Ouvrir le menu principal
Siège de Séville
Description de cette image, également commentée ci-après
Tableau représentant la capture de Séville par Ferdinand III, peint par Francisco Pacheco
Informations générales
Date -Voir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées 37° 22′ 42″ nord, 5° 59′ 45″ ouest

Le siège de Séville (juillet 1247–novembre 1248) est le siège qui a duré 16 mois et qui a permis aux armées de Ferdinand III de Castille de reconquérir la ville de Séville face aux Almohades durant la Reconquista[1]. Bien que son importance géopolitique fût rapidement éclipsée par la prise de Cordoue en 1236, le siège de Séville fut néanmoins l'opération militaire la plus complexe menée par Ferdinand III[2],[3].

En 1246, après la conquête de Jaen, Séville et Grenade étaient les seules grandes villes de la péninsule Ibérique qui restaient aux mains des musulmans.

Au début de l'été 1247, le siège commence. Les Castillans isolent la ville au nord et à l'est. L'évêque Pierre de Lyon atteste que des canons ont été utilisés durant le siège par les défenseurs maures, ce qui serait la première utilisation de poudre à canon dans l'Occident[4].

En raison de la famine, la ville capitula le . Ferdinand III fit son entrée triomphale dans la ville le 22 décembre 1248. Les chroniques musulmanes attestent que 300 000 habitants ont quitté la ville après le siège. Ce nombre est considéré comme exagéré par l'historien O'Callaghan[1].

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) Joseph F. O'Callaghan, Reconquest and crusade in medieval Spain, University of Pennsylvania Press, , 113–116 p. (ISBN 978-0-8122-1889-3)
  2. (en) Joseph F. O'Callaghan, A History of Medieval Spain
  3. (en) Joseph F. O'Callaghan, The Gibraltar Crusade: Castile and the Battle for the Strait
  4. (en) « Early Medieval Cannon », sur The Medieval Combat Society, (consulté le 11 février 2016).