Oblast d'Irkoutsk

oblast, sujet fédéral de Russie au centre de la Sibérie

Oblast d’Irkoutsk
(ru) Иркутская область
Blason de Oblast d’Irkoutsk
Armoiries de l'oblast d'Irkoutsk
Drapeau de Oblast d’Irkoutsk
Drapeau de l'oblast d'Irkoutsk
Oblast d'Irkoutsk
Le lac Baïkal à Listvianka.
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région économique Sibérie orientale
District fédéral Sibérien
Statut politique Oblast
Création
Capitale Irkoutsk
Gouverneur Igor Kobzev (ER)
Démographie
Population 2 375 021 hab. (2019)
Densité 3,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 52° 17′ 00″ nord, 104° 16′ 01″ est
Superficie 774 846 km2
Autres informations
Langue(s) officielle(s) Russe
Fuseau horaire UTC+9
Code OKATO 25
Code ISO 3166 RU-IRK
Immatriculation 38
Localisation
Localisation de Oblast d’Irkoutsk
Liens
Site web www.govirk.ru

L'oblast d'Irkoutsk (en russe : Ирку́тская о́бласть, Irkoutskaïa oblast) est une sujet de la fédération de Russie, situé dans le district fédéral sibérien, dont la capitale administrative est la ville d'Irkoutsk. Fondé en 1937 en tant qu'oblast, l'oblast d'Irkoutsk est limitrophe de Touva, du kraï de Krasnoïarsk, de la république de Sakha, du kraï de Transbaïkalie et de la Bouriatie. Rosstat lui attribue le code 25, et son code d'immatriculation est 38. Sixième plus grand sujet de Russie, il est baigné par le lac Baïkal.

Le territoire qui compose l'oblast moderne a été pendant longtemps peuplé par des peuples sibériens et mongols. Au Moyen-Âge, la région est sous l'influence des États mongols et des dynasties chinoises, bien qu'elle soit très périphérique. La conquête de la Sibérie par les Russes venus de l'ouest commence dans la région au début du XVIIe siècle. Pendant les premières décennies, les Bouriates se livrent à des conflits avec les Russes, avant que ces derniers affirment leur dominance. Irkoutsk est fondée en 1661, alors que plusieurs villes comme Bratsk et Oust-Kout ont déjà été fondés. Au XVIIIe siècle, la région se développe avec le commerce de la fourrure, et la région devient le gouvernement d'Irkoutsk à la fin du siècle. La région profite de la découverte de gisements aurifères et des décabristes qui se concentrent dans la capitale régionale. Pendant la guerre civile russe, la région est lethéâtre de la déroute des Armées blanches avec la grande marche de glace de Sibérie et l'assassinat de Koltchak en 1920. Au cours de la période soviétique, l'oblast a été formé le , et a été grandement industrialisé. En 2008, l'oblast s'est agrandi avec l'annexion de la Bouriatie-Oust-Orda en son sein.

En 2023, sa population s'élevait à 2 344 360 personnes, en baisse constante depuis l'effondrement de l'URSS. La population est inégalement répartie, avec une densité moyenne de 3,03 hab./km2, avec une population urbaine à hauteur de 78,25 %, en grande partie dans l'agglomération d'Irkoutsk. Les Russes y sont majoritaires, avec plus de 90 % de la population, bien que d'autres minorités existent. Dans ces minorités, il y a des Bouriates ainsi qu'en Tofalarie dans les Saïan les Tofalars.

L'économie de l'oblast est développé, avec un important secteur d'exploitation des ressources, naturelles, agricoles ou hydroélectriques. Son produit régional brut en 2021 était d'un peu moins de 2 000 milliards de roubles, soit le 14e des 85 sujets russes, et avec un taux de chômage de 6,6 %. En outre, il dispose d'un secteur touristique en développement, grâce notamment au lac Baïkal, plus réserves d'eau douce liquide de la planète et plus profond lac au monde, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. Tout comme de nombreux sujets sibériens, l'oblast dispose de grandes aires protégées, parmi lesquelles la réserve naturelle Baïkal-Léna et le parc national Pribaïkalski.

Géographie modifier

Situation modifier

 
Carte topographique de l'oblast.

L'oblast d'Irkoutsk est un des 89 sujets de la fédération de Russie[a], situé dans la vaste région naturelle de Sibérie. L'oblast se trouve dans le sud de la Sibérie orientale, et vers le centre de l'Asie. Son territoire s'étend du sud au nord sur près de 1 450 km, d'ouest en est sur 1 318 km. Le point le plus méridional est au 51e parallèle nord, celui le plus septentrional atteint presque le 65e parallèle nord. La région occupe une superficie de 774 846 km2, soit 4,6 % du territoire de la Russie, faisant de lui le 6e plus grand sujet de Russie. Il a une taille équivalente à l'Italie, le Danemark, la Belgique, le Royaume-Uni, le Portugal et les Pays-Bas réunis[1],[2].

Son territoire est limitrophe à l'ouest et au nord-ouest du kraï de Krasnoïarsk, au nord-est de la république de Sakha, à l'extrémité orientale du kraï de Transbaïkalie. De plus, il borde au sud-est et au sud la république de Bouriatie et au sud-ouest la république de Touva. La longueur totale des frontières dépasse les 7 240 km, dont 520 km de frontière lacustre sur le Baïkal. Elle contient les bassins des rivières Angara, Léna et Toungouska inférieure. Son point culminant est le pic Martin, un sommet de 2 988 m d'altitude, à l'extrémité orientale de l'oblast dans le massif de Kodar[2].

L'ensemble de l'oblast d'Irkoutsk se trouve dans l'heure d'Irkoutsk. Par rapport à l'heure de Moscou, le fuseau horaire présente un décalage constant de +5 heures. Le décalage par rapport au temps universel coordonné est de +08.00[3].

Relief modifier

 
Lac Sredtsé dans les monts Khamar-Daban, vu depuis le pic Tcherski.

La majeure partie de l'oblast a un relief plat et élevé, avec des zones plus pentues au nord et nord-ouest. L'oblast d'Irkoutsk a 70 % de son territoire compris entre 200 et 750 m d'altitude, tanids que les basses terres (jusqu'à 200 m d'altitude) n'occupent que 1 % de la superficie totale, et sont confinées à certaines parties des vallées des cours d'eau Léna, Angara, Tchouna et Birioussa[2].

Au sud de l'oblast se trouvent les vastes chaînes de montagnes des Khamar-Daban et du Saïan oriental. Les hauteurs de ces massifs atteignent les 1 500 m d'altitude, et certains sommets sur la frontière ou proche de la frontière avec la Bouriatie s'élèvent à près de 3 000 m d'altitude[2].

Le point culminant est le Pic Martin, un sommet de 2 988 m d'altitude[4], à l'extrémité orientale de l'oblast, dans le massif de Kodar. Le point le plus bas est au fond du lac Baïkal, près de l'île d'Olkhon, à 1 181 m sous le niveau de la mer. Le dénivelé total de l'oblast atteint ainsi 4 180 m[2].

Hydrographie modifier

 
Bassins des rivières de l'oblast.

L'oblast d'Irkoutsk a de très conséquentes réserves en eau, grâce à ses nombreux cours d'eau et lacs, en particulier grâce au lac Baïkal. Son réseau hydrographique compte plus de 65 000 cours d'eau, avec une longeur totale de l'ensemble de ses cours d'eau de 309 355 km. Les cours d'eau de plus de 500 km de long ne sont qu'au nombre de 12, soit 0,02 %. Les petites rivières (moins de 10 km) forment 91,24 % de la longueur totale des cours d'eau.La densité du réseau hydrologique est de 400 m/km2[5].

L'oblast d'Irkoutsk compte 12 bassins de rivières sur son territoire[6]. Il est recouvert entre autres par les bassins de l'Angara, un sous-bassin de l'Ienisseï qui possède le bassin du Baïkal, lui-même de la Toungouska Inférieure ; de la Léna et de leurs nombreux affluents[5]. Le volume totale d'eau annuellement est de 175 à 180 km3, à cela s'ajoute 135 à 140 km3 qui proviennent de l'extérieur de l'oblast, ainsi que plus de 310 km3 qyu s'écoulent en dehors de l'oblast. Seulement 1 % du volume d'eau est prélevé[7].

L'oblast d'Irkoutsk compte, en excluant le Baïkal, 229 lacs d'une superficie totale de 7 732,5 km2[5],[6]. Il possède de plus une partie du lac Baïkal (l'autre partie étant en Bouriatie), d'une superficie de 31 722 km2[8], ce qui en fait le 7e lac le plus étendu au monde[9]. Son volume d'eau (23 600 km3)[8] représente environ 20 % de l'eau douce retenue dans les lacs et les rivières[8],[10]. Il est comparable au volume totale des Grands Lacs d'Amérique du Nord. Cela représente aussi plus de 90 % des réserves d'eau douce de Russie. Il est le lac le plus profond, sa colonne d'eau atteignant jusqu'à 1 642 m[8]. Il est long du nord au sud de 636 km, sa largeur maximale est de 79,5 km[11].

