Scottie Pippen

joueur de basket-ball américain

Scottie Pippen
Image illustrative de l’article Scottie Pippen
Pippen sous le maillot des Bulls en 1995.
Fiche d’identité
Nom complet Scottie Maurice Pippen[1]
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance (54 ans)
Hamburg, Arkansas
Taille 2,03 m (6 8)
Poids 102 kg (224 lb)
Surnom Pip
Situation en club
Club actuel Retraité / Membre du staff des Bulls de Chicago
Numéro 33
Poste Ailier
Carrière universitaire ou amateur
1983–1987 Central Arkansas
Draft de la NBA
Année 1987
Position 5e
Franchise SuperSonics de Seattle
Carrière professionnelle *
SaisonClubMoy. pts
1987-1988
1988-1989
1989-1990
1990-1991
1991-1992
1992-1993
1993-1994
1994-1995
1995-1996
1996-1997
1997-1998
1998-1999
1999-2000
2000-2001
2001-2002
2002-2003
2003-2004

2007-2008
2007-2008
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Rockets de Houston
Trail Blazers de Portland
Trail Blazers de Portland
Trail Blazers de Portland
Trail Blazers de Portland
Bulls de Chicago

Torpan Pojat Helsinki
Sundsvall Dragons
07,9
14,4
16,5
17,8
21,0
18,6
22,0
21,4
19,4
20,2
19,1
14,5
12,5
11,3
10,6
10,8
05,9[2]

10,5
21,0
Sélection en équipe nationale **
1992-1996Drapeau : États-Unis États-Unis15,7
Basketball Hall of Fame 2010
* Points marqués dans chaque club dans le cadre de la saison régulière du championnat national.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Scott Maurice "Scottie" Pippen, né le à Hamburg en Arkansas, est un ancien joueur de basket-ball américain, évoluant au poste d'ailier. Il est fréquemment surnommé Pip. Il a joué 17 saisons au sein de la National Basketball Association (NBA), remportant six titres de champion NBA avec les Bulls de Chicago (1991, 1992, 1993, 1996, 1997 et 1998). Pippen, avec Michael Jordan, a joué un rôle important dans la transformation de la franchise des Bulls et dans la popularisation de la NBA dans le monde entier au cours des années 1990[3].

Considéré comme l’un des meilleurs ailiers de tous les temps et comme l'un des meilleurs défenseurs de l'histoire du basket-ball, Pippen a été nommé au sein de la All-Defensive First Team à huit reprises et dans la All-NBA First Team à 3 reprises. Il a été 7 fois All-Star et a été MVP du All-Star Game en 1994. Il a été nommé dans les 50 plus grands joueurs de l’histoire de la NBA au cours de la saison 1996-1997[4], et est l’un des quatre joueurs à avoir son maillot retiré par les Bulls de Chicago[5]. Il a joué un rôle principal à la fois dans les équipes championnes de 1992 et 1996 des Bulls, qui ont été sélectionnées comme deux des 10 meilleures équipes dans l’histoire de la NBA[6]. Pippen forme un des meilleurs Big Three de l'histoire de la NBA aux côtés de Michael Jordan et Dennis Rodman[7],[8].

Au cours de sa carrière de 17 ans, il a joué 12 saisons avec les Bulls, une avec les Rockets de Houston et quatre avec les Trail Blazers de Portland, participant aux playoffs NBA seize fois de suite.

Pippen est le seul joueur de l'histoire de la NBA à avoir remporté deux fois le titre de champion NBA et la médaille d’or olympique la même année (1992, 1996)[9]. Il faisait partie de la « Dream Team » de 1992, qui a battu ses adversaires de 44 points en moyenne[10]. Il portait le numéro 8 pendant les deux olympiades.

Pippen a été intronisé à deux reprises au Hall of Fame (pour sa carrière individuelle et en tant que membre de la Dream Team), le 13 août 2010[11]. Le 8 décembre 2005, les Bulls ont retiré son numéro 33, tandis que son université, Central Arkansas, a également retiré son numéro 33, le 21 janvier 2010[12].

BiographieModifier

JeunesseModifier

Pippen est le plus jeune garçon d'une famille de 12 enfants. Ses parents n’avaient pas les moyens d’envoyer leurs enfants à l’université. Son père a travaillé dans une papeterie jusqu’à ce qu’un accident vasculaire cérébral paralyse son côté droit, l’empêche de marcher et affecte sa parole. Un de ses frères devient handicapé à la suite d'un combat de lutte[13].

Pippen est allé à Hambourg High School. Jouant meneur de jeu, il a mené son équipe aux séries éliminatoires de l’État et a gagné tous les honneurs de la conférence. Cependant, on ne lui a offert aucune bourse d’études. Il est alors allé à l’université de Central Arkansas à Conway, université de seconde zone. Il ne joua pas à sa première saison car il était le porteur d'eau de l'équipe de football américain de l'école. Il devint ensuite celui de l'équipe de basket-ball. Un jour, alors qu'il manquait trop de joueurs à l'entraînement, l'entraîneur lui demanda de s'entraîner avec le reste de l'équipe. Il impressionna tant l’entraîneur qu'il intégrera l'équipe l'année suivante. Il n’a pas reçu beaucoup de couverture médiatique au niveau universitaire parce que l’Arkansas a joué dans la NAIA, pas la plus prestigieuse compétition universitaire. Pippen ne faisait que 1,85 m quand il a obtenu son diplôme d’études secondaires, mais arrivé à Central Arkansas, il a connu une poussée de croissance et est passé à 2,03 m. En tant que senior, il atteint une moyenne par match de 23,6 points, 10 rebonds, 4,3 passes décisives et près de 60% au tir, ce qui lui a valu les honneurs du Consensus NAIA All-American en 1987 et a fait de lui un joueur dominant dans l’Arkansas Intercollegiate Conference, pour attirer l’attention des recruteurs de la NBA[14].

