Eagles de Philadelphie

équipe de football américain
(Redirigé depuis Philadelphia Eagles)
Eagles de Philadelphie
Description de l'image Philadelphia Eagles.jpg. Description de l'image Logo Philadelphia Eagles 1996.svg.
Fondé en 1933
Nom(s) précédent(s) Phil-Pitt "Steagles" (en 1943)
Surnoms The Bird, The Iggles
Couleurs
Stade Lincoln Financial Field
Capacité 69 176 spectateurs
Propriétaire Jeffrey Lurie (en)
Président Don Smolenski (en)
Entraîneur Nick Sirianni (en)
Ville Flag of Philadelphia, Pennsylvania.svg Philadelphie
Drapeau de la Pennsylvanie Pennsylvanie
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Ligue National Football League
Conférence National Football Conference
Division Est
Site web Philadelphiaeagles.com

Super Bowl LII

Champion NFL 1948 - 1949 - 1960

Saison en cours

Description de l'image Philly (45).JPG.

Les Eagles de Philadelphie (Philadelphia Eagles en anglais) sont une franchise professionnelle de football américain basée à Philadelphie dans l'État de Pennsylvanie aux États-Unis. Depuis 2003, elle joue ses matchs à domicile au Lincoln Financial Field. L'équipe fait partie de la division Est (NFC East) de la National Football Conference (NFC) de la National Football League (NFL).

La franchise des Eagles est fondées en 1933 par Bert Bell, en remplacement des Yellow Jackets de Frankford, ayant cessé ses activités en 1931 à la suite de la crise économique.

La franchise remporte à trois reprises le titre de champion de la NFL avant l'ère moderne du Super Bowl : en 1948, en 1949 et en 1960. Elle dispute son premier Super Bowl à l'occasion du Super Bowl XV (défaite 27-10 contre les Raiders d'Oakland). Au terme de la saison 2017, elle remporte 41-33 le Super Bowl LII, joué contre les Patriots de la Nouvelle-Angleterre.

Les Eagles sont détenus par Jeffrey Lurie (en) lequel avait acquis l'équipe à Norman Braman (en) pour un total de 195 millions de dollars américains[1]. En 2021, Forbes évaluait sa valeur à 3,8 milliards de dollars ce qui la classait 9e en valeur des équipes NFL[2].

HistoireModifier

La NFL à Philadelphie (1899-1931)Modifier

La Frankford Athletic Association est créée en dans le salon du Suburban Club. Le montant d'une action était de 10 $. Le grand public pouvait également payer une adhésion variant de 1 à 2,5 $. L'Association était une organisation communautaire à but non lucratif composée de résidents et d'entreprises locales. Conformément à sa charte, tous ses revenus excédentaires étaient reversés à des institutions caritatives locales. L'association d'origine est apparemment dissoute avant le début de la saison 1909. Plusieurs des joueurs originaux de l'équipe de 1899 recrée une équipe et leur association prend le nom de Loyola Athletic Club. Conformément à la tradition des Yellow Jacket, ils portent à nouveau le nom «Frankford» en 1912, pour redevenir la Frankford Athletic Association.

Au début des années 1920, les Yellow Jackets de la Frankford Athletic Association ont acquis la réputation d'être l'une des meilleures équipes indépendantes du pays. En 1922, Frankford absorbe les Union Quakers of Philadelphia, équipe championne de la ville de Philadelphie. Cette année-là, Frankford remporte le championnat non officiel de Philadelphie. Au cours des saisons 1922 et 1923, les Yellow Jackets affichent un bilan de 6 victoires pour 2 défaites et 1 nul contre des équipes de la National Football League. L'Association se voit accorder une franchise NFL en 1924 dénommée les Frankford Yellow Jackets de Frankford. Au milieu de la saison 1931, les Yellow Jackets font faillite et sont contraints de cesser leurs activités[3].

L'Ère Wray et Bell (1933-1940)Modifier

Après plus d'un an de recherche, la NFL accorde une franchise d'expansion à un syndicat dirigé par Bert Bell et Lud Wray (en) et leur attribue les actifs de l'organisation défaillante des Yellow Jackets. Le groupe Bell-Wray paye un droit d'entrée de 3 500 $ (correspondant à environ 42 544 $ aujourd'hui) et assume la dette totale de 11 000 $ due envers trois autres franchises NFL[4]. S'inspirant de l'insigne Blue Eagle de la National Recovery Administration - la pièce maîtresse du New Deal du président Franklin D. Roosevelt[4] - Bell et Wray nomment la nouvelle franchise les Eagles de Philadelphie. Bien que cela puisse donner l'impression que les Yellow Jackets soient revenus en 1933 sous le nom des Eagles, ni les Eagles ni la NFL ne considèrent officiellement les deux franchises comme identiques puisque en 1932 les Yellow Jackets n'avaient pas joué à la suite de la faillite. De plus, l'équipe de 1933 ne comportait presque plus aucun ancien joueur des Yellow Jackets.

Les Eagles, ainsi que les Steelers de Pittsburgh et les Reds de Cincinnati (aujourd'hui disparus), rejoignent la NFL en tant qu'équipes d'expansion. Wray devient le premier entraîneur principal des Eagles après en avoir été convaincu par Bell, son ancien coéquipier à Penn. L'équipe avait initialement prévu de jouer ses matchs à domicile au Shibe Park, qui abritait le club de baseball Philadelphia Athletics. Les négociations ayant échoué, l'équipe réussit à conclure un accord avec les Phillies de Philadelphie, une équipe de baseball rivale des Athletics, pour jouer au Baker Bowl (en).

Les Eagles jouent le premier match de l'histoire de la franchise le contre les Giants de New York aux Polo Grounds de New York et le perdent 56-0[5]. Les Eagles ne sont pas très performant au cours de leur première décennie, ne gagnant jamais plus de 4 matchs par saison. Leur meilleure saison est celle de 1934, où ils finissent troisième de la division East, à égalité avec les Dodgers de Brooklyn. Pour la plupart, les premiers rosters des Eagles étaient composées d'anciens joueurs de Penn, de Temple et de Villanova.

En 1935, Bell propose d'organiser une draft annuelle pour répartir les talents universitaires dans la Ligue. Cette draft crée un concept révolutionnaire pour les sports professionnels puisque les équipes sélectionnent les joueurs dans l'ordre inverse à leur classement de la saison précédente. Ce principe toujours présent actuellement permet aux plus mauvaises équipe de se renforcer grâce aux meilleurs joueurs universitaire[6].

Entre 1927 et 1934, à l'exception de la saison 1928 remportée par la Steam Roller de Providence, trois équipes se partagent le reste des titres nationaux, les Bears de Chicago, les Giants de New Yorket les Packers de Green Bay.

En 1936, les Eagles subissent des pertes financières importantes et sont vendus aux enchères publiques. Bert Bell étant le seul soumissionnaire devient l'unique propriétaire de l'équipe. Wray ayant refusé une réduction de son salaire quitte la franchise. Bell assume le poste d'entraîneur principal. L'équipe termine dernière de la Ligue avec un bilan négatif de 1-11. Après la saison 1936, les Eagles obtiennent le premier choix global de la première draft de la NFL. Ils l'utilisent pour sélectionné le halfback Jay Berwanger.

 
Le Connie Mack Stadium.

Entre 1936 et 1939, les Eagles jouent au Municipal Stadium situé dans le sud de Philadelphie. En 1940, Bell refuse une augmentation de loyer de 66% et un versement de 10% des entrées proposée par la ville et signe un bail pour utiliser le Shibe Park (rebaptisé en 1954 Stade Connie Mack (en)), ce stade permettant de jouer en nocturne grâce à l'éclairage installé l'année précédente[7]. Les Eagles jouent donc le premier match de leur saison 1941 au Municipal Stadium avant de déménager vers le Shibe Park[8],[9],[10].

L'équipe termine la saison avec un bilan de 2-8-1 et auront encore de mauvais résultats pendant les trois saisons suivantes.

L'Ère Greasy Neale (1941-1950)Modifier

En , Bell organise la vente des Steelers qui devient la propriété d'Alexis Thompson (en)[11]. Art Rooney, ancien propriétaire des Steelers, acquiert ainsi la moitié des actions des Eagles détenues par Bell[12]. Bell aurait reçu de Rooney, 20% de la revente des Steelers[13].