Par ailleurs, l'oblast d'Irkoutsk, qui possède 10 % des ressources hydroélectriques du pays[2], compte des grands réservoirs, avec entre autres le réservoir d'Irkoutsk, d'une superficie de 154 km2 et d'un volume de 2,1 km3 ; le réservoir de Bratsk d'une superficie de 5 470 km2 et d'un volume de 169,3 km3 et le réservoir d'Oust-Ilimsk, d'une superficie de 1 922 km2 et d'un volume de 58,93 km3[7].

Lac Baïkal à Koultouk avec sa baie.

Climat modifier

Les conditions climatiques sont rudes, avec un climat nettement continental, et il est influencé par l'éloignement des mers et sa position vers le centre de l'Asie. Il se caractérise par des hivers rigoureux, longs et peu enneigés, ainsi que des étés chauds avec de fortes précipitations[2].

Moyennes et records de températures
Lieux Raïon de Slioudianka Irkoutsk Bratsk
Températures moyennes minimales −7,1 °C −3,6 °C −6,2 °C
Températures moyennes 2,4 °C −1,4 °C −1,2 °C
Températures moyennes maximales 3,2 7,7 °C 4,3 °C
Précipitations moyennes 1 356,8 mm 477 mm 356,6 mm
Ensoleillement moyen 1 872 h 2 142 h 2 009,0 h
Record de températures

Minimale / Maximale

−39,6 °C (janvier 2018) /

32 °C (juin 2010)

−49,7 °C (janvier 1915) /

37,2 °C (juillet 1915)

−57,6 °C (janvier 1915) /

36,1 °C (juin 1931)

Source : Climatebase.ru[12],[13] et pogoda i klimat[14],[15],[16]

Géologie modifier

L'oblast d'Irkoutsk se situe à la fonction de deux structures géologiques que sont la plate-forme sibérienne, dans sa partie sud, et la zone du rifit du Baïkal. La zone du Roft du Baïkal a une activité tectonique et une sismicité élevée (jusqu'à 8 à 10 points sur l'échelle de Mercalli). Chaque année, les stations sismiques dans le sud-ouest enregistrent des milliers de petites secousses[2].

Urbanisme modifier

Répartition des terres modifier

La répartion des terres selon le rapport d'État « Sur l'état et la protection de l'environnement de la fédération de Russie en 2022 » du ministère des ressources naturelles et de l'environnement russe est, selon les catégories du code foncier russe, la suivante[17]:

Répartition des terres selon les catégories du code foncier russe en 2022[17]:
Répartition 2022 (mille ha) 2022 (%)
Terres agricoles 2873,2 3,7
Terres des localités 416,3 0,5
Terres d'industrie et autres fins spéciales 580,4 0,8
Terres des territoires et des objets protégés 1552,4 2,0
Terres du fonds forestier 69327,6 89,5
Terres du fonds aquatique 2241,5 2,9
Terres de réserve 493,2 0,6
Total 77 484,6 100

Voies de communication et transports modifier

Transport routier modifier

 
Réseau routier de la partie sud de l'oblast, avec les routes fédérales en couleur.

Fin 2022, selon Rosstat, la longueur totale des voies publiques dans l'oblast d'Irkoutsk est de 31 419,8 km, dont 1 683,4 km de routes d'importance fédérales, 11 936,4 km de routes d'importance régionale et 17 800,0 km de routes d'importance locale. La longueur des routes à revêtement dur est de 25 300,3 km (80,5 % du total), tandis que la densité des voies publiques est de 33 km / 10 000 km2 dans l'oblast[18].

La base du réseau routier est constituée de trois routes fédérales, avec la route fédérale R255 de Novossibirsk via Krasnoïarsk à Irkoutsk ; la route fédérale R258 d'Irkoutsk via Oulan-Oudé à Tchita ; et la route fédérale A331 vers Bratsk et Iakoutsk[19].

Au , le registre des bus intermunicipaux dans l'oblast d'Irkoutsk comprenait 359 itinéraires, répartis entre 230 itinéraires suburbains et 129 itinéraires interurbains. À cette date, 143 transporteurs opéraient sur ces lignes intermunicipales[20].

Transport ferroviaire modifier

Fin 2022, selon Rosstat, l'oblast d'Irkoutsk compte 2 494,4 km de voies ferrées, et la densité du réseau ferré est de 32 km / 10 000 km2[21].

Le transport ferroviaire est l'un des éléments les plus importants du système de transport de l'oblast. L'oblast compte plus de 100 gares[22]. Les plus grands nœuds ferroviaires de la région sont Irkoutsk, Taïchet, et d'autres. La plupart des chemins de fer de l'oblast sont sous la direction des chemins de fer de Sibérie orientale, une branche des chemins de fer russes[23]. En 2022, les voies ferroviaires ont permis d'exporter 43 005 millions de tonnes de marchandises[24].

La magistrale Baïkal-Amour (BAM) est un chemin de fer situé en Sibérie orientale et en Extrême-Orient, et l'une des plus grandes lignes ferroviaires du monde. La ligne, qui va de Taïchet à Sovetskaïa Gavan, a été construite avec de longues interruptions de 1938 à 1984[25],[26]. La construction de la partie centrale du chemin de fer, qui s'est déroulée dans des conditions géologiques et climatiques difficiles[26], a duré plus de 25 ans, et l'un des tronçons les plus difficiles, le tunnel de Severomouïsk, n'a été mis en service permanent qu'en 2003[27],[28].

Transport aérien modifier

Le transport aérien s'effectue via deux aéroports : d'Irkoutsk et de Bratsk, qui ont un statut international[22] et assurent des vols vers la Chine, la Mongolie, le Tadjikistan, la Thaïlande, l'Ouzbékistan, la Corée du Sud, le Japon et le Vietnam. Il existe également 10 aéroports de compagnies aériennes locales (dans les villes d'Oust-Kut, Bodaïbo, Kirensk, Oust-Ilimsk, Jeleznogorsk-Ilimski, Nijneoudinsk, le village de Kazatchinskoïe, Khoujir, Ierbogatchen et Mama) et plusieurs sites d'atterrissage d'hélicoptères dans des zones difficiles. zones accessibles (raïons de Nijneoudinsk, Jigalovo, la Katanga, Kirensk).

Chaque année, 2,6 millions de passagers utilisent les voies aériennes[22].

Transport par eau modifier

La navigation dans l'oblast d'Irkoutsk s'effectue le long des voies navigables des bassins du Baïkal, de l'Angara et de la Léna. La longueur totale des voies navigables est de 8 074 km, soit 8 % du total russe[22], mais seulement pendant une partie de l'année, à cause du gel des rivières. Pendant le dégel, des localités peuvent être rentrées entre elles par transport fluvial[29]. Il existe des ports fluviaux à Irkoutsk, Bratsk, sur le Baïkal et à Svirsk dans bassin de l'Angara et du Baïkal, et à Ossetrovo, Kirensk et Oust-Kout dans le bassin de la Léna[29]. Il y a en tout 52 installations d'amarrage dans l'oblast[22].

Histoire modifier

Histoire pré-russe modifier

Le peuplement du territoire de l'oblast d'Irkoutsk a commencé à l'époque paléolithique. Le site d'Igeteïski Log III appartient au Paléolithique moyen ; les sites de Malte, Bouret, Igeteïski Log I, Makarovo III, et d'autres sites appartiennent au Paléolithique supérieur[30]. Le site funéraire de Glazovo appartient au Chalcolithique[31].

Au XIIIe siècle, la région du lac Baïkal passe sous l'influence mongole. Gengis Khan conquiert les Merkits[32] et les Tatars qui étaient installés dans la région avant 1227, en route de sa conquête de l'Asie centrale. Ses descendants continuent la conquête de l'Asie. Kubilaï Khan, après avoir conquis l'ensemble du territoire chinois à la dynastie Song, puis ses dernières résistances au Sud du Changjiang, dans ce que l'on appelle la dynastie Song du Sud, crée la dynastie Yuan contrôlée de Khanbalik (aujourd'hui Pékin) en 1270. Les Mongols sont remplacés par la dynastie Ming sur une grande partie du territoire chinois et voient leur territoires limités aux steppes mongoles et plus au nord, dans ce que l'on appelle la Dynastie Yuan du Nord au XIVe siècle.

Du XVIIe siècle au XXe siècle modifier

 
Carte du gouvernement d'Irkoutsk.

