Ouvrir le menu principal

Logo de la maison d'édition
Repères historiques
Création 1882
Dates clés 2003 : rachat par La Martinière Groupe

2017 : rachat par Média Participations

Fondée par Adolphe Niestlé et les frères Eugène et Paul Delachaux
Fiche d’identité
Statut Éditeur élément d'un groupe d'édition
Siège social Paris (France)
Dirigée par Philippe J. Dubois (depuis 2003)
Spécialités Sciences naturelles, écologie
Langues de publication Français
Société mère Média Participations
Site web www.delachauxetniestle.com

Delachaux et Niestlé est une maison d'édition naturaliste d'origine suisse appartenant au groupe Média Participations.

Sommaire

HistoireModifier

La maison Delachaux et Niestlé a été fondée en 1882 à Neuchâtel en Suisse par le maître imprimeur Adolphe Niestlé et les frères Eugène et Paul Delachaux.

Une maison Delachaux exista néanmoins dès 1861 à travers le libraire Samuel Delachaux, premier éditeur du canton de Neuchâtel, qui s'associa à son frère en 1871 avant de se retirer en 1876[1].

Le premier livre de sciences naturelles paraît en 1890 : Les champignons comestibles et les espèces vénéneuses, du pharmacien Fritz Leuba, illustré par 50 planches en chromo-lithographie.

1894 : parution de la Flore analytique de la Suisse de Paul Morthier et Les chants d'oiseaux d'Eugène Rambert (illustrés par Léo-Paul Robert).

À l'écoute des conteurs et des poètes du terroir, Delachaux et Niestlé publie surtout des ouvrages de littérature régionale, des albums lithographiés. Jusqu'au début du XXe siècle, la production ne représente qu'une demi-douzaine de titres par an.

Un pionnier en matière d'ouvrages sur la pédagogieModifier

Puis la littérature côtoie la pédagogie (parution des Actualités pédagogiques en 1912, qui deviendront plus tard les Actualités pédagogiques et psychologiques), l'éducation, la psychologie et les sciences sociales, où la maison fait figure de pionnière. Elle édite notamment des grands noms tels que René Zazzo, Célestin Freinet, Jean Piaget

En 1912 les éditions Delachaux et Niestlé publient également sous le titre d'Éclaireurs, un programme d'éducation civique la première édition francophone du livre de Baden-Powell, Scouting for boys (1908), qui est la base du scoutisme Immense succès, cette traduction du pédagogue genevois Pierre Bovet confère à Delachaux et Niestlé un rôle phare dans l'essor du scoutisme.

 
Eclaireurs, de Lord Baden-Powell, paru aux éditions Delachaux et Niestlé en 1912

Cette année charnière est aussi celle de la mort de Paul Delachaux. Son fils Arthur (1874-1963) prend la suite jusqu'en 1944. Sous sa direction, les éditions Delachaux et Niestlé connaissent une ascension remarquable, d'abord en collaboration avec Adolphe Niestlé, puis avec son fils Robert Niestlé.

L'année 1919 marque l'ouverture d'une agence à Paris, au 26, rue Saint-Dominique, qui sera transférée en 1937 au 32, rue de Grenelle.

Une vocation qui s'affirme pour les sciences naturellesModifier

Rapidement, la réputation des éditions Delachaux et Niestlé se forge grâce à la publication de porte-folios comme Les Oiseaux de la nature (1916), puis Les Oiseaux de chez nous (1929-1932), qui contient 135 aquarelles grandeur nature en quadri de Léo-Paul Robert (1851-1923).

1931 : parution des Chenilles de Léo-Paul Robert, à partir des 300 aquarelles qu'il exposa au Musée des Beaux-Arts de Berne en 1921.

Le fils de Léo Paul Robert, Paul-André Robert, naturaliste et peintre animalier, est quant à lui l'auteur de Papillons dans la nature (1934), avec 64 planches en couleurs, et des Insectes (1936-1937). Initialement paru en deux volumes, ce texte a pour ambition de faire découvrir l'entomologie à un vaste public. Éveiller l'intérêt, faire partager au lecteur la passion des insectes, présenter les différents groupes, détailler les espèces les plus répandues, les plus faciles à observer, fournir des méthodes et des moyens pour observer à son tour les insectes... Lorsqu'on lit le programme de l'auteur, on comprend que cet ouvrage ait suscité tant de vocations entomologistes. Ce grand classique a été réédité en un seul tome[2] et en format agrandi en 2001, et actualisé au niveau de la classification, par Jacques d'Aguilar, qui a réécrit une introduction à l'entomologie en tenant compte des données les plus récentes.

À côté de publications luxueuses, le premier ouvrage nature en format poche voit le jour en 1937 sous le nom « Les Beautés de la nature ». Cette collection à prix modéré connaît un vif succès avec des auteurs comme Robert Hainard, Paul Géroudet, Henri Correvon, des hommes de terrain, dont le discours, didactique, incite à la découverte.

L'après-guerre, avec Agnès DelachauxModifier

En 1944, la direction de l’entreprise est confiée à la nouvelle génération : l'imprimerie et la reliure à Adolphe Niestlé, la librairie à Paul Delachaux, la papeterie et les éditions à Agnès Delachaux, fille d’Arthur, déjà impliquée depuis quelques années dans le choix des publications.

Le nombre de volumes vendus s’élève à 300 000 en 1945. L’entreprise dans son ensemble – imprimerie et édition – emploie une centaine de collaborateurs.

1948-1949 : publication de Mammifères sauvages d'Europe, de Robert Hainard. Devenu un classique, cet ouvrage est unique par l'intérêt scientifique de son texte et la beauté des planches en couleur de l'auteur. Sa quatrième édition a été publiée en 2002[3].

Le premier guide moderne d'identification des oiseaux d'EuropeModifier

Les éditions Delachaux et Niestlé jouent un rôle important dans le développement de l'ornithologie de terrain en publiant en 1954 la traduction, et surtout l'adaptation, par Paul Géroudet aux pays européens francophones du premier guide moderne d'identification des oiseaux d'Europe, connu sous le nom de Peterson (en référence à Roger Tory Peterson, son auteur aux côtés de Guy Mountfort et P.A.D. Hollom).


Cette parution révolutionna la pratique de l’ornithologie de terrain, non seulement grâce aux dessins de l’artiste américain Roger Tory Peterson, de la façon de placer les espèces sur une planche avec ces fameux traits indiquant leurs caractéristiques, mais aussi par les ajouts effectués par Géroudet à partir de ses observations de terrain. Surtout, il fut le premier à transcrire les cris et les chants des oiseaux en des onomatopées compréhensibles par un francophone, élément pour le moins novateur !

Le catalogue propose alors moins de 30 ouvrages nature parmi plus de 200 titres. Jean Dorst, alors titulaire d’une chaire au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, devient en 1962 directeur de la collection des « Guides du naturaliste », qui remplace "Les Beautés de la nature". Cette collection de livres de synthèse d’une grande rigueur scientifique, richement illustrés, se veut "plus didactique et systématique", selon Agnès Delachaux[4].

1965 : Jean Dorst publie Avant que nature meure[5],

premier grand cri d’alarme sur la dégradation de la nature[6]. Écrit en une dizaine d'années, il sera vendu à 60 000 exemplaires pour la seule édition française et sera traduit en onze  langues, ( ce qui ouvrit à Jean Dorst les portes de l'Académie des sciences. "Devant le succès croissant de ces collections et l'intérêt  qui commençait à se dessiner pour l'écologie, dès 1950 nous eûmes l'idée de consacrer un ouvrage aux problèmes de la sauvegarde de la nature", raconte Agnès Delachaux dans Une vie au service de l'édition (1982).

1972 : parution d'Oiseaux d'Europe, d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient de Hermann Heinzel, Richard Fitter et John Parslow, traduite en français par Michel Cuisin.

Confrontées à des problèmes structurels (vente de l'imprimerie, des magasins…), les éditions sont revendues en 1974 aux éditions SPES, à Lausanne, et dirigées par David Perret.

1992 : la Camif devient actionnaire majoritaire.

Parution du Guide ornithoModifier

1999 : parution du Guide ornitho (en) de Lars Svensson (en). Traduit en une vingtaine de langues (Guilhem Lesaffre pour la version française) et vendu à plus d’un million d'exemplaires en Europe depuis sa parution, c'est le best seller des éditions Delachaux et Niestlé. Il est disponible sous forme d'application smartphone.

"On savait qu'un des meilleurs ornithologues suédois préparait un guide, raconte Philippe J. Dubois, directeur des éditions Delachaux et Niestlé depuis 2003, mais au bout de douze ans, il n'était toujours pas sorti, car Killian Mullarney, un illustrateur irlandais renommé, voulait avoir vu toutes les espèces sur le terrain. Un deuxième illustrateur, Dan Zetterström, suédois, est venu en renfort. D'ailleurs, leurs initiales figurent en bas des planches qu'ils ont dessinées… Et la parution fut une révolution. Il a été édité cinq fois depuis une vingtaine d'années."

La dernière édition (2015), augmentée de 48 pages, décrit 41 nouvelles espèces et contient un grand nombre d'illustrations inédites. Elle prend en compte les changements taxonomiques qui ont eu lieu depuis la précédente édition.

Un champ d'action qui s'étend depuis les années 2000Modifier

Depuis le rachat des éditions Delachaux et Niestlé par La Martinière Groupe en 2003, le champ d’action s'est étendu : d’une part en ouvrant sa politique éditoriale à des essais traitant des grandes questions environnementales actuelles[7]. D’autre part en développant des lignes plus grand public. Notamment dans le domaine de la biodiversité domestique (avec une approche de conservation du patrimoine domestique) et des activités liées au jardin, dans une optique de gestion durable des ressources et d’un respect de l’environnement.

Auteurs publiésModifier

CollectionsModifier

  • Les guides Delachaux
  • Les indispensables Delachaux
  • En bord de chemin
  • L'humour est dans le pré
  • Planète graphique
  • Les sentiers du naturaliste
  • Changer d’ère

OrganisationModifier

 
Le logo Delachaux et Niestlé revu en 2018

La maison d'édition a été reprise par le groupe Média-Participations en décembre 2017.

Notes et référencesModifier

  1. Jacques Rychner et Michel Schlup, Éditeurs neuchâtelois du XXe siècle, Neuchâtel, Bibliothèque publique et universitaire,
  2. Paul-André Robert, Les Insectes, Delachaux et Niestlé (maison d'édition)IDelachaux et Niestlé, , 461 p.
  3. Robert Hainard, Mammifères sauvages d'Europe, Delachaux et Niestlé, , 670 pages p. (ISBN 2-603-01069-7)
  4. Agnès Delachaux, Une vie au service de l'édition, Neuchâtel,
  5. Jean Dorst, Avant que nature meure, pour que nature vive, Delachaux et Niestlé, , 544 p.
  6. « Émissions Controverses », sur ina.fr,
  7. Collectif, Il est temps ! - Et si lire protégeait la planète ?, Delachaux et Niestlé, , 32 p. (ISBN 978-2-603-02597-0)

Liens externesModifier