Thompson change le nom des Steelers en Iron Men. Après mure réflexion, les propriétaires des deux franchises échangent leurs villes avant le début de la saison 1941. La franchise des Steelers déménage à Philadelphie pour prendre le nom des Eagles de Philadelphie tandis que la franchise des Eagles part à Pittsburgh devenant les Steelers de Pittsburgh[14]. Dans le cadre de cet accord et à la suite d'une série de transactions entre franchises connue sous le nom de Pennsylvania Polka[11], onze joueurs des Steelers sont transférés chez les Eagles (continuant ainsi de jouer à Pittsburgh), tandis que dix-sept joueurs des Eagles sont transférés chez les Steelers (continuant ainsi de jouer à Philadelphie)[15]. Bell devient alors entraîneur principal des Steelers et Rooney en devient le directeur général[16]. Thomson devenu propriétaire de la franchise installée à Philadelphie, engage Earle "Greasy" Neale comme entraîneur principal des Eagles. Au cours de ses premières années sous la direction de Neale, l'équipe n'obtient pas de bons résultats (2-8-1 au terme de la saison 1941 et 2-9 en fin de saison 1942).

Steagles (1943)Modifier

 
Steve Van Buren, halfback des Eagles entre 1944 et 1951.

En 1943, il devient difficile de constituer une équipe, nombre de joueurs étant réquisitionnés à la suite de la Seconde Guerre mondiale. Les équipes des Eagles et des Steelers fusionnent sous le nom de Phil-Pitt Eagles ou Steagles en abrégé. Greasy Neale et Walt Kiesling en forment le duo d'entraîneur principal. L'équipe termine la saison avec un bilan de 5-4-1. La fusion n'ayant pas été conçue de façon permanente cesse dès la fin de la saison.

En 1944, l'équipe, emmenée par l'entraîneur principal Greasy Neale et le running back Steve Van Buren, obtient le premier bilan positif de son histoire. Après avoir terminé deuxième de la division East en 1945 et 1946, elle remporte le premier titre de sa division et atteint la finale nationale pour la première fois de son histoire en 1947. La jeune équipe composée de Van Buren, Pete Pihos (en) et Bosh Pritchard (en) perd néanmoins 21-28 la finale jouée contre les Cardinals de Chicago au Comiskey Park.

Champions NFL en 1948Modifier

Continuant sur leur lancée, la jeune équipe se qualifie à nouveau pour la finale nationale en 1948. Avec l'avantage du terrain et sous une tempête de neige aveuglante, les Eagles remportent leur premier titre de la NFL en battant 7-0 les Cardinals de Chicago. Les seuls points inscrits l'ont été au cours du quatrième quart temps, Steve Van Buren inscrivant un touchdown à la suite d'une course de 5 yards.

Champions NFL en 1949Modifier

 
Pete Pihos (en), tight end des Eagles entre 1947 et 1955.

Avant le début de la saison, Thompson vend la franchise à un syndicat composé d'une centaine de personnes connu sous le nom deHappy Hundred, chacune d'entre elles ayant payé une souscription de 3 000 $. Alors que son chef était l'homme d'affaires de Philadelphie James P. Clark, un de ses investisseurs méconnu, Leonard Tose, va devenir un nom très familier pour les fans des Eagles[17] .

L'équipe accède à la finale nationale pour la troisième saison consécutive et la gagne sur le score de 14-0 contre les Rams de Los Angeles[18],[19]. Le running back Steve Van Buren y gagne 196 yards en 31 courses et la défense limitera les Rams à un maigre gain de 21 yards au sol[20].

Chuck Bednarik est sélectionné en premier choix global lors de la draft 1949 de la NFL. Joueur de ligne et linebacker All-American de l'Université de Pennsylvanie, Bednarik va devenir l'un des joueurs les plus importants et les plus aimés de l'histoire des Eagles.

En 1950, les Eagles commencent leur saison contre les Browns de Cleveland, champion de l'AAFC, qui venaient (avec les autres franchises de l'AAFC) de rejoindre la NFL. On s'attendait à ce que les Eagles ne fassent qu'une bouchée des Browns, qui à l'époque étaient largement considérés comme l'équipe dominante d'une ligue mineure. Cependant, les Browns vont gagner un total de 487 yards (dont 246 par la passe) contre la défense si réputée des Eagles et remporter le match 35 à 10. Les Eagles ne s'en remettront pas et termineront la saison sur un bilan de 6-6.

L'Ère McMillin, Millner, Trimble et Devore (1951-1957)Modifier

 
Chuck Bednarik, linebacker et centre des Eagles entre 1949 et 1962

Après la saison 1950, Greasy Neale prend sa retraite et est remplacé par Bo McMillin (en). Après seulement deux matchs en 1951, McMillin est forcé de prendre sa retraite, souffrant d'un cancer de l'estomac. Wayne Millner (en) le remplace jusqu'en fin de saison avant la nomination de Jim Trimble (en) au poste d'entraîneur principal.

Même si certains anciens joueurs des années 1940 réussissent à rester compétitifs pendant les premières années de la décennie et que des joueurs plus jeunes comme Bobby Walston et Sonny Jurgensen comment à percer, l'équipe n'est pas performante pendant la majeure partie des années 1950.

Après la saison 1957, les Eagles déménagent du Connie Mack Stadium vers le Franklin Field appartenant à l'université de Pennsylvanie. Franklin Field peut accueillir plus de 60 000 spectateurs tandis que le Connie Mack était limité à 29 000 places[21]. Le pelouse naturelle est remplacée par un revêtement synthétique en 1969, ce qui en fait le premier stade avec pelouse artificielle de la NFL.

L'Ère Buck Shaw (1958-1960)Modifier

 
Le Franklin Field, domicile des Eagles entre 1958 et 1970.

En 1958, la franchise prend des mesures importantes pour s'améliorer en engageant Buck Shaw (en) comme entraîneur principal et en acquérant le quarterback Norm Van Brocklin lors d'un échange avec les Rams de Los Angeles. Au cours de la saison 1959, l'équipe montre de belles choses et termine deuxième de la East Division. L'ancien propriétaire et co-fondateur des Eagles, Bert Bell, qui était à l'époque commissaire de la NFL, assiste au match du joué contre les Steelers de Pittsburgh au Franklin Field, équipe dont il fut également propriétaire. Bell refuse les places qui lui avait réservé dans une loge des Eagles et achète ses propres billets pour pouvoir s'asseoir au milieu des fans. Au cours du quatrième quart temps, alors qu'il est assis derrière la zone d'en-but, il est victime d'une crise cardiaque et décède plus tard dans la journée.

Champions NFL 1960Modifier

La saison 1960 reste celle la plus célébrée de l'histoire des Eagles. Shaw, Van Brocklin et Bednarik (chacun dans leur dernière saison avant la retraite) sont les leaders de d'une équipe plus remarquable par son courage que par son talent (un observateur a plaisanté plus tard en disant que l'équipe n'avait gagné rien d'autre qu'un championnat) qui gagne leur premier titre de la Division East depuis la saison 1949. L'équipe est aidée par les deux Pro Bowler, le wide receiver Tommy McDonald (en) (qui écrira plus tard une courte autobiographie intitulée Ils me paient pour attraper des ballons de football - They Pay Me to Catch Footballs) et le tight end Pete Retzlaff. Le , un des jours les plus froids de l'histoire de la franchise, les Eagles rencontrent les Packers de Green Bay dirigés par Vince Lombardi en finale du championnat. Ils remportent le match 17-13, infligeant au redoutable Lombardi sa seule défaite en finale nationale. Bednarik y a été aligné en tant que centre de la ligne offensive et en tant que linebacker en défense. Il met fin au match en plaquant et en maintenant au sol Jim Taylor jusqu'à ce que les dernières secondes du match soient écoulées[22].

L'Ère Skorich, Kuharich, Williams, Khayat, McCormick (1961-1975)Modifier

Van Brocklin a accepté de venir jouer pour les Eagles jusqu'en 1960 à la suite d'un accord tacite prévoyant que dès qu'il prendrait sa retraite en tant que joueur, il remplacerait Shaw au poste d'entraîneur principal. Cependant, le propriétaire de la franchise, choisit de promouvoir l'entraîneur adjoint Nick Skorich (en) à sa place et Van Brocklin quitte dépité les Eagles pour devenir entraîneur principal des Vikings du Minnesota en 1961.

Le quarterback remplaçant Sonny Jurgensen devient titulaire en 1961. Les Eagles terminent deuxièmes derrière les Giants de New York en Eastern Conference avec un bilan de 10 victoires pour 4 défaites. Malgré ce beau résultat, la franchise se retrouve néanmoins dans la tourmente.

