Trail Blazers de Portland

équipe de basket-ball américaine
(Redirigé depuis Portland Trail Blazers)
Portland Trail Blazers
Logo du Portland Trail Blazers

Généralités
Fondation 1970
Couleurs
Salle Moda Center
20 630 places
Siège Flag of Portland, Oregon.svg Portland
Drapeau de l'Oregon Oregon
Drapeau des États-Unis États-Unis
Championnat actuel NBA
Manager Neil Olshey
Entraîneur Terry Stotts
Palmarès principal
National[1] 1
1977

Maillots

 
Association jersey
Association jersey
 
Association shorts
 
Association
 
Icon jersey
Icon jersey
 
Icon shorts
 
Icon
 
Statement jersey
Statement jersey
 
Statement shorts
 
Statement

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2019-2020 des Trail Blazers de Portland
0

Les Trail Blazers de Portland (en anglais : Portland Trail Blazers), sont une franchise de basket-ball de la National Basketball Association (NBA) basée à Portland, dans l'état de l'Oregon.

Les Trail Blazers concourent dans la Conférence Ouest de la NBA, au sein de la division Nord-Ouest. L’équipe a joué ses matchs au Memorial Coliseum avant de déménager au Moda Center en 1995. La franchise est entrée dans la ligue comme une équipe d’expansion en 1970.

L’équipe a atteint les finales NBA trois reprises, remportant le titre une fois en 1977. Leurs autres apparitions en finale de la NBA ont eu lieu en 1990 et 1992. L’équipe s’est qualifiée pour les playoffs à 34 reprises en 48 saisons, y compris dans une série de 21 apparitions consécutives de 1983 à 2003. Bill Walton est le joueur le plus récompensé de la franchise, il a été élu Most Valuable Player (MVP) des Finales en 1977, et MVP de la saison régulière suivante. Quatre recrues des Blazers (Geoff Petrie, Sidney Wicks, Brandon Roy et Damian Lillard) ont remporté le prix de rookie de l’année. Trois joueurs ont remporté le prix du joueur ayant la meilleur progression : Kevin Duckworth (1988), Zach Randolph (2004) et C.J. McCollum (2016).

Historique de la franchiseModifier

1970-1974 : Les débuts de la franchiseModifier

Les Portland Trail Blazers entrent en NBA en 1970. Le nom de la franchise est lié aux « pionniers », en référence aux acteurs de la conquête de l'Ouest qui se sont illustrés dans l'Oregon au XIXe siècle (voir Piste de l'Oregon).

 
L'effectif 1970-1971 de l'équipe.

Le promoteur sportif Harry Glickman a cherché à créer une franchise NBA pour Portland dès 1955 quand il a proposé deux nouvelles équipes d’expansion, l’autre pour être situé à Los Angeles. Lorsque le Memorial Coliseum a été ouvert en 1960, Glickman a vu le potentiel qu’il pourrait servir comme un lieu de basket-ball professionnel, mais ce n’est que le 6 février 1970, que le conseil de la NBA lui a accordé les droits d’une franchise à Portland. Deux semaines plus tard, le 24 février, la direction de l’équipe a organisé un concours pour choisir le nom de l’équipe et a reçu plus de 10 000 votes. Le choix le plus populaire a été "Pioneers", mais ce nom a été exclu de la considération car il a déjà été utilisé par les équipes sportives de Portland Lewis & Clark College. Le nom "Trail Blazers" a reçu 172 votes, et a finalement été sélectionné par le jury, révélé le 13 mars.

Avec les Cavaliers de Cleveland et les Braves de Buffalo, les Blazers sont entrés dans la NBA en 1970 en tant qu’équipe d’expansion, sous la direction de l’entraîneur Rolland Todd. Geoff Petrie et Sidney Wicks ont mené l’équipe dans ses premières années, mais l’équipe n’a pas réussi à se qualifier pour les playoffs dans ses six premières saisons d’existence. L’équipe a remporté le premier choix de la draft NBA à deux reprises pendant cette période. En 1972, l’équipe a sélectionné LaRue Martin avec le premier choix.

1974-1979 : Ére Bill Walton et titre de championModifier

 
Bill Walton et Jack Ramsay lors du titre de 1977.

En 1974, l’équipe a choisi Bill Walton d'UCLA. La fusion ABA-NBA de 1976 a vu ces deux ligues rivales s’unir. Quatre équipes de l’ABA se sont jointes à la NBA et les autres équipes ont été dissoutes et leurs joueurs répartis parmi les escadrons restants de la NBA à la draft de dispersion. Les Trail Blazers ont choisi Maurice Lucas lors de cette draft. Cet été-là, ils ont aussi embauché Jack Ramsay comme entraîneur.