La présence russe dans la région remonte au XVIIe siècle, alors que l'Empire russe progresse vers l'est après la conquête du Khanat de Sibir en 1582. À la fin du XVIIe siècle, Irkoutsk est une petite ville ; des monastères sont construits[33].

En 1708 le prikaze de Sibérie est remplacé par le gouvernement de Sibérie, regroupant les territoires entre Viatka et le Kamtchatka. Ce gouvernement devient en 1764 le tsarat de Sibérie, composé des gouvernements généraux de Tobolsk et Irkoutsk[34]. Le gouvernement d'Irkoutsk est créé en 1764, le gouvernement exista jusqu’en 1926[35].

L'année 1898 est marquée par la mise en service du chemin de fer Transsibérien et l'arrivée du premier train à Irkoutsk[36].

L'oblast a été créé le 26 septembre 1937, lorsque l'oblast de Sibérie orientale de la RSFSR a été divisée en oblasts d'Irkoutsk et de Tchita[37].

XIXe siècle modifier

Le 1er janvier 2008, le district autonome des Bouriates d'Oust-Orda, qui existait en tant que sujet distinct de la fédération de Russie depuis 1990, est devenu une partie de l'oblast d'Irkoutsk. Après la fusion de l'oblast d'Irkoutsk et du district autonome des Bouriates d'Oust-Orda, le nouveau sujet unifié de la fédération de Russie a garder le nom d' « oblast d'Irkoutsk ». La bouriatie Oust-Orda a cependant gardé un statut particulier dans l'oblast[38].

Population et société modifier

Démographie modifier

 
Markova, ici vue de l'ISS, est l'une des villes avec la plus grande hausse démographique de l'oblast.

L'oblast d'Irkoutsk est un sujet assez peuplé, notamment en comparaison avec ses voisins sibériens. Sa population résidente s'élève selon Rosstat à 2 344 360 personnes en 2023, soit le 20e sujet par population, compris entre l'oblast de Saratov au-dessus et l'oblast de Voronej en-dessous. Au sein du district fédéral sibérien, il est seulement dépassés par trois des dix sujets ; le kraï de Krasnoïarsk, l'oblast de Novossibirsk et l'oblast de Kemerevo-Kouzbass[39].

L'oblast d'Irkoutsk a une densité moyenne de 3,03 hab./km2 en 2023, soit le 68e sujet, entre le district autonome de Khantys-Mansis au-dessus et la république de Carélie en-dessous[39]. Mais cela varie grandement ; ainsi le raïon de la Katanga a une densité de seulement 0,02 hab./km2 (2021), le plus bas de l'oblast, tandis que le raïon le plus densément peuplé est le raïon d'Angarsk, avec 228,5 hab./km2 (2021). Avec le raïon de Chelekhov, d'une densité de 30,6 hab/km2, ce sont les deux seuls raïons ayant une densité supérieure à 10 hab./km2. Néanmoins, toutes les villes, qui forment des divisions administratives, ont une densité supérieure à ces chiffres. Irkoutsk a la densité la plus peuplée, avec 1 994,83 hab./km2 (2021)[40].

La population est en grande majorité urbaine, à 78,25 % en 2022[41]. L'agglomération d'Irkoutsk contient environ 40% de la population de l'oblast et plus de 50% de sa population urbaine qui y vivent[42]. Les principales villes sont Irkoutsk, Bratsk et Angarsk[39].

Recensements (*) ou estimations de la population[43],[44]:


Évolution démographique
1897* 1959* 1970* 1979* 1989* 2002* 2010* 2012 2013 2014
514 2671 976 4532 313 4102 559 5222 830 6412 581 7052 428 7502 424 3552 422 0262 418 348
2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021* 2022 2023 -
2 414 9132 412 8002 408 9012 404 1952 397 7632 391 1932 370 1022 363 4472 344 360-


Estimation de l'évolution démographique de l'oblast
  Population de l'oblast d'Irkoutsk Évolution 1989-2035
Villes 1989 2002 2010 2021 2035 Nombre %
Irkoutsk 626 135 247 118 233 567 617 264 675 600 + 49 465 + 7.9
Bratsk 255 705 259 335 246 319 224 071 195 760 - 59 945 -23,44
Angarsk 265 835 247 118 233 567 221 296 242 490 - 23 345 -8,78
Oust-Ilimsk 109 280 100 592 86 610 79 570 79 860 - 29 420 -26,92
Oussolié-Sibirskoïe 106 496 90 161 83 327 74 762 69 220 - 37 276 -35
Tcheremkhovo 73 636 60 107 52 647 53 958 51 580 - 19 678 -26,72
Ensemble de l'oblast 2 830 641 2 581 705 2 428 750 2 370 102 2 401 100 - 429 541 - 15,17
Sources des données : Rosstat et Ministère du Développement économique[45],[46]

Appartenance ethnique modifier

 

Ethnies des habitants de l’oblast d’Irkoutsk (2010)

Selon le recensement de 2010, l’appartenance ethnique des habitants de l’oblast d’Irkoutsk est répartie comme suit[47].

Ethnie Nombre Pourcentage[48]
Russes 2 144 075 91,4
Bouriates 77 667 3,3
Ukrainiens 30 827 1,3
Tatars 22 882 1,0
Biélorusses 7 929 0,3
Arméniens 6 558 0,3
Azéris 5 384 0,2
Tchouvaches 4 589 0,2
Kirghizes 4 507 0,2
Ouzbeks 4 367 0,2
Tadjiks 4 169 0,2
Allemands 3 725 0,2
Mordves 2 119 0,1
Autres 26 837 1,1
Non précisé 83 115

Logements modifier

Le parc immobilier de l'oblast s'étend sur 60 392,7 mille m2 de superficie totale[49].

Éducation modifier

En 2016, il y avait 26 universités et branches d'universités en activité dans l'oblast d'Irkoutsk, y compris les universités d'Irkoutsk, d'Angarsk et de Bratsk[50],.

Santé modifier

Depuis juillet 2016, une phase généralisée de l'épidémie de VIH a été enregistrée dans la région, un habitant sur 50 de la région est infecté par le VIH[51],[52]. Au total, selon les données officielles, 36 435 personnes sont infectées par le VIH dans la région, soit plus de 1,5 % de la population[53]. Depuis 2018[54], la gravité de l'épidémie de VIH dans la région est la pire de Russie[55].

Politique et administration modifier

Tendances politiques modifier

Scrutin 1er tour 2d tour
1er % 2e % 3e % 4e % 1er % 2e % 3e % 4e %
Présidentielle 2012[56] ER 55.45 KPRF 22.57 SE 8.76 LDPR 8.24 Victoire au premier tour
Législative 2016[57] ER 39,80 KPRF 24,05 LDPR 17,02 SRZP 5,18 Tour unique
Législative 2013 ER 42,36 KPRF 18,87 LDPR 11,28 GP 8,51 Tour unique
Gouvernorale 2015[58],[59] SE[b] 49,60 KPRF 36,61 SRZP 6,76 LDPR 4,15 KPRF 56,39 SE[b] 41,46
Présidentielle 2018[60] ER 73.06 KPRF 15.93 LDPR 6.44 GRANI 1.21 Victoire au premier tour
Législatives régionales 2018[61] KPRF 33,94 ER 27,83 LDPR 15,80 SRZP 7,04 Victoire au premier tour
Gouvernorale 2020 ER 60,79 KPRF 25,50 LDPR 4,33 SRZP 4,13 Victoire au premier tour
Législative 2021[62] ER 35,53 KPRF 27,81 NL 9,81 LDPR 8,58 Tour unique
Législatives régionales 2023 ER 54.60 KPRF 15.47 LDPR 9.62 NL 7.34 Tour unique

Autorités modifier

 
Assemblée législative depuis 2023.

Le gouverneur de l'oblast d'Irkoutsk est le chef du pouvoir exécutif du sujet de l'oblast d'Irkoutsk en Russie. Il est élu au suffrage universel direct à deux tours. De par sa politique particulière, elle est le sujet avec le plus de gouverneurs depuis 1991. Le gouverneur est actuellement Igor Kobzev, indépendant soutenu par Russie unie. L'organe exécutif est le gouvernement de l'oblast d'Irkoutsk, avec des ministères, agences, services et départements. Jusqu'au 1er octobre 2015, le chef du gouvernement était gouverneur ; depuis octobre 2015, ces postes ont été différenciés[63].

L'organe législatif est l'assemblée législative de l'oblast d'Irkoutsk, qui possède 45 députés renouvelés tous les cinq ans[63]. Sur les 45 sièges, 22 sièges sont pourvus au scrutin uninominal majoritaire à un tour dans autant de circonscriptions. Les électeurs votent pour un candidat dans leur circonscription, et le candidat arrivé en tête est déclaré élu. Les 23 autres sièges sont pourvus au scrutin proportionnel plurinominal avec listes fermées et seuil électoral de 5 % dans une unique circonscription englobant tout l'oblast[63],[64].

Le pouvoir judiciaire dans la région est exercé par le tribunal régional d'Irkoutsk, le tribunal d'arbitrage de l'oblast d'Irkoutsk, les tribunaux de district et municipaux et les magistrats. Le tribunal fédéral d'arbitrage du district de Sibérie orientale est situé à Irkoutsk[63].

Divisions administratives modifier

 
Carte de l'oblast d'Irkoutsk. Les raïons entourés en rouge sont ceux de l'okroug autonome d'Oust-Ourda.

Selon la loi « Sur la structure administrative-territoriale de l'oblast d'Irkoutsk », la Charte de l'oblast d'Irkoutsk, l'oblast comprend[65]:

Le système moderne de structure administrative et territoriale de l'oblast d'Irkoutsk comprend 466 municipalités, dont :

N° sur

la carte

Nom[66] Nom russe Code

OKATO

Population

(2021[67])

Superficie

(en km²)

Densitéhab/km² Centre administratif
1 Raïon d'Alar Аларский район 25 205 22 135 2700 8.2 Koutoulik
2 Raïon d'Angarsk Ангарский район 25 203 232 941 1 150 228,5 Angarsk
3 Raïon de Balagansk Балаганский район 25 201 8747 6 600 1.6 Balagansk
4 Raïon de Baïandaï Баяндаевский район 25 207 11 655 3 760 3.1 Baïandaï
5 Raïon de Bodaïbo Бодайбинский район 25 202 14411 92 000 0,3 Bodaïbo
6 Raïon de Bokhan Боханский район 25 209 25 050 3 700 7.3 Bokhan
7 Raïon de Bratsk Братский район 25 204 49 052 33 660 1.9 Bratsk
8 Raïon de Jigalovo Жигаловский район 25 206 8957 22 640 0,4 Jigalovo
9 Raïon de Zalari Заларинский район 25 208 26 549 7 540 3.52 Zalari
10 Raïon de Zima Зиминский район 25 210 12 501 7000 2.14 Zima
11 Raïon d'Irkoutsk Иркутский район 25 212 162 716 9 200 7.5 Irkoutsk
12 Raïon de Kazatchinskoïe-et-Lensk Казачинско-Ленский район 25 214 15404 33 300 0,6 Kazatchinskoïe
13 Raïon de la Katanga Катангский район 25 216 3089 139 000 0,03 Ierbogatchen
14 Raïon de Katchoug Качугский район 25 218 15 292 31 400 0,54 Katchoug
15 Raïon de Kirensk Киренский район 25 220 16 219 43 800 0,37 Kirensk
16 Raïon de Kouïtoun Куйтунский район 25 222 27 820 11 200 3.2 Kouitoun
17 Raïon de la Mama-et-Tchouïa Мамско-Чуйский район 25 224 3350 43 000 0,15 Mama
18 Raïon de la Basse-Ilim Нижнеилимский район 25 226 43 599 36 823 1.18 Jeleznogorsk-Ilimski
19 Raïon de Nijneoudinsk Нижнеудинский район 25 228 53 238 50 000 1.06 Nijneoudinsk
20 Raïon de Noukouty Нукутский район 25 229 15 119 2400 6.3 Novonoukoutski
21 Raïon d'Olkhon Ольхонский район 25 230 10 476 15 900 0,57 Elantsy
22 Raïon d'Ossa Осинский район 25 231 20 818 4400 4.73 Ossa
23 Raïon de Slioudianka Слюдянский район 25 234 39 056 5 300 6.2 Slioudianka
24 Raïon de Taïchet Тайшетский район 25 236 72 030 27 800 3.14 Taïchet
25 Raïon de Touloun Тулунский район 25 238 19 779 13 500 1.46 Touloun
26 Raïon d'Oussolie Усольский район 25 240 48 884 6 881,6 7.4 Beloretchenski
27 Raïon de Oust-Ilimsk Усть-Илимский район 25 242 13 426 36 823 0,60 Oust-Ilimsk
28 Raïon d'Oust-Kout Усть-Кутский район 25 244 43 443 34 600 1,59 Oust-Kout
29 Raïon d'Oust-Ouda Усть-Удинский район 25 246 13 461 20 400 0,8 Oust-Ouda
30 Raïon de Tcheremkhovo Черемховский район 25 248 28 781 9 900 2,91 Tcheremkhovo
31 Raïon de la Tchouna Чунский район 25 250 27 851 25 800 1.32 Tchounski
32 Raïon de Chelekhov Шелеховский район 25 255 65 099 2 100 30.6 Chelekhov
33 Raïon des Ekhirit-Boulagaty Эхирит-Булагатский район 25 257 29 403 5 200 5,65 Oust-Ordynski
  • Raïons faisant partie de l'okroug d'Oust-Orda[66]

Principales villes modifier

Dix villes de l'oblast les plus peuplées (2021)
 
Irkoutsk
 
Bratsk
 
Angarsk
Ville Population
 
Oust-Ilimsk
Oussolié-Sibirskoïe
 
Tcheremkhovo
1 Irkoutsk 617 264
2 Bratsk 224 071
3 Angarsk 221 296
4 Oust-Ilimsk 79 570
5 Oussolié-Sibirskoïe 74 762
6 Tcheremkhovo 53 958
7 Chelekhov 41 998
8 Oust-Kout 36 918
9 Touloun 38 440
10 Saïansk 35 561

Économie modifier

Généralités modifier

 
Le barrage d'Oust-Ilimsk.

L’oblast d’Irkoutsk est un immense bassin minier et industriel, dont le poids est considérable dans la production économique de la Sibérie Orientale et même dans l’économie russe. Du point de vue de l'exploitation des ressources naturelles et du développement industriel, l'oblast d'Irkoutsk est très en avance sur les autres régions de Sibérie et d'Extrême-Orient pour ce qui est de la concentration et de la spécialisation de la production : électricité, aluminium, générateurs électriques, chaudières, produits chimiques et pétrochimiques, dérivés du bois, et prestations d’ingénierie[68].

L’oblast d’Irkoutsk abrite d'importantes réserves minières : les plus importantes sont les hydrocarbures, l’or, le mica, le minerai de fer, le lignite, la houille et sel gemme. On y trouve aussi d'importants dépôts de minerais ferreux exploitables à ciel ouvert. Les mines de houille sont situées dans le bassin d’Irkoutsk, l’extrême-est du bassin de Kansk-Atchinsk, et le sud de la vallée de la Toungouska. Les plus grosses réserves se concentrent dans les raïons de Tcheremkhovo, de Zalari, de Kouïtoun et de Touloun[68]. Elle possède plus de 7 % des réserves de charbon de Russie, et la même quantité de pétrole et de gaz, ainsi que 10 % des ressources hydroélectriques du pays[2].

La région est aussi un important réservoir de terres rares, en particulier de niobium, de tantale, de lithium, et de rubidium. Les dépôts de Belodziminskoïe et de Vitchniakovskoïe dans la province du Saïan, recèleraient d'importantes réserves de lithium, de césium, de magnésium, et de strontium, ainsi que de brome et de potasse, piégés dans les salines du bassin d'Angaro-Lensky. Ce bassin minier est sans rival pour ce qui est de la superficie des champs captants d'eau potable du pays[68].

Selon Rosstat, le produit régional brut de la république s'élevait à 1 924,360 7 milliards de roubles en 2021, soit le 14e des 85 sujets russes[c]. Il est positionné entre la Bachkirie au-dessus et l'oblast de Nijni Novgorod en dessous. Dans le district fédéral sibérien, il est le 2e des 10 sujets du district, avec le kraï de Krasnoïarsk au-dessus et l'oblast de Novossibirsk en-dessous[69]. Le volume des investissements s'élevait à 105,2 milliards de roubles en 2019[70].

Le produit régional brut par habitant s'élevait à 813 312,4 roubles/hab. en 2021, soit le 18e des 85 sujets russes[c], compris entre l'oblast de Léningrad au-dessus et le kraï de Khabarovsk en-dessous[69]. En 2019, le taux de chômage était de 6,6 %, alors qu'il était de 8,2 % en 2015[70].

Industrie modifier

 
Usine d'aluminium de Bratsk

L'oblast d'Irkoutsk est une grande région industrielle. Dans la production de toute la Russie, il fournit 6,5 % de la production d'électricité, 15 % des exportations commerciales de bois, 6 % de la production de charbon, près de 20 % de la production de pâte à papier de toute la Russie, plus de 10 % du carton et environ 9 % du pétrole est traité. Fin , l'indice de la production industrielle a diminué de 2,6 points de pourcentage par rapport à la même période de l’année précédente. Cet indicateur est inférieur de 3,7 points de pourcentage à la moyenne russe et de 2,1 points de pourcentage à la valeur moyenne pour le district fédéral sibérien[71].