L'équipe de 1962 décimée par les blessures ne remporte que trois matchs en 1962 et concède une défaite honteuse à domicile (0-49) contre les Packers. Les problèmes perdurent en 1963 lorsque les 65 actionnaires restant des Happy Hundred originaux décident de vendre la franchise à Jerry Wolman (en), un millionnaire de Washington âgé de 36 ans. Ce dernier surenchérit sur les soumissionnaires locaux, payant un montant sans précédent de 5 505 millions de dollars pour obtenir le contrôle du club[23],[24],[25].

En 1964, Wolman engage Joe Kuharich (en), ancien entraîneur des Cardinals de Chicago et des Redskins de Washington pour une durée de 15 ans. La franchise manque la phase finale lors des cinq saisons suivantes. Les échecs de l'équipe sur cette période connaissent leur apogée lors de l'incident du Père Noël (en) au cours duquel les fans ont bombardé avec des boules de neige un Père Noël présent pour un spectacle de Noël à la mi-temps d'un match.

En 1969, Leonard Tose (en) achète l'équipe à Wolman pour la somme de 16,155 million de $[26], un record à l'époque pour le rachat d'une franchise. La première décision de Tose sera de virer [Joe Kuharich lequel affichait un bilan décevant de 24-41-1 en cinq saisons à la tête des Eagles. Tose nomme ensuite au poste de directeur général, Pete Retzlaff, un ancien wide receiver des Eagles, et Jerry Williams (en) au poste d'entraîneur principal.

À la suite de la fusion entre l' AFL et la NFL en 1970, les Eagles sont placés dans la division NFC East en compagnie des Giants de New York, des Redskins de Washington et des Cowboys de Dallas. La rivalité entre les Eagles et les Giants, souvent citée comme la meilleure rivalité de la NFL, est la plus ancienne des rivalités au sein de la NFC East puisqu'elle remonte à 1933[27],[28]. La saison 1970 est la dernière jouée au Franklin Field et les Eagles la terminent en dernière position dans la division avec un bilan de 3–10–1.

Les Eagles déménagent en 1971 vers le Veterans Stadium. Lors de la première saison, le "Vet" a été largement décrit comme un triomphe de l'ingénierie sportive ultra-moderne, un consensus qui a été de courte durée, tout comme le mandat de Williams en tant qu'entraîneur principal. Après un bilan en 1970 de 3-10-1 et trois lourdes défaites en début de saison 1971 (contre les Bengals, les Cowboys et les 49ers), Williams est viré et remplacé par son adjoint Ed Khayat, un homme de ligne défensif ayant remporté le titre 1960 avec les Eagles. Williams et Khayat avaient été gênés par la décision prise par le directeur général Retzlaff' d'échanger l'expérimenté quarterback Norm Snead (en) aux Vikings début 1971, ne conservant que les inexpérimentés Pete Liske (en) et Rick Arrington (en). Khayat perd ses deux premiers matchs mais remporte six des neuf derniers matchs en grande partie grâce à la défense emmenée par le safety All Pro Bill Bradley (en), meneur de la NFL au nombre d'interceptions (11) et au nombre de yards gagnés après interception (248).

L'équipe régresse en 1972 et termine avec un bilan de 2–11–1 et Khayat est remercié. Les deux victoires (toutes deux en déplacement) se sont toutefois révélées être des surprises, Philadelphia ayant battu 21-20 les Chiefs de Kansas City (meilleur bilan de l'AFC un an auparavant) et 18-17 les Oilers de Houston grâce aux six field goals du kicker Tom Dempsey. Ce dernier match avait été dénommé le Johnny Rodgers Bowl, parce que le perdant, en terminant dernier de la ligue, obtiendrait le premier choix de la draft 1973 de la NFL, choix qui normalement aurait dû se porter sur le wide receiver de Nebraska Johnny Rodgers, vainqueur du trophée Heisman. À la suite de cette défaite, ce sont les Oilers qui obtiennent le premier choix de la draft mais choisissent de sélectionner le defensive end des Spartans de Tampa John Matuszak (lequel a ensuite affronté Philadelphie lors du Super Bowl XV). Avec le deuxième choix, les Eagles sélectionnent le tight end de l'USC, Charle Young.

Khayat est remplacé par Mike McCormack (en) pour la saison 1973. Aidés par les compétences du quarterback Roman Gabriel (en) et de l'imposant jeune wide receiver Harold Carmichael (en), l'attaque auparavant moribonde retrouve un peu de superbe. Le nouveau directeur général Jim Murray (en) commence également à ajouter du talent du côté défensif de la ligne, notamment grâce à l'ajout en 1974 du linebacker Bill Bergey (en), futur Pro Bowler . Dans l'ensemble, cependant, l'équipe reste toujours d'un niveau trop moyen. McCormack est licencié après un bilan de 4-10 sur la saison 1975.

L'Ère Vermeil et Campbell (1976-1985)Modifier

 
Dick Vermeil, entraîneur principal des Eagles de 1976 à 1982

En 1976, Dick Vermeil est engagé par les Eagles en tant qu'entraîneur principal pour succéder à Mike McCormack. Les Bruins de l'UCLA n'avait obtenu qu'un seul bilan positif au cours des quatorze saisons dirigées par Vermeil (1962 à 1975)[29].

Lors de la saison 1976, les Eagles finissent avec un bilan de 4 victoires et 10 défaites identique à l'année précédente. Les espoirs d'amélioration débutent en 1977. L'équipe obtiennent Ron Jaworski des Rams de Los Angeles en échange du tight end Charle Young. La défensive, menée par Bill Bergey et le coordonnateur défensif Marion Campbell, commence à être réputée comme une des plus violentes de la Ligue.

En 1979, les Eagles terminent premiers de leur division à égalité avec les Cowboys. Le running back Wilbert Montgomery pulvérise les records de l'équipe au nombre de yards gagnés à la course (1 512 yards).

Les Eagles terminent la saison écourtée de 1982 avec un bilan de 3-6. Vermeil démissionne de son poste prétextant un «burn out».

Le coordonnateur défensif Marion Campbell a remplacé Vermeil en tant qu'entraîneur principal.

L'Ère Buddy Ryan (1986-1990)Modifier

En 1986, l'arrivée du fougueux entraîneur principal Buddy Ryan va améliorer les performances de l'équipe et enflammer les fans. Les Eagles vont immédiatement acquérir la réputation d'avoir une défense et des joueurs assez durs. Ryan commence par rajeunir l'équipe en libérant plusieurs joueurs âgés. C'est ainsi que le quarterback Ron Jaworski est remplacé par Randall Cunningham. Ce dernier malgré un bilan négatif de 5–10–1 en 1986, laisse entrevoir de belles possibilités. Une grève raccourcit néanmoins la saison 1987 d'un match. Les joueurs ayant remplacé les attaquants en grève ne répondent pas aux attentes et sont écrasés 22-41 par les Cowboys de Dallas. Après la grève, l'équipe type remporte néanmoins 37-20 le deuxième match de la saison contre les Cowboys. Le bilan de la saison est de 7-8 dont trois matchs joués avec des remplaçants. Les Eagles accèdent à la phase finale en 1988 mais perdent 12-20 le Fog Bowl (en) - surnommé ainsi en raison des mauvaises conditions météorologiques ayant régné pendant le match - disputé contre les Bears de Chicago, équipe que Ryan avait aidé à remporter le Super Bowl XX en tant que coordinateur défensif.

Les Eagles se qualifient à nouveau pour la phase finale lors des deux saisons suivantes mais l'équipe se fait éliminer chaque fois au premier tour. Ces échecs ont été très frustrants pour les fans car l'équipe était largement considérée comme l'une des plus talentueuses de la NFL. L'attaque des Eagles étaient emmenés par Cunningham, l'un des quarterbacks les plus excitants de sa génération, ainsi que par le tight end Keith Jackson (en) et le running back Keith Byars (en). La défense a été généralement reconnue comme l'une des plus grandes de l'histoire de la Ligue et comme la meilleure à n'avoir jamais remporté de championnat.

Les deux matchs joués contre Dallas en 1989 ont été surnommés Bounty Bowls (en). Remportés aisément par les Eagles (les Cowboys terminent avec un bilan de 1-15 cette saison-là), ces rencontres ont été marquées d'une part pour les jets de boules de neige effectués par les fans des Eagles et d'autre part pour les insultes proférées par Ryan envers le nouvel entraîneur des Cowboys Jimmy Johnson, mettant d'ailleurs un bounty (bonus financier - interdit par la NFL) sur leur kicker.