Pour la saison 1976-1977, les mouvements durant l'été, jumelés à l’excellent jeu de l’équipe, ont mené Portland à plusieurs premières : record de victoires sur une saison (49 victoires), première participation aux playoffs NBA et même le titre de champion NBA en 1977[2] face aux 76ers de Philadelphie de Julius Erving où Bill Walton est élu MVP des Finales.

L’équipe a commencé la saison 1977-1978 avec un bilan de 50-10, et certains ont prédit le début d'une dynastie à Portland[3]. Cependant, Bill Walton a subi une blessure au pied qui a mis fin à sa saison et qui allait le tourmenter pendant le reste de sa carrière, et l’équipe a eu de la difficulté à terminer la saison, finissant tout de même à 58-24. Walton termine tout de même la saison avec le titre de MVP de la saison régulière. En playoffs, Portland a perdu contre les SuperSonics de Seattle en demi-finales de la conférence. Cet été-là, Walton a demandé à être échangé avec une équipe de son choix (Clippers, Knicks, Warriors, ou 76ers), parce qu’il était mécontent de son traitement médical à Portland[4]. Walton n’a jamais été échangé, et il a tenu toute la saison 1978-1979 et a quitté l’équipe en tant qu'agent libre.

1980-1983 : Période de transitionModifier

Au cours des années 1980, l’équipe a été d'une présence constante dans les playoffs, ne se qualifiant pas seulement en 1982. Cependant, ils n’ont jamais dépassé le stade des demi-finales de conférence au cours de la décennie. La division Pacifique de la NBA a été dominée par les Lakers de Los Angeles tout au long de la décennie, et seuls les Lakers et les Rockets de Houston ont représenté la conférence Ouest dans les Finales NBA. Les principaux joueurs des Blazers au début des années 1980 étaient Mychal Thompson, Fat Lever, Darnell Valentine, Wayne Cooper, T. R. Dunn, Jim Paxson et Calvin Natt.

1983-1995 : Ère Clyde DrexlerModifier

Lors de la draft 1983, l’équipe a choisi Clyde Drexler avec le 14e choix, qui deviendrait le visage de la franchise pendant plus d’une décennie, et le deuxième joueur le plus récompensé de l’équipe (après Walton)[5]. Dans la draft 1984, les Trail Blazers ont obtenu le second choix. Après que les Rockets de Houston aient sélectionné Akeem Olajuwon, le coéquipier de Drexler à l'université, les Trail Blazers ont choisi Sam Bowie, le pivot de Kentucky. La franchise est passé à côté de Michael Jordan, sélectionné en 3e choix par les Bulls de Chicago. La sélection de Bowie, blessé, a été critiquée comme l’un des pires choix de draft dans l’histoire des sports professionnels américains[6]. Cet été-là, les Blazers ont également fait un échange controversé, envoyant Lever, Cooper et Natt aux Nuggets de Denver pour l'ailier Kiki Vandeweghe. À la draft 1985, les Blazers ont choisi le meneur Terry Porter avec le dernier choix du premier tour. Porter va devenir le leader historique des Blazers en passes décisives.

Cependant, les Blazers ont continué à lutter dans les playoffs, et en 1986, Ramsay a été congédié et remplacé par Mike Schuler. Malgré cela, ils ont été la seule équipe à battre les Celtics de Boston à l'extérieur cette saison-là. Après l’intersaison, l’équipe a sélectionné deux joueurs, Arvydas Sabonis et Dražen Petrović, et a envoyé Thompson aux Spurs de San Antonio pour l’ancienne star de l’Oregon, Steve Johnson. Johnson était un joueur que l’équipe avait l’intention de jumeler avec Bowie. Ce ne fut pas le cas, car Bowie s’est cassé la jambe au bout de cinq matchs dans la saison 1986-1987, manquant les deux saisons suivantes et demie[7]. Pendant le bref mandat de Schuler, les Blazers n’ont pas réussi à se qualifier pour les playoffs NBA.

En 1988, le cofondateur de Microsoft, Paul Allen, a acheté les Blazers pour 70 millions de dollars[8]. Au moment de l’achat, Allen, alors âgé de 35 ans, est devenu le plus jeune propriétaire d’équipe dans les quatre grands sports professionnels. Sa première saison en tant que propriétaire a été marquée par quelques troubles, car des conflits ont éclaté sur le cinq majeur. Vandeweghe et Johnson ont subi des blessures et ont été remplacés dans la formation de départ par Jerome Kersey et Kevin Duckworth.

L’équipe a commencé la saison 1988-1989 avec un bilan de 25-22, et Schuler a été congédié. Il a été remplacé par Rick Adelman[9], et Vandeweghe a été transféré aux Knicks de New York[10]. Sous Adelman, l’équipe ne s’est pas qualifiée pour les séries éliminatoires. Cette saison-là, l’équipe a échangé Sam Bowie (qui était revenu de blessure) contre les Nets du New Jersey pour Buck Williams.

L’ajout de Williams et le remplacement de Vandeweghe par Kersey ont fait, de l’équipe qui avait une mauvaise féense, à une bonne équipe. Menée par Drexler, l’équipe a atteint les finales NBA en 1990 et 1992, perdant contre les Pistons de Détroit et les Bulls de Chicago, respectivement. L’année entre leurs deux apparitions en finale, l’équipe a affiché le meilleur bilan de la ligue à 63-19 avant de perdre contre les Lakers de Los Angeles en finale de conférence. Cependant, l’équipe n’a pas remporté un titre NBA, et n’a pas progressé au-delà du premier tour en 1993 et 1994. Adelman a été congédié après la saison 1994[11] et remplacé par P. J. Carlesimo[12], ce qui a mené à la démission du vice-président exécutif Geoff Petrie, un ami proche d’Adelman.

En juillet 1994, les Trail Blazers ont annoncé l’embauche d’un nouveau président, en la présence de l’ancien manager général des SuperSonics de Seattle, Bob Whitsitt. Il est connu sous le nom de "Trader Bob" pour son penchant à faire des transferts et a immédiatement entrepris de remanier l'effectif des Blazers, ce qui comprenait le démantèlement de l’équipe vieillissante menée par Drexler qui avait été deux fois en finale. L'équipe ayant laissé passer sa chance, Drexler obtient en 1995 son bon de sortie en étant échangé contre Otis Thorpe vers les Rockets de Houston où il gagnera le titre qu'il désirait tant. À l’automne 1995, l’équipe a quitté le Memorial Coliseum pour une nouvelle maison, le Rose Garden de 20 000 places.

1995-2006 : Reconstruction et époque des "Jail Blazers"Modifier

Plusieurs joueurs sont partis en tant qu'agents libres, dont Terry Porter en 1995, Buck Williams en 1996 et Clifford Robinson 1997, ce qui a laissé Jerome Kersey sans protection dans la draft d’expansion de 1995.

Dans un effort de reconstruction, l’équipe a acquis plusieurs joueurs qui étaient très talentueux, mais avaient la réputation d'être au coeur de discordes hors terrain. Isaiah Rider, qui a été échangé par les Timberwolves du Minnesota pour un tour de draft et des erreurs de carrière en raison de ses arrestations fréquentes et manque de ponctualité, tout en étant arrêté pour possession de cannabis deux jours avant ses débuts avec les Blazers[13]. Rasheed Wallace, qui était connu comme un joueur coléreux depuis le collège, a également été acquis, dans un transfert avec les Bullets de Washington[14]. Le meneur Kenny Anderson a été signé comme agent libre et a ensuite échangé contre Damon Stoudamire en février 1998.[15] Au début, cette approche a fonctionné, puisque l’équipe est retournée en finale de conférence en 1999 sous la direction de l’entraîneur Mike Dunleavy. Après avoir été balayé par le futur champion, les Spurs de San Antonio, Whitsitt a envoyé Rider et Jim Jackson aux Hawks d'Atlanta pour garder Steve Smith et ont acquis l’ancien All-Star, Scottie Pippen des Rockets de Houston. L’équipe a de nouveau atteint la finale de conférence en 2000, où ils ont affronté une équipe des Lakers de Los Angeles menés par Shaquille O'Neal et Kobe Bryant. Dans cette série, les Blazers ont perdu trois des quatre premiers matchs avant de gagner les deux suivants, forçant un match 7 décisif. Les Blazers avaient une avance de 15 points dans le quatrième quart, mais a perdu le match et la série aux dépens des Lakers[16], qui a remporté, cette année, le premier des trois titres consécutifs.

Les Blazers ont effectué une série de changement de staff au cours des deux intersaisons suivantes qui n’ont pas produit les résultats souhaités. Jermaine O'Neal a été échangé aux Pacers de l'Indiana contre Dale Davis. Brian Grant a signé avec le Heat de Miami et a été remplacé par Shawn Kemp[17]. L’équipe a bien commencé la saison 2000-2001, affichant le meilleur bilan de la conférence Ouest jusqu’en mars 2001, puis a signé le meneur Rod Strickland. La signature a eu un impact négatif et l’équipe a perdu 17 de ses 25 derniers matchs, et a été éliminée au premier tour des playoffs, balayée par les Lakers de Los Angeles.