Carrière NBAModifier

Début de carrière (1987-1990)Modifier

Il est choisi en cinquième position, en draft 1987 de la NBA par les SuperSonics de Seattle et aussitôt échangé avec Olden Polynice — ce qui restera rétrospectivement comme un des échanges les plus déséquilibrés de l'histoire de la NBA — et envoyé aux Bulls de Chicago, où il fera l'essentiel de sa carrière[15]. Pippen a fait partie du jeune duo d'ailiers de Chicago avec Horace Grant, bien que les deux soient sortis du banc pour soutenir Brad Sellers et Charles Oakley, respectivement, au cours de leurs premières saisons. Scottie a fait ses débuts en NBA le 7 novembre 1987, lorsque les Bulls ont joué contre les 76ers de Philadelphie. Il a terminé avec 10 points, 2 interceptions, 4 passes et 1 rebond en 23 minutes de jeu, et les Bulls ont gagné 104-94[16]. Avec son coéquipier Michael Jordan comme mentor, Pippen a perfectionné ses compétences et en a développé de nouvelles au cours de sa carrière. Jordan et Pippen ont souvent joué en un-contre-un en dehors des entraînements collectifs de l’équipe, simplement pour parfaire leurs compétences en attaque et en défense. Pippen a joué en tant que titulaire lors des playoffs NBA 1988, aidant les Bulls à atteindre les demi-finales de la conférence pour la première fois en plus d’une décennie. Pippen a émergé comme l’un des meilleurs jeunes ailiers de la ligue au tournant de la décennie[17], enregistrant des sommets alors en carrière en points (16,5 points par match), rebonds (6,7 rebonds par match), et pourcentage au tir (48,9%), ainsi que d’être le troisième meilleur intercepteur de la ligue (211)[18]. Ces exploits ont valu à Pippen sa première sélection au All-Star Game en 1990[17]. Pippen a continué de s’améliorer à mesure que les Bulls atteignaient la finale de la conférence Est en 1989 et 1990, mais ont été éliminés à deux reprises par les Pistons de Détroit. Dans la finale de 1990, Pippen a souffert d’une migraine sévère au début du match 7, qui a affecté son jeu et il n’a marqué qu'un seul panier sur dix tentatives, tandis que les Bulls s'inclinent 93–74.

Premier "three-peat" avec les Bulls (1990-1993)Modifier

Au cours de la saison 1990-1991, Pippen est devenu le principal obstacle défensif des Bulls et une menace polyvalente au sein de l'attaque en triangle de Phil Jackson. il a obtenu son premier triple-double le 23 novembre 1990, lorsque les Bulls ont affronté les Clippers de Los Angeles, avec 13 points, 12 passes décisives et 13 rebonds en 30 minutes dans une victoire de 105-97. Il a réalisé son deuxième triple-double contre les Pacers de l'Indiana le 22 décembre, alors que les Bulls ont vaincu les Pacers 128-118. Pippen a terminé le match avec 18 points, 11 passes et 10 rebonds en 41 minutes de jeu[19]. Il a obtenu son troisième et dernier triple-double de la saison le 4 avril contre les Knicks de New York alors que les Bulls l’emportaient 101-91. Il a terminé avec 20 points, 12 passes et 10 rebonds en plus de 4 interceptions en tirant à 50% en 42 minutes de jeu[20]. Les Bulls ont terminé la saison avec un bilan de 61-21. Ils ont été champions de la division Centrale, premiers au sein de la conférence Est et deuxièmes au classement général, derrière les Trail Blazers de Portland. Pippen était deuxième de l’équipe au scoring avec 17,8 points par match et il était également deuxième en rebonds avec 7,3 rebonds par match, tout en menant l'équipe aux contres avec 1,1 contre par match et 6,2 passes décisives par match[21]. Il s’est classé 5e au classement NBA en terme d'interceptions. Pour ses efforts au cours de la saison, Pippen a reçu les honneurs de la All-Defensive Second Team. Les Bulls ont vaincu les Lakers de Los Angeles lors des Finales NBA 1991. Il a aidé les Bulls à réaliser leur premier "three-peat", remportant les deux finales suivantes en 1992 et 1993.

La Dream Team (1992)Modifier

En 1992, il a été appelé pour représenter les États-Unis aux Jeux olympiques de Barcelone, en Espagne, au sein de la "Dream Team". En remportant la médaille d’or, Pippen et Jordan sont devenus les premiers joueurs à remporter à la fois un titre NBA et une médaille d’or olympique la même année[9].

Les années sans Jordan (1993-1995)Modifier

Michael Jordan a pris sa retraite avant la saison 1993-1994 et, en son absence, Pippen a émergé de l’ombre de Jordan. Cette année-là, il est désigné meilleur joueur du NBA All-Star Game 1994 avec 29 points, 11 rebonds et 4 interceptions[22]. Il a terminé deuxième au classement des intercepteurs, tout en obtenant en moyenne 22,0 points, 8,7 rebonds, 5,6 passes, 2,9 interceptions et 0,8 contres par match, tout en tirant à 49,1%. Pour ses performances, il a obtenu sa première - des trois sélections consécutives - sélection au sein de la All-NBA First Team, et il a terminé troisième dans le vote du Most Valuable Player (MVP). Les Bulls (avec des ajouts clés comme Toni Kukoč, Steve Kerr et Luc Longley) ont terminé la saison avec 55 victoires, seulement deux de moins que l’année précédente.

Cependant, l’un des moments les plus controversés de la carrière de Pippen est venu dans sa première année sans Jordan. Lors des playoffs 1994, les demi-finales de l’Est ont opposé les Bulls aux Knicks de New York. Le 13 mai 1994, avec 1,8 secondes à jouer et le score à égalité à 102-102, Jackson a conçu la dernière action pour Toni Kukoč, avec Pippen pour remettre le ballon en jeu. Pippen, qui avait été le leader des Bulls tout au long de la saison en l’absence de Jordan, était tellement en colère par la décision de Phil Jackson de ne pas le laisser prendre le potentiel tir victorieux, qu’il a refusé de quitter le banc et de revenir dans le match[23]. Bien que Kukoč ait inscrit le panier victorieux, les Bulls n’ont guère fait la fête. Dans le dernier de la série, Pippen a marqué 20 points et récupéré 16 rebonds, mais les Bulls ont quand même perdu 87-77. Les Knicks se sont ensuite rendus en finale NBA, où ils ont perdu contre les Rockets de Houston, également en sept matchs.

Les rumeurs commerciales concernant Pippen se sont intensifiées pendant l'intersaison 1994. Jerry Krause, le manager général des Bulls, aurait voulu envoyer Pippen aux SuperSonics de Seattle en échange de l'ailier fort Shawn Kemp. Le but était que Toni Kukoč prenne la place de Pippen en tant qu'ailier titulaire avec Kemp remplaçant Horace Grant, qui a quitté les Bulls pour le Magic d'Orlando. Cependant, Pippen resterait un Bull et les rumeurs ont cessé une fois que Michael Jordan a annoncé son retour aux Bulls, à la fin de la saison 1994-1995. Faute de défense intérieure et de rebond en raison du départ de Grant, les Bulls menés par Pippen n’ont pas aussi bien joué cette saison. En fait, pour la première fois depuis des années, ils risquaient de rater les playoffs. Les Bulls n’étaient qu'à 34-31, avant le retour de Jordan pour les 17 derniers matchs, et Jordan les a menés à une bilan de 13-4 pour clore la saison régulière. Malgré tout, Pippen a terminé la saison 1994-1995 en tête des Bulls dans toutes les grandes catégories statistiques (points, rebonds, passes décisives, interceptions et contres), rejoignant Dave Cowens (1977-1978) comme le seul joueur de l’histoire de la NBA à accomplir cette performance ; Kevin Garnett (2002-2003), LeBron James (2008-2009), et Giánnis Antetokoúnmpo (2016-2017) l’ont égalé depuis[24].

Second "three-peat" avec les Bulls (1995-1998)Modifier

Avec le retour de Michael Jordan et l’ajout de Dennis Rodman, les Bulls ont affiché le meilleur bilan de saison régulière dans l’histoire de la NBA à l’époque (72-10) en 1995-1996, en route pour remporter leur quatrième titre contre les SuperSonics de Seattle. Plus tard cette année-là, Pippen est devenu le premier joueur à remporter un titre NBA et une médaille d’or olympique à deux reprises, jouant pour l’équipe des États-Unis aux Jeux olympiques d'Atlanta[9].

Les Bulls ont commencé la saison 1996-1997 de la NBA avec un bilan de 17-1 et un bilan de 42-6 à l'aube du All-Star Game. Pippen et Jordan ont été sélectionnés parmi les 50 plus grands joueurs de l’histoire de la NBA dans le cadre du 50e anniversaire de la ligue[4]. Pippen a battu son record en carrière de 47 points dans une victoire de 134-123 sur les Nuggets de Denver le 18 février 1997, avec 4 rebonds, 5 passes et 2 interceptions en 41 minutes de jeu[25]. Le 23 février, Pippen a été élu "Joueur de la semaine" pour la semaine du 17 février, sa 5e et dernière pour recevoir cet honneur[26]. Alors que la ligue entame ses dernières semaines, les Bulls perdent plusieurs de leurs joueurs clés, dont Bill Wennington (rupture du tendon au pied), Dennis Rodman (genou)[27] et Toni Kukoč (pied)[28]. Pippen et Jordan ont dû supporter une plus grande pression et d'importance au sein du jeu des Bulls. Malgré ce défi, Chicago a terminé avec le meilleur bilan de la ligue, soit 69-13. Dans le dernier match de la saison régulière, Pippen a raté un tir à 3 points au buzzer, ne permettant pas à l'équipe de l'emporter, privant les Bulls de réaliser l'exploit de deux saisons consécutives à 79 victoires[29]. Pour ses efforts au cours de la saison 1996-1997 de la NBA, Pippen a remporté les honneurs de la All-Defensive First Team pour la septième fois consécutive ainsi que les honneurs de la All-NBA Second Team[30].

Même s’il s’est blessé au pied lors de la finale de la conférence Est contre le Heat de Miami, Pippen a aidé les Bulls à remporter une victoire de 84-82 contre le Jazz de l'Utah dans le premier match des finales NBA 1997. Dans le troisième match de la série, Pippen a égalé un record en finale de 7 paniers à trois points inscrits, mais Chicago a tout de même perdu 104-93[31]. Dans le match 5, Jordan a joué le match en étant malade, mais il a quand même réussi à dominer le match, les Bulls gagnant 90-88. Avec seulement quelques secondes restantes et le résultat sécurisé en faveur de Chicago, Jordan s’est effondré dans les bras de Pippen, créant une image emblématique de la paire qui est venu à symboliser "The Flu Game"[32]. Pendant le match 6, Pippen a fait l’une de ses plus grandes actions défensives. Menant de deux points, après le tir de Steve Kerr avec 5 secondes restantes, le Jazz a cherché un dernier tir pour rester en vie, mais Pippen a dévié la passe entrante de Bryon Russell destinée à Shandon Anderson et a envoyé le ballon vers Toni Kukoč, qui a dunké pour donner aux Bulls une avance de 90-86, décrochant leur cinquième championnat.

