Pinterville

commune française du département de l'Eure

Pinterville est une commune française située dans le département de l'Eure, en région Normandie.

Pinterville
Pinterville
Le presbytère (ancien) du XVIIIe siècle.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Les Andelys
Intercommunalité Communauté d'agglomération Seine-Eure
Maire
Mandat
Didier Dagomet
2020-2026
Code postal 27400
Code commune 27456
Démographie
Gentilé Pintervillais
Population
municipale
790 hab. (2021 en augmentation de 3,95 % par rapport à 2015)
Densité 133 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 11′ 31″ nord, 1° 10′ 37″ est
Altitude Min. 12 m
Max. 129 m
Superficie 5,93 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Louviers
(banlieue)
Aire d'attraction Louviers
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pont-de-l'Arche
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Pinterville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Pinterville
Géolocalisation sur la carte : Eure
Voir sur la carte topographique de l'Eure
Pinterville
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
Pinterville

Géographie

modifier

Localisation

modifier

Pinterville est située à environ 3 km au sud de Louviers.

Communes limitrophes de Pinterville[1]
Louviers
La Haye-le-Comte   Heudebouville
Acquigny

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Côtes de la Manche orientale, caractérisée par un faible ensoleillement (1 550 h/an) ; forte humidité de l’air (plus de 20 h/jour avec humidité relative > 80 % en hiver), vents forts fréquents[3]. Parallèlement le GIEC normand, un groupe régional d’experts sur le climat, différencie quant à lui, dans une étude de 2020, trois grands types de climats pour la région Normandie, nuancés à une échelle plus fine par les facteurs géographiques locaux. La commune est, selon ce zonage, exposée à un « climat des plateaux abrités », correspondant aux plaines agricoles de l’Eure, avec une pluviométrie beaucoup plus faible que dans la plaine de Caen en raison du double effet d’abri provoqué par les collines du Bocage normand et par celles qui s’étendent sur un axe du Pays d'Auge au Perche[4].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11,1 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,6 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 711 mm, avec 11,6 jours de précipitations en janvier et 7,7 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020 la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Louviers à 3 km à vol d'oiseau[5], est de 11,8 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 719,5 mm[6],[7]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Urbanisme

modifier

Typologie

modifier

Pinterville est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[9],[10],[11]. Elle appartient à l'unité urbaine de Louviers, une agglomération intra-départementale regroupant 7 communes[12] et 39 762 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[13],[14].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Louviers, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 44 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[15],[16].

Occupation des sols

modifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (60,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (67,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (41,2 %), forêts (28,3 %), prairies (15,1 %), zones urbanisées (11,2 %), zones agricoles hétérogènes (4,2 %)[17]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie

modifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Pintarvilla en 1204, Pintervilla en 1206 (cartulaire de Saint-Taurin), Pintarville en 1223 (reg. Philippe Auguste)[18], Pintarvilla en 1260 (cartulaire de Philippe d'Alençon et cartulaire des Emmurées)[19].

Histoire

modifier

En 1248, Saint Louis donne au neveu de l'évêque d’Évreux Jean de La Cour d'Aubergenville, Guillaume d'Aubergenville, le manoir et la terre de Pinterville[20].

 
Le château de Pinterville.

En , Pierre de Meulan, fils de Roger et échanson du roi saint Louis, vend la terre de Pinterville, provenant de sa femme Ligarde, à l'archevêque de Rouen Eudes Rigaud, pour 3 200 livres tournois[21].
Le manoir devint la résidence des archevêques de Rouen, et, en 1304[22], s'y réunit le concile provincial de la Normandie, à la demande de Guillaume de Flavacourt, qui était composé de l'évêque d'Avranches Geoffroi Boucher, l'évêque d’Évreux Mathieu des Essarts, et l'évêque de Séez Philippe le Boulenger[20].
En 1695, Suzanne le Page apporte Pinterville dans la famille Boisguilbert, où en 1680 Pierre Le Pesant de Boisguilbert construit un château sur le manoir.
Ce château fut habité par Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre[20].

Politique et administration

modifier
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1904   Dagommer [23]    
Les données manquantes sont à compléter.
  mars 1976 Roger Lecoutre    
mars 1989 En cours Didier Dagomet EXG Retraité de l'enseignement

Démographie

modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[25].

En 2021, la commune comptait 790 habitants[Note 3], en augmentation de 3,95 % par rapport à 2015 (Eure : −0,5 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
326350303464464483452407438
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
422435414412415415397366372
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
337388366388345326329272314
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
388419494516835757852850775
2015 2020 2021 - - - - - -
760767790------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine

modifier

Lieux et monuments

modifier

Personnalités liées à la commune

modifier
 
Buste du Père Laval dans l'église de Pinterville.

Voir aussi

modifier

Articles connexes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes

modifier

Notes et références

modifier
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

modifier
  1. « Géoportail (IGN), couche « Communes 2016 » activée ».
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  4. GIEC normand, Le climat en Normandie : présentation et évolution, , 18 p. (lire en ligne), p. 2
  5. « Orthodromie entre Pinterville et Louviers », sur fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Louviers » (commune de Louviers) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  7. « Station Météo-France « Louviers » (commune de Louviers) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  9. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Unité urbaine 2020 de Louviers », sur insee.fr (consulté le ).
  13. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  15. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  16. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  17. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  18. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 2, Droz, p. 577.
  19. Ernest Poret de Blosseville, Dictionnaire topographique du département de l’Eure, Paris, , p. 168.
  20. a b et c Léopold Delisle, Louis Passy - Auguste Le Prévost, Mémoires et notes de M. Auguste Le Prevost pour servir à l'histoire du département de l'Eure, vol. 2, octobre 1864, p. 533, 536
  21. Anselme de Sainte-Marie, Ange de Sainte-Rosalie, Histoire de la Maison Royale de France, 3e éd., vol. 2, 1726, p. 412
  22. [PDF] Les conciles, de 1303 à 1310, p. 251[2]
  23. Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure - 1904 [1]
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  28. « Allée sépulcrale », notice no PA00099508, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  29. « Allée couverte », notice no IA00019271, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  30. « Château (inventaire) », notice no IA00019268, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. « Château (inscription) », notice no PA27000087, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. « Église paroissiale de la Sainte-Trinité », notice no IA00019272, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  33. « Presbytère », notice no IA00019269, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.