Néanmoins, le caractère difficile de certains joueurs, et les problèmes récurrents des membres de l'équipe face à la justice (port d'arme, usage de drogue…), offrent un nom officieux à la franchise : les « Jail Blazers » (jeu de mot sur jail, signifiant prison)

Maurice Cheeks, un "entraîneur de joueurs" prend la place de Dunleavy à la tête de l'équipe. D’autres transactions ont suivi alors que les Blazers échangeaient Steve Smith contre les Spurs pour Derek Anderson. Dans l’une de ses décisions les plus controversées à ce moment-là, Whitsitt a signé l’agent libre Ruben Patterson, impliqué au coeur d'une accusation d’agression sexuelle. Le pivot populaire, Arvydas Sabonis, qui avait déjà eu une altercation avec Rasheed Wallace lors des séries éliminatoires, a décidé de quitter l’équipe[18].

Les deux saisons suivantes ont été tout aussi désastreuses pour la réputation de l’équipe. Plusieurs joueurs, dont Wallace, Stoudamire et Qyntel Woods, ont été comparus pour possession de marijuana[19]. Woods a plaidé coupable d’avoir maltraité des animaux pour avoir organisé des combats de chiens dans sa maison. Wallace a été suspendu pour sept matchs pour avoir menacé un arbitre[20]. Zach Randolph et Patterson se sont battus pendant l’entraînement, blessant même Patterson l'empêchant d'apporter une contribution significative pendant les playoffs[21]. Le mécontentement des partisans a monté en flèche, malgré le fait que l’équipe continue d’afficher un bilan positif, la fréquentation du Rose Garden a commencé à diminuer.

Pour remplacer Whitsitt, l’équipe a embauché deux hommes à de nouveaux postes. John Nash, un cadre chevronné de la NBA, a été embauché comme manager général, et Steve Patterson comme président de l’équipe. Des joueurs gênants, dont Wells, Wallace et Jeff McInnis, ont été échangés. Toutefois, l’équipe n’a pas réussi à se qualifier pour les playoffs 2004, mettant fin à une série de 21 apparitions consécutives.

L’année suivante a été marquée par plus de difficultés alors que l’équipe a chuté à un bilan de 27-55. Cheeks a été congédié cette saison-là et remplacé par Kevin Pritchard. Cet été-là, l’équipe a embauché Nate McMillan, qui avait entraîné les SuperSonics de Seattle la saison précédente, et Pritchard est retourné au front.

La saison 2005-2006 n’a pas été meilleure, car les Blazers ont affiché un bilan de 21-61. La fréquentation a été plus faible, et l’année n’a pas été exempte d’incidents avec les joueurs. Des joueurs tels que Miles, Patterson, Randolph et Sebastian Telfair ont été impliqués dans des querelles sur le terrain ou des incidents juridiques hors terrain. Nash a été congédié à la fin de la saison, Steve Patterson assumant le rôle de manager général en plus de ses fonctions de président[22]. De plus, l’équipe avait une mauvaise relation avec la direction du Rose Garden, se plaignant souvent d’un « modèle économique brisé ».

2006-2012 : Renouveau sous l'impulsion de Roy et AldridgeModifier

Le rookie Brandon Roy est nommé rookie de l'année pour la saison 2006-2007, l'équipe compte aussi d'autres jeunes joueurs : LaMarcus Aldridge, Jerryd Bayless, ou les Européens Sergio Rodríguez, Rudy Fernández et Nicolas Batum.

Lors de la Draft 2007 de la NBA, les Blazers sélectionnent Greg Oden grâce à leur premier choix. La même nuit, ils échangent Zach Randolph, Dan Dickau, Fred Jones et un choix de deuxième tour contre Steve Francis et Channing Frye des New York Knicks.

 
Logo de 2004 à 2017

Avec les blessures de Greg Oden, Nicolas Batum et Joel Przybilla la saison 2009-2010 est aussi maudite que la précédente mais grâce à leur star Brandon Roy et son lieutenant LaMarcus Aldridge l'équipe accroche une sixième place et dispute ainsi les play-offs. Ils sont éliminés au premier tour sur le score de 4 à 2 par les Suns de Phoenix.

La saison 2010-2011 est toujours aussi maudite que les précédentes. Greg Oden est blessé pour toute la saison et quelques jours plus tard, le club annonce que Brandon Roy a une sérieuse blessure aux genoux. L'équipe s'appuie sur LaMarcus Aldridge, désormais leader offensif de son équipe devant Wesley Matthews, arrivé cet été en provenance des Utah Jazz[23]. Pour se renforcer l'équipe effectue un échange le avec les Charlotte Bobcats qui lui permet d'acquérir Gerald Wallace contre Joel Przybilla, Dante Cunningham et Sean Marks. Troisième de la division Nord-Ouest et sixième de la conférence, les Blazers se qualifient pour les play-offs où ils rencontrent au premier tour les Mavericks de Dallas, futurs champions. Ceux-ci remportent la série en six matches.

La franchise de Portland entame une reconstruction importante lors de la saison 2011-2012. La fin de carrière de Brandon Roy constitue la première étape. Après l'annonce de son retrait pour ses problèmes de genoux, la franchise annonce qu'elle utilise la nouvelle possibilité offerte par l'accord signé entre les joueurs et les propriétaires[24]. Celle-ci, nommée amnesty clause permet à une franchise de se séparer d'un joueur sans que le salaire de celui-ci soit inclus dans le calcul du plafond salarial de la franchise. Cela permet le recrutement de Jamal Crawford[25]. Le no 1 de la draft 2007 est de nouveau absent pour le début de la saison, laissant le vétéran Marcus Camby occuper le poste de pivot dans un cinq également composé de Raymond Felton, Wesley Matthews, Gerald Wallace, LaMarcus Aldridge. Les dirigeants sont également confrontés au choix de resigner Gerald Wallace et Nicolas Batum, tous deux en fin de contrat à la fin de saison et évoluant sur le même poste. Aucune décision n'est prise dans les délais impartis et les deux joueurs sont donc restricted free agent au terme de la saison[26].

Sur le plan sportif, les résultats ne sont pas à hauteur des objectifs attendus. Des tensions apparaissent au sein de l'effectif et plusieurs joueurs réclament le départ de l'entraîneur Nate McMillan.

Les dirigeants décident de poursuivre la reconstruction : la veille de la clôture du marché des transferts, ils échangent le Marcus Camby, considéré comme le meneur de la révolte du vestiaire[réf. nécessaire], contre le pivot Hasheem Thabeet et le meneur Johnny Flynn des Rockets de Houston. Gerald Wallace est lui envoyé chez les Nets du New Jersey contre Mehmet Okur et Shawne Williams[27]. Greg Oden et Chris Johnson sont ensuite libérés de leurs contrats, pour permettre aux nouveaux arrivants de rentrer dans l'effectif. Durant la même période, Nate McMillan est licencié. Il est remplacé par son assistant Kaleb Canales.

Depuis 2012 : L'ère Lillard - McCollumModifier

Lors de la draft 2012, les Trail Blazers sélectionnent Damian Lillard en 6e position, Meyers Leonard en 11e place et Will Barton au second tour. Portland engage également Terry Stotts comme coach en chef. Cet été servira de fondation à la franchise pour les années suivantes. L'équipe remportera 33 matchs, insuffisant pour se qualifier en play-offs, mais Lillard sera nommé Rookie de l'année, ce qui montre que pour une fois, les Blazers ne se sont pas trompés lors de la draft[28].

Cela se confirmera lors de la draft 2013 de la NBA, avec C.J. McCollum choisi en 10e position, et Allen Crabbe en provenance de Cleveland contre 2 futurs seconds tours de draft. Pendant cet été, Robin Lopez arrive dans le cadre d'un trade avec Sacramento et la Nouvelle-Orléans.

La saison NBA 2013-2014 sera fantastique avec 54 victoires pour les Blazers, soit 21 de plus que l'année précédente, notamment grâce au duo Aldridge/Lillard. Finissant à la 5e place de la conférence Ouest, Portland est opposé aux Rockets de Houston au premier tour et contre toute attente, s'impose 4-2, grâce à un tir au buzzer historique de Lillard dans le match 6 alors que Houston menait de 2 points avec 9 dixièmes à jouer[29]. C'est la première série de play-offs que les Trail Blazers remportent depuis 2000 et la finale de conférence contre les Lakers de Los Angeles. En demi-finales de conférence, Portland est battu 4-1 par les Spurs qui remporteront le titre.

L'année suivante, avec 51 victoires en saison régulière, Portland remporte sa division ce qui lui assure une 4e place de conférence malgré le 6e bilan de la conférence. Les Trail Blazers s'inclinent 4-1 au premier tour contre les Grizzlies de Memphis.

Lors de l'été 2015, l'effectif est complétement renouvelé avec Nicolas Batum qui est envoyé aux Hornets de Charlotte contre Gerald Henderson Jr. et Noah Vonleh, LaMarcus Aldridge rejoint les Spurs de San Antonio, Wesley Matthews signe aux Mavericks de Dallas et Robin Lopez aux Knicks de New York. Al-Farouq Aminu, Ed Davis, Pat Connaughton et Mason Plumlee rejoignent cette effectif qui a perdu 4 titulaires de la saison passée. Maurice Harkless arrive lui en provenance d'Orlando contre un second tour de draft. Avec ce nouvel effectif et alors que les profondeurs du classement leur étaient prédis, les Trail Blazers défient les pronostics en finissant 5e de la conférence Ouest, grâce à l'émergence de C.J. McCollum. Il est élu NBA Most Improved Player se révèle très complémentaire de Damian Lillard qui s'affirme comme le nouveau leader de l'équipe[30]. L'équipe ne s'arrête pas là en éliminant les Clippers de Los Angeles au premier tour avant de tomber vaillamment en demi-finales contre les Warriors de Golden State, champions en titre.

