Ouvrir le menu principal

Rue de Dunkerque

rue de Paris, France

9e, 10e arrts
Rue de Dunkerque
Image illustrative de l’article Rue de Dunkerque
Rue de Dunkerque (9e et 10e arrondissements).
Situation
Arrondissements 9e
10e
Quartiers Saint-Vincent-de-Paul
Rochechouart
Début 43, rue d'Alsace
Fin 12, place d'Anvers
39, boulevard de Rochechouart
Morphologie
Longueur 1 095 m
Largeur 12 m
Historique
Ancien nom Rue de l'Abattoir
Géocodification
Ville de Paris 3019
DGI 2990

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Dunkerque
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de Dunkerque est une voie des 9e arrondissement et 10e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accèsModifier

La rue de Dunkerque est une voie publique située dans les 9e arrondissement et 10e arrondissement de Paris. Elle débute au 43, rue d'Alsace et se termine aux 12, place d'Anvers et 39, boulevard de Rochechouart après avoir croisé les rues La Fayette, du Faubourg-Saint-Denis, de Saint-Quentin, la place Napoléon-III, le boulevard de Denain, les rues de Compiègne, de Maubeuge, Saint-Vincent-de-Paul, le boulevard de Magenta, les rues de Rocroy, du Faubourg-Poissonnière, de Rochechouart, l'avenue Trudaine et la rue Gérando.

Origine du nomModifier

Cette rue doit son nom à la ville du département du Nord, Dunkerque, desservie par la gare du Nord.

HistoriqueModifier

La première section de la rue, d'une longueur totale de 552 mètres, est tracée en 1827, sous le nom de « rue de l'Abattoir » car elle se dirigeait vers l'abattoir de Montmartre, entre les rues du Faubourg-Saint-Denis et du Faubourg Poissonnière. La voie faisait alors partie du 3e arrondissement de Paris, quartier du Faubourg-Poissonnière[1].

La rue fait partie d'un lotissement créé sur les terrains de l'ancien enclos Saint-Lazare, vendu par le domaine de l'État. Une ordonnance royale du 31 janvier 1827 autorise en effet messieurs André et Cottier, des banquiers, à ouvrir, sur leurs terrains, 13 rues sous plusieurs conditions[1] :

Au-delà de la rue du Faubourg-Saint-Denis, la voie nouvelle est prolongée par une impasse, appelée « cul-de-sac Saint-Lazare » ou impasse des Abattoirs[9] ».

La deuxième section de la rue est ouverte en 1839 entre la rue de Rochechouart et la rue du Faubourg-Poissonnière. Cette voie portait le nom de « rue Neuve-du-Delta » (à ne pas confondre avec l'actuelle rue du Delta)[10]. Son nom fait référence au jardin du Delta, lieu de villégiature et de divertissement du même type que le jardin Tivoli)[11]. La voie faisait alors partie du 2e arrondissement de Paris, quartier du Faubourg-Montmartre[10],[12].

En 1847, la rue des Abattoirs est renommée « rue de Dunkerque » du fait de la proximité de la gare du Nord[13].

La rue Neuve-du-Delta est prolongée jusqu'au boulevard de Rochechouart sur une partie des terrains de l'ancien abattoirs de Montmartre. En 1854, la rue Neuve-du-Delta est réunie à la rue de Dunkerque. La même année, l'impasse des Abattoirs est supprimée pour permettre l'agrandissement de la gare de l'Est[14]. Seule la partie comprise entre la rue du Faubourg-Saint-Denis et la rue d'Alsace subsiste aujourd'hui.

En 1880, la compagnie d'assurance La Confiance construit un ensemble immobilier entre les rues de Dunkerque et du Faubourg-Poissonnière, occupant les numéros 44 à 50 sur cette première voie. La promotion consiste en quatre immeubles sur la rue de Dunkerque (tous sur rue), six immeubles sur la rue du Faubourg-Poissonnière (trois sur rue, trois sur jardin), et un hôtel entouré d'un jardin et pourvu de communs en fond de parcelle.

Au 45 de la rue de Dunkerque (immeuble traversant donnant également 138, rue du Faubourg-Poissonnière), s'élevait la fabrique de menuiserie Wallart. Il s'agissait d'un immeuble de trois étages en bois sculpté à ajustage à tenons et mortaises (les ateliers se trouvaient rue du Faubourg-Poissonnière, le porche principal pour le passage des camions s'ouvrait rue de Dunkerque), chef-d'œuvre d'architecture en bois, unique à Paris, édifié en 1896, disparu avec la construction au début des années 1970 de l'immeuble de rapport qui s'y trouve aujourd'hui.

En 1900, une gare annexe est construite à l'angle des rues du Faubourg-Saint-Denis et de Dunkerque pour les trains tramways et les trains de la Petite Ceinture[15],[16]. En 2016, ce bâtiment est occupé par un bureau de poste.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

RéférencesModifier

  1. a et b Félix Lazare et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, 1844-1849, p. 1-4 [lire en ligne].
  2. La rue de la Barrière-Poissonnière qui deviendra la rue du Nord en 1833 et le boulevard Magenta en 1855.
  3. La rue de la Barrière-Saint-Denis qui deviendra rue de Denain puis l'avenue de Denain en 1847 et enfin boulevard de Denain en 1859.
  4. La rue de l'Abattoir qui deviendra la rue de Dunkerque.
  5. La rue des Magasins qui deviendra la rue de Saint-Quentin.
  6. La rue du Chevet-de-l'Église deviendra la rue de Belzunce.
  7. La rue du Gazomètre qui deviendra la rue d'Abbeville.
  8. La partie entre les actuelles rues Lafayette et du Château-Landon.
  9. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), 17e quartier « Faubourg Saint-Denis », F/31/81/27.
  10. a et b Félix Lazare et Louis Lazare, op. cit., p. 177 [lire en ligne].
  11. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), 8e quartier « Faubourg Montmartre », îlot no 9, échelle 1/230, F/31/76/08.
  12. Plan parcellaire de la rive droite de Paris (1830-1850), 8e quartier « Faubourg Montmartre », RES/A1513/10.
  13. Félix Lazare et Louis Lazare, op. cit., p. 8 [lire en ligne].
  14. Décret du 18 octobre 1854.
  15. « Notice sur le matériel et les objets exposés par la Compagnie du Chemin de fer du Nord », Revue générale des chemins de fer et des tramways, juillet 1900, p. 45 [lire en ligne].
  16. Plan parcellaire municipal de Paris (fin XIXe), plan 37e quartier « Saint-Vincent de Paul », 42e feuille, cote PP/11929/D.

AnnexesModifier