[30].

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

RéférencesModifier

  1. Lac-d'Issarlès
  2. Didacticiel de la réglementation parasismique
  3. Rivière La Padelle
  4. Fleuve La Loire
  5. Géographie : Hydrographie
  6. Table climatique
  7. Plan de Sagnes-et-Goudoulet
  8. Direction départementale de l'équipement (DDE), « Carte en relief de l'Ardèche avec limites communales », sur http://www.ardeche.equipement.gouv.fr, (consulté le ).
  9. Réglement national d'urbanisme, sur Géoportail de l'urbanisme
  10. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  12. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  16. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  17. Jean de la Croix Bouton, « La Chaise-Dieu et Aiguebelle », dans Maisons de Dieu et hommes d'église : florilège en l'honneur de Pierre-Roger Gaussin, Saint-Étienne, Publications de l'université de Saint-Étienne, , 431 p. (ISBN 2-86272-023-2, lire en ligne), p. 40.
  18. Les comptes de la commune
  19. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  24. « Ferme dite Peyronnet à Sagnes-et-Goudoulet », sur monumentum.fr (consulté le ).
  25. « Ferme dite La Grangeasse à Sagnes-et-Goudoulet », sur monumentum.fr (consulté le ).
  26. « Ferme dite la Petite Grangeasse à Sagnes-et-Goudoulet », sur monumentum.fr (consulté le ).
  27. « Ferme dite Ferme-Auberge à Sagnes-et-Goudoulet », sur monumentum.fr (consulté le ).
  28. Bistrot de pays
  29. Commerces locaux et services de proximité
  30. « France (Ardèche) : SAGNES-ET-GOUDOULET (07450) », sur monumentsmorts.univ-lille.fr (consulté le ).