Aurélie Valognes

écrivaine française

Aurélie Valognes, née en 1983 à Châtenay-Malabry, est une romancière française. Elle fait partie des dix auteurs les plus vendus en France de 2016 à 2020[1].

Aurélie Valognes
Image dans Infobox.
Aurelie Valognes en 2016.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Genre artistique
Site web

BiographieModifier

Aurélie Valognes naît en 1983 à Châtenay-Malabry dans le département des Hauts-de-Seine dans une famille modeste : son père est peintre automobile et sa mère employée dans une maternelle. Elle passe sa jeunesse à Massy, commune voisine dans le département de l'Essonne[2],[3].

Après avoir démarré l'écriture à Milan en Italie, elle vit désormais en Bretagne.

En juillet 2014, elle publie son premier roman, Mémé dans les orties : vendu à plus de 1 000 000 exemplaires, il est traduit dans plus de quinze pays (États-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, Italie, Corée du Sud, Chine, Slovénie, etc.). Initialement publié en autoédition où il rencontre un premier succès, la version éditée au Livre de poche devint l'un des best-sellers de l'année 2016[4],[5].

Elle publie ensuite un roman chaque année de 2016 à 2020, chacun de ses romans se classant dans les meilleures ventes de l'année de parution[6]. Au petit bonheur la chance fit partie des « Livres de l'Année 2018 » selon le magazine littéraire Lire[7].

Ses romans abordent des thèmes de société comme l'échec scolaire, les droits des femmes, la solitude des personnes âgées et l'environnement.

RomansModifier

Littérature jeunesseModifier

CollectifModifier

  • L’Enfance, c’est… / par 120 auteurs ; textes illustrés par Jack Koch ; préf. Aurélie Valognes. Paris : Le Livre de poche, novembre 2020. (ISBN 978-2-253-08202-6)

EngagementsModifier

Démocratisation de la lectureModifier

Aurélie Valognes est engagée pour la démocratisation de la lecture, particulièrement auprès des plus jeunes. Elle est marraine de l'association « Silence on lit ! » et se rend dans les écoles et les collèges pour promouvoir le plaisir de la lecture.

Éducation des enfantsModifier

Aurélie Valognes soutient l'action de l'Unicef France pour l'éducation des enfants en participant notamment à plusieurs recueils de nouvelles dont les bénéfices sont reversés à l'UNICEF (« Exils » en 2019 et « Graines de héros » en 2020).

Droits des femmesModifier

Dans ses romans, Aurélie Valognes aborde également la question du féminisme : le droit à l'avortement dans « Au petit bonheur la chance » et la charge mentale dans « En voiture, Simone ». Elle signe également en février 2020 une tribune[9] pour dénoncer les violences sexuelles et les comportements sexistes dans le milieu de l'édition.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. « Aurélie Valognes, la discrète romancière aux millions de lecteurs », sur ladepeche.fr (consulté le 2 avril 2020)
  2. « Aurélie Valognes », sur le site du magazine Gala (consulté le 22 mars 2020).
  3. Jean-Sébastien Stehli, « Aurélie Valognes, l'auteure inconnue... aux millions de lecteurs », sur le site du magazine Madame Figaro, (consulté le 22 mars 2020).
  4. Les lecteurs optent pour un été "feel good", Livre hebdo.
  5. Lucas Bretonnier, « LE PARISIEN MAGAZINE. Livres : Des best-sellers jamais vus à la télé », sur le site du quotidien Le Parisien, (consulté le 22 mars 2020).
  6. « Leïla Slimani prend la tête du Top 20 », sur Livres Hebdo (consulté le 2 avril 2020)
  7. Nicolas Turcev, « Les livres de l'année 2018 selon le magazine "Lire" », sur le site de la revue Lire, (consulté le 22 mars 2020).
  8. « En passant par Amazon, votre premier roman a une chance de cartonner », sur Rue89 (consulté le 23 août 2016).
  9. « TRIBUNE. "Nous ne serons plus celles qui encaissent" : après l'affaire Matzneff, des personnalités du monde littéraire réclament la fin de la "loi du silence" », sur Franceinfo, (consulté le 28 septembre 2020)