Le , à l'occasion du Monday Night Football joué au Vet, les Eagles battent 28-14 les Redskins de Washington, la défense inscrivant trois des quatre touchdowns des Eagles. Ce match, plus déséquilibré que son score ne l'indique, a acquis le sobriquet de The Body Bag Game (en) à la suite du jeu vraiment dur développé par les Eagles, ceux-ci blessant gravement le quarterback titulaire adverse ainsi que son remplaçant. Le running back Brian Mitchell des Redskins, qui sera plus tard signé par les Eagles, sera appelé à terminer le match au poste de quarterback. Plus tard, en tour de Wild card, Washington revient jouer à Philadelphie et prend sa revanche en gagnant 20-6, mettant ainsi un terme à la saison des Eagles.

L'Ère Kotite et Rhodes (1991-1998)Modifier

Buddy Ryan est viré le et est remplacé par le coordinateur offensif Rich Kotite (en)[30]. La saison 1991 débute mal puisque le quarterback Randall Cuningham se blesse au genou. Il est remplacé par Jim McMahon pour le reste de la saison. Bien qu'ayant une des meilleures défenses de la Ligue, les Eagles ne se qualifient par pour la phase finale, terminant 3e de la NFC East avec un bilan de 10-6. Après avoir perdu Reggie White pendant l'intersaison (agent libre), les Eagles perdent le defensive tackle All Pro Jerome Brown, décédé le à la suite d'un accident de voiture. L'équipe termine deuxième de sa division avec un bilan de 11-5 ce qui lui permet de jouer et de gagner le tour préliminaire (wild card) disputé contre les Saints de La Nouvelle-Orléans. Les Eagles sont ensuite défaits en tour de division par les Cowboys de Dallas.

Les stars de l'attaque à cette période sont le quarterback Randall Cunningham, le tight end Keith Jackson (en) et le running back Herschel Walker tandis que la défense surnommée Gang Green defense est emmenée par Reggie White, Jerome Brown, Clyde Simmons, Seth Joyner (en), Wes Hopkins (en), Mike Golic (en), Byron Evans (en), Eric Allen (en), Andre Waters (en) et Mark McMillian (en). En 1993, les Eagles de Kotite s'effondrent après un début prometteur et ratent la série éliminatoire avec un bilan de 8–8.

 
Jeffrey Lurie (en) propriétaire des eagles depuis 1994.

À cette époque, le propriétaire de l'équipe, Norman Braman, était devenu largement impopulaire auprès des fans et du front office. Jeffrey Lurie (en) rachète la franchise le pour un montant estimé à 185 millions de $. En 2014, celle-ci a été estimée par Forbes pour une somme de 1 314 millions de $[31].

En 1994, l'équipe termine la saison avec un bilan de 7-9 et ne se qualifie pas pour la phase finale. Rich Kotite est viré et remplacé par le coordinateur défensif des 49ers de San Francisco, Ray Rhodes (en). Ce dernier réussit à attirer la star des 49ers, l'agent libre Ricky Watters (en).

Malgré un mauvais départ (trois défaites lors des quatre premiers matchs), les Eagles s'améliorent et terminent la saison régulière avec un bilan de 10-6. Ils se qualifient pour la phase éliminatoire et en tour de Wild Card, battent 58-37 les Lions de Détroit, Philadelphie inscrivant 31 points au cours du deuxième quart temps. Ils sont cependant éliminés lors du tour de division par les Cowboys de Dallas (11-30). Il s'agira du dernier match comme titulaire pour les Eagles du quarterback Randall Cunningham, celui-ci inscrivant le seul touchdown du match pour Philadelphie et le dernier de phase éliminatoire des Eagles avant 6 ans.

En 1995, Rhodes remplace Cunningham par Rodney Peete ce qui entraînera des frictions entre les deux joueurs. Même si des rumeurs indiquent que Lurie et Rhodes ont tenté de transférer Cunningham aux Cardinals de l'Arizona, il n'en sera rien et Cunningham décidera de prendre se retraite peu de temps après la fin de saison.

Les couleurs des uniformes des Eagles sont changées en 1996, le vert devenant plus sombre. L'équipe débute bien la saison avec trois victoires en quatre matchs, mais en 5e semaine elle est battue par les Cowboys de Dallas et le quarterback Peete se blesse au genou ce qui met fin à sa saison. Il est remplacé par Ty Detmer. En fin de saison, le running back Rickie Watters aura gagné 1 411 yards et l'équipe se qualifie pour la phase éliminatoire (10-6). En tour de Wild card, les Eagles perdent 0-14 contre les 49ers de San Francisco. Lors de la draft 1996 de la NFL, les Eagles sélectionnent au 2e tour le futur membre du Hall of fame, Brian Dawkins. Les éliminations précoces en phase finale pousse les fans et les médias à critiquer les joueurs agents libres transférés avec des salaires importants souvent décevant lors de ces matchs (Irving Fryar, Watters, Troy Vincent (en), et Guy McIntyre). La santé de Rhodes se détériore progressivement sous le stress et les joueurs commencent à se lasser de son comportement impétueux ainsi que de son style d'entraînement souvent trop autocratique[32].

Après une campagne 1997 décevante (6–9–1), les résultats empirent en 1998 (3-13) et les assistances aux matchs diminuent. Après cette saison désastreuse, une révolte des fans et une équipe au moral le plus bas, Lurie vire Rhodes. Il est remplacé par Andy Reid, entraîneur des quarterbacks de Green Bay[33].

L'Ère Andy Reid (1999-2012)Modifier

Pour remplacer Ray Rhodes, les Eagles engagent Andy Reid, ancien entraîneur des quarterbacks de Green Bay[34]. Son influence commence à se faire sentir puisqu'il décide de sélectionner en deuxième choix global de la draft 1999, Donovan McNabb, quarterback de Syracuse. Les Eagles auraient dû obtenir le premier choix global lors de cette draft à la suite de leur exécrable saison 1998 mais ce choix fut attribué aux Browns de Cleveland.

 
Donovan McNabb, quaterback des Eagles de 1999 à 2009

Après avoir compilé un bilan de 11 victoires et 5 défaites en 2001, les Eagles terminent premiers de leur division et atteignent à nouveau la phase finale. En match préliminaire (wild card), ils battent 31-9 les Buccaneers mais sont battus en tour de division 19-33 par les Bears en déplacement aux Soldier Field.

Malgré les blessures, les Eagles emmenés par McNabb terminent la saison régulière 2002 avec un bilan de 12 victoires et 4 défaites. Ils atteignent la finale de conférence NFC qu'ils perdent contre les Buccaneers à l'occasion de leur dernier match au Veterans Stadium.

En 2007, l'équipe termine avec un bilan de 8 victoires et 8 défaites mais n'est pas qualifiée pour la phase finale.

En 2008, la franchise sélectionne DeSean Jackson lors de la draft 2008 de la NFL. Ils remportent leur 500e match en battant 27-14 les Falcons d'Atlanta le dimanche . Cette victoire est également la 100e de l'entraîneur Andy Reid à la tête de l'équipe[35]. Le , ils battent 23-11 les Giants de New York (champions sortants) et se qualifient pour la finale de conférence NFC. Après avoir été menés 6-24 par les Cardinals de l'Arizona, les Eagles remontent au score pour mener 25-24 à la mi-temps. Ils perdent néanmoins le match 32-25 à la suite d'un touchdown inscrit à la passe par le quarterback Kurt Warner à trois minutes de la fin du match.

Au début de la saison 2009, les Eagles engagent le quarterback Michael Vick[36]. Le 6 décembre 2009, Andy Reid devient le cinquième entraîneur principal de l'histoire de la NFL à remporter au moins 100 matchs avec la même équipe sur une seule décennie comme Tom Landry, Don Shula, Tony Dungy et Bill Belichick[37].

Après une défaite contre les Giants de New York le 30 décembre 2012 et un bilan négatif en fin de saison (4-12), Andy Reid, est viré par la franchise après 14 saisons[38].

L'Ère Chip Kelly (2013-2015)Modifier

 
Fletcher Cox, defensive tackle des Eagles depuis 2012.

Le , les Eagles engagent l'entraîneur des Ducks de l'Oregon⁣⁣, Chip Kelly pour remplacer Reid[39]. Après leur mauvaise saison 2012, les Eagles obtiennent le 4e choix global de la draft 2013 qu'ils utilisent pour sélectionner Lane Johnson, offensive tackle des Sooners de l'Oklahoma[40].

Ils commencent la saison 2014 en remportant leurs trois premiers matchs. Ils s'inscrivent dans l'histoire de la NFL en devenant la première équipe qui, après avoir été menée par au moins 10 points lors des trois premier matchs de la saison, parvient à revenir au score pour finalement l'emporter[41]. Malgré quelques interceptions, Nick Foles parvient à un bilan provisoire de 6-2 avant qu'il ne se brise la clavicule. Il est remplacé par Mark Sanchez et les Eagles finissent la saison avec un bilan de 10 victoires pour 6 défaites. Ils terminent deuxième de leur division mais ne se qualifient pas pour la phase finale.

Pendant l'inter-saison, Chip Kelly obtient le contrôle total de l'équipe. Il va faire plusieurs transactions sujettes à controverse. Il échange LeSean McCoy, recordman de la franchise au nombre de yards gagnés à la course, contre le linebacker Kiko Alonso des Bills[42], coupe le vétéran Trent Cole, deuxième derrière Reggie White au nombre de sacks effectués en carrière avec la franchise[43], et échange le quarterback Nick Foles contre Sam Bradford des Rams lequel a été blessé durant toute la saison précédente à la suite d'une déchirure du ligament croisé antérieur[44]. Kelly tente de prolonger Jeremy Maclin mais ce dernier choisit de s'engager avec les Chiefs[45] mais il réussit néanmoins à faire signer DeMarco Murray des Cowboys, meneur de la Ligue au nombre de yards gagnés à la course[46] affaiblissant ainsi un rival de division.

Le , alors que le bilan provisoire de l'équipe est de 6 victoires pour 9 défaites et qu'il ne reste qu'un seul match de saison régulière à jouer, Chip Kelly est libéré par les Eagles. Le coordonnateur offensif Pat Shurmur est nommé entraîneur principal par intérim pour la dernière rencontre de la saison qui se solde par une victoire 35-30 contre les Giants de New York, un rival de division[47].

L'Ère Doug Pederson (2016-2020)Modifier

 
Carson Wentz, quaterback titulaire de 2016 à 2020

Le , les Eagles engagent Doug Pederson en tant qu’entraîneur principal pour succéder à Chip Kelly[48].

À la fin de la saison 2015, les Eagles avaient obtenu le 13e choix global pour la draft 2016. Ils ont échangé ce choix avec Byron Maxwell et Kiko Alonso aux Dolphins de Miami contre le 8e choix global[49]. Plus tard, il ont échangé le 8e choix global avec leur choix de troisième tour, leur choix de quatrième tour, un choix de premier tour en 2017 et un choix de deuxième tour en 2018 aux Browns de Cleveland contre le 2e choix global et un choix de quatrième tour en 2017[50]. Ils ont utilisés le 2e choix pour sélectionné Carson Wentz, quaterback des Bison de North Dakota State[51]. Pendant l'inter-saison, les Eagles signe l'offensive guard Brandon Brooks[52].

Les Eagles commencent la saison 2016 par trois victoires consécutives au cours desquelles Carson Wentz compile 5 touchdowns, aucune interception et 255 yards gagnés à la passe en moyenne par match. Après leur semaine de repos en 4e semaine, ils perdent quatre des cinq matchs suivants par cinq points d'écart maximum[53]. Ils sont aussi privés de l'offensive tackle Lane Johnson suspendu pour dix matchs après la défaite en 5e semaine contre les Lions de Détroit, ce qui met un frein aux bons débuts de Carson Wentz. Les Eagles remportent seulement trois de leurs sept derniers matchs et finissent à la dernière place de leur division avec un bilan de 7 victoires pour 9 défaites. Malgré un bon début de saison, Carson Wentz la termine avec un ratio de 8 touchdowns pour 7 interceptions.

Vainqueur du Super Bowl LII (2017)Modifier

Lors de la saison 2017, les Eagles enregistre un bilan de 13 victoires pour 3 défaites dont une série de 9 victoires consécutives entre la 3e et la 12e semaine[54]. Ils remportent le titre de la division NFC East et accède à la phase finale de la NFL pour la première fois depuis la saison 2013. En 14e semaine contre les Rams de Los Angeles, le quarterback titulaire Carson Wentz quitte le match à la suite d'une déchirure au ligament croisé antérieur. Il est remplacé par Nick Foles jusqu'au terme de la saison. Il dispute son premier match contre les Giants de New York en 15e semaine et l'emporte 34-29 en ayant inscrit cinq touchdowns à la passe. Foles est moins performant lors des deux derniers matchs de la saison contre les Raiders d'Oakland (victoire 19-10) et les Cowboys de Dallas (défaite 3-13)[55].

Malgré cela, les Eagles décrochent l'avantage du terrain pour la phase finale. Ils remportent 15-10 le match de Division joué à domicile contre les Falcons d'Atlanta. En finale de conférence NFC, les Eagles battent les Vikings 38–7 bien qu'ils n'aient pas été désignés favoris par les médias. Foles y enregistre sa meilleure performance depuis la 15e semaine, gagnant 352 yards et inscrivant trois touchdowns à la passe. Ils se qualifient ainsi pour le Super Bowl LII joué à Minneapolis qui les oppose aux Patriots de la Nouvelle-Angleterre de Tom Brady. Ce match est leur 3e participation à un Super Bowl et constitue la revanche du Super Bowl XXXIX perdu contre les Patriots en 2005. Philadelphie remporte le premier Super Bowl de son histoire sur le score de 41-33. Foles est désigné MVP du match grâce à sa performance (373 yards gagnés à la passe, trois touchdowns inscrits à la passe, une passe interceptée, un touchdown inscrit en réception). Il devient le premier quarterback remplaçant à débuter et remporter un Super Bowl depuis son adversaire du jour, Tom Brady, qui en 2002, avait remporté le Super Bowl XXXVI après avoir remplacé le quarterback titulaire Drew Bledsoe.

Après le Super Bowl (2018-2020)Modifier

Les Eagles finissent la 2019 avec un bilan de 9-7 identique à celui de la saison précédente. Ils terminent par 4 victoires consécutives contre leurs rivaux de divisions s'assurant une place en phase finale pour la troisième saison consécutive à la suite de la victoire 34-17 contre les Giants de New York[56].

Les Eagles débutent la saison 2020 par deux défaites contre la Washington Football Team et les Rams de Los Angeles. En 3e semaine, ils font match nul contre les Bengals de Cincinnati après avoir dégagé le ballon au lieu de tenter un punt de 64 yards qui aurait pu donner la victoire aux Eagles en prolongation[57]. Cette décision a été grandement critiquée par les médias et les fans, accusant Doug Pederson de préférer se contenter d'une égalité plutôt qu'une victoire[58]. Une nouvelle fois, les blessures s'abattent sur l'équipe, les titulaires de l'attaque ayant pratiquement tous été blessés au cours de la saison[59]. La ligne offensive présentera sur la saison quatorze différentes combinaison de joueurs en 16 matchs[60]. Arrivés en semaine de repos avec un bilan de 3-4-1, ils perdent ensuite les quatre matchs suivants. En 13e semaine contre les Packers de Green Bay, le quarterback débutant Jalen Hurts monte sur le terrain lors du 3e quart temps, Wentz n'ayant pas bien joué[61]. Hurts est ensuite désigné titulaire pour le reste de la saison, Wentz ayant réalisé la pire saison de sa carrière[62],[63]. Hurts conduit les Eagles à la victoire 24–21 contre les Saints de La Nouvelle-Orléans en 14e semaine, dernière victoire de la saison pour les Eagles qui terminent avec un bilan de 4–11–1 sans qualification pour la phase finale.

Pendant l'inter-saison, le coordonnateur défensif Jim Schwartz annonce qu'il va prendre une pause[64] et le lendemain, c'est Ken Flajole, entraîneur des linebackers, qui démissionne de son poste[65]. Le , Doug Pederson, entraîneur des Eagles depuis 2016, est viré par la franchise[66]. Il devient le premier entraîneur principal à être viré après trois saisons succédant à une victoire au Super Bowl depuis Don McCafferty (en) des Colts de Baltimore viré en 1972[67].

L'Ère Nick Sirianni (2021-)Modifier

Le , dix jours après le renvoi de Doug Pederson, les Eagles engagent pour le poste d'entraîneur principal, Nick Sirianni (en), ancien coordonnateur offensif des Colts d'Indianapolis[68]. Pendant l'inter-saison, les Eagles échangent aux Colts le quarterback titulaire, Carson Wentz, contre un choix de troisième tour en 2021 et un choix conditionnel de deuxième tour en 2022[69],[70].

Lors de la draft 2021 de la NFL, les Eagles sélectionnent en 10e choix global le wide receiver DeVonta Smith du Crimson Tide de l'Alabama, vainqueur du trophée Heisman 2021[71]. Cette sélection permet la réunion de Smith avec Jalen Hurts qui fut son quarterback à Alabama[72].

Après le camp d'entraînement, Hurts est officiellement désigné comme quarterback titulaire des Eagles par Sirianni. Philadelphie termine la saison régulière avec un bilan de 9-8 et se qualifient pour la phase finale[73]. L'équipe est classée première de la Ligue au nombre de yards gagnés à la course. Son attaque à la course est la meilleure depuis celle des Bears de Chicago en 1985 et la meilleure de l'histoire des Eagles depuis celle de 1949. Ils perdent lors du tour préliminaire de la phase finale (wild card) contre les Buccaneers de Tampa Bay 15-31[74].

Lors de la draft 2022 de la NFL, les Eagles ont échangé aux Texans de Houston leur 15e choix global, le 124e choix global, le 162e et le 166e choix contre le 13e choix global. Avec le 13e choix global, il ont sélectionné le defensive tackle Jordan Davis, de la Géorgie[75]. Ils auraient fait ce choix pour remplacer Fletcher Cox dans le futur, qui allait tomber agent libre en 2023[76]. Un peu plus tard dans la draft, ils ont échangés leur 18e choix global aux Titans du Tennessee contre le receveur étoile A. J. Brown[77].

PalmarèsModifier

Palmarès des Eagles de Philadelphie en National Football League

Super Bowls Conférence Division

Image et identitéModifier

Couleurs et maillotsModifier

Les couleurs traditionnelles des Eagles sont le vert et le blanc.

Modifier

  Évolution du logo du club

RivalitésModifier

Cowboys de DallasModifier

La rivalité entre les Eagles et les Cowboys est reconnue comme l'une des meilleurs et des plus intenses de la NFL[78],[79]. Les Eagles ont remporté le premier match de la rivalité sur le score de 27 à 25 le . Cette rivalité s'est accentuée au fil des ans à la suite de nombreux incidents survenus entre les supporter des deux équipes, le plus connu étant celui des Bounty Bowl 1989 (en) faisant référence aux deux matchs remportés par les Eagles en 1989. Lors du premier joué le jour de Thanksgiving à Dallas, il a été fait état d'allégations selon lesquelles les Eagles auraient mis une prime de 200 $ sur Luis Zendejas (en), kicker des Cowboys qui avait été coupé par Philadelphie plus tôt dans la saison. Le second match joué deux semaines plus tard à Philadelphie est marqué par les fans des Eagles qui, sous l'emprise de la boisson, vont lancer des boules de neige, de la glace et de la bière sur le terrain en visant plusieurs acteurs du match. Un arbitre, un joueur des Eagles, un joueur et l'entraîneur principal des Cowboys ainsi que des commentateurs sportifs de la télévision seront ciblés et certains devront être évacués du terrain sous escorte policière[80].

En fin de saison 2021, les Cowboys mènent la série avec 72 victoires contre 54 pour les Cowboys.

Giants de New YorkModifier

La rivalité entre les Eagles et les Giants à débuté dès la création de la franchise de Philadelphie en 1933 par Bert Bell et elle s'est lentement intensifiée lorsque les deux équipes ont commencé à faire de bons résultats au cours des années 1940 et 1950. Les deux équipes jouent dans la même division depuis la saison 1933. La férocité de la rivalité peut-être aussi attribuée à la position géographique des villes de Philadelphie et de New York. Elle peut être comparée à la rivalité en MLB entre les Mets de New York et les Phillies de Philadelphie, ou celle en LNH entre les Flyers de Philadelphie et les Rangers de New York.

Cette rivalité est classée par NFL Network comme étant la 4e meilleure de tous les temps dans la NFL[81], Sports Illustrated la classant en quatrième position[82]. Pour ESPN, c'est une des plus féroces et des plus connues des fans de football américain[83].

En fin de saison 2021, les Eagles mènent la série avec 89 victoires pour 88 aux Giants et 2 nuls.

Commanders de WashingtonModifier

Bien que moins importante que les rivalités avec les Cowboys et les Giants, celle avec les Commanders de Washington s'est toujours révélée assez féroce. Bien que les deux équipes aient été membres de la même division en 1933, celles-ci ne se rencontrent pour la première fois que le . Les Commanders qui s'appelaient à l'époque les Redskins de Boston battent 6 à 0 les Eagles au Fenway Park.

Depuis 2010, les Eagles ont remporté 12 des 20 dernières rencontres. Cependant, en fin de saison 2021, c'est Washington qui mène la série avec 87 victoires contre 80 à Philadelphie et 8 nuls[84].

Steelers de PittsburghModifier

Les franchises des Eagles et des Steelers sont toutes deux localisées en Pennsylvanie et ont toutes deux débuté leurs opérations en 1933. Jusqu'en 1966, cette rivalité a été considérée comme majeure puisque les équipes faisaient partie de la même division. À la suite d'une restructuration de la NFL en 1967, les deux équipes ont été versées dans des divisions différentes de la National Football Conférence. Une nouvelle restructuration de la NFL en 1970 envoie les Steelers (ainsi que les Browns de Cleveland et les Colts de Baltimore) en American Football Conference tandis que les Eagles restent en NFC East. De ce fait, les deux équipes ne se rencontrent plus qu'une seule fois tous les quatre ans.

En fin de saison 2021, les Eagles mènent la série avec 48 victoires pour 29 défaites et deux nuls.

Joueurs et personnalitésModifier

Numéros retirésModifier

Neuf joueurs des Eagles de Philadelphie ont eu l'honneur de voir leur numéro de maillot retiré par la franchise :

Numéros retirés par les Eagles de Philadelphie
Numéro Joueur Position Saisons
5 Donovan McNabb QB 1999-2009
15 Steve Van Buren HB 1944-1951
20 Brian Dawkins S 1996–2008
40 Tom Brookshier CB 1953–1961
44 Pete Retzlaff RB, WR, TE 1956–1966
60 Chuck Bednarik LB, C 1949–1962
70 Al Wistert OT 1943–1951
92 Reggie White DE 1985–1992
99 Jerome Brown DT 1987–1991

Effectif actuelModifier

 Effectif 2021 des Eagles de Philadelphie v · d · m 
Quarterbacks

Running Backs

Wide Receivers

Tight Ends

Offensive Linemen

Defensive Linemen

Linebackers

Defensive Backs

Special Teams

Injured / Reserve lists

Agents libres

Légende :

  • Joueurs rookie en italique
  • Dernière mise à jour :