Dans l'industrie de la région, les secteurs de la foresterie, du travail du bois et des pâtes et papiers, des mines, des industries des combustibles, de la métallurgie des non-ferreux, de l'énergie, de la construction mécanique, de l'alimentation, de la chimie et de la pétrochimie, et de la métallurgie des fers ont connu le plus grand développement. Les ressources minérales de la région constituent un facteur important du développement industriel. On s’attend donc à ce qu’il développe un grand gisement, Sukhoi Log, qui représente 28 % des réserves d'or de la Russie, est attendu[72].

Grandes entreprises industrielles de la région[73] :

  • Complexe de l'industrie du bois de Bratsk ;
  • Usine d'aluminium de Bratsk ;
  • JSC Technologies de batterie ;
  • Société pétrochimique d'Angarsk ;
  • Irkout ;
  • Usine d'ingénierie lourde d'Irkoutsk ;
  • Câbles d'Irkoutsk ;
  • Irkutskenergo ;
  • Usine d'extraction et de traitement de Korchunovski ;
  • Port fluvial dOssetrovski ;
  • Sayanskkhimplaste ;
  • SUEK ;
  • Vostsibougol ;
  • Oussolmach ;
  • Complexe industriel du bois d'Oust-Ilimsk ;
  • Usine d'aluminium d'Irkoutsk ;
  • Verkhnechonskneftegaz
  • Compagnie pétrolière d'Irkoutsk.

Agriculture modifier

La superficie des terres consacrées au secteur agricole de l'oblast est de 2,38 millions d'hectares, soit 1 % des agricoles du pays, et ces terres contiennent 1,6 million d'hectares de terres arables[74]. La moitié des produits agricoles que l'oblast consomme viennent de l'oblast ; l'autre moitié est importée d'autres régions[74]. En , la production agricole s'élevait à 61,9 milliards de roubles[70], et en 2021 à 73,9 milliards de roubles[75].

L'agriculture est exercée en 2022 dans l'oblast par 1 600 exploitations paysannes, 1 090 associations à but non lucratif, 290 400 exploitations privées et 179 organisations spécialisées. De plus, il y a 64 coopératives agricoles et 21 organisations qui achètent les surplus de produits aux fermes privées[74].

Élevage modifier

 
Vaches sur l'île d'Olkhon.

L'élevage représente 46 % de la production agricole. Parmi ce qui est élevé, il y a des vaches comme la Kalmouk et la Hereford, des porcs, des moutons, des chèvres, des chevaux, des cerfs, des lapins, des volailles (autruches, cailles, canards, dindes, faisans, pies, pintades), abeilles, animaux à fourrure (vison, renard bleu) et poissons (truite, carpe, Coregonus peled)[76].

Au 1er juin 2021, le nombre d'animaux élevé est de 382,1 mille têtes, dont[77]:

  • 150,5 mille têtes de vaches
  • 219,5 mille têtes de porcs,
  • 113,9 mille têtes d'ovins,
  • 6 481,7 mille têtes de volailles.

Cultures modifier

 
Champ à Privovarikha.

Le secteur cultive du blé, de l'avoine, de l'orge du seigle du sarrasin, du millet, du colza, du soja, du maïs, des pois, du tournesol, des pommes de terre, des concombres, du chou blanc, du chou de table, betteraves, carottes, oignons, fruits, groseilles, herbes vivaces, et des cultures fourragères[76].

Plus de 50 % de toutes les terres agricoles de la région sont situées dans la zone de steppe boisée avec des conditions climatiques favorables le long du Transsibérien d'Irkoutsk à Touloun, le long du Transsibérien, et sur la rive droite du cours supérieur de l'Angara. 20 % des terres arables sont constituées de tchernozioms dans la zone de steppe des raïons des Bouriates d'Oust-d'Orda, de Tcheremkhovo et d'Olkhon. Le reste des terres arables se trouve dans la zone de la taïga, malgré un apport de chaleur insuffisant pour les cultures agricoles, dans les régions du nord le long du Bam, dans la section ouest du BAM et dans le cours supérieur du fleuve Léna[76].

En , la récolte de céréales et légumineuses s'est élevée à 865,1 mille tonnes, soit +85,9 mille tonnes ou 11 % par rapport à l'année précédente. Par ailleurs, 56,2 % de la récolte a été collectée par les exploitations paysannes ; la part des organisations agricoles dans la production céréalière diminue chaque année, entre 2019 et 2020 de 45,8 % à 43,5 %[78].

Superficies ensemencées :
année 1959 1990 2000 2005 2015
Mille ha 1636[79] 1573,2[80] 1020,9[80] 715,4[81] 675,3[81]

Industrie sylvicole modifier

Le développement des relations commerciales avec la Chine après l'effondrement de l'URSS a entraîné des changements dans la situation forestière et environnementale dans la région. Sur la base de dix années d'observations, il a été conclu que le volume d'abattage est plusieurs fois supérieur à celui autorisé et déclaré[82]. Cela a suscité l'inquiétude du Fonds mondial pour la nature. Les scieries et les zones exploitées appartenant à des Chinois jouent un rôle clé dans la propagation de l'exploitation forestière illégale[82]. De plus, les représentants des groupes criminels organisés n'occupent pas la dernière place dans cette affaire[83]. On constate une tendance émergente selon laquelle les sociétés forestières chinoises opèrent sous le couvert de sociétés locales. Par exemple, l'une des plus grandes entreprises de scieries de Russie (Trans-Siberian Forestry Company) a vendu des actions à des entrepreneurs chinois et a en fait cessé d'être russe. Le braconnage contribue au déclin d'espèces animales rares ; et la principale direction de la contrebande était l'exportation de pièces et produits sylvicoles[84],[85].

Dans le raïon de Taïchet, il est prévu de développer la production de charbon de bois, dangereuse pour l'environnement. Les données obtenues à partir de l'analyse des images satellite indiquent objectivement des dommages importants causés au fonds forestier pour 2001-2019[86],[87].

Énergie modifier

 
Barrage de Mamakan.

Le secteur hydroélectrique est largement développé dans la région[88]. Il existe 4 centrales hydroélectriques en activité dans la région[89], qui constituent la base du secteur énergétique de la région :

En 2012, grâce à l'ensemble des sources d'énergie dont elle dispose, la région a produit 62,5 milliards de kWh d'énergie[90]. La majeure partie de la production d'électricité de la région est contrôlée par Irkutskenergo, via 3 des 4 barrages et grâce à centrales thermiques dans l'oblast[91].

Gazéification de la région modifier

En février 2004, un accord de coopération a été signé entre Gazprom et le gouvernement de l'oblast, prévoyant le développement par Gazprom d'un programme général de gazéification et d'approvisionnement en gaz pour l'oblast. Le 16 décembre 2005, Gazprom et l'oblast ont signé un accord sur la gazéification de la région. Il est prévu de gazéifier 899 localités dans la région et d'augmenter le niveau de gazéification de la région avec du gaz naturel à 82 %. Ce chiffre devra dépasser le niveau russe actuel (64 %). Actuellement, le programme de gazéification de la région est gelé jusqu'en 2018[92].

L'oblast d'Irkoutsk possède l'une des plus grandes réserves d'hydrocarbures sur le territoire de la Russie ; les réserves totales récupérables de gaz, enregistrées dans le bilan de l'État de la fédération de Russie, s'élèvent à plus de 3,8 milliards de m3[93]. Sur le territoire de l'oblast d'Irkoutsk, il existe plus d'une douzaine de gisements de pétrole, de gaz et de condensats de gaz, dont les plus grands sont le gisement de condensats de gaz de Kovykta et le gisement de condensats de pétrole et de gaz de Verkhnetchonskoïe[94],[92].

Malgré les ressources naturelles, en , la part de la consommation de combustibles naturels dans la région oscille autour de 9 % ; elle est assurée par le système local de transport de gaz de Bratsk et de la région de Bratsk. D'ici , le Conseil des ministres entend atteindre le chiffre de 10,4 %[92].

Environnement modifier

Flore modifier

L'oblast d'Irkoutsk est recouvert à hauteur d'environ 80 % par de la taïga, mis à part dans les régions du sud où la steppe boisée est présente. La steppe boisée s'étend sur une large bande le long du transsibérien, ainsi que vers les bassins versants de l'Angara et de la Léna, et entre le bassin de la Léna et le cours supérieur du Kirenga.Les forêts de l'oblast sont dominées par des conifères, les forêts de confières occupant plus de 90 % de la superficie forestière. Il y a des cèdres, des épicéas, des pins, des mélèzes et des sapins entre autres[2].