La saison 1997-1998 a commencé au milieu de la spéculation qu’elle serait la dernière à Chicago pour Pippen, Jordan, et Phil Jackson, surnommé "The Last Dance"[33]. Pippen avait délibérément retardé la chirurgie hors saison, poussant son indisponibilité dans la saison régulière. En plus de l'augmentation de la charge sur Jordan pour conduire l’équipe vers un potentiel titre final ensemble, il a suscité un effort actif de Jerry Krause pour échanger Pippen, qui a répondu à son tour, avec sa propre demande de transfert. Malgré cela, Pippen rejoint finalement l’équipe, sans aucune renégociation de contrat pour le payer ce qu’il valait par rapport à l’échelle salariale de la ligue. Il rejoint Jordan dans une autre course au titre, où ils ont encore battu le Jazz de l'Utah pour remporter leur sixième titre et réaliser leur second "three-peat".

À l'issue de la saison 1997-1998, narrée en 2020 dans le documentaire "The Last Dance", la mythique équipe des Bulls se disloque avec les départs de Jordan et de l'entraîneur Phil Jackson[13].

Rockets de Houston (1998-1999)Modifier

Après 11 saisons avec les Bulls de Chicago, Pippen a été échangé en 1998 contre les Rockets de Houston en échange de Roy Rogers et d’un choix de second tour de draft. L’échange de Pippen à Houston pour la saison 1998-1999 écourtée par le lock-out a fait l’objet de beaucoup de publicité, y compris sa seule couverture solo de Sports Illustrated. Pour que les Rockets puissent créer suffisamment d'espace au niveau salarial pour acquérir Pippen, Charles Barkley a déclaré qu’il avait fait de grands sacrifices en signant un contrat de 67,2 millions de dollars sur cinq ans avant la saison précédente[34]. Le salaire de Pippen était de 11 millions de dollars, quatre fois supérieur de ce qu’il avait gagné la saison précédente avec les Bulls de Chicago.

Aux côtés de Barkley, Pippen a rejoint Hakeem Olajuwon, mais des problèmes d'alchimie sur le terrain ont émergé, en particulier avec Barkley[35]. Pippen a obtenu son premier triple-double dans une défaite de 93-87 contre les Hawks d'Atlanta, avec 15 points, 10 rebonds et 11 passes décisives, en 46 minutes de jeu[36]. Pippen a enregistré son deuxième triple-double de la saison dans une défaite de 106-101 contre les Clippers de Los Angeles, affichant 23 points, 10 passes et 10 rebonds en plus de 6 interceptions[37]. Malgré une moyenne élevée en minutes jouées par match avec 40,2, Pippen a marqué 14,5 points par match, sa moyenne la plus basse depuis sa première année. Il a été nommé au sein de la All-Defensive First Team pour la 8e fois[38]. Les Rockets ont terminé la saison avec un bilan de 31-19, troisième dans la division Midwest et cinquième dans la Conférence Ouest. Ils ont affronté les Lakers de Los Angeles au premier tour des playoffs. Dans le match 3 de la série, Pippen a marqué 37 points, et a pris 13 rebonds et fait 4 passes pour éviter l'élimination[39]. Les Lakers ont ensuite remporté la série au match suivant, battant Houston 98-88.

Après la fin de la saison et l’élimination précoce en séries éliminatoires, Pippen a exprimé son souhait d'être échangé. Il a déclaré que les principales raisons de son départ étaient l’égoïsme de Barkley et son manque de désir de gagner. Il a également exprimé le désir de jouer pour son ancien entraîneur Phil Jackson, qui était maintenant entraîneur des Lakers de Los Angeles. Pippen a déclaré que l’une des raisons pour lesquelles il voulait jouer pour Jackson, était parce qu’il désirait retourner dans le système dans lequel ils avaient remporté six titres ensemble à Chicago[35]. Pippen a été échangé aux Trail Blazers de Portland le 2 octobre 1999, en échange de Stacey Augmon, Kelvin Cato, Ed Gray, Carlos Rogers, Brian Shaw et Walt Williams[40].

Trail Blazers de Portland (1999-2003)Modifier

Jouant aux côtés de nouvelles stars telles que Rasheed Wallace et Steve Smith, Pippen a continué de démontrer ses qualités défensives, même après son apogée. Le 3 janvier 2000, lorsque les Trail Blazers ont affronté les Bulls de Chicago, Pippen a été honoré par un hommage vidéo soulignant ses meilleurs moments de sa carrière durant les 11 années passées aux Bulls. Sous la direction de l’entraîneur Mike Dunleavy, les Trail Blazers ont enregistré un bilan de 59-23 et ont décroché la deuxième place dans la division Pacifique et la troisième place dans la Conférence Ouest. Pippen a joué et commencé dans les 82 matchs cette saison-là, avec une moyenne de 12,5 points par match, 5 passes et 6,3 rebonds par match[41]. Lors du premier tour des playoffs 2000 de la NBA, Portland a battu les Timberwolves du Minnesota en quatre matchs. Leur adversaire au second tour était le Jazz de l'Utah, dans une série que Portland a remporté 4-1 pour se qualifier en finale de conférence[42]. Ils ont alors affronté les Lakers de Los Angeles, entraînés par Phil Jackson, l’ancien entraîneur de Pippen à Chicago. La série a été étirée à un match 7, dans lequel les Trail Blazers avaient une avance de 15 points dans le quatrième quart-temps. Cependant, menés par le duo Kobe Bryant et Shaquille O'Neal, les Lakers ont réussi à effacer l’avance de Portland et à gagner le match 89-84[43].

Au cours de la saison 2000-2001, Pippen a joué 64 matchs, dont 60 en tant que titulaire. Il a été forcé de manquer 18 matchs, en raison d’une tendinite du coude droit. Pippen a commencé à être dérangé par des blessures mineures au cours du mois de décembre, mais a réussi à jouer. Son bras droit s’est raidi après un match avec les Celtics de Boston le 8 janvier 2001. Il a raté les six matchs suivants et, après une performance de deux points dans une défaite contre les Kings de Sacramento le 20 janvier, la blessure est devenue trop douloureuse pour lui à nouveau. Il a fait examiner son coude par plusieurs médecins avant de se faire opérer[44]. Il est revenu le 22 février contre le Jazz de l'Utah et a joué le reste de la saison. Pippen a terminé la saison avec des moyennes de 11,3 points, 4,6 passes et 5,2 rebonds par match. Les Trail Blazers ont terminé la saison avec un bilan de 50-32, quatrième dans la division Pacifique et septième dans la conférence Ouest. Ils ont été balayés au premier tour des playoffs 2001, par les champions en titre, les Lakers de Los Angeles[45].

Pippen a joué deux saisons de plus à Portland où les Trail Blazers ont participé aux playoffs les deux années, mais ont été à chaque fois éliminés au premier tour.

Retour à Chicago (2003-2004)Modifier

Après la saison 2002-2003, Pippen a quitté Portland pour signer avec les Bulls de Chicago, où il avait commencé sa carrière en NBA et remporté six titres. Le manager général des Bulls, John Paxson a convaincu Pippen de revenir au sein de son ancienne équipe, qui a eu peu de succès après la rupture de la dynastie des Bulls en 1998. L’entente a été officialisée le 20 juillet 2003, où Pippen signait un contrat de deux ans de 10 millions de dollars avec la franchise[46]. Pippen a assumé un rôle de vétéran dans l’équipe afin de guider la jeune équipe des Bulls, mais a été confronté par de multiples blessures, ne disputant que 23 rencontres. Il cumula en moyenne 5,9 points, 3,0 rebonds et 2,2 passes par match[47]. Il a joué le dernier match de sa carrière en NBA contre les SuperSonics de Seattle le 2 février 2004, marquant deux points, avec un rebond et trois passes en huit minutes de jeu dans une défaite de 109-97[48]. Les Bulls ont compilé un bilan de 23-59, ne se qualifiant pas pour les playoffs. Ce fut la première fois dans sa carrière, que Pippen n’a pas atteint les séries éliminatoires. Pippen a été d'une présence constante dans les playoffs NBA avant cette saison, atteignant les séries éliminatoires 16 années consécutivement (11 avec Chicago, 1 avec Houston, 4 avec Portland). Il est classé deuxième au classement des meilleurs intercepteurs en playoffs. Le 5 octobre 2004, Pippen a annoncé sa retraite[49].

RetraiteModifier

Les Bulls de Chicago ont retiré le numéro de maillot de Pippen lors d’une cérémonie le 9 décembre 2005. L’équipe a joué contre les Lakers de Los Angeles ce soir-là et Pippen a été réuni avec Phil Jackson, Michael Jordan, Dennis Rodman, et Horace Grant pendant la cérémonie. Le numéro 33 de Pippen a rejoint le 23 de Jordan, le 10 de Bob Love et le 4 de Jerry Sloan comme seuls numéros retirés par les Bulls[50].

 
Pippen avec le club de Torpan Pojat Helsinki en Finlande.

En 2007, Pippen avait tenté de faire un retour en NBA puisqu'il qu’il voulait jouer pour un prétendant au titre dans l’espoir d’obtenir sa 7e bague de champion. Pippen avait passé l’hiver à travailler à Fort Lauderdale, en Floride et a annoncé qu’il espérait un retour en fin de saison dans la ligue. Il revient temporairement en activité en participant au Shooting Stars Competition au All-Star Game 2007. Cependant, à la fin de la saison 2006-2007, il n'avait signé avec aucune équipe.

En janvier 2008, Pippen a fait un bref retour au basket-ball professionnel à l’âge de 42 ans, il signe un contrat avec le club finlandais de Torpan Pojat Helsinki[51], où il jouera deux matchs pour un total de 21 points. Lors de son premier match, le 4 janvier, Pippen a marqué 12 points dans la victoire 93-81 de Topo sur Porvoo. Il a inscrit neuf points et neuf rebonds dans une victoire de 98-85 contre Honka le 5 janvier. Le , il dispute une rencontre avec le club suédois des Sundsvall Dragons[52], inscrivant 21 points, 12 rebonds, 6 passes et 2 interceptions en 30 minutes de jeu[49].

À l'issue de sa carrière, il devient consultant sur ESPN, puis ABC.

Pippen est revenu aux Bulls, le 15 juillet 2010, en tant qu’ambassadeur d’équipe[53].

Le 17 mars 2011, à la suite de son intronisation au Hall of Fame, le propriétaire des Bulls, Jerry Reinsdorf annonce l'arrivée imminente d'une statue postée à l'entrée du United Center aux côtés de celle de Michael Jordan[54]. La statue a été dévoilée le 7 avril 2011, lors d’une cérémonie à mi-temps entre les Bulls et les Celtics de Boston.

Le rappeur Curren$y et le producteur The Alchemist lui ont tous deux rendu hommage dans un titre intitulé Scottie Pippen.

Le , il participe à la Shooting Stars Competition dans l'équipe d'Anthony Davis, lors du NBA All-Star Week-end 2015[55].

Le 16 avril 2020, Pippen a été licencié en février en tant qu’ambassadeur des relations publiques pour les Bulls[56].

StatistiquesModifier

UniversitairesModifier

Saison Équipe Matchs Titul. Min./m % Tir % 3pts % LF Rbds/m. Pass/m. Int/m. Ctr/m. Pts/m.
1983-1984 Central Arkansas 20 1 - 45,6 - 68,4 3,0 0,7 0,4 0,4 4,3
1984-1985 Central Arkansas 19 19 - 56,4 - 67,6 9,2 1,6 1,8 1,2 18,5
1985-1986 Central Arkansas 29 29 - 55,6 - 68,6 9,2 3,5 2,3 0,6 19,8
1986-1987 Central Arkansas 25 25 - 59,2 57,5 71,9 10,0 4,3 3,1 1,4 23,6

NBAModifier

Saison régulièreModifier

Légende :

Leader de la ligue
Champion NBA

Gras = ses meilleures performances

Statistiques en saison régulière de Scottie Pippen[57] :

Saison Équipe Matchs Titul. Min./m % Tir % 3pts % LF Rbds/m. Pass/m. Int/m. Ctr/m. Pts/m.
1987-1988 Chicago 79 0 20.9 46.3 17.4 57.6 3.8 2.1 1.2 0.7 7.9
1988-1989 Chicago 73 56 33.1 47.6 27.3 66.8 6.1 3.5 1.9 0.8 14.4
1989-1990 Chicago 82 82 38.4 48.9 25.0 67.5 6.7 5.4 2.6 1.2 16.5
1990-1991 Chicago 82 82 36.8 52.0 30.9 70.6 7.3 6.2 2.4 1.1 17.8
1991-1992 Chicago 82 82 38.6 50.6 20.0 76.0 7.7 7.0 1.9 1.1 21.0
1992-1993 Chicago 81 81 38.6 47.3 23.7 66.3 7.7 6.3 2.1 0.9 18.6
1993-1994 Chicago 72 72 38.3 49.1 32.0 66.0 8.7 5.6 2.9 0.8 22.0
1994-1995 Chicago 79 79 38.2 48.0 34.5 71.6 8.1 5.2 2.9 1.1 21.4
1995-1996 Chicago 77 77 36.7 46.3 37.4 67.9 6.4 5.9 1.7 0.7 19.4
1996-1997 Chicago 82 82 37.7 47.4 36.8 70.1 6.5 5.7 1.9 0.6 20.2
1997-1998 Chicago 44 44 37.5 44.7 31.8 77.7 5.2 5.8 1.8 1.0 19.1
1998-1999* Houston 50 50 40.2 43.2 34.0 72.1 6.5 5.9 2.0 0.7 14.5
1999-2000 Portland 82 82 33.5 45.1 32.7 71.7 6.3 5.0 1.4 0.5 12.5
2000-2001 Portland 64 60 33.3 45.1 34.4 73.9 5.2 4.6 1.5 0.6 11.3
2001-2002 Portland 62 60 32.2 41.1 30.5 77.4 5.2 5.9 1.6 0.6 10.6
2002-2003 Portland 64 58 29.9 44.4 28.6 81.8 4.3 4.5 1.6 0.4 10.8
2003-2004 Chicago 23 6 17.9 37.9 27.1 63.0 3.0 2.2 0.9 0.4 5.9
Carrière 1,178 1,053 34.9 47.3 32.6 70.4 6.4 5.2 2.0 0.8 16.1
All-Star 7 6 24.7 44.2 31.8 62.5 5.6 2.4 2.4 0.9 12.1

Note: La saison 1998-1999 a été réduite à 50 matchs en raison d'un lock-out.
Dernière modification le

PlayoffsModifier

Statistiques en Playoffs de Scottie Pippen[57] :

Saison Équipe Matchs Titul. Min./m % Tir % 3pts % LF Rbds/m. Pass/m. Int/m. Ctr/m. Pts/m.
1988 Chicago 10 6 29.4 46.5 50.0 71.4 5.2 2.4 0.8 0.8 10.0
1989 Chicago 17 17 36.4 46.2 39.3 64.0 7.6 3.9 1.4 0.9 13.1
1990 Chicago 15 14 40.8 49.5 32.3 71.0 7.2 5.5 2.1 1.3 19.3
1991 Chicago 17 17 41.4 50.4 23.5 79.2 8.9 5.8 2.5 1.1 21.6
1992 Chicago 22 22 40.9 46.8 25.0 76.1 8.8 6.7 1.9 1.1 19.5
1993 Chicago 19 19 41.5 46.5 17.6 63.8 6.9 5.6 2.2 0.7 20.1
1994 Chicago 10 10 38.4 43.4 26.7 88.5 8.3 4.6 2.4 0.7 22.8
1995 Chicago 10 10 39.6 44.3 36.8 67.6 8.6 5.8 1.4 1.0 17.8
1996 Chicago 18 18 41.2 39.0 28.6 63.8 8.5 5.9 2.6 0.9 16.9
1997 Chicago 19 19 39.6 41.7 34.5 79.1 6.8 3.8 1.5 1.0 19.2
1998 Chicago 21 21 39.8 41.5 22.8 67.9 7.1 5.2 2.1 1.0 16.8
1999 Houston 4 4 43.0 32.9 27.3 80.8 11.8 5.5 1.8 0.8 18.3
2000 Portland 16 16 38.4 41.9 30.0 74.3 7.1 4.3 2.0 0.4 14.9
2001 Portland 3 3 39.0 42.1 17.6 66.7 5.7 2.3 2.7 0.7 13.7
2002 Portland 3 3 33.0 46.2 54.5 87.5 9.3 5.7 1.3 0.7 16.3
2003 Portland 4 1 18.8 40.9 33.3 100.0 2.8 3.3 0.0 0.0 5.8
Carrière 208 200 39.0 44.4 30.3 72.4 7.6 5.0 1.9 0.9 17.5

RecordsModifier

En matchModifier

Type statistique Saison régulière Playoffs
Record Adversaire Date Record Adversaire Date
Points en un match 47 Nuggets de Denver 37 Lakers de Los Angeles
Paniers marqués en un match 19 Nuggets de Denver 13 3 fois
Paniers tentés en un match 34 Knicks de New York 35 Suns de Phoenix
Lancers francs réussis 13 Clippers de Los Angeles 11 2 fois
Lancers francs tentés 21 Hornets de Charlotte 14 Pistons de Détroit
Tirs à 3 points réussis 6 5 fois 7 Jazz de l'Utah
Tirs à 3 points tentés 13 Raptors de Toronto 11 4 fois
Rebonds offensifs 8 2 fois 9 Lakers de Los Angeles
Rebonds défensifs 16 Knicks de New York 14 Knicks de New York
Rebonds totaux 18 Knicks de New York 18 Heat de Miami
Passes décisives 15 Wizards de Washington 13 Bucks de Milwaukee
Interceptions 9 Hawks d'Atlanta 6 2 fois
Contres 5 5 fois 5 Pistons de Détroit
Pertes de balles 12 Rockets de Houston 8 Cavaliers de Cleveland
Minutes jouées 53 2 fois 56 Suns de Phoenix

En carrièreModifier

PalmarèsModifier

En franchiseModifier

En sélection nationaleModifier

Distinctions personnellesModifier

Pour approfondirModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

RéférencesModifier

  1. (en) « Scottie Pippen | Biography, Height, & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 25 septembre 2019)
  2. (en) « Scottie Pippen », sur basketball-reference.com (consulté le 9 mai 2020)
  3. (en) « Legends profile: Scottie Pippen », sur NBA.com (consulté le 28 mai 2020)
  4. a et b (en) « 50 Greatest Players in NBA History », sur Basketball-Reference.com (consulté le 28 mai 2020)
  5. (en) « Chicago Bulls retire Scottie Pippen's No. 33 », sur Chicago Bulls (consulté le 28 mai 2020)
  6. (en) Imaz A, « 10 Greatest NBA Teams of All Time », sur Bleacher Report (consulté le 28 mai 2020)
  7. « Le gène du sport : l’exemple du « Big Three » des Bulls (Jordan-Pippen-Rodman) », sur basketusa.com, (consulté le 9 mai 2020)
  8. « Les plus grands Big 3 de l’histoire de chaque franchise (Part. 1) », sur parlons-basket.com, (consulté le 9 mai 2020)
  9. a b et c (en-US) Sam Smith, Olympic Bureau, « DREAM TEAM'S SLEEPWALK ENDS WITH GOLD MEDAL », sur chicagotribune.com (consulté le 28 mai 2020)
  10. (en) « The Original Dream Team », sur www.webcitation.org, NBA.com (consulté le 28 mai 2020)
  11. « Hall Of Fame : Scottie Pippen a choisi Michael Jordan pour son discours », sur Basket USA (consulté le 28 mai 2020)
  12. (en) « Central Arkansas retires Scottie Pippen's jersey », sur Chicago Bulls (consulté le 28 mai 2020)
  13. a et b (en) Brandon Tensley, « 'The Last Dance' is a reminder of America's enduring inequality », sur cnn.com, (consulté le 9 mai 2020)
  14. (en) « Scottie Pippen Biography », sur ESPN (consulté le 28 mai 2020)
  15. (en) Marcel Smith, « Top Five Worst NBA Trades of All Time », sur bleacherreport.com, (consulté le 9 mai 2020)
  16. (en) « Scottie Pippen 1987-88 Game Log », sur Basketball-Reference.com (consulté le 28 mai 2020)
  17. a et b « 1990-91 Hoops #69 - Scottie Pippen - CheckOutMyCards.com », sur web.archive.org, (consulté le 28 mai 2020)
  18. (en) Chris Sheridan, « Great Scottie », sur www.espn.com (consulté le 28 mai 2020)
  19. (en) « Indiana Pacers at Chicago Bulls Box Score, December 22, 1990 », sur Basketball-Reference.com (consulté le 28 mai 2020)
  20. (en) « Chicago Bulls at New York Knicks Box Score, April 4, 1991 », sur Basketball-Reference.com (consulté le 28 mai 2020)
  21. (en) « 1990-91 Chicago Bulls Roster and Stats », sur Basketball-Reference.com (consulté le 28 mai 2020)
  22. (en) Adam Fluck, « Scottie Pippen's Greatest Moments: Pippen garners MVP honors at 1994 All-Star Game », sur nba.com, (consulté le 9 mai 2020)
  23. « 13 mai 1994, le boudeur Scottie Pippen regarde Toni Kukoc faire gagner les Bulls au buzzer… », sur Basket USA (consulté le 28 mai 2020)
  24. (en) « Why LeBron James is the 2009 NBA MVP », sur Cleveland Cavaliers (consulté le 29 mai 2020)
  25. (en) « Denver Nuggets at Chicago Bulls Box Score, February 18, 1997 », sur Basketball-Reference.com (consulté le 29 mai 2020)
  26. (en) « 1996-97 NBA Season Summary », sur Basketball-Reference.com (consulté le 29 mai 2020)
  27. (en-US) Terry Armour, Tribune Staff Writer, « KNEE INJURY DROPS WORM », sur chicagotribune.com (consulté le 29 mai 2020)
  28. (en-US) Skip Myslenski, Tribune Staff Writer, « KUKOC FEARS HE MAY NOT RETURN TILL PLAYOFFS », sur chicagotribune.com (consulté le 29 mai 2020)
  29. (en) « NBA Games Played on April 19, 1997 », sur Basketball-Reference.com (consulté le 29 mai 2020)
  30. (en) « Scottie Pippen Stats », sur Basketball-Reference.com (consulté le 29 mai 2020)
  31. (en) « Chicago Bulls at Utah Jazz Box Score, June 6, 1997 », sur Basketball-Reference.com (consulté le 29 mai 2020)
  32. « Ça s’est passé un 11 juin : Michael Jordan, héros du « Flu Game » », sur Basket USA (consulté le 29 mai 2020)
  33. « NBA : "The Last Dance", l'épopée des Bulls de Jordan en cinq moments forts », sur Eurosport, (consulté le 29 mai 2020)
  34. « ESPN.com - NBA - Pippen, Barkley play the feud », sur assets.espn.go.com (consulté le 30 mai 2020)
  35. a et b (en-US) Mike Wise, « PRO BASKETBALL: NOTEBOOK; Pippen, on His Way to Portland, Takes a Parting Shot at Barkley », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 30 mai 2020)
  36. (en) « Atlanta Hawks at Houston Rockets Box Score, February 25, 1999 », sur Basketball-Reference.com (consulté le 30 mai 2020)
  37. (en) « Houston Rockets at Los Angeles Clippers Box Score, April 23, 1999 », sur Basketball-Reference.com (consulté le 30 mai 2020)
  38. (en) « 1998-99 NBA Leaders », sur Basketball-Reference.com (consulté le 30 mai 2020)
  39. (en) « Los Angeles Lakers at Houston Rockets Box Score, May 13, 1999 », sur Basketball-Reference.com (consulté le 30 mai 2020)
  40. « Basket Ball - NBA Pippen de Houston à Portland », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le 30 mai 2020)
  41. (en) « 1999-00 Portland Trail Blazers Roster and Stats », sur Basketball-Reference.com (consulté le 30 mai 2020)
  42. (en) « Utah Jazz at Portland Trail Blazers Box Score, May 16, 2000 », sur Basketball-Reference.com (consulté le 30 mai 2020)
  43. (en) Joey Ramirez, « Lakers History: The 15-Point, 4th-Quarter Comeback in Game 7 », sur nba.com, (consulté le 9 mai 2020)
  44. (en-US) « Pippen Sidelined by Elbow Surgery », sur Los Angeles Times, (consulté le 30 mai 2020)
  45. (en) « 2000-01 Portland Trail Blazers Roster and Stats », sur Basketball-Reference.com (consulté le 30 mai 2020)
  46. « Pippen de retour à Chicago », sur Libération.fr, (consulté le 30 mai 2020)
  47. (en) « Scottie Pippen 2003-04 Game Log », sur Basketball-Reference.com (consulté le 30 mai 2020)
  48. (en) « Chicago Bulls at Seattle SuperSonics Box Score, February 2, 2004 », sur Basketball-Reference.com (consulté le 30 mai 2020)
  49. a et b « NBA - La fin de carrière totalement loufoque de Scottie Pippen », sur Parlons Basket, (consulté le 30 mai 2020)
  50. « NBA / Chicago Bulls : Le numéro 33 de Pippen retiré », sur Sport 365 (consulté le 30 mai 2020)
  51. (en) topo.fi, Torpan Pojat vs. Espoon Honka
  52. (en) sundsvalldragons.com, Sundsvall Dragons sign Pippen
  53. Yoann Palej (Sport24.com), « Pippen ambassadeur des Bulls », sur Le Figaro.fr, (consulté le 30 mai 2020)
  54. herNBA, « Scottie Pippen a sa statue de bronze à Chicago », sur herNBA (consulté le 30 mai 2020)
  55. (en) « Curry, Davis and Westbrook headline Degree Shooting Stars », sur NBA.com, (consulté le 16 février 2015)
  56. « NBA - Scottie Pippen révèle qu'il a été viré... et se lâche contre les Bulls », sur Parlons Basket, (consulté le 30 mai 2020)
  57. a et b (en) « Scottie Pippen », sur NBA Stats (consulté le 30 mai 2020)
  58. (en) « NBA & ABA Career Playoff Leaders and Records for Steals », sur basketball-reference.com (consulté le 1er janvier 2015)
  59. (en) « NBA & ABA Career Leaders and Records for Steals », sur basketball-reference.com (consulté le 1er janvier 2015)
  60. (en) « NBA & ABA Career Leaders and Records for Steals Per Game », sur basketball-reference.com (consulté le 1er janvier 2015)
  61. (en) « 1975-76 New York Nets Roster and Statistics », sur basketball-reference.com (consulté le 27 octobre 2011)
  62. (en) « 1977-78 Boston Celtics Roster and Statistics », sur basketball-reference.com (consulté le 27 octobre 2011)
  63. (en) « 2002-03 Minnesota Timberwolves Roster and Statistics », sur basketball-reference.com (consulté le 27 octobre 2011)
  64. a b c et d (en) « Scottie Pippen », sur basketball-reference.com (consulté le 20 juin 2011)
  65. a b et c (en) « All-NBA & All-ABA Teams », sur basketball-reference.com (consulté le 20 juin 2011)
  66. a et b (en) « NBA & ABA All-Defensive Teams », sur basketball-reference.com (consulté le 20 juin 2011)

Liens externesModifier