Rue du Faubourg-Poissonnière

rue de Paris, France

9e, 10e arrts
Rue du Faubourg-Poissonnière
Voir la photo.
Vue de la rue du Faubourg-Poissonnière au niveau de la rue Sainte-Cécile.
Voir la plaque.
Situation
Arrondissements 9e
10e
Quartiers Saint-Vincent-de-Paul
Porte-Saint-Denis
Rochechouart
Faubourg-Montmartre
Début Boulevard Poissonnière
44, boulevard de Bonne-Nouvelle
Fin 155, boulevard de Magenta
Voies desservies Rue Bergère
Rue de l'Échiquier
Rue d'Enghien
Rue Sainte-Cécile
Rue Gabriel-Laumain
Rue Richer
Rue des Petites-Écuries
Rue Ambroise-Thomas
Rue Bleue
Rue de Paradis
Rue des Messageries
Rue de Montholon
Rue La Fayette
Rue de Bellefond
Rue d'Abbeville
Rue de Belzunce
Rue de Maubeuge
Rue Pétrelle
Rue de Dunkerque
Rue du Delta
Morphologie
Longueur 1 408 m
Largeur 11 m
Historique
Ancien nom Chaussée de la Nouvelle-France
Rue Sainte-Anne
Géocodification
Ville de Paris 3538
DGI 3512
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue du Faubourg-Poissonnière
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue du Faubourg-Poissonnière[1] marque la limite entre le 9e et le 10e arrondissement de Paris, principale voie de l'ancien quartier du faubourg Poissonnière.

Situation et accès modifier

Origine du nom modifier

La rue du Faubourg-Poissonnière doit son nom au fait qu'elle traversait le hameau situé à l'extérieur de la porte de la Poissonnerie du mur d'enceinte tracé dans l'alignement de la rue des Poissonniers au nord et de la rue Poissonnière au sud, elle formait une partie du chemin des Poissonniers. Le faubourg est primitivement un quartier « fors le bourg » (de l'ancien français « fors », issu du latin foris « en dehors » et de borc, « bourg », forsborc vers 1200, forbours vers 1260[2]).

Historique modifier

La rue qui figure sur les plans anciens porta au XVIIe siècle le nom de « chaussée de la Nouvelle-France » car elle conduisait au hameau de la Nouvelle-France fondé en 1642 sur un ancien vignoble.

Elle longeait, dans sa partie sud du boulevard jusqu'au grand égout (emplacement depuis sa couverture en 1760 de la rue des Petites-Écuries), la couture des Filles-Dieu qui s'étendait à l'est jusqu'à la rue du Faubourg-Saint-Denis, et, au nord de la rue de Paradis, l'enclos Saint-Lazare qui s'étendait également à l'est jusqu'au faubourg Saint-Laurent.

Elle prit en 1660 le nom « rue Sainte-Anne », en raison d'une chapelle qu'on y avait construite au no 77 pour desservir le quartier de la Nouvelle France[3].

Dès 1770, Claude-Martin Goupy spécula au faubourg Poissonnière sur des terrains vendus par la communauté des Filles-Dieu, dont il était l'entrepreneur, jouant un rôle capital dans l'urbanisation du quartier[4]. Le lendemain du 10 août 1792, c'est près de la barrière Poissonnière (au nord de la rue), dans une vaste tranchée creusée à cet effet, que les 400 à 500 cadavres des Gardes suisses tués dans les escaliers, les cours et les jardins des Tuileries sont jetés pêle-mêle[5].

 
1848 : les insurgés dans le clos Saint-Lazare à la Barrière Poissonnière.

Durant les Trois Glorieuses, la voie est le théâtre d'affrontement entre les insurgés et la troupe.

Le 23 juin 1848, la barrière Poissonnière est l'enjeu de rudes combats entre les insurgés, barricadés dans les bâtiments, et les troupes gouvernementales.

Le 8 mars 1918, durant la première Guerre mondiale, une bombe lancée d'un avion allemand explose au no 66 rue du Faubourg-Poissonnière[6].