Le Livre rouge de l'oblast d'Irkoutsk, publié en 2010, protège quant à la flore 25 espèces de champignons, 50 espèces de lichens, 40 espèces de bryophytes, 173 espèces de plantes vasculaires[95].

Faune modifier

La faune de l'oblast est à la fois riche et diversifiée. D'après le ministère des Ressources naturelles et de l'Écologie de l'oblast, en , l'oblast comptait 435 espèces d'oiseaux, 87 espèces de mammifères, 6 espèces de reptiles et 6 espèces d'amphibiens étaient recensées dans l'oblast[96].

Parmi celles-ci, 6 espèces de mammifères et 45 espèces d'oiseaux font partie des espèces protégées incluses dans le Livre rouge de Russie. De plus, le Livre rouge de l'oblast d'Irkoutsk, publié en 2010, comprend 62 espèces d'oiseaux, 17 espèces de mammifères, 14 espèces de crustacés, 12 espèces de poissons, 10 espèces d'insectes, 2 espèces d'amphibiens, 2 espèces de reptiles et 1 espèce d'amiboïdes et de sangsues[95]. Ainsi, entre autres, 62 espèces d'oiseaux (14,5 % de tous les oiseaux), 17 espèces de mammifères (19,5 %) 2 espèces de reptiles (33,3 %) et 2 espèces d'amphibiens (33,3 %), font l'objet d'une protection légale sur le territoire de l'oblast d'Irkoutsk. Outre ces espèces, la Liste des vertébrés terrestres de l'oblast d'Irkoutsk nécessitant une protection particulière comprend 30 espèces d'oiseaux, 7 espèces de mammifères et 1 espèce de reptiles[96].

Aires protégées modifier

 
Baie Zavorotnaïa, Lac Baïkal.

Les aires protégées de l'oblast d'Irkoutsk sont réparties en cinq aires d'importance fédérale, dont 3 réserves naturelles d'État, une zakaznik fédérale et un parc national ; mais aussi en aires d'importance régionales avec 13 zakazniks régionales, et 81 monuments naturels[97],[98].

Les aires protégées d'importance fédérale recouvrent une superficie totale de 1 844,858 milliers d'hectares, soit 2,38 % de la superficie de l'oblast. Trois de celles-ci sont situées dans la région du lac Baïkal, aires baïkaliennes couvrant 1 126,347 milliers d'hectares, soit 61 % de la superficie des aires fédérale. Les aires d'importance fédérales baïkaliennes sont la réserve naturelle Baïkal-Léna, le parc national Pribaïkalski et la zakaznik de Krasny Iar. Outre ces aires, il y a la réserve naturelle des Tofalars et la réserve naturelle de la Vitim[99]. En 1996, lors de la 20e session du Comité du patrimoine mondial, ce dernier a inscrit le lac Baïkal sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco[100],[99].

Sur le territoire de l'oblast d'Irkoutsk, il existe 13 zakazniks d'importance régionale, qui couvrent 775 431 milliers d'hectares, soit un peu plus de 1 % de la superficie de l'oblast[101]. Par ailleurs, il existe des aires protégées d'importance locale à Irkoutsk qui en, qui recouvrent 1,5 % de la superficie de la ville[102].

Culture locale et patrimoine modifier

L'oblast d'Irkoutsk a une histoire riche, c'est pourquoi de nombreuses colonies abritent des monuments architecturaux et historiques. Il y a plus de soixante musées dans la région ; selon ce paramètre, l'oblast d'Irkoutsk est parmi les leaders en Sibérie avec l'oblast d'Omsk et le kraï de Krasnoïarsk[103].

La Journée de l'oblast d'Irkoutsk est célébrée, généralement le premier ou le deuxième dimanche d'octobre, fixée chaque année par le comité d'organisation[104].

Distinction modifier

L'oblast est récipiendaire de l'Ordre de Lénine depuis le .

Notes et références modifier

Notes modifier

  1. Nombre d'après les revendications russes. Il comprend l'annexion de la Crimée à la Russie à la suite du référendum de 2014, non reconnu par la majeure partie de la communauté internationale, ainsi que le rattachement à la Russie à la suite des référendums de 2022, eux aussi non reconnus par la majeure partie de la communauté internationale. En excluant les revendications, le nombre est de 83 sujets fédéraux.
  2. a et b Nommé et soutenu par Russie unie
  3. a et b Nombre d'après les revendications russes en 2021. Il comprend l'annexion de la Crimée à la Russie à la suite du référendum de 2014, non reconnu par la majeure partie de la communauté internationale, mais non pas le rattachement à la Russie à la suite des référendums de 2022, eux aussi non reconnus par la majeure partie de la communauté internationale.

Références modifier

  1. Ministère des Ressources naturelles et de l'Écologie de l'oblast d'Irkoutsk 2020, p. 8.
  2. a b c d e f g h i et j Ministère des Ressources naturelles et de l'Écologie de l'oblast d'Irkoutsk 2020, p. 9.
  3. (ru) Gouvernement de la fédération de Russie, Loi fédérale du 3 juin 2011 no 107-FZ (telle que modifiée le 14 avril 2023) « Sur le calcul du temps », Moscou, (lire en ligne)
  4. Visualisation sur la carte topographique locale.
  5. a b et c Ministère des Ressources naturelles et de l'Écologie de l'oblast d'Irkoutsk 2020, p. 35.
  6. a et b Ministère des Ressources naturelles et de l'Écologie de l'oblast d'Irkoutsk 2020, p. 94.
  7. a et b Ministère des Ressources naturelles et de l'Écologie de l'oblast d'Irkoutsk 2020, p. 35-36.
  8. a b c et d (en) « A new bathymetric map of Lake Baikal – Morphometric Data », Université de Gand (consulté le ).
  9. Oblast d'Irkoutsk sur le site de l'Encyclopædia Universalis (consulté le 25 février 2023)
  10. (en) Oblast d'Irkoutsk sur l’Encyclopædia Britannica (consulté le 17 février 2023)
  11. Ministère des Ressources naturelles et de l'Écologie de l'oblast d'Irkoutsk 2020, p. 36.
  12. (ru) « Relevés météorologiques au Khamar-Daban » (consulté le )
  13. « Browser Check Page », sur climatebase.ru (consulté le )
  14. (ru) « Tableaux climatiques. Données pour Khamar-Daban. » (consulté le ).
  15. (ru) « Климатические таблицы. Данные для Иркутска. », Погода и Климат (consulté le )
  16. « Климат Братска - Погода и климат », sur www.pogodaiklimat.ru (consulté le )
  17. a et b Ministère des ressources naturelles et de l'environnement de la fédération de Russie et Université d'État Lomonossov de Moscou 2023, p. 516.
  18. (ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, Longueur des routes publiques par sujet de la fédération de Russie pour 2022, Moscou, (lire en ligne)
  19. Agence fédérale des transports ferroviaires 2023, p. 13.
  20. Gouvernement de l'oblast d'Irkoutsk 2020, p. 125.
  21. (ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, Longueur d'exploitation et densité des voies ferrées publiques, Moscou, (lire en ligne)
  22. a b c d et e Portail d'investissement des régions russes 2022, p. 3.
  23. Agence fédérale des transports ferroviaires 2023, p. 12.
  24. Agence fédérale des transports ferroviaires 2023, p. 17.
  25. « БАЙКАЛО-АМУРСКАЯ МАГИСТРАЛЬ • Большая российская энциклопедия - электронная версия », sur old.bigenc.ru (consulté le )
  26. a et b « Промышленные Ведомости - БАМ: как все начиналось / Евгений Козловский », sur www.promved.ru (consulté le )
  27. (ru) « Самый длинный в России железнодорожный тоннель: подземная история », sur www.techinsider.ru (consulté le )
  28. « Северомуйский тоннель », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  29. a et b Gouvernement de l'oblast d'Irkoutsk 2020, p. 123.
  30. Kossykh, Panov et Tioukavkine 1963, p. 8-9.
  31. Kossykh, Panov et Tioukavkine 1963, p. 12.
  32. Cf. Leo de Hartog, Gengis Khan: Conqueror of the World, Tauris Park Paperbacks, , 230 p. (ISBN 9781850431398), p. 88-89.
  33. Kossykh, Panov et Tioukavkine 1963, p. 45.
  34. « СИБИРСКИЙ ПРИКАЗ • Большая российская энциклопедия - электронная версия », sur old.bigenc.ru (consulté le )
  35. « ИРКУТСКАЯ ГУБЕРНИЯ • Большая российская энциклопедия - электронная версия », sur old.bigenc.ru (consulté le )
  36. Kossykh, Panov et Tioukavkine 1963, p. 47.
  37. Kossykh, Panov et Tioukavkine 1963, p. 165.
  38. « УСТЬ-ОРДЫНСКИЙ БУРЯТСКИЙ АВТОНОМНЫЙ ОКРУГ • Большая российская энциклопедия - электронная версия », sur old.bigenc.ru (consulté le )
  39. a b et c (ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, « Population permanente de la fédération de Russie par municipalités au (en tenant compte des résultats du recensement panrusse de la population de 2020) » (consulté le )
  40. (ru) Tableau 5. Population de la Russie, districts fédéraux, entités constitutives de la fédération de Russie, districts urbains, districts municipaux, districts municipaux, agglomérations urbaines et rurales, agglomérations urbaines, agglomérations rurales de 3 000 habitants ou plus. Résultats du recensement panrusse de la population 2020-2021 (lire en ligne [xlsx])
  41. (ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, « Population permanente de la fédération de Russie par municipalités au (en tenant compte des résultats du recensement panrusse de la population de 2020) » (consulté le )
  42. (ru) « WebCite query result », sur webcitation.org (consulté le )
  43. (ru) « Le premier recensement général de la population de l'Empire russe en 1897 . La population réelle dans les provinces, les raïons, les villes de l'Empire russe (sans la Finlande) », sur demoscope.ru (consulté le )(ru) « Recensement de la population de toute l'Union de 1926. Population des territoires, ASSR, provinces et raïons de la RSFSR selon l'état matrimonial, le sexe et l'âge », sur demoscope.ru (consulté le )(ru) « Recensement de la population de toute l'Union de 1959 - La population réelle des villes et autres agglomérations, districts, centres régionaux et grandes agglomérations rurales au 15 janvier 1959 dans les républiques, territoires et régions de la RSFSR », sur demoscope.ru (consulté le )(ru) « Recensement de la population de toute l'Union de 1970 - La population réelle des villes et autres agglomérations, districts, centres régionaux et grandes agglomérations rurales au 15 janvier 1970 dans les républiques, territoires et régions de la RSFSR * », sur demoscope.ru (consulté le )(ru) « Recensement de la population de toute l'Union de 1979 - La population réelle des villes et autres agglomérations, districts, centres régionaux et grandes agglomérations rurales au 15 janvier 1979 dans les républiques, territoires et régions de la RSFSR * », sur demoscope.ru (consulté le )(ru) « Recensement de la population de toute l'Union de 1989 Population de l'URSS, de la RSFSR et de ses unités territoriales par sexe », sur demoscope.ru (consulté le )(ru) « Recensement panrusse de la population 2002 Population de la Russie et de ses unités territoriales par sexe », sur demoscope.ru (consulté le )(ru) « Recensement panrusse de la population 2010 Population de la Russie et de ses unités territoriales par sexe », sur demoscope.ru (consulté le )(ru) Tableau 5. Population de la Russie, districts fédéraux, entités constitutives de la fédération de Russie, districts urbains, districts municipaux, districts municipaux, agglomérations urbaines et rurales, agglomérations urbaines, agglomérations rurales de 3 000 habitants ou plus. Résultats du recensement panrusse de la population 2020-2021 (lire en ligne [xlsx]).
  44. (ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, « Population résidente par municipalité de la fédération de Russie au  » [rar], sur web.archive.org(ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, « Population résidente par municipalité de la fédération de Russie au  » [rar], sur web.archive.org(ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, « Population résidente par municipalité de la fédération de Russie au  » [rar], sur web.archive.org(ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, « Population résidente par municipalité de la fédération de Russie au  » [rar], sur web.archive.org(ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, « Population résidente par municipalité de la fédération de Russie au  » [rar], sur web.archive.org(ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, « Population résidente par municipalité de la fédération de Russie au  » [rar], sur web.archive.org(ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, « Population résidente par municipalité de la fédération de Russie au  » [rar], sur web.archive.org(ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, « Population résidente par municipalité de la fédération de Russie au  » [rar], sur web.archive.org(ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, « Population résidente par municipalité de la fédération de Russie au  » [rar], sur rosstat.gov.ru(ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, « Population permanente de la fédération de Russie par municipalités au (en tenant compte des résultats du recensement panrusse de la population de 2020) » (consulté le )(ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, « Population permanente de la fédération de Russie par municipalités au (en tenant compte des résultats du recensement panrusse de la population de 2020) » (consulté le )
  45. (ru) « Le premier recensement général de la population de l'Empire russe en 1897 . La population réelle dans les provinces, les raïons, les villes de l'Empire russe (sans la Finlande) », sur demoscope.ru (consulté le )(ru) « Recensement de la population de toute l'Union de 1926. Population des territoires, ASSR, provinces et raïons de la RSFSR selon l'état matrimonial, le sexe et l'âge », sur demoscope.ru (consulté le )(ru) « Recensement de la population de toute l'Union de 1959 - La population réelle des villes et autres agglomérations, districts, centres régionaux et grandes agglomérations rurales au 15 janvier 1959 dans les républiques, territoires et régions de la RSFSR », sur demoscope.ru (consulté le )(ru) « Recensement de la population de toute l'Union de 1970 - La population réelle des villes et autres agglomérations, districts, centres régionaux et grandes agglomérations rurales au 15 janvier 1970 dans les républiques, territoires et régions de la RSFSR * », sur demoscope.ru (consulté le )(ru) « Recensement de la population de toute l'Union de 1979 - La population réelle des villes et autres agglomérations, districts, centres régionaux et grandes agglomérations rurales au 15 janvier 1979 dans les républiques, territoires et régions de la RSFSR * », sur demoscope.ru (consulté le )(ru) « Recensement de la population de toute l'Union de 1989 Population de l'URSS, de la RSFSR et de ses unités territoriales par sexe », sur demoscope.ru (consulté le )(ru) « Recensement panrusse de la population 2002 Population de la Russie et de ses unités territoriales par sexe », sur demoscope.ru (consulté le )(ru) « Recensement panrusse de la population 2010 Population de la Russie et de ses unités territoriales par sexe », sur demoscope.ru (consulté le )(ru) Tableau 5. Population de la Russie, districts fédéraux, entités constitutives de la fédération de Russie, districts urbains, districts municipaux, districts municipaux, agglomérations urbaines et rurales, agglomérations urbaines, agglomérations rurales de 3 000 habitants ou plus. Résultats du recensement panrusse de la population 2020-2021 (lire en ligne [xlsx]).
  46. (ru) Ministère du Développement économique de la fédération de Russie, Обосновывающие материалы к проекту стратегии пространственного развития российской федерации на период до 2025 года [« Documents d'appui pour le projet de stratégie de développement spatial de la fédération de Russie pour la période allant jusqu'en 2025 »], Moscou,‎ (lire en ligne [PDF]), p. 54
  47. (ru) « Население по национальности и владению русским языком по субъектам Российской Федерации », Service fédéral des statistiques russe (consulté le ), p. 111–113
  48. Les pourcentages n’incluent pas les personnes n’ayant pas déclaré leur appartenance ethnique.
  49. Gouvernement de l'oblast d'Irkoutsk 2020, p. 108.
  50. « Поиск лицензий », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  51. « ВИЧ у наркопотребителей выявляется в шесть раз чаще, чем у жителей Иркутской области в целом », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  52. « В Иркутской области — эпидемия ВИЧ », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  53. « ООН назвала нашу страну эпицентром мировой эпидемии ВИЧ / Здоровье / Независимая газета », sur www.ng.ru (consulté le )
  54. (ru) « ВИЧ. Статистика проблемы в », sur Если быть точным (consulté le )
  55. (ru) « ВИЧ. Статистика проблемы в России и регионах », sur Если быть точным (consulté le )
  56. (ru) Commission électorale centrale de la fédération de Russie, « Сведения о проводящихся выборах и референдумах », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  57. (ru) « Выборы депутатов Госдумы VII созыва - РИА Новости, 18.09.2016 », sur РИА Новости,‎ 20160918t2137z (consulté le )
  58. « Сведения о проводящихся выборах и референдумах », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  59. « Сведения о проводящихся выборах и референдумах », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  60. (ru) Commission électorale centrale de la fédération de Russie, « Сведения о проводящихся выборах и референдумах », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  61. (ru) Commission électorale de l'oblast d'Irkoutsk, « Elections législatives de 2018 »
  62. (ru) Commission électorale centrale de la fédération de Russie, « Сведения о проводящихся выборах и референдумах », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  63. a b c et d (ru) Charte de l'oblast d'Irkoutsk du 17 avril 2009 (telle que modifiée), Oblast d'Irkoutsk, (lire en ligne)
  64. « Закон Иркутской области от 7 ноября 2012 г. N 118-ОЗ "О внесении изменений в законы Иркутской области, регулирующие порядок подготовки и проведения выборов и референдумов на территории Иркутской области" », sur www.garant.ru (consulté le )
  65. (ru) « Реестр административно-территориальных образований Иркутской области - Иркутская область. Официальный портал » [« Registre des entités administratives-territoriales de l'oblast d'Irkoutsk »], sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  66. a et b Ministère des Ressources naturelles et de l'Écologie de l'oblast d'Irkoutsk 2020, p. 10.
  67. (ru) Service fédéral des statistiques de l'État russe, Tableau 5. Population de la Russie, districts fédéraux, entités constitutives de la Fédération de Russie, districts urbains, districts municipaux, districts municipaux, agglomérations urbaines et rurales, agglomérations urbaines, agglomérations rurales de 3 000 habitants ou plus . Résultats du recensement panrusse de la population 2020-2021 (lire en ligne [xlsx])
  68. a b et c la Région d’Irkoutsk
  69. a et b (en) Service fédéral des statistiques de l'État russe, Gross regional product by constituent entities of the Russian Federation (gross value added at basic prices), (lire en ligne [xlsx])
  70. a b et c Gouvernement de l'oblast d'Irkoutsk 2020, p. 14.
  71. « Положение Иркутской области по основным макроэкономическим показателям среди субъектов СФО и РФ - Иркутская область. Официальный портал », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  72. (ru) « Продано крупнейшее месторождение золота в России », sur Lenta.RU (consulté le )
  73. (ru) « Крупные предприятия Иркутской области », sur ИРКИПЕДИЯ - портал Иркутской области: знания и новости (consulté le )
  74. a b et c « Сельское хозяйство Иркутской области — обзор АПК, животноводство и растениеводство региона », sur selhozproizvoditeli.ru (consulté le )
  75. (ru) « Сельское хозяйство », sur www.ogirk.ru (consulté le )
  76. a b et c « Сельское хозяйство Иркутской области », sur www.agrien.ru (consulté le )
  77. « [https://web.archive.org/web/20210706014602/https://irkutskstat.gks.ru/storage/mediabank/t1Y9ndGQ/pogolovie_052021.html ��������� ����� � �����] », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  78. « Рекордные 65 тыс. тонн рапса собрали за всю историю Иркутской области », sur www.oilworld.ru (consulté le )
  79. (ru) Основные показатели сельского хозяйства по республикам, краям и областям [« Principaux indicateurs de l'agriculture dans les républiques, territoires et régions »], Moscou, URSS, Gosstatizdat TsSU, coll. « Agriculture de l'URSS. Collection statistique »,‎ , 667 p. (lire en ligne), p. 500
  80. a et b (ru) Rosstat, Plante en croissance. 14.1 Superficies cultivées de toutes les cultures // Régions de Russie. Indicateurs socio-économiques, Moscou, Rosstat, , 863 p. (ISBN 5-89476-108-5, lire en ligne [rar]), p. 490
  81. a et b (ru) Rosstat, Plante en croissance. 14.1 Superficies cultivées de toutes les cultures // Régions de Russie. Indicateurs socio-économiques, Moscou, Rosstat, , 1326 p. (ISBN 978-5-89476-428-3), p. 726
  82. a et b (ru) Fonds mondial pour la nature (WWF), Незаконные рубки на Дальнем Востоке: мировой спрос на древесину и уничтожение Уссурийской тайги: обзор [« Exploitation forestière illégale en Extrême-Orient : demande mondiale de bois et destruction de la taïga d'Oussouri : un aperçu . »], Moscou, Polygraph Media Group,‎ , 40 p. (lire en ligne)
  83. (ru) « 6. Загадочная Азия », sur РБК,‎ (consulté le )
  84. « Как уничтожают леса России | Павел Пашков », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  85. « Незаконный оборот и борьба с браконьерством и контрабандой редких видов животных и растений на Дальнем Востоке России (2009–2014 гг.) », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  86. « Производство древесного угля », sur lesprominform.ru (consulté le )
  87. (ru) « Производство древесного угля для Китая запустят в Тайшетском районе » [« La production de charbon de bois pour la Chine sera lancée dans le raïon de Taïchet »], Sibirskié Novosti,‎ (lire en ligne)
  88. « Основные показатели развития экономики », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  89. Gouvernement de l'oblast d'Irkoutsk 2020, p. 133.
  90. (ru) B.G. Saneïev, A.D. Sokolov, S. I. Mouzytchouk et R.I. Mouzytchouk, « Использование конкурентных преимуществ Иркутской области для повышения энергоэффективности экономики » [« Utiliser les avantages compétitifs de la région d'Irkoutsk pour améliorer l'efficacité énergétique de l'économie »], Региональная экономика: теория и практика, no 18,‎ , p. 26–39 (ISSN 2073-1477, lire en ligne, consulté le )
  91. (ru) « "Иркутскэнерго", ОАО », sur Информационное агентство «Телеинформ», г. Иркутск (consulté le )
  92. a b et c « Газификация региона, которая не случилась », sur www.irk.ru,‎ (consulté le )
  93. (ru) Mikhaïl Alekseïevitch Vinokurov, « Ресурсы и запасы природного газа в Иркутской области », Ressources et réserves de gaz naturel dans l'oblast d'Irkoutsk, no 2,‎ , p. 24–30 (ISSN 2500-2759, lire en ligne, consulté le )
  94. Gouvernement de l'oblast d'Irkoutsk 2020, p. 245-246.
  95. a et b Ministère des Ressources naturelles et de l'Écologie de l'oblast d'Irkoutsk 2020, p. 93.
  96. a et b Ministère des Ressources naturelles et de l'Écologie de l'oblast d'Irkoutsk 2020, p. 86.
  97. Ministère des Ressources naturelles et de l'Écologie de l'oblast d'Irkoutsk 2020, p. 63.
  98. Ministère des Ressources naturelles et de l'Écologie de l'oblast d'Irkoutsk 2020, p. 74.
  99. a et b Ministère des Ressources naturelles et de l'Écologie de l'oblast d'Irkoutsk 2020, p. 64.
  100. UNESCO Centre du patrimoine mondial, « Lac Baïkal », sur UNESCO Centre du patrimoine mondial (consulté le )
  101. Ministère des Ressources naturelles et de l'Écologie de l'oblast d'Irkoutsk 2020, p. 71.
  102. Ministère des Ressources naturelles et de l'Écologie de l'oblast d'Irkoutsk 2020, p. 84.
  103. « О нас пишут | ОГИК музей », sur web.archive.org,‎ (consulté le )
  104. « Устав Иркутской области », sur web.archive.org,‎ (consulté le )