Grâce à l'explosion des droits TV et du Salary Cap, les Blazers décident de signer Evan Turner et Festus Ezeli, et de prolonger Meyers Leonard, Allen Crabbe et Maurice Harkless au prix fort.

La saison NBA 2016-2017 est plus compliquée que prévu, Portland étant à la lutte pour la qualification en play-offs avec les Nuggets de Denver. En cours de saison, Mason Plumlee est envoyé à Denver contre Jusuf Nurkić et un premier tour de draft. L'arrivée de Nurkic va considérablement combler le déficit de l'équipe au poste de pivot et permet à Portland de se qualifier in-extremis à la 8e place pour les play-offs. Les Warriors de Golden State s'imposeront alors facilement au premier tour.

La draft 2017 de la NBA sera agitée pour Portland, qui envoie ses picks 15 et 20 à Sacramento contre le 10e choix pour récupérer Zach Collins. Enfin, Caleb Swanigan sera drafté en fin de premier tour. Ezeli est lui coupé sans avoir pu jouer le moindre match pour cause de blessures. L'intersaison sera très calme, les Trail Blazers n'ayant plus aucune flexibilité après les signatures de l'été 2016. Allen Crabbe est envoyé aux Nets de Brooklyn dans l'optique de réduire la masse salariale.

Pendant cette saison, les Trail Blazers déjouent à nouveau les pronostics en finissant à la 3e place de la conférence Ouest, avec 49 victoires, grâce au trio Lillard/McCollum/Nurkic. L'aventure en play-offs sera douloureuse, avec une défaite 4-0 au premier tour face aux Pelicans de La Nouvelle-Orléans d'Anthony Davis (basket-ball) et malgré l'absence de DeMarcus Cousins[31].

Anfernee Simons et Gary Trent Jr. sont draftés en 2018. Seth Curry et Nik Stauskas viennent eux aussi renforcer l'effectif. Ce dernier sera échangé en cours de saison pour permettre l'arrivée de Rodney Hood. Enes Kanter rejoindra Portland en cours de saison également après son passage aux Knicks de New York. Les Trail Blazers ont désormais un cinq de départ compétitif, mais également des joueurs sur le banc capables de prendre le relais, ce qui leur avait fait défaut les années précédentes. L'alchimie prend et Portland termine la saison à une nouvelle 3e place avec 53 victoires, à nouveau un résultat supérieur aux attentes de nombreux observateurs. Malheureusement, le pivot Jusuf Nurkić subit une fracture du tibia péroné juste avant le début des play-offs alors qu'il effectuait la meilleure saison de sa carrière[32]. Au premier tour des play-offs, les Blazers éliminent le Thunder d'Oklahoma City sur le score de 4-1 grâce à un nouveau tir au buzzer de Lillard pour clôturer la série, 5 ans après celui contre Houston[33]. En demi-finales, Portland affronte Denver, autre équipe surprise de cette année, et s'impose 4-3 à l'extérieur au terme d'un match 7 d'anthologie, et malgré 17 points de retard au cours du match décisif[34]. Portland retrouve les finales de conférence, 19 ans après les dernières, mais malgré une belle résistance, s'incline une nouvelle fois face aux Warriors de Golden State.

La draft 2019 de la NBA verra les Trail Blazers choisir Nassir Little. N'ayant toujours pas de flexibilité financière et l'une des plus grandes masses salariales de la ligue, l'effectif subit de nombreux changements à l'été 2019. Enes Kanter rejoint les Celtics de Boston et Jake Layman les Timberwolves du Minnesota. Evan Turner est échangé contre Kent Bazemore. Grâce à un trade à 4 équipes, Portland envoie Maurice Harkless aux Clippers de Los Angeles et Meyers Leonard au Heat de Miami, et récupère Hassan Whiteside[35], pour combler la longue indisponibilité de Nurkic. Pau Gasol, Anthony Tolliver et Mario Hezonja rejoignent eux-aussi l'effectif. Enfin, Damian Lillard[36] et C.J. McCollum[37] prolongent leurs contrats dans l'Oregon, tout comme Rodney Hood.

PalmarèsModifier

Couleurs et symbolesModifier

MaillotsModifier

Depuis que Nike fournit l'ensemble des tenues aux équipes de NBA, en 2017, les maillots « domicile » et « extérieur » ont été remplacés par une collection plus fournie, pouvant servir aussi bien en déplacement qu'à domicile, portant les noms « association », « icon », « statement », et pour certaines équipes en plus « city » et « classic ». Les équipes qualifiées pour les playoffs 2019 se sont vues dotées d'une tenue supplémentaire, dénommée « earned ».

Effectif actuelModifier

Trail Blazers de Portland
Effectif actuel
Entraîneur :   Terry Stotts
Meneur 10   Jaylen Adams St. Bonaventure
Ailier / Ailier fort 00   Carmelo Anthony Syracuse
Ailier 8   Trevor Ariza UCLA
Pivot 4   Moses Brown (R) (TW) UCLA
Ailier fort / Pivot 33   Zach Collins Gonzaga
Ailier fort 35   /   Wenyen Gabriel Kentucky
Ailier / Ailier fort 44   Mario Hezonja FC Barcelone
Ailier / Ailier fort 6   Jaylen Hoard (R) (TW) Wake Forest
Arrière / Ailier 5   Rodney Hood Duke
Meneur 0   Damian Lillard (C) Weber State
Ailier 9   Nassir Little (R) North Carolina
Arrière 3   C.J. McCollum Lehigh
Pivot 27   Jusuf Nurkić KK Cedevita
Meneur / Arrière 1   Anfernee Simons IMG Academy
Ailier fort / Pivot 50   Caleb Swanigan Purdue
Arrière 2   Gary Trent Jr. Duke
Pivot 21   Hassan Whiteside Marshall
(C) - Capitaine, (R) - Rookie, (TW) - Two-way contract,   Blessé

Meilleurs marqueurs de l'histoire de la franchiseModifier

Place Nom du joueur Pays Points
1er Clyde Drexler 1983 - 1995   États-Unis 18 040
2e Damian Lillard 2012 -   États-Unis 14 242
3e LaMarcus Aldridge 2006 - 2015   États-Unis 12 562
4e Terry Porter 1985 - 1995   États-Unis 11 330
5e Clifford Robinson 1989 - 1997   États-Unis 10 405
6e Jerome Kersey 1984 - 1995   États-Unis 10 067
7e Jim Paxson 1979 - 1988   États-Unis 10 003
8e Geoff Petrie 1970 - 1976   États-Unis 9 732
9e Mychal Thompson 1978 - 1986   États-Unis 9 215
10e Rasheed Wallace 1996 - 2004   États-Unis 9 119
Dernière mise à jour :
En gras : Joueurs évoluant toujours dans la franchise

Records individuels de la franchiseModifier

Records individuels
Statistique Nom du joueur Nombre
Meilleur marqueur Clyde Drexler 18 040 points
Meilleure moyenne Points/Match Clyde Drexler 27,2 points/match
Meilleur passeur Terry Porter 5 319 passes décisives
Meilleure moyenne Passes/Match Rod Strickland 8.2 passes/match
Meilleur rebondeur LaMarcus Aldridge 5 434 rebonds
Meilleure moyenne Rebonds/Match Bill Walton 13,5 rebonds/match
Meilleur contreur Mychal Thompson 768 contres
Meilleur intercepteur Clyde Drexler 1 795 interceptions
Meilleur pourcentage au tir Joel Przybilla 57,4 %
3 points marqués Damian Lillard 1 682 tirs
Meilleur pourcentage à 3 points Allen Crabbe 41.1 %
Lancers-francs marqués Clyde Drexler 3 798 tirs
Meilleur pourcentage au lancer-franc Damian Lillard 88,7 %
Matchs joués Clyde Drexler 867 matchs
Dernière mise à jour :
En gras : Joueurs évoluant toujours dans la franchise

Maillots retirésModifier

Notes et référencesModifier

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. Richard Sengmany, « Sixers-Blazers (Finale 1977, Game 6) : Portland titré, Bill Walton MVP gigantesque », sur B-RISE BASKET, (consulté le 23 mai 2020)
  3. « Portland is not just running away from everybody in the - 02.13.78 - SI Vault », sur web.archive.org, (consulté le 23 mai 2020)
  4. « Bill Walton quit the Blazers after a dispute over team - 08.21.78 - SI Vault », sur web.archive.org, (consulté le 23 mai 2020)
  5. (en) NBA com Staff, « Legends profile: Clyde Drexler », sur NBA.com (consulté le 23 mai 2020)
  6. « ESPN.com: Page 2 : The 100 worst draft picks ever », sur www.espn.com (consulté le 23 mai 2020)
  7. Par Val', « Sam Bowie, le grand bonhomme en mousse », sur QiBasket, (consulté le 23 mai 2020)
  8. (en-US) « SPORTS PEOPLE; Trail Blazers Deal », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 23 mai 2020)
  9. (en-US) Clifton Brown, « PRO BASKETBALL; Changing Team Chemistry Adds Risk to Equation », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 23 mai 2020)
  10. (en-US) Sam Goldaper, « A Question Mark for Vandeweghe », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 23 mai 2020)
  11. (en-US) « SPORTS PEOPLE: PRO BASKETBALL; Trail Blazers Fire Adelman », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 23 mai 2020)
  12. (en-US) « PRO BASKETBALL; Carlesimo Leaves Hall To Coach Trail Blazers », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 23 mai 2020)
  13. « Portrait d’Isaiah Rider, le nasty boy des années 90 », sur Basket USA (consulté le 23 mai 2020)
  14. (en-US) « Archives | The Philadelphia Inquirer », sur https://www.inquirer.com (consulté le 23 mai 2020)
  15. « CNN/SI - Basketball - Blazers obtain Stoudamire from Raptors; Darrell Walker resigns - February 14, 1998 », sur web.archive.org, (consulté le 23 mai 2020)
  16. Clément Hénot, « Le pire souvenir en Playoffs des Blazers : 2000, le alley-oop stratosphérique du Shaq », sur TrashTalk, (consulté le 23 mai 2020)
  17. « Sporting News, The: Blazers make the right move - Portland Trail Blazers basketball trades - Brief Article », sur web.archive.org, (consulté le 23 mai 2020)
  18. (en-US) « Arvydas Sabonis vs Rasheed Wallace during a timeout », sur Basketball Network, (consulté le 23 mai 2020)
  19. (en-US) Liz Robbins, « BASKETBALL; Trail Blazers Trying to Fix a Troubled Family », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 23 mai 2020)
  20. « ESPN.com: NBA - Ref woes: Wallace gets seven-game suspension », sur static.espn.go.com (consulté le 23 mai 2020)
  21. « Saga Jail Blazers (#6) – Vingt ans après », sur Basket USA (consulté le 23 mai 2020)
  22. (en) « Nash won't return as Trail Blazers' general manager », sur ESPN.com, (consulté le 23 mai 2020)
  23. (en) « 1010-11 Portland Trail Blazers Roster and Statistics », sur basketball-reference.com (consulté le 28 mars 2012)
  24. (en) Ben Golliver, « Blazers waive G Brandon Roy via amnesty clause », sur bleacherreport.com, (consulté le 28 mars 2012)
  25. « Jamal Crawford (Atlanta) à Portland », sur opl.fr, (consulté le 28 mars 2012)
  26. « Batum free agent au 1er juillet », sur lequipe.fr, (consulté le 28 mars 2012)
  27. Xavier Colombani, « Portland fait sa révolution », sur lequipe.fr, (consulté le 28 mars 2012)
  28. « Lillard de Portland "rookie" de l'année », sur Eurosport, (consulté le 23 mai 2020)
  29. Benoît Carlier, « Damian Lillard l'avait déjà fait : quand Dame assassinait les Rockets au premier tour des Playoffs 2014 », sur TrashTalk, (consulté le 23 mai 2020)
  30. « CJ McCollum élu MIP de la saison », sur BasketSession.com, (consulté le 23 mai 2020)
  31. Emile Gillet, « Les Pelicans sweepent Portland : des Blazers traumatisés et des milliers de brackets souillés », sur TrashTalk, (consulté le 23 mai 2020)
  32. Quentin Quairière, « L'horrible fracture de Jusuf Nurkic : l'analyse du Docteur Q », sur TrashTalk, (consulté le 23 mai 2020)
  33. Nicolas Meichel, « Damian Lillard dit bye bye à OKC après son buzzer-beater : c'est combien sur l'échelle du trashtalking ça ? », sur TrashTalk, (consulté le 23 mai 2020)
  34. « NBA : Portland élimine Denver et rejoint Golden State en finale de Conférence Ouest - Basket - NBA », sur L'Équipe (consulté le 23 mai 2020)
  35. Nicolas Meichel, « Officiel : le Heat envoie Hassan Whiteside aux Blazers contre Meyers Leonard et Moe Harkless, merci à la NBA de nous laisser souffler », sur TrashTalk, (consulté le 23 mai 2020)
  36. Alexandre Taupin, « Officiel : Damian Lillard prolonge pour quatre ans et 196 millions aux Blazers, le Moda Center aura son Dame Time jusqu'en 2025 », sur TrashTalk, (consulté le 23 mai 2020)
  37. « C.J. McCollum prolonge jusqu’en 2024 avec les Blazers ! », sur Basket USA (consulté le 23 mai 2020)

Liens externesModifier