Le , un obus lancé par la Grosse Bertha explose au no 54 rue du Faubourg-Poissonnière[7].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire modifier

L'entrée du no 30 et le panneau d'histoire.
  • No 32 : entrée d'un passage cocher donnant sur une impasse. Cet ensemble, ou cité, est issu du lotissement réalisé par le sculpteur marbrier Leprince (apparemment François-Robert, issu d'une dynastie de marbriers et d'épouses de marbriers, dont François Leprince, marbrier du roi décédé en 1746, déjà installé dans le quartier Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle). Le terrain avait été acquis par Claude-Martin Goupy en 1771 par bail emphytéotique au couvent des Filles-Dieu. En 1772, Goupy cède ses droits sur ces terrains à Leprince, qui fait réaliser des immeubles entre 1773 et 1776, probablement par son frère, sur l'emplacement des jardins et des quelques longères qui existaient déjà. Le marbrier établit sur place son logement et probablement ses ateliers, sans qu'il soit possible de dire s'il logeait sur rue, ou dans l'un des deux hôtels situés dans l'impasse.
    • L'immeuble sur rue (no 32bis) est réuni au no 34 au cours du XIXe siècle pour former un grand immeuble de rapport après reprise complète des ailes de bâtiment en fond de cour. Ce bâtiment est totalement séparé du reste du lotissement, apparemment dès la fin du XVIIIe siècle. C'est probablement Leprince qui est l'auteur des modèles des panneaux stuqués à motifs antiquisants visible sur la façade sur rue du 32 bis, et dont on peut voir des occurrences sur divers immeubles parisiens de la même période. Il réalise également sans doute les décors stuqués de même type conservés dans les pièces de réception de l'un des hôtels dans le passage ;
    • le premier hôtel du passage (no 32A) se présente en « U » en adossement autour d'une cour, sans jardin. Il est modifié au milieu du XIXe siècle puis surélevé d'un étage au début du XXIe siècle en suivant le style adopté pour les étages inférieurs ;
    • le fond de la cité Leprince est occupé par un second hôtel accessible sous un porche (no 32, bâtiment 1), organisé autour d'une cour. La tradition orale indique que l'atelier de plumasserie des Folies Bergère a occupé le 1er étage de l'hôtel au cours du XXe siècle. Ses dépendances ont consisté en un ensemble d'ailes plaquées contre les mitoyennetés nord, jusqu'à la rue d'Hauteville (le bâtiment 4 en est un vestige). Ces ailes ont abrité des logements et peut-être des ateliers. Avant la fin du XVIIIe siècle, la moitié donnant sur la rue d'Hauteville est séparée en construisant une aile transversale (bâtiment 3), fermant ainsi une seconde cour. Sous l'Empire (autour de 1810), le jardin de cet hôtel est remplacé par un immeuble (bâtiment) le long du passage, afin d'étendre les espaces de l'hôtel initial. Cet immeuble est séparé du bâtiment 1 autour de 1830 et réaménagé en immeuble de rapport indépendant, toujours dans le style néoclassique. Pour remplacer l'aile qui donnait sur le jardin, un bâtiment industriel (bâtiment 5) est construit autour de 1900, entre la mitoyenneté et le bâtiment 2. L'intérieur de ce bâtiment est totalement transformé dans les années 1980 puis en 2012-2013. La cité Leprince constitue un bon exemple de stratification historique dans le cadre du lotissement progressif du faubourg Poissonnière entre 1770 et 1900[15].
  • No 64 (angle de la rue de Paradis) : emplacement de la porte Sainte-Anne construite en 1645 et détruite vers 1715. La barrière d'octroi figure sur le plan de Turgot. Elle est remplacée vers 1788 par la barrière Poissonnière du mur des Fermiers généraux.
  • Nos 66-68 : maison d'édition Gustave Prioré, éditions musicales (vers 1850). Gustave Prioré est également compositeur.
  • Nos 69-71 (angle rue Bleue) : alors rue Sainte-Anne, emplacement de l'habitation de la famille Sanson, exécuteurs des hautes œuvres de justice. Le jardin se prolongeait au-delà de l'actuelle rue Bleue. Après la mort de Charles-Henri Samson en 1778, ses héritiers vendent l'ensemble à l'architecte Nicolas Lenoir qui édifie des immeubles sur le terrain avec un percement réalisé en 1780 des rues Papillon, Riboutté et élargissement de la rue Bleue (alors rue d'Enfer)[18].
  • No 72 : présence d'une grande plaque pour indiquer le séjour de 1841 à 1846 de l'écrivain Henri Heine (1797-1856).
Entrée de la caserne au no 76 et le panneau d'histoire.
 
No 80 : façade de l'ancien débit de boissons.
  • No 80 : ancien lieu de débit de boissons au coin de la rue des Messageries, avec une devanture de la première moitié du XIXe siècle, inscrite aux monuments historiques  [20].
  • Nos 80-82 : la nouvelle caserne de la Nouvelle-France est construite entre 1932 et 1941 pour la ville de Paris par l'architecte Boegner. Sur le mur de l'immeuble situé au no 80 de la rue du Faubourg-Poissonnière, les sculptures proviennent de l'entrée de la première caserne située à l'actuel no 76[21],[a].
  • No 88 : Gaston Poittevin (1880-1944) y demeure en 1941[22].
  • No 92 : Étienne Calla, mécanicien et élève de Jacques de Vaucanson, installe une fonderie en 1820[23]. C'est la maison Calla qui réalise les fontes ornementales de l'église Saint-Vincent-de-Paul à la demande de Jacques Hittorff[24]. En 1849, la fonderie Calla déménage au nord de l'enclos Saint-Lazare, à La Chapelle.
  • No 98 : Boris Vian y demeure après son mariage à partir de 1942.
  • No 106 : lycée Rocroy-Saint-Léon, établissement privé ouvert en 1877[25]. Avant la construction de la structure, Philippe-Frédéric de Dietrich y demeure dans son hôtel particulier, qui est démoli par la suite.
  • No 121 : le lycée Lamartine est fondé en 1893 sur l'emplacement d'une folie (hôtel particulier) datant du XVIIe siècle, rachetée en 1891 par l'Éducation nationale. De nombreux travaux sont faits, mais certaines parties sont conservées et classées parmi les monuments historiques   (bureau, salon et décor intérieur)[26].
No 129 : Plans du gazomètre de 1814, 1837 et 1848.
 
Plan de l'ensemble immobilier des nos 171, 173 et 175 rue du Faubourg-Poissonnière et nos 46, 48 et 50 rue de Dunkerque.
  • Nos 171, 173 et 175 : immeubles sur la rue du Faubourg-Poissonnière de l'ensemble immobilier construit par la compagnie d'assurance La Confiance en 1880, consistant en six immeubles sur cette voie (trois sur rue et trois sur jardin), quatre immeubles sur la rue de Dunkerque (tous sur rue) et un hôtel entouré d'un jardin et pourvu de communs en fond de parcelle.

Notes et références modifier

Notes modifier

  1. a b et c Panneau Histoire de Paris devant le bâtiment.
  2. C'était à cette époque le no 97.

Références modifier

  1. Direction de l'Urbanisme de la Ville de Paris, « Nomenclature officielle des voies : rue du Faubourg Poissonnière », sur capgeo.sig.paris.fr (consulté le ).
  2. Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, 3 vol., 3e édition, Le Robert, 2006.
  3. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, Paris, F. Lazare, 1844-1849, 702 p., 28 cm (BNF 32357628, lire en ligne sur Gallica), p. 551-552.
  4. Pascal Étienne, Le Faubourg Poissonnière, p. 92-108.
  5. a b et c Girault de Saint-Fargeau, Les quarante-huit quartiers de Paris, Paris, E. Blanchard, , 3e éd., 612 p., 12 × 18 cm (OCLC 25737852, BNF 30512352, SUDOC 023256885, présentation en ligne, lire en ligne), p. 196.
  6. Excelsior du 8 janvier 1919 : Carte et liste officielles des bombes d'avions et de zeppelins lancées sur Paris et la banlieue et numérotées suivant leur ordre et leur date de chute sur Gallica.
  7. Excelsior du 9 janvier 1919 : Carte et liste officielles des obus lancés par le canon monstre et numérotés suivant leur ordre et leur date de chute sur Gallica.
  8. Lise Manin, Perverses promiscuités ? Bains publics et cafés-concerts parisiens au second XIXe siècle, In : Genre, sexualité & société, 10, automne 2013 (en ligne). L'auteure se réfère à Régis Révenin, Homosexualité et prostitution masculines à Paris : 1870-1918, L'Harmattan, Paris, 2005, p. 62.
  9. François Caradec et Alain Weill, Le Café-Concert, Fayard, 2007.
  10. René Jullian, Histoire de l’architecture en France, Philippe Sers, Paris, 1984 (ISBN 2-904057-07-2).
  11. Central téléphonique Provence, Central téléphonique Bergère sur Structurae, consulté le 22 août 2023..
  12. « Central téléphonique et Poste », notice no PA75090001, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. « Hôtel Chéret ou Akermann », notice no PA00086496, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. « Ravalement des façades sur cours et reprise des pans de bois 30-32, rue du Faubourg-Poissonnière (10e) », sur centraledesmarches.com, (consulté le ).
  15. Pascal Étienne, Le Faubourg Poissonnière, p. 30-32.
  16. a b et c Hervé Collet, « Claude Goupy, architecte et seigneur du fief de Meaux (château de la Chesnaie) à Eaubonne », sur valmorency.fr, (consulté le ).
  17. « Maison, ancien hôtel Titon », notice no PA00086505, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. Pascal Étienne, Le Faubourg Poissonnière, p. 62-66.
  19. Jacques Hillairet, Connaissance du vieux Paris, p. 326.
  20. « Ancien débit de boisson », notice no PA00086487, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. Emplacement de la caserne de la Nouvelle France.
  22. Le Petit Parisien : journal quotidien du soir : Liste des dignitaires de la Franc-maçonnerie sur Gallica, p. 3 du .
  23. Louis Lurine (dir.) (ill. Grandville et Daumier), Les Rues de Paris. Paris ancien et moderne : origines, histoire, monuments, costumes, mœurs, chroniques et traditions, vol. 2, t. II, Paris, G. Kugelmann (réimpr. 1982) (1re éd. 1844), 411 p., in-4° (OCLC 492086988, BNF 34218941, SUDOC 063990369, présentation en ligne, lire en ligne), p. 392-393.
  24. Jean-François Belhoste (dir.), « Histoire de la culture technique et scientifique en Europe, XVIe et XIXe siècles » (Résumés des conférences), Annuaire de l'École pratique des hautes études (ASHP), Paris, EPHE,‎ , p. 317-318 (ISSN 1969-6310, lire en ligne [PDF], consulté le ).
  25. Bernard Cadou, « Rocroy - Saint-Vincent de Paul : Histoire », sur rocroysvp.fr, (consulté le ).
  26. « Lycée Lamartine », notice no PA00088987, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. Albert Ronsin, « François de Neufchâteau : Situation de fortune », sur Dictionnaire des journalistes (1600-1789) (consulté le ).
  28. Florence Bourillon (dir.) et Karen Bowie (dir.), Le clos Saint-Lazare : histoire d'un îlot du 10e arrondissement (guide exposition), Paris, Comité d'histoire de la ville de Paris, , 2 p. (lire en ligne [PDF]).
  29. Ladvocat : sur le grand gazomètre de l'usine établie rue du Faubourg-Poissonnière, no 97.
  30. Laurent Laborie, « Pourquoi Le Louxor : De la campagne d'Égypte au jardin du delta », sur paris-louxor.fr, (consulté le ).

Voir aussi modifier

Bibliographie modifier

Articles connexes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes modifier