Pour approfondir modifier

Bibliographie modifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (ru) Ministère des ressources naturelles et de l'environnement de la fédération de Russie et Université d'État Lomonossov de Moscou, О состоянии и об охране окружающей среды Российской Федерации в 2022 году. Государственный доклад. [« Sur l'état et la protection de l'environnement de la fédération de Russie en 2022. Rapport d'État. »], Moscou,‎ , 686 p. (présentation en ligne, lire en ligne).  
  • (ru) Ministère des Ressources naturelles et de l'Écologie de l'oblast d'Irkoutsk, Государственный доклад «О состоянии и об охране окружающей среды Иркутской области в 2019 году», Irkoutsk, Megaprint LLC,‎ , 314 p. (ISBN 978-5-907308-05-3, lire en ligne).  
  • (ru) Gouvernement de l'oblast d'Irkoutsk, СТРАТЕГИЯ социально-экономического развития Иркутской области на период до 2036 года [« Stratégie pour le développement socio-économique de l'oblast d'Irkoutsk pour la période jusqu'en 2036 »], Irkoutsk,‎ , 420 p. (lire en ligne).  
  • (ru) A.P. Kossykh, V.N. Panov et V.G. Tioukavkine, История Иркутской области [« Histoire de l'oblast d'Irkoutsk »], Irkoutsk, Maison d'édition de Sibérie orientale,‎ , 188 p. (lire en ligne)
  • (ru) Agence fédérale des transports ferroviaires, ПАСПОРТ Региона Российской Федерации Иркутская область [« PASSEPORT Région de la fédération de Russie Oblast d'Irkoutsk »],‎ , 65 p. (lire en ligne)
  • (ru) Portail d'investissement des régions russes, Иркутская область Инвестиционный паспорт [« Oblast d'Irkoutsk : Passeport d'Investissement »],‎ (lire en ligne)
  • (ru) Gouvernement de l'oblast d'Irkoutsk, Перечень объектов культурного наследия местного, регионального и федерального значения по области [« Liste des sites du patrimoine culturel d'importance locale, régionale et fédérale dans l'oblast »], Irkoutsk,‎ , 40 p. (lire en ligne)

Liens externes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :