Ouvrir le menu principal

Plounérin

commune française du département des Côtes-d'Armor

Plounérin
Plounérin
Le manoir de Lesmoal.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Lannion
Canton Plestin-les-Grèves
Intercommunalité Lannion-Trégor Communauté
Maire
Mandat
Patrick L'Héréec
2014-2020
Code postal 22780
Code commune 22227
Démographie
Gentilé Plounérinais
Population
municipale
733 hab. (2016 en diminution de 2,14 % par rapport à 2011)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 34′ 03″ nord, 3° 32′ 24″ ouest
Altitude 157 m
Min. 105 m
Max. 247 m
Superficie 25,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Plounérin

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Plounérin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plounérin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plounérin
Liens
Site web www.plounerin.bzh

Plounérin [pluneʁɛ̃] est une commune du département des Côtes-d'Armor, dans la région Bretagne, en France.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Le Territoire de Plounérin forme la limite extrême du département des Côtes-d'Armor à l'ouest. En le quittant, on entre dans le Finistère.

Communes limitrophesModifier

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Ploenerin fin du XIVe siècle, en 1425, 1444, 1453, 1481 et en 1537, Plounérin en 1620[1].

Plounérin est pour « Plou erin », et signifie, pour certains, peuplade irlandaise, peuplade venue d'Erin. Pour d'autres, Plounérin, paroisse primitive, signifie littéralement paroisse de Nérin. Saint Nérin était en effet de Grande-Bretagne et se fixa dans la commune qui porte aujourd'hui son nom, lors de l'invasion des Saxons[1]. Sa fête se célèbre le troisième dimanche de mai[2].

HistoireModifier

Préhistoire et AntiquitéModifier

D'après certains témoignages, le site de la commune de Plounérin portait des traces, aujourd'hui disparues, d'une occupation ancienne. Il existait un menhir à la Clarté, aux environs duquel une hache polie aurait été découverte[3]. Une fortification de terre, au lieu-dit Ar C'hastell, aurait livré des monnaies romaines.

Moyen-ÂgeModifier

La paroisse de Plounérin est créée en 1425 ; de la première église, qui possédait un chevet à noue multiple de style Beaumanoir daté de 1503, il ne subsiste rien. Au Moyen Âge, outre la présence des hospitaliers, la paroisse compte les cisterciens de l'abbaye du Relec, qui possèdent treize tenures en quévaise.

Bien que son nom la désigne comme une ancienne paroisse bretonne primitive, Plounérin n'apparaît qu'à la fin du XIXe siècle dans les documents.

Époque moderneModifier

Une nouvelle église est construite en 1686, la précédente étant trop vétuste.

Révolution françaiseModifier

La paroisse élit sa première municipalité en 1790 et devient ainsi commune.

Le XIXe siècleModifier

Le 13 mars 1803, une quarantaine de Chouans de la bande de Debar attaquent et pillent à Kerabalen la diligence « Paris Brest ».

La construction de la nouvelle église construite dans les décennies 1870 et 1880 est financée grâce aux dons du vicomte Le Corgne (1799-1860) et de Stéphanie de Quelen, sieur et dame de Kerigonan (1802-1887).

Le XXe siècleModifier

La Première Guerre mondialeModifier

Le monument aux morts de Plounérin porte les noms de 90 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux 8 au moins sont morts sur le front belge, la plupart dès 1914 ; un (Jérôme Allaire) est mort de maladie à Salonique (Grèce) et deux (Théophile Le Maître et François Prigent) en Serbie, tous les deux dans le cadre de l'expédition de Salonique ; la plupart des autres sont morts sur le sol français dont François Marie Doyen, Francis Le Berre, Eugène Le Morvan et François Prigent (un homonyme du précédent cité), tous quatre décorés de la Croix de guerre et François Le Goff qui, en plus de la Croix de guerre, fut aussi décoré de la Médaille militaire[4].

La Seconde Guerre mondialeModifier

Le monument aux morts de Plounérin porte les noms de 9 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale; parmi elles Guillaume Le Morvan est mort en captivité en 1941 en Allemagne[4].

Le groupe de Plouaret de la compagnie FTP « La Marseillaise » organisa plusieurs déraillements de train sur la ligne stratégique Paris-Brest entre la gare de Belle-Isle-Bégard en Louargat et Plounérin entre février et avril 1944[5].

Le XXIe siècleModifier

En 2007, l'église paroissiale de Plounérin, de style néogothique (construite entre 1875 et 1878), est fermée sur décision du préfet en raison du danger qu'elle représente. Le maire, à la fois communiste et catholique non pratiquant, organisa un référendum le  : 60 % des votants (la participation atteint 70 % des électeurs inscrits) se prononcèrent en faveur de la restauration, pourtant coûteuse, de l'église. Malgré les subventions, il faudra doubler les impôts locaux pendant trente ans. En attendant, les cérémonies ont été organisées dans une chapelle récemment rénovée[6]. L'église a été rouverte au public en octobre 2014.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 2001 Armand Duval PCF  
mars 2001 mars 2014 Pascal Vieilleville PCF Magistrat
mars 2014 En cours Patrick L'Héréec UDB Retraité de l'enseignement

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8].

En 2016, la commune comptait 733 habitants[Note 1], en diminution de 2,14 % par rapport à 2011 (Côtes-d'Armor : +0,77 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5581 2771 3741 3201 5161 6201 6751 7401 788
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7001 6921 8491 9131 9301 7701 7191 5941 621
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5001 5321 5181 4541 4351 3221 1821 1641 016
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
845785701689649696733749728
2016 - - - - - - - -
733--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

  • En 2016, il a été créée la réserve naturelle régionale des landes, prairies et étangs de Plounérin[11]
  • Église Saint-Nerin, cet édifice, surmonté d'un clocher, est, comme dans presque toutes les communes rurales de la Basse Bretagne, entouré d'un cimetière et ceci de sorte que les tombes qu'il renferme ne soient pas seules comme dans les villes. Deux arcades romanes de chaque côté de la nef, un chevet à trois pans garnis de crochets, surmonté des armes des seigneurs de Bruillac, du nom de Plusquellec, un charnier ou reliquaire à arcs tribolés la long du collatéral sud, c'est tout ce qu'on peut signaler dans cette église dont les fenêtres ont perdu leurs meneaux, remplacés par des châssis de bois [2];
  • Chapelle et roche de Kirio ;
  • Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Voyage et son oratoire, inscrits au titre des Monuments historiques, située en bordure de la route reliant Paris à Brest. C'est un petit édifice de plan en « L » à la salle rectangulaire formant chapelle, s'ajoute un bras de transept dont le mur latéral Est est le prolongement du mur de l'abside, et dont la surface est sensiblement égale à celle de la nef [12];
  • Chapelle Notre-Dame-de-la-Clarté ;
  • Chapelle de Kerigonan ;
  • Le manoir de la rue de l'église datant du XVIIe siècle, inscrit au titre des Monuments historiques[13] ;
  • Le calvaire datant du XVIIe siècle, dans la même rue, inscrit au titre des Monuments historiques[14], et la croix de chemin, route de Guerlesquin, inscrite au titre des Monuments historiques[15] ;
  • Le manoir de Lesmoal, de XVIe siècle, inscrit au titre des Monuments historiques[16] et son colombier, inscrit à part au titre des Monuments historiques[17].

Personnalités liées à la communeModifier

ÉvènementsModifier

  • Fête de bon voyage fin août à début septembre : Fête qui se déroule sur trois jours. Samedi concours de boules bretonnes avec des jeux pour les enfants suivi d'un repas de cochons grillés. Dimanche concours de boules bretonnes avec des jeux pour les enfants, des jeux de force, des danses bretonnes, des crêpes, du cidre et des casse-croûtes. Lundi concours de boules bretonnes semi communal.
  • Tantad ou feu de la Saint Jean en juin : Pour la Saint Jean un grand feu est allumé sur la place du village il y a des danseurs qui viennent animer, un concours de pétanque et de quoi se restaurer.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a et b infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Plounérin »
  2. a et b Les Côtes-du-Nord : histoire et géographie de toutes les villes et communes du département - Benjamin-Philibert Jollivet - Imprimerie de B. Jollivet - 1859
  3. http://www.infobretagne.com/plounerin.htm
  4. a et b « Plounérin », sur MémorialGenWeb (consulté le 18 avril 2019).
  5. http://www.memoresist.org/resistant/auguste-pastol/
  6. Jean Rohou, "Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne)", éditions Dialogues, Brest, 2012, (ISBN 978-2-918135-37-1)
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. « Landes, prairies et étangs de Plounérin », sur Réserves naturelles de France (consulté le 18 mai 2016)
  12. Notice no PA00089503, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. Notice no PA00089505, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Notice no PA00089502, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Notice no PA00089504, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. Notice no PA00089506, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. Notice no PA22000005, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :