Prix Marie-Eugène-Simon-Henri-Martin

Prix de littérature de l'Académie française pour une oeuvre d’histoire et de sociologie

Le prix Marie-Eugène-Simon-Henri-Martin, de la fondation du même nom[1], est un ancien prix d’histoire, créé en 1944, attribué chaque année sans conditions précises par l'Académie française[2].

Liste des lauréats du prixModifier

  • 1955 :
    • Louis Bassette pour Jean de Caulet, évêque et prince de Grenoble
    • Françoise de Bernardy pour Charles de Flahaut
    • Fernand Bridoux (1896-1957) pour Histoire religieuse du département de Seine-et-Marne pendant la Révolution
    • Pierre Fernessole (1879-19..) pour Pie X
  • 1957 :
  • 1958 : Jean Lassaigne pour Maine de Biran
  • 1959 : Jean Albert-Sorel pour Le Destin de l’Europe
  • 1960 :
  • 1961 : René Lauret (1882-1975) pour Notre voisin l’Allemand
  • 1962 :
    • Pierre Grimal pour À la recherche de l’Italie antique
    • Jacques Levron (1906-2004) pour Madame de Pompadour
  • 1963 : René-Gustave Nobécourt pour Les secrets de la propagande en France occupée
  • 1964 :
    • Jacques Levron (1906-2004) pour Le château fort et la vie au Moyen-Âge
    • Raymond Oursel pour Les Pèlerins du Moyen Âge
  • 1965 :
    • Mme Robert Mathieu pour Dernières victoires, 1814
    • Romain Roussel pour Jacques Cœur le Magnifique
  • 1966 :
    • Aimé Malvardi pour Napoléon et sa légende
    • Charles Pichon et Léonard Von Matt pour Les Papes
  • 1967 : Marcel Pollitzer pour Frédéric II, disciple de Machiavel
  • 1968 : Jean Richer pour Géographie sacrée du Monde grec
  • 1969 :
    • Marthe de Fels pour Pierre Poivre ou l’Amour des Épices
    • André Miquel pour L’Islam et la civilisation
    • Daria Olivier (1908-1998) pour Les Romanov
  • 1970 :
    • Charles-Marie Boissonnault pour Histoire politico-militaire des Canadiens français
    • Bernard Champigneulle (1896-1984) pour Paris de Napoléon à nos jours
    • Charles Ford et René Jeanne pour Paris vu par le Cinéma
  • 1971 :
    • Paul Arrighi pour La Vie quotidienne en Corse au XVIIIe siècle
    • Françoise de Bernardy pour Georges IV d’Angleterre
    • Marie-Louise Fracard pour Philippe de Montaut-Bénac, duc de Navailles, maréchal de France (1619-1684)
  • 1972 : Pierre Chaunu pour La Civilisation de l’Europe des Lumières
  • 1973 :
    • Serge Dahoui pour Le cardinal de Bernis ou la Royauté du charme
    • Jacques Levron (1906-2004) pour Le bon roi René
    • Marcel Pollitzer pour Le Règne des favorites
    • Marcel Reinhard pour La Révolution
  • 1974 :
    • Monica Charlot pour La démocratie à l’anglaise
    • Jacques Dinfreville pour Le chevalier d’Infreville
    • Paul Faure pour La vie quotidienne en Crète au temps de Minos (1500 av. J.-C.)
    • Robert Lacour-Gayet (1896-1989) pour L’histoire de l’Australie
    • Daria Olivier pour Alexandre 1er, Prince des illusions
  • 1975 :
  • 1976 :
    • Emmanuel Bourassin (1930-1999) pour La cour de France à l’époque féodale, des rois pasteurs aux monarques absolus
    • Jean Chesneaux et Françoise Le Barbier pour La Chine. La marche de la Révolution 1921-1949
    • Patrick de Gmeline pour La maison de Curières de Castelnau
    • Zoltan-Étienne Harsany (1909-1992) pour La vie à Strasbourg sous la Révolution
  • 1977 :
  • 1978 :
    • Emmanuel Bourassin (1930-1999) pour Jeanne d’Arc
    • Louis Dulieu pour La Médecine à Montpellier : Le Moyen Âge
    • Félix Ponteil (1892-1985) pour Georges Humann, un type de grand bourgeois sous la Monarchie parlementaire
  • 1979 :
    • Jacques Bonin et Paul Didier pour Louis XVIII, Roi de deux peuples (1814-1816)
    • Guy Chaussinand-Nogaret pour La vie quotidienne des Français sous Louis XV
    • Frédéric Deloffre et Melahat Menemencioglu pour Journal d’un voyage fait aux Indes Orientales (1690-1691) par Robert Challe, écrivain du Roi
    • Jacques Dinfreville pour Louis XIV. Les saisons d’un grand règne
    • Suzanne Pillorget (1924-2016) pour Claude-Henri Feydeau de Marville, lieutenant-général de police de Paris (1740-1747)
  • 1980 : Pierre Miquel pour Les guerres de Religion
  • 1981 :
  • 1982 :
  • 1983 : Étienne Manac'h pour Mémoires d’Extrême Asie. Une terre traversée de puissances invisibles, Chine-Indochine : 1972-1973
  • 1984 : Michel Carmona pour Richelieu : l'ambition et le pouvoir
  • 1985 : Pierre Rosanvallon pour Le moment Guizot
  • 1986 :
    • Marc Lengereau pour La France et la question valdôtaine au cours et à l’issue de la seconde guerre mondiale
    • Constantin Melnik pour La Troisième Rome : Expansion ou déclin de l'empire communiste
  • 1987 :
  • 1988 :
  • 1989 : Jacques Gélis pour La Sage-femme ou le Médecin

Notes et référencesModifier

  1. « Décret du 25 novembre 1944 », sur Légifrance (consulté le )
  2. « Prix Marie-Eugène-Simon-Henri-Martin », sur Académie française (consulté le )

Liens externesModifier