Prix Maya

récompense littéraire animaliste

Prix Maya
Image associée à la récompense
Logo du prix littéraire Maya.

Description Prix littéraire
Organisateur association Educ Pop Animaliste
Pays Drapeau de la France France
Date de création 2019
Dernier récipiendaire Sophie Hénaff pour Voix d’extinction
Site officiel http://prixmaya.org

Le prix Maya, créé en 2019, est la première récompense littéraire animaliste de France[1]. Contrairement au Goncourt des animaux qui récompense un roman ou un essai qui met à l'honneur les animaux, le prix Maya a, quant à lui, pour but de mettre en valeur les ouvrages de fiction faisant avancer la cause animale. Deux catégories existent depuis sa première édition en 2019, une pour les romans et l'autre pour les bandes dessinées. En 2020 une catégorie littérature jeunesse est ajoutée[2]. En 2022, en partenariat avec le lycée Jacques de Vaucanson à Tours, un Maya du lycéen est créé[1].

HistoriqueModifier

Le prix Maya a été créé dans le cadre d'une association, Educ Pop Animaliste[3], par une équipe de sept Tourangeaux[4], militants dans les groupes locaux d'associations de l'Association végétarienne de France, L214, et du Mouvement Utopia[3], lesquelles soutiennent financièrement la récompense. La première remise de prix est organisée le à Tours salle Petrucciani. La récompense est nommée « Maya », en hommage à l'éléphante exploitée pendant quatre décennies dans l'univers des cirques et sauvée de la mort en par la mobilisation citoyenne et d'associations telle que One Voice[5],[6]. Depuis 2021, l'association Code animal a rejoint les soutiens financiers.

Le juryModifier

Les membres du jury du prix littéraire animaliste Maya ont été choisis pour leur fort engagement dans le domaine de la cause animale. Le jury 2019, composé de Isabelle Attard, Laurent Baheux, Yolaine de la Bigne[7], Audrey Jougla et Muriel Arnal[8], se réunit pour la première fois à Tours, le . En 2020, Laurent Baheux se retire du jury pour raisons professionnelles. À l'occasion de l'édition 2021, Isabelle Attard et Muriel Arnal laissent leur place à Camille Silvert de l'association L214, Sophie Choquet de l'association AVF et Sophie Wyseur de l'association Code Animal[9].

 
Présentation de la sélection 2019 par Muriel Arnal, Isabelle Attard, Yolaine de la Bigne.

La récompense MayaModifier

Création unique de l'artiste plasticien d'Issoudun, François Riou Morinière[10], ses œuvres sont travaillées à partir des reliefs de la consommation quotidienne qui sont ainsi sublimés et immortalisés. Le Maya est un tableau représentant un éléphant composé d'une multitude de papillons. Chaque catégorie, Roman et Bande dessinée, possède son pachyderme personnalisé. À l'occasion de la création de la catégorie littérature jeunesse, une nouvelle récompense est créée par l'artiste Jean-Claude Mouré, alias Rémou, connu pour ses sculptures grands formats[11],[12]. En 2022, l'artiste Florence Dellerie devient l'artiste marraine du prix en offrant des aquarelles aux lauréats.

SélectionsModifier

2019Modifier

RomansModifier

Bandes dessinéesModifier

2020Modifier

 
Prix Maya 2020 réalisé par le sculpteur Rémou.

RomansModifier

Bandes dessinéesModifier

  • L’arche de Néo, de Stéphane Betbeder et Paul Frichet, Éditions Glénat ;
  • Amour, Gloire et Vegan, de Clara Cuadrado, Éditions Marabulles ;
  • La Tuerie, de Laurent Galandon et Nicolas Otero, Éditions Les Arènes ;
  • Insolente Veggie T.4, de Rosa B, Éditions La Plage ;
  • On est pas du bétail, de Jean Fred Cambianica et le Cil Vert, Éditions Delcourt.

Littérature jeunesseModifier

2021Modifier

RomansModifier

Bandes dessinéesModifier

  • Un an sur les réseaux  ! Clarence B12, de Pascal Vaucher de la Croix et Chantal Teano en autoédition.
  • Comme une bête (ou comment je suis devenu végétarien), de Cédric Taling, Rue de l'échiquier BD
  • La déesse requin, de Lison Ferné, Cfc Editions20
  • Milagro - Sea Shepherd , de Guillaume Mazurage, Robinson Editions

Littérature jeunesseModifier

  • Missions dans la brousse, de Tangi Salaun et Christophe Merlin, Actes Sud Junior
  • Oust, du balai, de Vincent Dhuicque, en autoédition
  • Tigre, de Jan Jutte et Inge Elferink, Les Éditions des Éléphants
  • Tous au vert !,  de Didier Levy et Katrin Stangl, Sarbacane Editions 
  • Végétarien  ?, de Julien Baer et Sébastien Mourrain, Hélium Éditions

2022Modifier

RomansModifier

  • Le chant du poulet sous vide de Lucie Rico, P.O.L. Éditions.
  • Viande de Noëlle Michel, LiLys Éditions.
  • L’amour au temps des éléphants de Ariane Bois, Belfond Éditions.

Bandes dessinéesModifier

  • L’incroyable histoire des animaux de Karine Lou Matignon et Jacques-Olivier Martin, Les Arènes Éditions.
  • Comment (et pourquoi) je suis devenue végane de Eve Marie Gingras, Éditions Ecosociété.
  • Des graines et du boudin de Badger, La Plage Éditions.

Littérature JeunesseModifier

  • Kiko et les animaux de Zheng Yawen et Céline Claire, Bayard Jeunesse Éditions.
  • Loup d’or de Raphaële Frier et Julien Martinière, Sarbacane Éditions.
  • La plus belle crotte du monde de Marie Pavlenko et Garoche Camille, Little Urban Éditions.
  • Le poisson qui me souriait de Jimmy Liao et Chun-Liang Yeh, Hongfei Culture Éditions.

Les lauréatsModifier

 
Les paupières des poissons, prix Maya de la meilleure BD animaliste 2019.

2019Modifier

2020Modifier

2021Modifier

  • Mamma Red, de Bren McClain, Editions Le nouveau pont pour la catégorie roman ;
  • Milagro - Sea Shepherd, de Guillaume Mazurage, Robinson Editions, pour la catégorie bande dessinée ;
  • Oust, du balai !, de Vincent Dhuicque, autoédition, dans la catégorie littérature jeunesse[15].

2022Modifier

 
Florence Dellerie offre son œuvre Œil de chèvre à la lauréate du prix Maya 2022 catégorie roman, Sophie Hénaff.
  • Voix d'extinction, de Sophie Hénaff, Éditions Albin Michel pour la catégorie roman ;
  • Des graines et du boudin, de Badger, Éditions La Plage pour la catégorie bande dessinée ;
  • La plus belle crotte du monde, de Marie Pavlenko et Camille Garoche, Éditions Little Urban, pour la catégorie jeunesse ;

Pour la première année en 2022, le Maya des lycéens :

  • Comment (et pourquoi) je suis devenue végane, de Eve Marie Gingras, éditions Ecosociété.

Notes et référencesModifier

  1. « Prix Maya : une récompense littéraire animaliste », sur tmvtours.fr, (consulté le )
  2. « TOURS : Le prix littéraire Maya - en faveur de la cause animale - dévoile sa sélection 2020 », sur Info Tours.fr (consulté le )
  3. a b et c Antoine Oury, « 4 lauréats pour le Prix Maya 2020, récompense animaliste », sur actualitte.com,
  4. « Un prix animaliste pour la seconde Vegan Place », sur La Nouvelle République, (consulté le )
  5. « La littérature animaliste a (enfin) son prix », sur tribune-hebdo-tours.fr, (consulté le )
  6. « Tours : la vidéo de l'association L 214 tourne en boucle pour la Vegan Place », sur La Nouvelle République,
  7. « Le premier prix littéraire animaliste ! », sur sudradio.fr, (consulté le )
  8. « Le jury », sur prixmaya.org (consulté le )
  9. « Roman, BD, jeunesse : le prix Maya, défenseur de la cause animale », sur www.actualitte.com (consulté le )
  10. « Rioumoriniere - Plasticien », sur rioumoriniere.com
  11. « Sculptures Remou », sur remou
  12. Odile Morain, « Le bestiaire en origami géant du sculpteur Remou met de la couleur dans la ville », sur France TV Info.fr,
  13. « Prix Maya : Vincent Message récompensé pour son roman "Défaite des maîtres et possesseurs" », sur tv5monde.com,
  14. « Un prix littéraire pour Isy Ochoa et « Fritz » », sur La Nouvelle République.fr,
  15. « Accueil », sur Maya (consulté le )

Lien externeModifier