Les entraîneursModifier

Bilan saison par saisonModifier

Saison Vic. Déf. Nuls Classement Séries éliminatoires
Eagles de Philadelphie
1933 3 5 1 4e NFL Div. East --
1934 4 7 0 3e NFL Div. East --
1935 2 9 0 5e NFL Div. East --
1936 1 11 0 5e NFL Div. East --
1937 2 8 11 5e NFL Div. East --
1938 5 6 0 4e NFL Div. East --
1939 1 9 1 4e NFL Div. East --
1940 1 10 0 5e NFL Div. East --
1941 2 8 1 4e NFL Div. East --
1942 2 9 0 5e NFL Div. East --
Steagles
1943 5 4 1 3e NFL Div. East --
Eagles de Philadelphie
1944 7 1 2 2e NFL Div. East --
1945 7 3 0 2e NFL Div. East --
1946 6 5 0 2e NFL Div. East --
1947 8 4 0 1er NFL Div. East Défaite en Finale de la NFL : chez les Cardinals de Chicago 21–28
1948 9 2 1 1er NFL Div. East Victoire en Finale de la NFL : Cardinals de Chicago 7–0
1949 11 1 0 1er NFL Div. East Victoire en Finale de la NFL (2) : chez les Rams de Los Angeles 14–0
1950 6 6 0 3e NFL Conf. American
1951 4 8 0 5e NFL Conf. American
1952 7 5 0 2e NFL Conf. American
1953 7 4 1 2e NFL Conf. Eastern
1954 7 4 1 2e NFL Conf. Eastern
1955 4 7 1 4e NFL Conf. Eastern
1956 3 8 1 6e NFL Conf. Eastern
1957 4 8 0 5e NFL Conf. Eastern
1958 2 9 1 5e NFL Conf. Eastern
1959 7 5 0 2e NFL Conf. Eastern
1960 10 2 0 1er NFL Conf. Eastern Victoire en Finale de la NFL (3) : Packers de Green Bay 17–13
1961 10 4 0 2e NFL Conf. Eastern
1962 3 10 1 7e NFL Conf. Eastern
1963 2 10 2 7e NFL Conf. Eastern
1964 6 8 0 3e NFL Conf. Eastern
1965 5 9 0 5e NFL Conf. Eastern
Fusion AFL-NFL
1966 9 5 0 3e NFL Conf. Eastern --
1967 6 7 1 2e NFL Conf. Eastern Div. Capitol --
1968 2 12 0 4e NFL Conf. Eastern Div. Capitol --
1969 4 9 1 4e NFL Conf. Eastern Div. Capitol --
1970 3 10 1 5e NFC East --
1971 6 7 1 3e NFC East --
1972 2 11 1 5e NFC East --
1973 5 8 1 3e NFC East --
1974 7 7 0 4e NFC East --
1975 4 10 0 5e NFC East --
1976 4 10 0 4e NFC East --
1977 5 9 0 4e NFC East --
1978 9 7 0 2e NFC East Défaite en séries éliminatoires (wild card) : Falcons d'Atlanta 14-13
1979 11 5 0 2e NFC East Défaite en séries éliminatoires (division) : Buccaneers de Tampa Bay 24-17
1980 12 4 0 1er NFC East Défaite au Super Bowl XV : Raiders d'Oakland 27-10
1981 10 6 0 2e NFC East Défaite en séries éliminatoires (wild card) : Giants de New York 27-21
1982 3 6 0 13e Conférence NFC --
1983 5 11 0 4e NFC East --
1984 6 9 1 5e NFC East --
1985 7 9 0 4e NFC East --
1986 5 10 1 4e NFC East --
1987 7 8 0 4e NFC East --
1988 10 6 0 1er NFC East Défaite en séries éliminatoires (division) : Bears de Chicago 20-12
1989 11 5 0 2e NFC East Défaite en séries éliminatoires (wild card) : Rams de Los Angeles 21-7
1990 10 6 0 2e NFC East Défaite en séries éliminatoires (wild card) : Redskins de Washington 20-6
1991 10 6 0 3e NFC East --
1992 11 5 0 2e NFC East Défaite en séries éliminatoires (division) : Cowboys de Dallas 34-10
1993 8 8 0 3e NFC East --
1994 7 9 0 4e NFC East --
1995 10 6 0 2e NFC East Défaite en séries éliminatoires (division) : Cowboys de Dallas 30-11
1996 10 6 0 2e NFC East Défaite en séries éliminatoires (wild card) : 49ers de San Francisco 14-0
1997 6 9 1 3e NFC East --
1998 3 13 0 5e NFC East --
1999 5 11 0 5e NFC East --
2000 11 5 0 2e NFC East Défaite en séries éliminatoires (division) Giants de New York 20-10
2001 11 5 0 1er NFC East Défaite en finale de conférence NFC Rams de Saint-Louis 29-24
2002 12 4 0 1er NFC East Défaite en finale de conférence NFC Buccaneers de Tampa Bay 27-10
2003 12 4 0 1er NFC East Défaite en finale de conférence NFC Panthers de la Caroline 14-3
2004 13 3 0 1er NFC East Défaite au Super Bowl XXXIX Patriots de la Nouvelle-Angleterre 24-21
2005 6 10 0 4e NFC East --
2006 10 6 0 1er NFC East Défaite en séries éliminatoires (division) : Saints de La Nouvelle-Orléans 27-24
2007 8 8 0 4e NFC East --
2008 9 6 1 2e NFC East Défaite en finale de conférence NFC : Cardinals de l'Arizona 32-25
2009 11 5 0 2e NFC East Défaite en séries éliminatoires (wild card) : Cowboys de Dallas 34-14
2010 10 6 0 1er NFC East Défaite en séries éliminatoires (wild card) : Packers de Green Bay 21-16
2011 8 8 0 2e NFC East --
2012 4 12 0 4e NFC East --
2013 10 6 0 1er NFC East Défaite en séries éliminatoires (wild card) : Saints de La Nouvelle-Orléans 26-24
2014 10 6 0 2e NFC East --
2015 7 9 0 2e NFC East --
2016 7 9 0 4e NFC East --
2017 13 3 0 1er NFC East Victoire au Super Bowl LII : Patriots de la Nouvelle Angleterre 41-33
2018 9 7 0 2e NFC East Défaite en séries éliminatoires (division) : Saints de La Nouvelle-Orléans 20-14
2019 9 7 0 1er NFC East Défaite en séries éliminatoires (wild card) : Seahawks de Seattle 9-17
2020 4 11 1 4e NFC East --
2021 9 8 0 2e NFC East Défaite en séries éliminatoires (wild card) : Buccaneers de Tampa Bay 15-31
2022 Saison à venir
Totaux 599 626 27 Saison régulière depuis 1933 (14 titres de division, 4 titres de conférence)
23 24 - Séries éliminatoires depuis 1933
622 651 27 Saison régulière + séries éliminatoires depuis 1933 (3 titres NFL (avant 1960), 1 Super Bowl)

CinémaModifier

Le film Invincible, d'Ericson Core, sorti en août 2006, raconte l'histoire vraie de Vince Papale, un fan de 30 ans des Eagles qui intègre le club de son cœur.

AnecdoteModifier

Après leur victoire au Super Bowl, Donald Trump refuse de recevoir la franchise à la Maison-Blanche, certains joueurs aient posé un genou à terre pendant l'hymne national. D'autre part, quelques joueurs avaient précédemment fait savoir qu'ils n'honoreraient pas une éventuelle invitation à s'y rendre[85].

Notes et référencesModifier

  1. (en-US) « 25 years after buying Eagles, it's clear Jeff Lurie's a Philly guy », sur nbcsports.com, (consulté le ).
  2. (en-US) « Sports Money: 2021 NFL Valuations »  , sur forbes.com (consulté le ).
  3. Lyons, 2010 pg. 81
  4. a et b Lyons, 2010 pg. 82
  5. (en-US) « 1933 Philadelphia Eagles », sur www.jt-sw.com (consulté le ).
  6. (en-US) « CHRONOLOGY OF PROFESSIONAL FOOTBALL », CHRONOLOGY OF PROFESSIONAL FOOTBALL,‎ (lire en ligne [PDF])
  7. (en-US) « 9 Feb 1940, Page 31 - The Philadelphia Inquirer at Newspapers.com », sur Newspapers.com (consulté le ).
  8. (en-US) « 14 Sep 1941, Page 37 - The Philadelphia Inquirer at Newspapers.com », sur Newspapers.com (consulté le )
  9. (en-US) « 9 Nov 1941, Page 42 - The Philadelphia Inquirer at Newspapers.com », sur Newspapers.com (consulté le ).
  10. (en-US) « 1 Dec 1941, Page 25 - The Philadelphia Inquirer at Newspapers.com », sur Newspapers.com (consulté le ).
  11. a et b Algeo: 16
  12. Ruck; Patterson and Weber: 183–184; cf. Herskowitz: 149, Lyons: 81–82
  13. Ruck; Patterson and Weber: 303; cf. MacCambridge 2005: 45
  14. Lyons: 87; Ruck; Patterson and Weber: 187
  15. (en-US) « Blood Brothers: The 1943 Steagles became an unlikely product of the war years », sur old.post-gazette.com (consulté le ).
  16. Ruck; with Patterson and Weber: 187; cf. Lyons: 88, MacCambridge 2005: 45
  17. (en-US) Didinger Ray et Robert S. Lyons, « The Eagles Encyclopedia », Temple University Press,‎ , p. 127–128 (ISBN 1-59213-449-1).
  18. (en-US) « Chicago Tribune: Chicago news, sports, weather, entertainment », sur chicagotribune.com (consulté le ).
  19. (en-US) « Reading Eagle - Recherche d'archives de Google Actualités », sur news.google.com (consulté le ).
  20. (en-US) « The Evening Independent - Recherche d'archives de Google Actualités », sur news.google.com (consulté le ).
  21. (en-US) Didinger Ray et Robert S. Lyons, The Eagles Encyclopedia, Temple University Press, (ISBN 1-59213-449-1).
  22. (en-US) « Green Parrot Bar No Snivelling Zone: NFL Flashback, "You can get up now, Taylor",This (expletive deleted) game's over.": Chuck Bednarik » (consulté le ).
  23. (en-US) « Pittsburgh Post-Gazette - Recherche d'archives de Google Actualités », sur news.google.com (consulté le ).
  24. (en-US) « Toledo Blade - Recherche d'archives de Google Actualités », sur news.google.com (consulté le ).
  25. (en-US) « Lewiston Morning Tribune - Recherche d'archives de Google Actualités », sur news.google.com (consulté le ).
  26. (en-US) philadelphiaeagles.com, « Year-by-Year History » (consulté le ).
  27. (en-US) Bob Brookover, The Birds' Biggest Rival—In a division of fierce foes, the Giants have battled the Eagles as tough as anyone, , p. D1.
  28. (en-US) Bob Brookover, Eagles—Giants among top rivalries, , p. D6.
  29. (en) « Eagles search ends with Vermeil », sur news.google.com (consulté le )
  30. (en-US) Michael Wilbon, « RYAN SENT PACKING BY EAGLES' BRAMAN », Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne, consulté le ).
  31. (en-US) « No. 11 Philadelphia Eagles », sur Forbes (consulté le ).
  32. (en-US) Mike Freeman, « PRO FOOTBALL; When Willpower Isn't Enough: Decline of Ray Rhodes's Eagles », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le ).
  33. (en-US) By Phil Sheridan, Inquirer Staff Writer, « Eagles hire Packers assistant Andy Reid as new head coach », sur https://www.inquirer.com (consulté le ).
  34. (en) By Phil Sheridan, Inquirer Staff Writer, « Eagles hire Packers assistant Andy Reid as new head coach », sur https://www.inquirer.com (consulté le )
  35. (en-US) Dan Gelston • •, « Westbrook Helps Eagles Soar Above Falcons, Win 500th Game », sur NBC10 Philadelphia (consulté le ).
  36. (en) « He's back: Vick inks two-year deal with Eagles », sur ESPN.com, (consulté le )
  37. (en) « Eagles give coach Reid three-year extension », sur ESPN.com, (consulté le )
  38. (en-US) Mike Garafolo, USA TODAY Sports, « Eagles fire Andy Reid after 14 seasons », sur USA TODAY (consulté le )
  39. (en) « Kelly leaves Oregon, hired as Eagles' coach », sur ESPN.com, (consulté le )
  40. (en-US) « Eagles Select OT Lane Johnson », sur www.philadelphiaeagles.com (consulté le )
  41. (en-US) « Eagles overcome yet another deficit, beats Redskins » [archive du ], sur web.archive.org, (consulté le ).
  42. (en-US) « Eagles Acquire LB Alonso For RB McCoy », sur web.archive.org, (consulté le ).
  43. (en-US) « Colts agree to terms with Trent Cole, Kendall Langford », sur NFL.com (consulté le ).
  44. (en-US) « Rams trading Sam Bradford to Eagles for Nick Foles », sur NFL.com (consulté le ).
  45. (en-US) James Brady, « Chiefs announce signing of Jeremy Maclin », sur SBNation.com, (consulté le ).
  46. (en-US) « It's Official: RB Murray Signs With Eagles », sur web.archive.org, (consulté le ).
  47. (en-US) « Eagles Release Head Coach Chip Kelly », sur web.archive.org, (consulté le ).
  48. (en-US) « Legal Eagle: Pederson official new Philly coach », sur ESPN.com, (consulté le ).
  49. « Official: Eagles trade Byron Maxwell, Kiko Alonso, and 13th overall pick to Dolphins for 8th overall pick », sur Sports Talk Philly: Philadelphia Sports News and Rumors (consulté le )
  50. (en) « Eagles trade up to No. 2 overall pick in 2016 NFL draft », sur RSN (consulté le )
  51. (en-US) « Eagles Select QB Carson Wentz », sur www.philadelphiaeagles.com (consulté le )
  52. (en) Tyler Conway, « Brandon Brooks to Sign with Eagles: Latest Contract Details, Comments, Reaction », sur Bleacher Report (consulté le )
  53. (en-US) Chase Stuart, « The Eagles Should Be Better Than 4-4 », sur FiveThirtyEight, (consulté le )
  54. (en-US) « 2017 Philadelphia Eagles Statistics & Players », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le ).
  55. (en-US) « 2017 Philadelphia Eagles Statistics & Players », sur Pro-Football-Reference.com (consulté le ).
  56. (en-US) « Philadelphia Eagles », sur www.philadelphiaeagles.com (consulté le ).
  57. (en-US) « Eagles vs. Bengals final score: Doug Pederson passes on potential game-winning FG, settles for tie with Cincy », sur CBSSports.com (consulté le ).
  58. (en-US) « The Eagles and Bengals inexplicably quit trying to win in overtime, settle for tie instead », sur www.sportingnews.com (consulté le ).
  59. (en-US) « 2021 Philadelphia Eagles Injuries », sur www.lineups.com (consulté le ).
  60. (en-US) Mike GillMike Gill, « How the Eagles’ O-Line Fared in 2020 », sur 97.3 ESPN (consulté le ).
  61. (en-US) « Jalen Hurts replaces Carson Wentz in loss to Packers; Pederson won't commit to starter for Week 14 », sur NFL.com (consulté le ).
  62. (en-US) « Hurts reportedly expected to be Eagles’ starter for rest of season », sur RSN (consulté le )
  63. (en-US) « Carson Wentz's historically bad 2020 season puts the Eagles in an impossible bind », sur Touchdown Wire, (consulté le ).
  64. (en-US) « Eagles DC Jim Schwartz to step away from coaching », sur NFL.com (consulté le ).
  65. (en-US) « Another defensive coach leaving Eagles' coaching staff », sur RSN (consulté le ).
  66. (en-US) « Lurie: Decision to fire Pederson not about Wentz », sur ESPN.com, (consulté le ).
  67. (en-US) « https://twitter.com/kaelenjones/status/1348709768802807809 », sur Twitter (consulté le ).
  68. (en-US) « Eagles hiring Nick Sirianni as next head coach », sur RSN (consulté le ).
  69. (en-US) « Sources: Eagles trade Wentz to Colts for 2 picks », sur ESPN.com, (consulté le ).
  70. (en-US) « Colts Acquire QB Carson Wentz from Eagles in Exchange for Draft Picks », sur www.colts.com (consulté le ).
  71. (en-US) Tyler Martin, « Alabama WR DeVonta Smith Selected in 2021 NFL Draft », sur Sports Illustrated Alabama Crimson Tide News, Analysis and More (consulté le ).
  72. (en-US) « A blockbuster trade and what it means for Jalen Hurts », sur RSN (consulté le ).
  73. (en) Josh Tolentino, « Clinched! Eagles secure a playoff spot under first-year coach Nick Sirianni and starting QB Jalen Hurts », sur https://www.inquirer.com (consulté le )
  74. (en-US) Zach Berman, « 'We're really good at it': How the rebirth of the Eagles' running game put the playoffs within reach », sur The Athletic (consulté le ).
  75. (en-US) « Eagles trade up to select Georgia DT Jordan Davis with No. 13 pick in 2022 NFL Draft », sur NFL.com (consulté le )
  76. (en-US) « Eagles trade for Georgia defensive tackle Jordan Davis, a replacement for Fletcher Cox », sur sports.yahoo.com (consulté le )
  77. (en) « A.J. Brown traded to Eagles, gets $100M deal », sur ESPN.com, (consulté le )
  78. (en-US) « NFL's top 10 divisional rivalries: Cowboys-Eagles, Packers-Bears battle for top spot on all-time list », sur CBSSports.com (consulté le ).
  79. (en-US) Bob Whalon, « Philadelphia Eagles Rivalry: The Dallas Cowboys », sur Sports Illustrated (consulté le ).
  80. (en-US) « - YouTube », sur www.youtube.com (consulté le ).
  81. « Top 10 rivalries - NFL Videos », sur web.archive.org, (consulté le )
  82. « SI.com - Photo Gallery - Top 10 NFL Rivalries Of All Time », sur web.archive.org, (consulté le )
  83. « ESPN.com - Ranking the NFL's best rivalries: Where does Colts-Pats fit? », sur web.archive.org, (consulté le )
  84. (en-US) « Team Game Finder », sur Stathead.com (consulté le ).
  85. Agence France-Presse, « NFL. Donald Trump retire l'invitation des Eagles à la Maison Blanche », ouest-france.fr, (consulté le ).

Liens externesModifier